Enquête sur les infrastructures publiques essentielles du Canada (IPEC)

Information détaillée pour 2018

Statut :

Active

Fréquence :

Aux 2 ans

Numéro d'enregistrement :

5173

Le but de cette enquête est de recueillir des renseignements statistiques sur le stock, l'état, le rendement et les stratégies de gestion des actifs relatifs aux infrastructures publiques essentielles que possèdent ou louent les divers ordres de gouvernement au Canada.

Date de la parution - Prévue pour le ....

Aperçu

Le but de cette enquête est de recueillir des renseignements statistiques sur le stock, l'état, le rendement et les stratégies de gestion des actifs relatifs aux infrastructures publiques essentielles que possèdent ou louent les divers ordres de gouvernement au Canada. Les neuf principaux actifs relatifs aux infrastructures publiques suivants sont évalués :

- Actifs sous forme de ponts et de tunnels
- Installations culturelles, sportives et de loisirs
- Actifs relatifs à l'eau potable
- Actifs relatifs aux transports en commun
- Actifs routiers
- Actifs relatifs au logement social et abordable public
- Actifs relatifs aux déchets solides
- Actifs relatifs aux eaux pluviales
- Actifs relatifs aux eaux usées

Des analystes et des décideurs politiques utiliseront les données de cette enquête pour mieux comprendre l'état actuel des infrastructures publiques essentielles du Canada. Cela permettra à tous les ordres de gouvernement d'élaborer des politiques visant à améliorer les infrastructures publiques essentielles du Canada ainsi qu'à aider à surveiller les progrès réalisés relativement aux résultats souhaités et à en rendre compte.

Période de référence : L'année civile

Période de collecte : Au cours de l'année suivant l'année de référence

Sujets

  • Gouvernement

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population cible comprend les administrations municipales, les administrations régionales ainsi que certains ministères provinciaux possédant au moins un actif d'infrastructure publique essentiel. Ces divers ordres de gouvernement sont collectivement désignés par le terme « organismes ».

Élaboration de l'instrument

Statistique Canada et Infrastructure Canada ont élaboré conjointement le contenu du questionnaire de cette enquête. Le Centre de ressources en conception de questionnaires de Statistique Canada a procédé aux essais qualitatifs pour le cycle de 2016. Ces essais consistaient à mener des interviews cognitives auprès de répondants francophones et anglophones afin d'évaluer leur compréhension des concepts, de la terminologie, des questions et des catégories de réponses, ainsi que leur capacité et leur volonté à répondre aux questions. La mise à l'essai du questionnaire a été terminée en janvier et février 2017 dans le cadre d'une étude initiale de faisabilité de l'Enquête sur les infrastructures publiques essentielles du Canada de 2016.

Échantillonnage

Il s'agit d'une enquête transversale par échantillon.

L'objectif de cette enquête est de produire des estimations décrivant le stock, l'état, le rendement et les investissements relatifs aux infrastructures publiques essentielles du Canada en 2018. Les estimations sont représentatives de :

- la dimension nationale;
- la dimension provinciale et territoriale;
- la dimension urbaine et rurale des municipalités;
- la taille des municipalités.

Le volet municipal représente la grande partie de l'échantillon. Un recensement de municipalités comptant au moins 1 000 habitants a été effectué. Les municipalités rurales d'au moins 500 habitants ont été échantillonnées.

1. Administrations régionales : Ce groupe est une extension des municipalités, puisque cet ordre de gouvernement peut posséder des infrastructures essentielles et fournir des services à plusieurs municipalités. Certaines des infrastructures essentielles les plus importantes que possède ce groupe comprennent des actifs liés au transport en commun, à l'eau potable, aux logements sociaux et abordables, à des installations culturelles, sportives et de loisirs, à des routes, à des ponts et à des tunnels.

2. Administrations provinciales et territoriales : Sont inclus dans l'échantillon les ministères provinciaux et territoriaux responsables des actifs essentiels suivants : les routes, les ponts et les tunnels; les logements sociaux et abordables; les installations culturelles, sportives et de loisirs; le transport en commun.

La sélection finale des unités a été effectuée en fonction des lignes directrices et des pratiques internes de Statistique Canada.

Sources des données

Collecte des données pour cette période de référence : 2019-11-04 à 2020-02-21

Il s'agit d'une enquête à participation obligatoire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants.

Les données sont recueillies principalement au moyen d'un questionnaire électronique, tout en offrant aux répondants la possibilité de répondre par une interview téléphonique ou d'utiliser d'autres méthodes de déclaration électronique.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration .

Détection des erreurs

La détection des erreurs fait partie intégrante des activités de traitement des données. Avant l'imputation, les données recueillies font l'objet d'une série de vérifications pour repérer les erreurs et les incohérences. La détection des valeurs aberrantes est également effectuée sur certaines variables pour cerner les valeurs improbables ou influentes. Toutes les valeurs aberrantes sont assujetties à une vérification plus approfondie et celles réputées être des valeurs aberrantes font l'objet d'une imputation, tout comme les valeurs incohérentes ou manquantes.

Les erreurs et les incohérences relevées dans les données sont examinées et corrigées en consultant les données d'unités semblables dans l'enquête et des renseignements provenant de sources externes. Si un enregistrement ne peut pas être corrigé, il est signalé à des fins d'imputation.

Enfin, les règles de vérification sont intégrées dans le système d'imputation pour détecter et corriger toute erreur restante et assurer la cohérence des données imputées.

Imputation

Après l'étape de la détection des erreurs, deux catégories d'unités sont créées : les cas de non-réponse totale et les cas de non-réponse partielle. Le traitement des unités de non-réponse totale est effectué au moyen de la pondération, les poids des unités répondantes étant modifiés pour représenter les unités non répondantes. Le traitement des unités de non-réponse partielle, à savoir les répondants qui n'ont pas répondu à toutes les questions du questionnaire d'enquête ou lorsque les données déclarées sont déterminées comme incorrectes aux étapes de la détection des erreurs, est effectué en utilisant la méthode de l'imputation pour inscrire renseignements manquants et modifier les renseignements incorrects. De nombreuses méthodes d'imputation peuvent être utilisées pour compléter un questionnaire, y compris les modifications manuelles apportées par un analyste. Les techniques statistiques automatisées employées pour imputer les données manquantes comprennent l'imputation déterministe, le remplacement par des renseignements auxiliaires obtenus auprès d'autres sources, le remplacement fondé sur les relations connues entre les données pour l'unité échantillonnée et le remplacement par des données tirées d'une unité semblable de l'échantillon (appelé imputation par donneur). En général, les variables clés sont imputées en premier; elles sont ensuite utilisées aux étapes subséquentes pour imputer d'autres variables connexes.

L'imputation permet de produire un fichier de microdonnées complet et cohérent qui couvre toutes les variables d'enquête.

Estimation

Un fichier complet de microdonnées pondérées est créé pour toutes les organismes sélectionnés dans la population cible de l'enquête pour lesquels des données ont été déclarées ou imputées. Les poids sont ajustés pour tenir compte de la non-réponse totale afin que les estimations finales soient représentatives de l'ensemble de la population visée par l'enquête. Les estimations pondérées sont produites en utilisant le Système généralisé d'estimation.

Évaluation de la qualité

Les estimations sont révisées afin de s'assurer que les résultats sont logiques, et des vérifications de la qualité sont effectuées afin d'assurer l'uniformité des estimations. Les résultats atypiques sont relevés aux fins d'enquête et corrigés au besoin. De plus, des spécialistes à l'extérieur de Statistique Canada ont l'occasion d'examiner les microdonnées et les estimations de l'enquête et de formuler des commentaires sur leur qualité avant leur diffusion officielle.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la Loi sur la statistique. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la Loi sur la statistique. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Révisions et désaisonnalisation

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Exactitude des données

L'Enquête sur les infrastructures publiques essentielles du Canada a été divisée en plusieurs populations. Certaines populations ont été recensées, tandis que d'autres ont été échantillonnées. Cependant, en raison de la non-réponse, toutes les populations ont été traitées comme des échantillons pour ce qui est de l'estimation. Par conséquent, les estimations sont sujettes à l'erreur d'échantillonnage. Cette erreur peut s'exprimer comme erreur-type. Par exemple, la proportion d'organismes de la population cible qui répondraient OUI à une question donnée est estimée à 50 %, avec une erreur-type de 0,04. Dans l'échantillonnage répété, l'estimation devrait se situer entre 46 % et 54 %, 19 fois sur 20. Les règles suivantes fondées sur l'erreur-type sont utilisées pour attribuer une mesure de la qualité à toutes les estimations de pourcentages.

Erreur-type
0,00 à 2,49 A - EXCELLENTE
2,50 à 4,99 B - TRÈS BONNE
5,00 à 7,49 C - BONNE
7,50 à 9,99 D - ACCEPTABLE
10,00 à 14,99 E - À UTILISER AVEC PRUDENCE
Supérieure à 15,00 F - TROP PEU FIABLE POUR ÊTRE PUBLIÉ

Les règles suivantes, fondées sur le coefficient de variation, sont utilisées pour attribuer une mesure de la qualité à toutes les estimations des dénombrements et des totaux.

Coefficient de variation
0,00 % à 4,99 % A - EXCELLENTE
5,00 % à 9,99 % B - TRÈS BONNE
10,00 % à 14,99 % C - BONNE
15,00 % à 24,99 % D - ACCEPTABLE
25,00 à 34,99 % E - À UTILISER AVEC PRUDENCE
Supérieur à 35 % F - TROP PEU FIABLE POUR ÊTRE PUBLIÉ


Les estimations de l'enquête peuvent aussi comprendre des erreurs non dues à l'échantillonnage, lesquelles peuvent se produire pour de nombreuses raisons. Elles comprennent, entre autres, les erreurs de couverture de la population, les différences dans l'interprétation des questions, les renseignements erronés fournis par les répondants et les erreurs d'enregistrement, de codage et de traitement des données. La non-réponse est une source importante d'erreur non due à l'échantillonnage. Bien que l'incidence des erreurs non dues à l'échantillonnage soit difficile à évaluer, certaines mesures comme les taux de réponse et les taux d'imputation peuvent être utilisées comme indicateurs du niveau possible d'erreur non due à l'échantillonnage.

Date de modification :