Enquête sur l'utilisation de documents publiés (EUDP)

Information détaillée pour 2013

Statut :

Inactive

Fréquence :

Une fois

Numéro d'enregistrement :

5204

L'Enquête sur l'utilisation de documents publiés permet de recueillir des données sur la reproduction de contenu à partir de livres, de magazines, de revues scientifiques et de journaux par les employés du gouvernement fédéral, dans l'exercice de leurs fonctions.

Date de la parution - 11 octobre 2013

Aperçu

L'enquête permet de recueillir des données sur la reproduction de contenu à partir de livres, de magazines, de revues scientifiques et de journaux par les employés du gouvernement fédéral, dans l'exercice de leurs fonctions. La « reproduction » fait référence à la reproduction d'une partie ou de la totalité d'un document publié en le photocopiant, en le télécopiant, en l'imprimant à partir d'un fichier électronique, en le numérisant, en le sauvegardant sur un support électronique, en l'envoyant par courriel ou en l'affichant sur un site Web. L'enquête vise la reproduction de contenu à partir de livres, de magazines, de revues scientifiques et de journaux publiés par des maisons d'édition ou des organismes non gouvernementaux, aussi bien au Canada qu'à l'étranger. Les documents publiés par les gouvernements, sauf ceux du gouvernement du Québec sont exclus.

Dans le questionnaire de l'enquête, on demande aux fonctionnaires fédéraux s'ils ont reproduit des documents publiés au cours des 12 derniers mois, et, dans l'affirmative, combien de fois ils ont fait des copies au cours des 30 derniers jours. À l'aide du questionnaire, on recueille aussi des données sur l'occasion la plus récente de la reproduction, y compris les raisons d'effectuer des copies.

Ces renseignements sont exigés par Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC) afin de renouveler un accord de licence permettant aux fonctionnaires de reproduire des documents publiés.

Sujets

  • Gouvernement

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population cible est composée de tous les fonctionnaires travaillant dans les ministères et organismes fédéraux au 28 février 2013 assujettis à la Loi sur l'administration financière, sections I, I.1,et II, avec les exceptions suivantes :

- employés non-civils
- nominations par le gouverneur en conseil
- personnel exonéré des ministres
- employés embauchés dans le cadre d'un programme d'emploi pour étudiants.

La population d'enquête excluait les ministères et organismes fédéraux ayant moins de 400 employés. En plus, les employés des quatre ministerès et organismes qui ont refusé de participer à l'enquête étaient exclus.

Élaboration de l'instrument

Le ministère de Travaux publics et Services gouvernementaux Canada qui a parrainé l'enquête a conçu une ébauche du questionnaire papier fondée sur une enquête similaire, menée auparavant. Cette ébauche a été modifiée par Statistique Canada en collaboration avec TPSGC et, par la suite, a été mise à l'essai par le Centre de ressources en conception de questionnaires de l'organisme.

Le format électronique du questionnaire a été conçu de façon à suivre autant que possible les pratiques et le texte normalisés dans un environnement d'Internet. Cela comprend le contrôle automatisé de la formulation de questions et d'enchaînements de questions en fonction des réponses données à des questions antérieures ainsi que l'utilisation d'un ensemble de contrôles en ligne permettant de détecter les incohérences logiques et les erreurs de saisie, comme les valeurs hors limites.

L'application électronique de collecte de données a été soumise à des essais rigoureux, y compris des interviews avec les fonctionnaires. Quelques changements ont été faits en vue d'aider la compréhension de concepts du questionnaire.

Échantillonnage

Il s'agit d'une enquête transversale par échantillon.

La base de sondage était constituée de l'ensemble des employés dans le champ de l'enquête qui se trouvaient sur le fichier des titulaires de Travaux publics et Services gouvernementaux Canada. Puisque l'information de contact (adresse courriel) n'apparaît pas sur le fichier des titulaires, elle a dû être recueillie par Statistique Canada auprès des ministères en vertu de l'article 13 de la Loi sur la statistique.

Un échantillon d'environ 27 000 employés a été sélectionné au hasard à partir du fichier. L'unité d'échantillonnage était l'employé.

Sources des données

Collecte des données pour cette période de référence : 2013-05-13 à 2013-06-14

Il s'agit d'une enquête à participation volontaire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants.

Chaque personne faisant partie de l'échantillon est contactée par courriel et invitée à remplir un questionnaire électronique disponible sur le site Web de Statistique Canada.

Des courriels de rappel sont envoyés aux participants à la collecte électronique qui n'ont pas encore soumis leur questionnaire électronique.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration .

Détection des erreurs

Une partie du contrôle se faisait au moment de l'entrée de données dans le questionnaire électronique. Lorsque les renseignements introduits étaient hors limites (trop faibles ou trop élevés) des valeurs attendues, ou qu'ils entraient en contradiction avec des renseignements introduits auparavant, le répondant était invité, au moyen de messages à l'écran, à vérifier l'information. Cependant, les répondants avaient l'option de passer outre aux contrôles et de sauter des questions s'ils ne connaissaient pas les réponses ou refusaient de répondre. Pour cette raison, les données ont été soumises à d'autres processus de vérification après réception au bureau central.

Dans le cas de cette enquête il y avait très peu d'erreurs de déroulement du questionnaire et de manque d'information. En plus, il n'y avait pas d'incohérence entre les champs.

Lorsqu'une combinaison de réponses manquantes rendait un enregistrement inutilisable, il devait être éliminé du fichier. Il y avait six cas de ce genre. Des enregistrements avec des valeurs plus hautes que prévues ont été examinés et dans un de ces cas une entrevue de suivi fut menée.

Imputation

Quand le type de document publié n'était pas indiqué par le répondant, il a été imputé aléatoirement, de façon que les proportions des types rapportés soient conservées. Trois enregistrements ont été imputés dans cette manière.

Estimation

Le plan de sondage de l'EUDP utilise un échantillonnage aléatoire simple à l'intérieur des strates. Au moment de la sélection, on a attribué à chaque employé un poids initial déterminé par le plan de sondage correspondant à l'inverse de la probabilité de sa sélection.

On a observé que la non-réponse ne se présentait pas au hasard ni uniformément au sein de la population, car on a obtenu des taux de réponse différents dans le cas de sous populations différentes. Le recours à une technique appropriée est requis pour corriger le biais de non réponse qui pourrait être introduit. La technique choisie aux fins de l'EUDP a été basée sur des groupes homogènes de réponse (GHR). On a formé des GHR en regroupant les unités présentant des probabilités de réponse similaires. En d'autres termes, on suppose que les employés faisant partie d'un GHR donné ont une probabilité semblable de répondre à l'enquête. De nombreux facteurs, dont le sexe et l'âge, sont traditionnellement reconnus comme des facteurs présentant des tendances de non réponse différentes. Des analyses ont été réalisées et on a défini les GHR. La mise en oeuvre, c. à d. le calcul de l'ajustement des poids, a été effectué à l'aide du logiciel StatMx de Statistique Canada. Cette approche assure également l'emploi de la formule appropriée du calcul de la variance.

Le calage à des totaux qui sont dérivés d'un fichier externe permet d'ajuster les estimations pour tenir compte du sous-dénombrement provenant des exclusions des petits ministères et des ministères ayant refusé de répondre à l'enquête au moment de la planification de l'échantillonnage. Les totaux utilisés pour ce calage sont dérivés du fichier des titulaires et couvrent tous les employés actifs faisant partie de la population cible.

Deux variables, la classification du poste et le traitement annuel de l'employé, ont été corrélées avec la probabilité d'avoir répondu à l'enquête et, dans le cas des répondants, avec la probabilité qu'ils ont effectué des reproductions. Ces variables ont servi pour créer des groupes de calage.

Le poids final est un produit entre le poids de sondage, l'ajustement pour la non-réponse et l'ajustement de calage.

Évaluation de la qualité

Quelques estimations de l'enquête, telles que la popularité des méthodes de reproduction et celle du volume de copies effectuées, ont été comparées avec les résultats d'enquête sur la reproduction de documents publiés dans les gouvernements provinciaux et territoriaux, menée en 2012 par un établissement de recherche.

Comme prévu, la classification du poste d'employé a été corrélée avec la probabilité d'avoir effectué des reproductions de documents publiées.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la loi. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Comme l'Enquête sur l'utilisation de documents publiés n'incluait pas de questions qui permettaient d'identifier les répondants, il n'avait pas de besoin de contrôle de la divulgation.

Révisions et désaisonnalisation

Cette méthodologie ne s'applique pas à cette enquête.

Exactitude des données

Erreurs de couverture et taux de réponse

Les fonctionnaires des 43 ministères et organismes avec moins de 400 employés constituent 1,3 % de la population cible. En plus, quatre ministères ont refusé de participer à l'enquête; ceux-ci constituent 2,4 % de la population cible. Afin de calculer des estimations, les poids des unités répondantes ont été ajustés pour tenir compte du sous-dénombrement.

La base de sondage était constituée de l'ensemble des employés dans le champ de l'enquête qui se trouvaient dans le fichier des titulaires de Travaux publics et Services gouvernementaux Canada. Puisque les coordonnées (adresse courriel) n'apparaissent pas dans le fichier des titulaires, cette information a dû être recueillie par Statistique Canada auprès des ministères en vertu de l'article 13 de la Loi sur la statistique. Les fichiers reçus des ministères ont été couplés au fichier des titulaires de TPSGC pour constituer la base du sondage. Le couplage d'enregistrements a été effectué en utilisant les variables « CIDP (code d'identification personnel) ». Lorsque cette variable était manquante, le couplage a été effectué en utilisant les variables « ministère », « nom de famille », « initiale du prénom », « province de l'emploi », « sexe », « groupe professionnel et niveau du poste » et « groupe professionnel et niveau de l'employé » lorsque celles-ci avaient été fournies par les ministères. Le taux de couplage moyen était de 96,6 %, ce qui veut dire que seulement pour 3,4 % des employés échantillonnés il manquait les coordonnées.

Le taux taux de réponse total était 44,5 %; il variait entre les ministères (organismes fédéraux) du 26,2 % dans un petit l'organisme, au 66,6 % dans un large organisme.


Erreurs d'échantillonnage

La mesure de l'importance éventuelle des erreurs d'échantillonnage est fondée sur l'écart type des estimations tirées des résultats de l'enquête. Cependant, en raison de la grande diversité d'estimations que l'on peut tirer d'une enquête, l'écart type d'une estimation est habituellement exprimé en fonction de l'estimation à laquelle il se rapporte. La mesure résultante, appelée coefficient de variation (CV), s'obtient en divisant l'écart type de l'estimation par l'estimation elle-même et on l'exprime en pourcentage de l'estimation.

Statistique Canada utilise fréquemment les résultats du coefficient de variation pour l'analyse des données et conseille vivement aux utilisateurs produisant des estimations à partir des fichiers de données de l'EUDP de faire de même.

Erreurs non dues à l'échantillonnage

Sur un grand nombre d'observations, les erreurs aléatoires auront peu d'effet sur les estimations tirées de l'enquête. Toutefois, les erreurs qui se produisent systématiquement contribueront à des biais dans les estimations de l'enquête. On a consacré beaucoup de temps et d'efforts à réduire les erreurs non dues à l'échantillonnage. Des mesures d'assurance de la qualité ont été mises en place à chaque étape du cycle de collecte et de traitement des données afin de contrôler la qualité des données.

L'effet de la non-réponse sur les résultats de l'enquête constitue une source importante d'erreurs non dues à l'échantillonnage dans les enquêtes. L'ampleur de la non-réponse varie d'une non-réponse partielle (le fait de ne pas répondre à une ou à quelques questions) à une non-réponse totale. Dans l'EUDP, il y a peu de non-réponse partielle, car une fois que les répondants commençaient à répondre au questionnaire, ils avaient tendance à le terminer. Il y avait une non-réponse totale lorsque la personne sélectionnée pour participer à l'enquête refusait de le faire. On a géré la non-réponse totale en corrigeant les poids des personnes ayant répondu à l'enquête afin de compenser pour celles n'ayant pas répondu.

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :