Enquête canadienne sur la cybersécurité et le cybercrime (ECCC)

Information détaillée pour 2022

Statut :

Active

Fréquence :

Occasionnelle

Numéro d'enregistrement :

5244

Le but de l'Enquête canadienne sur la cybersécurité et le cybercrime est de mesurer l'incidence de la cybercriminalité sur les entreprises canadiennes. Pour l'année de référence 2022, l'enquête sera désignée comme l'Enquête auprès du secteur public sur la cybersécurité et le cybercrime (ESPCC) et sera axée sur la fonction publique du Canada et les sociétés d'État.

Cette enquête recueille des renseignements concernant :
- Les mesures que les organisations mettent en place en matière de cybersécurité, y compris la formation du personnel;
- Les types d'incidents de cybersécurité qui ont des répercussions sur les organisations; et
- Les coûts associés à la prévention des incidents de cybersécurité et au rétablissement des activités à la suite des incidents.

Date de la parution - 18 octobre 2023

Aperçu

L'Enquête auprès du secteur public sur la cybersécurité et le cybercrime de 2022 est menée pour le compte de Sécurité publique Canada. Le lancement de cette enquête repose sur la nécessité de référencer et de surveiller l'environnement en évolution rapide qui entoure la cybersécurité et le cybercrime. Les données recueillies servent les objectifs généraux suivants : mieux comprendre l'incidence du cybercrime sur le secteur public et les sociétés d'État canadiennes, dont les aspects comme l'investissement dans les mesures de cybersécurité, la formation sur la cybersécurité, le nombre d'incidents de cybersécurité et les coûts associés à l'intervention lors de ces incidents.

Période de référence : Les 12 mois de l'année civile

Période de collecte : De janvier à mars

Sujets

  • Crime et justice
  • Technologie de l'information et des communications
  • Utilisation d'Internet par les entreprises et les gouvernements

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population cible provient du Registre des entreprises (RE) de Statistique Canada. Le RE est une base de données sur la population des entreprises canadiennes et il sert de base de sondage à toutes les enquêtes-entreprises de Statistique Canada. Il s'agit d'une liste structurée d'entreprises productrices de biens et de services au Canada.

Dans le cadre de l'Enquête auprès du secteur public sur la cybersécurité et le cybercrime de 2022, la population cible sera constituée d'organismes et d'organisations figurant aux annexes IV et V de la Loi sur la gestion des finances publiques (LGFP) et d'unités fédérales de l'univers du secteur public (USP) de 2020. Les unités de l'USP dans le champ d'enquête comprennent les entreprises publiques fédérales, mais excluent l'unité qui représente le gouvernement du Canada dans son ensemble.

Élaboration de l'instrument

Les données d'enquête sont recueillies au moyen d'un questionnaire électronique.

En 2022, des modifications mineures ont été apportées au questionnaire pour mieux répondre aux besoins en matière de politiques du partenaire commanditaire — Sécurité publique Canada — et afin d'assurer la pertinence du contenu du questionnaire pour la nouvelle population cible. Des spécialistes, des organisations et des organismes du secteur public et des intervenants externes ont également été consultés au cours du processus d'élaboration du contenu.

Les tests cognitifs relativement au contenu du questionnaire ont été réalisés dans les deux langues officielles conjointement avec le Centre de ressources en conception de questionnaires de Statistique Canada. Pour le cycle de 2017, le questionnaire en entier a été mis à l'essai lors d'interviews individuelles auprès de répondants potentiels, tenues à Ottawa, Toronto, Montréal et Vancouver. Pour les cycles de 2019, 2021 et 2022, le contenu révisé a été mis à l'essai lors d'interviews téléphoniques individuelles auprès de répondants potentiels. Des modifications ont été apportées au questionnaire en fonction des commentaires reçus et de l'analyse des interviews pour accroître la pertinence des questions et pour qu'il soit plus facile d'y répondre.

Échantillonnage

Il s'agit d'un recensement avec plan transversal.

L'Enquête auprès du secteur public sur la cybersécurité et le cybercrime est conçue de manière à recueillir des données complètes et exactes auprès de tous les organismes et organisations figurant aux annexes IV et V de la LGFP et des unités fédérales de l'USP. Aucun échantillonnage n'est fait.

Sources des données

Collecte des données pour cette période de référence : 2023-01-30 à 2023-03-31

Il s'agit d'une enquête à participation volontaire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants.

Les données sont recueillies au moyen d'un questionnaire électronique. La première prise de contact avec les organisations se fait par téléphone durant une phase de contact préliminaire dont l'objectif est de trouver une personne-ressource au sein de l'entreprise qui est en mesure de répondre aux questions de l'enquête.

Les suivis en cas de non-réponse, de données incohérentes ou de données manquantes se font au téléphone par ordre de priorité.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration .

Détection des erreurs

L'Enquête sur l'emploi du temps de 2022 a utilisé l'Environnement pour le traitement des enquêtes sociales (ETES), qui comprend des étapes de traitement et des outils généralisés, pour permettre au sujet matière et aux employés de support de spécifier et mettre en marche les étapes de traitements de façon rapide et afin d'obtenir des résultats de grandes qualités. Un environnement structuré était utilisé pour observer le bon déroulement du traitement des données et pour s'assurer de suivre les meilleures pratiques incluant les processus harmonisés.

Des macro et micro-vérifications automatisées et manuelles ont été faites à différentes étapes du traitement. Ces vérifications incluaient la cohérence et les cheminements. Une série de vérifications ont été faites pour assurer la cohérence des données de l'enquête. Par exemple, la vérification de l'âge du répondant et sa date de naissance. Des vérifications de cheminement ont été faites pour s'assurer que le répondant avait suivi le bon cheminement et corriger les situations de cheminement hors-champ.

Des détections d'erreurs ont été programmées directement dans le système EQ ce qui a permis la vérification automatique d'une grande variété de codes pour toutes les questions à l'aide d'une programmation intégrée qui suivait le cheminement du questionnaire.

Le bureau central a appliqué le même genre de vérifications que le système EQ et en même temps des validations spécifiques de l'horaire dans le journal qui dépassaient la portée des contrôles automatisés des cheminements et de la cohérence.

Imputation

La non-réponse n'était pas permise pour les questions requises pour la pondération. On a recouru à l'imputation dans les rares cas où les renseignements manquaient sur le sexe du répondant. Pour procéder à l'imputation, on a examiné en détail les données et tenu compte de toute donnée utile, comme l'âge ou le sexe d'autres membres du ménage, et des commentaires de l'intervieweur.

Les informations provenant d'autres questions dans l'enquête ont été utilisées pour imputer des informations manquantes ou incorrectes sur le sommeil, l'alimentation, ainsi que les déplacements et le navettage. Plusieurs de ces questions ont été ajoutées à l'enquête de 2022 en fonction de l'analyse des données de l'enquête de 2015, afin d'améliorer la qualité des données quand il y avait de la sous-déclaration.

Les informations manquantes ont parfois été imputées manuellement en se basant sur d'autres réponses du journal. Par exemple, des activités simultanées ont été utilisées pour mettre à jour les activités principales, le cas échéant, lorsque ces dernières étaient manquantes.

Estimation

Lorsqu'on utilise un échantillon probabiliste comme dans le cas de l'Enquête sur l'emploi du temps, le principe qui sous-tend la démarche d'estimation est que chaque personne échantillonnée représente (outre elle-même) plusieurs personnes non échantillonnées. Ainsi, dans un échantillon aléatoire simple de 2 % de la population, chaque unité représente 50 éléments de la population (lui-même et 49 autres). Le nombre de personnes représentées par une personne échantillonnée est ce que l'on appelle habituellement le poids ou le facteur de pondération de la personne.

L'Enquête sur l'emploi du temps de 2022 est une enquête de personnes et les fichiers d'analyse contiennent les réponses au questionnaire et les renseignements connexes reçus des enquêtés.

Deux facteurs de pondération sont mis à la disposition des analystes sur le fichier microdonnées :

WGHT_PER : C'est là le poids de base pour l'analyse au niveau des personnes, c'est-à-dire pour l'estimation du nombre de personnes (âgées de 15 ans et plus) ayant une ou plusieurs caractéristiques données.

WGHT_EPI : C'est le facteur de poids de base pour l'analyse au niveau des épisodes, c'est-à-dire, pour le calcul des estimés du nombre de fois qu'une activité a été faite par la population Canadienne. Le WGHT_EPI a la même valeur que le poids personne. Cependant, il a une interprétation différente. Il indique le nombre d'épisodes d'emploi du temps qu'un enregistrement représente sur le fichier Épisode.

Outre les poids des estimations, des poids « bootstrap » sont créées dans le but d'estimer la variance fondée sur le plan de sondage.

Les estimations d'après les données de l'enquête sont ajustées (via la pondération) de sorte qu'elles soient représentatives de l'ensemble de la population cible à l'égard de certaines caractéristiques (on dispose mensuellement d'estimations indépendantes pour divers groupes d'âge-sexe selon la province). Dans la mesure où les caractéristiques étudiées sont corrélées avec les d'estimations indépendantes ci-dessus, cet ajustement permet d'améliorer la précision des estimations.

Évaluation de la qualité

Des activités de validation et de comparaison approfondies avec des distributions de variables recueillies dans d'autres enquêtes du PSSG ont été faites. En plus, un processus de validation entre ces enquêtes a été entrepris après l'application de la pondération finale afin d'assurer la qualité de l'information.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la loi. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Révisions et désaisonnalisation

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Exactitude des données

Puisque les données proviennent d'un échantillon de personnes, elles sont sujettes à l'erreur d'échantillonnage. C'est-à-dire que les estimations faites à partir d'échantillons varieront d'un échantillon à l'autre et qu'elles seront habituellement différentes des résultats qu'aurait produit un recensement complet. Il est possible de produire des estimations plus précises de la variabilité d'échantillonnage des estimations avec la méthode « bootstrap », à l'aide de poids « bootstrap » qui ont été créés pour l'enquête. La méthode « bootstrap » a été utilisée pour estimer la variabilité d'échantillonnage dans le cas de toutes les estimations produites à partir des données de l'EET de 2022.

TAUX DE RÉPONSE :
Le taux de réponse global est 30,7 %.

ERREUR NON DUE À L'ÉCHANTILLONNAGE :
Des sources courantes de ce type d'erreurs sont une couverture imparfaite ou la non-réponse.

Les erreurs de couverture (couverture imparfaite) apparaissent quand il y a des différences entre la population cible et la population sondée. Les logements sans téléphones ou d'adresse postale n'était pas retenus parce qu'on n'avait aucun moyen de les contacter. Dans la mesure où la population exclue diffère du reste de la population cible, les résultats peuvent être biaisés. En général, comme ces exclusions sont réduites, on s'attend à ce que les biais soient eux aussi réduits.

Les cas de non-réponse peuvent survenir à plusieurs étapes de cette enquête. Il y a deux niveaux de collecte d'information : aux niveaux du ménage et de la personne. Ainsi, certains cas de non-réponse se produisent au niveau du ménage et d'autres, au niveau de la personne. Les estimations de l'enquête étaient pondérées pour tenir compte de la non-réponse.

D'autres types d'erreurs non dues à l'échantillonnage peuvent comprendre les erreurs de réponse et les erreurs de traitement.

BIAIS DE NON-RÉPONSE :
La principale méthode utilisée pour réduire le biais attribuable à la non-réponse comportait une série d'ajustements aux poids de l'enquête pour tenir compte de la non-réponse autant que possible. Les informations ont été extraites de sources administratives et utilisées pour modéliser et ajuster la non-réponse.

ERREUR DE COUVERTURE :
La base de sondage pour l'échantillon régulier était le fichier de l'univers des logements (FUL), un fichier produit par Statistique Canada. Tous les répondants des dix provinces ont été interviewés par téléphone ou complété un questionnaire électronique auto-administré. Les logements ayant été identifiés comme étant vacants au moment de créer la base de sondage ont été exclus. Les logements qui n'avaient ni adresse postale, ni numéro de téléphone associé ont également été exclus de la base de sondage, étant donné qu'ils ne pouvaient pas être contactés par aucun des modes de collecte de l'enquête. Toutefois, les estimations de l'enquête ont été pondérées afin d'inclure les personnes vivant dans de tels logements.

AUTRES ERREURS NON DUES À L'ÉCHANTILLONNAGE :
Pour l'EET de 2022, des efforts importants à ont été déployés afin de réduire au minimum les biais grâce à un questionnaire qui a fait ses preuves, une méthodologie éprouvée, des intervieweurs spécialisés et un contrôle de la qualité strict, et au moyen d'un suivi auprès des ménages qui n'ont pas répondu initialement à l'enquête.

EFFET DE MODE :
L'EET 2022 offrait une option Internet à presque tous les répondants à l'enquête. Cette méthode de collecte répondait au besoin de s'adapter à l'évolution des technologies et aux contraintes de temps des répondants. Il y a cependant des raisons de croire que l'utilisation du questionnaire électronique pourrait avoir eu une incidence sur les estimations. L'impact du mode de collecte sur les estimations a été analysé en choisissant un certain groupe de variables clés.

Les utilisateurs doivent se référer au guide de l'utilisateur de l'enquête et au dictionnaire de données pour savoir quelles variables ont été identifiées comme étant affectées par un effet de mode fort ou faible.

Date de modification :