Enquête sociale générale - Sécurité des canadiens (ESG)

Information détaillée pour 2019 (Enquête sociale générale : Sécurité des Canadiens)

Statut :

Active

Fréquence :

Aux 5 ans

Numéro d'enregistrement :

4504

Les deux objectifs principaux de l'Enquête sociale générale sont:
- de recueillir des données sur les tendances sociales afin de surveiller les changements dans les conditions de vie et le bien-être des Canadiens et;
- de fournir des renseignements actualisés sur des questions particulières de politique sociale d'intérêt actuel ou émergent.

Date de la parution - 25 novembre 2020 (Fichier principal, provinces)

Aperçu

L'objectif principal de l'ESG sur la sécurité des Canadiens est de mieux comprendre comment les Canadiens perçoivent le crime et le fonctionnement du système de justice ainsi que de saisir de l'information quant à leurs expériences de victimisation.

Cette enquête est la seule enquête nationale basée sur les déclarations de la victime et elle est menée dans l'ensemble des provinces et territoires. L'enquête permet de produire des estimations sur le nombre et les caractéristiques des victimes et des incidents criminels. Comme certains crimes ne sont jamais déclarés à la police, cette enquête fournit un complément important aux taux de crimes officiellement signalés car elle mesure à la fois les crimes déclarés à la police et ceux qui ne le sont pas. Elle permet également de comprendre les raisons pour lesquelles les personnes choisissent de déclarer ou de ne pas déclarer un acte criminel à la police.

Les résultats de cette enquête seront utilisés par les services de police, tous les paliers de gouvernement, les organismes de services sociaux et d'aide aux victimes, les groupes communautaires ainsi que les chercheurs pour comprendre non seulement la nature et l'étendue de la victimisation au Canada mais également pour étudier les perceptions qu'ont les Canadiens quant à leur sécurité, au niveau de criminalité dans leur voisinage et leur attitude envers le fonctionnement du système de justice pénale.

Activité statistique

Cet enregistrement fait partie du programme de l'Enquête sociale générale (ESG). L'ESG a été menée une première fois en 1985. Chaque cycle comporte un sujet principal, une thématique particulière ou des questions exploratoires, ainsi qu'un ensemble type de questions sociodémographiques utilisées à des fins de classification. Les cycles plus récents comprennent également des questions qualitatives visant à sonder les intentions et les perceptions.

Période de référence : L'année civile

Sujets

  • Crime et justice
  • Société et communauté
  • Victimes et victimisation

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population cible de l'ESG sur la sécurité des Canadiens est la population canadienne âgée de 15 ans et plus résidant dans les provinces et les territoires. Les personnes résidant dans des institutions ne sont pas incluses.

Élaboration de l'instrument

Le questionnaire a été élaboré à partir de recherches et de nombreuses consultations avec les utilisateurs des données. L'essai qualitatif a été effectué par le Centre d'information sur la conception de questionnaire de Statistique Canada (CICQ). Des entrevues individuelles en profondeur ont été effectuées avec des répondants sélectionnés selon des critères représentatifs. Ces entrevues nous ont permis d'identifier les questions qui fonctionnaient bien et de cibler celles nécessitant des clarifications ou une restructuration. Les membres de l'équipe du CICQ ont effectué un rapport détaillé de leurs observations et recommandations. À l'issue de cet essai qualitatif, tous les commentaires et rétroactions furent, dans la mesure du possible, pris en considération.

Échantillonnage

Il s'agit d'une enquête transversale par échantillon.

Cette enquête utilise une base de sondage combinant les numéros de téléphone à ligne fixe et cellulaire tirés du recensement et de différents fichiers administratifs avec la nouvelle base de sondage de logement de Statistique Canada. Chaque enregistrement sur la base de sondage est un groupe d'un ou plusieurs numéros de téléphone associés à la même adresse (ou un seul numéro de téléphone pour les cas où l'appariement entre le numéro de téléphone et une adresse n'a pu être établi). Cette base de sondage téléphonique est utilisée pour avoir une meilleure couverture des ménages ayant un numéro de téléphone.

L'échantillon se fonde sur un plan stratifié faisant appel à un échantillonnage probabiliste. La stratification est effectuée à l'échelle de la province/région métropolitaine de recensement (RMR). Un membre du ménage âgé de 15 ans ou plus est ensuite choisi au hasard pour prendre part à l'enquête. Les interviews par procuration ne sont pas permises.

Des régions géographiques particulières ont été ciblées pour le suréchantillonnage de la population autochtone.

L'échantillon dans les territoires a été élaboré à partir d'une base aréolaire de logements qui avaient terminé ou participaient à l'Enquête sur la population active (EPA).

Unité d'échantillonage :
L'ESG utilise un plan à deux degrés. Les unités d'échantillonnage sont les groupes de numéros de téléphone. Les unités finales sont les individus dans les ménages identifiés. Il est à noter que l'ESG sélectionne une seule personne admissible par ménage aux fins de l'entrevue.

Méthode de stratification :
À des fins d'échantillonnage, on a divisé chacune des dix provinces en strates (c.-à-d. en régions géographiques). Nombre des régions métropolitaines de recensement (RMR) ont été considérées individuellement comme des strates distinctes. C'est le cas pour St. John's, Halifax, Saint John, Montréal, Québec, Toronto, Ottawa, Hamilton, Winnipeg, Regina, Saskatoon, Calgary, Edmonton et Vancouver. Les RMR ne figurant pas sur cette liste sont situées au Nouveau-Brunswick, au Québec, en Ontario et en Colombie-Britannique. Pour le Québec, l'Ontario et la Colombie-Britannique, trois autres strates ont été formées en regroupant les RMR qui restaient dans chacune de ces trois provinces (la partie québécoise de la RMR d'Ottawa - Gatineau est comprise dans Québec-Autre- RMR). On a ensuite regroupé les régions n'étant pas des RMR de chacune des 10 provinces pour former 10 strates supplémentaires. Moncton se retrouve dans la strate regroupant les régions n'étant pas des RMR du Nouveau-Brunswick. Cela donne en tout 27 strates.

Échantillonage et sous-échantillonage :
Pour chaque province, des tailles minimales d'échantillon ont été déterminées, afin de veiller à ce que certaines estimations aient une variabilité d'échantillonnage acceptable au niveau de la strate. Lorsque la taille de l'échantillon des strates ciblée a été atteinte, le reste de l'échantillon a été réparti entre les strates de manière à équilibrer les exigences de précision pour les estimations au niveau national et au niveau des strates. Cet échantillon est représentatif des ménages dans les dix provinces.

Pour l'enquête, un seul membre admissible de chaque ménage échantillonné est choisi aléatoirement pour répondre au questionnaire.

Un échantillon approximatif de 60 500 unités a été utilisé dans les provinces. Parmi ces derniers, environ 38 000 lettres d'invitation ont été envoyées aux ménages sélectionnés. On visait 25 035 questionnaires complétés. Un échantillon approximatif de 3 700 unités a été utilisé dans les territoires. Parmi ces derniers, environ 3 200 lettres d'invitation ont été envoyées aux ménages sélectionnés. On visait 2 080 questionnaires complétés.

Sources des données

Collecte des données pour cette période de référence : 2019-04-15 à 2020-03-31

Il s'agit d'une enquête à participation volontaire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants.

Dans le cadre de l'enquête menée dans les provinces les données sont obtenues directement auprès des répondants soit par une questionnaire électronique soit par ITAO (interviews téléphoniques assistées par ordinateurs). La réponse par personne interposée n'est pas permise. Les répondants peuvent répondre en français ou en anglais. La durée moyenne d'une entrevue est de 45 minutes.

Dans le cadre de l'enquête menée dans les territoires, les répondants sont interviewés par téléphone ou face à face.

Les fichiers dérivés des données fiscales (environnement BSDDC)

En ayant recours au couplage d'enregistrements, on cherche à obtenir des données de meilleure qualité quant aux revenus (personnel et du ménage).

Les questions portant sur le revenu montrent des taux de non-réponse plutôt élevés, les revenus rapportés par les répondants sont habituellement approximatifs. Le couplage permet d'obtenir l'information sans avoir à poser des questions à ce propos.

Les renseignements recueillis lors de l'ESG de 2019 seront couplés aux dossiers fiscaux (T1, T1FF ou T4) du répondant, ainsi qu'à ceux de chacun des membres du ménage. Les variables clés concernant le ménage (adresse, code postal, numéro de téléphone), le répondant (numéro d'assurance sociale, nom, prénom, date de naissance/âge, sexe) et les autres membres du ménages (nom, prénom, âge, sexe et lien au répondant) sont utilisées au fin du couplage.

Les répondants sont prévenus du couplage avant et lors de l'interview. Pour ceux qui s'y opposent, leur refus est retenu et aucun couplage à leurs données fiscales n'est effectué.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration .

Détection des erreurs

Le traitement a été fait à l'aide d'outils généralisés, le SSPE, pour permettre au sujet matière et aux employés de support de spécifier et mettre en marche les étapes de traitements de façon rapide et afin d'obtenir des résultats de grandes qualités.

Un environnement structuré est utilisé pour observer le bon déroulement du traitement des données et s'assurer de suivre les meilleurs pratiques incluant les processus harmonisés.

Des macro et micro vérifications automatisées et manuelles ont été faites à différentes étapes du traitement. Ces vérifications incluaient les familles, la cohérence et les cheminements. Les relations familiales ont été vérifiées pour assurer l'intégrité des données de la matrice. Une série de vérifications ont été faites pour assurer la cohérence des données d'enquête. Un exemple est la vérification de l'âge du répondant et sa date de fête. Des vérifications de cheminement ont été faites pour s'assurer que le répondant avait suivi le bon aiguillage et corriger les situations de cheminement hors-champ. Des détections d'erreurs ont été programmées directement dans le système ITAO.

Le système de collecte ITAO permettait la vérification automatique d'une grande variété de codes pour toutes les questions à l'aide d'une programmation intégrée qui suivait le cheminement du questionnaire.

Tous les enregistrements de l'enquête ont été soumis à des vérifications informatiques au cours de l'interview. Le système ITAO identifiait les valeurs « non valides » à mesure qu'elles étaient entrées. Ceci permettait à l'intervieweur de résoudre de tels problèmes immédiatement avec le répondant. Lorsqu'il ne pouvait pas résoudre correctement les erreurs décelées, l'intervieweur avait la possibilité de passer outre le problème et de transmettre les données au Bureau central pour qu'il le résolve. Lors de la vérification des données, les employés du Bureau central ont passé en revue tous les commentaires des intervieweurs et en ont tenu compte.

Le bureau central a appliqué le même genre de vérifications que le système ITAO en plus des vérifications plus détaillées discutées précédemment.

Imputation

En 2019, les questions sur le revenu personnel n'ont pas été posées dans l'enquête. Les informations sur le revenu seront obtenues à l'aide du couplage aux données fiscales des répondants qui ne s'étaient pas objectés audit couplage. Les informations sur le revenu seront obtenues à partir du fichier T1FF de 2018. Les informations manquantes pour les autres répondants seront imputées. Depuis l'ESG de 2016, le revenu familial (soit le couplage direct avec une variable du fichier T1FF qui correspond au revenu familial du recensement) est utilisé au lieu du revenu du ménage.

Estimation

Lorsqu'on utilise un échantillon probabiliste comme dans l'ESG, le principe qui sous-tend la démarche d'estimation est que chaque personne échantillonnée représente (outre elle-même) plusieurs personnes non échantillonnées. Ainsi, dans un échantillon aléatoire simple de 2 % de la population, chaque unité représente 50 éléments de la population (lui-même et 49 autres). Le nombre de personnes représentées par une personne échantillonnée est ce que l'on appelle habituellement le poids ou le facteur de pondération de la personne.

L'ESG de 2019 est une enquête de personnes et les fichiers d'analyse contiennent les réponses au questionnaire et les renseignements connexes reçus des enquêtés.

Deux facteurs de pondération sont mis à la disposition des analystes sur le fichier microdonnées :

WGHT_PER : C'est là le poids de base pour l'analyse au niveau des personnes, c'est-à-dire pour l'estimation du nombre de personnes (âgées de 15 ans et plus) ayant une ou plusieurs caractéristiques données.

WGHT_ABU : Ce facteur de pondération est nécessaire à l'estimation du nombre d'incidents de violence des 12 derniers mois dans certaines relations marquées par la violence (agressions de conjoints ou d'ex-conjoints).

Outre les poids des estimations, des poids « bootstrap » sont créées dans le but d'estimer la variance fondée sur le plan de sondage.

Les estimations d'après les données de l'enquête sont ajustées (via la pondération) de sorte qu'elles soient représentatives de l'ensemble de la population cible à l'égard de certaines caractéristiques (on dispose mensuellement d'estimations indépendantes pour divers groupes d'âge-sexe selon la province). Dans la mesure où les caractéristiques étudiées sont corrélées avec les d'estimations indépendantes ci-dessus, cet ajustement permet d'améliorer la précision des estimations.

Évaluation de la qualité

Bien que des mécanismes rigoureux d'assurance de la qualité soient appliqués à toutes les étapes du processus statistique, la validation et l'examen détaillé des données par des statisticiens représentent la vérification ultime de la qualité avant la diffusion. Un grand nombre de mesures de validation ont été mises en oeuvre, à savoir :

a. Analyse des variations au fil du temps;
b. Vérification des estimations par les tableaux croisés;
c. Confrontation avec d'autres sources de données similaires.

Les données de l'ESG sur la sécurité des Canadiens ont été comparées avec celles de l'itération précédente (2014), l'Enquête sur la sécurité dans les espaces publics et privés (ESEPP) ainsi qu'avec le recensement de 2016 afin d'identifier les changements dans les caractéristiques des répondants et déterminer si ces changements peuvent affecter les estimations de l'enquête.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la Loi sur la statistique. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Révisions et désaisonnalisation

Cette méthodologie ne s'applique pas à cette enquête.

Exactitude des données

Puisque les données proviennent d'un échantillon de personnes, elles sont sujettes à l'erreur d'échantillonnage. C'est-à-dire que les estimations faites à partir d'échantillons varieront d'un échantillon à l'autre et qu'elles seront habituellement différentes des résultats qu'aurait produit un recensement complet. Il est possible de produire des estimations plus précises de la variabilité d'échantillonnage des estimations avec la méthode « bootstrap », à l'aide de poids « bootstrap » qui ont été créés pour l'enquête. La méthode « bootstrap » a été utilisée pour estimer la variabilité d'échantillonnage dans le cas de toutes les estimations produites à partir des données de l'ESG de 2019. Les estimations qui comportent une variabilité d'échantillonnage élevée sont indiquées dans cette publication et toutes les différences qui ont été mises en évidence entre les sous-groupes de la population sont significatives à 95 %.

Taux de réponse :
Le taux de réponse global est 36,4 % (41,0 % pour l'échantillon principal dans les provinces et 22,2 % pour le suréchantillon sur les autochtones).

Erreur non due à l'échantillonage :
Des sources courantes de ce type d'erreurs sont une couverture imparfaite ou les non-réponses. Les erreurs de couverture (couverture imparfaite) apparaissent quand il y a des différences entre la population cible et la population sondée. Les ménages sans téléphones ainsi que les ménages avec un service téléphonique non-couvert par la base de sondage actuel représentent une partie de la population cible qui a été exclue de la portion sondée. Dans la mesure où la population exclue diffère du reste de la population cible, les résultats peuvent être biaisés. En général, comme ces exclusions sont réduites, on s'attend à ce que les biais soient eux aussi réduits. Les cas de non-réponse peuvent survenir à plusieurs étapes de cette enquête. Il y a deux niveaux de collecte d'information : aux niveaux du ménage et de la personne. Ainsi, certains cas de non-réponse se produisent au niveau du ménage et d'autres, au niveau de la personne. Les estimations de l'enquête seront pondérées pour tenir compte de la non-réponse. D'autres types d'erreurs non dues à l'échantillonnage peuvent comprendre les erreurs de réponse et les erreurs de traitement.

Biais de non-réponse :
La principale méthode utilisée pour réduire le biais attribuable à la non-réponse comportait une série d'ajustements aux poids de l'enquête pour tenir compte de la non-réponse autant que possible. Pour l'ESG de 2019, un ajustement supplémentaire a été ajouté lorsque des caractéristiques de base de ménages non-répondants, tels que le revenu et la composition du ménage, ont été extraites de sources administratives et puis ont été utilisées pour modéliser et ajuster la non-réponse.

Erreur de couverture :
La base de l'ESG a été créée en utilisant plusieurs sources couplées telles que le recensement, les données administratives et des fichiers de facturations. La couverture a été améliorée (la surcouverture ou la sous-couverture peut toujours exister), lorsque comparée à la stratégie de la composition aléatoire utilisée antérieurement. Tous les répondants des dix provinces ont été interviewés par téléphone ou complété un questionnaire électronique auto-administré. Les ménages sans téléphones ont donc été exclus de la population enquêtée. Les estimations d'enquête ont été ajustées pour représenter toutes les personnes de la population cible, incluant celles exclues de la base de sondage.

Autres erreurs non dues à l'échantillonage :
Pour l'ESG de 2019, des efforts importants ont été déployés afin de réduire au minimum les biais. Ceci grâce à un questionnaire qui a fait ses preuves, à une méthodologie éprouvée, à des intervieweurs spécialisés et à un contrôle de la qualité rigoureux.

Documentation

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :