Enquête biennale sur l'eau dans l'agriculture (EEA)

Information détaillée pour 2022

Statut :

Active

Fréquence :

Aux 2 ans

Numéro d'enregistrement :

5145

L'Enquête sur l'eau dans l'agriculture est menée afin de recueillir des renseignements sur l'utilisation de l'eau d'irrigation, sur les méthodes et les pratiques d'irrigation, et sur les sources et la qualité de l'eau utilisée à des fins agricoles dans les exploitations agricoles canadiennes. Les résultats aideront les exploitants agricoles, les gouvernements et la population canadienne à avoir une meilleure compréhension de la demande en eau et de la façon dont elle est utilisée dans les exploitations agricoles canadiennes.

Date de la parution - À déterminer

Aperçu

L'Enquête sur l'eau dans l'agriculture est menée afin de recueillir des renseignements sur l'utilisation de l'eau d'irrigation, sur les méthodes et les pratiques d'irrigation, et sur les sources et la qualité de l'eau utilisée à des fins agricoles dans les exploitations agricoles canadiennes.

Cette enquête fait partie du programme des Indicateurs canadiens de durabilité de l'environnement (ICDE). Les données recueillies serviront à la production des rapports sur les ICDE. Les renseignements seront également utilisés par Agriculture et Agroalimentaire Canada afin d'appuyer l'élaboration des politiques sur l'utilisation de l'eau et la création des programmes s'adressant aux irrigateurs au Canada. Statistique Canada les utilisera aussi pour améliorer la modélisation des volumes d'irrigation, selon le type de culture, et pour poursuivre l'établissement de rapports sur l'utilisation totale de l'eau, selon le secteur au Canada.

Activité statistique

L'enquête est menée dans le cadre du Programme intégré de la statistique des entreprises (PISE). Le PISE a été conçu pour intégrer les quelque 200 enquêtes auprès des entreprises dans un même programme d'enquête principal. Le PISE vise à recueillir des données sur les industries et les produits à l'échelle provinciale, tout en évitant les chevauchements entre les différents questionnaires d'enquête. Les questionnaires d'enquête auprès des entreprises ainsi remaniés ont une présentation, une structure et un contenu harmonisé.

L'approche intégrée rend la déclaration plus facile pour les entreprises ayant des activités dans différentes industries, puisqu'elles peuvent ainsi fournir des renseignements similaires pour chaque succursale. Elles n'ont ainsi pas à remplir des questionnaires dont la présentation, le libellé et même les concepts changent d'une industrie à l'autre. Les résultats combinés donnent des statistiques économiques plus cohérentes et précises.

Sujets

  • Agriculture et alimentation (anciennement Agriculture)
  • Environnement
  • Qualité de l'environnement
  • Utilisation des terres et pratiques environnementales

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population cible de l'Enquête sur l'eau dans l'agriculture est composée des exploitations agricoles canadiennes qui irriguent leurs terres. La base de sondage a été créée au moyen de l'information recueillie dans le cadre du Recensement de l'agriculture (REAG) de 2016. L'exploitation agricole constitue l'unité statistique, et toute unité ayant déclaré, dans le questionnaire du REAG, avoir irrigué des terres en 2015 faisait partie de la base de sondage de départ.

Les groupes suivants ont ensuite été supprimés de la base de sondage de départ; par conséquent, leur utilisation de l'eau n'est pas comprise dans les estimations :

- Toutes les exploitations agricoles ayant déclaré des ventes de moins de 10 000 $.
- Toutes les fermes d'établissements institutionnels (par exemple les fermes gouvernementales, universitaires ou pénitentiaires), les fermes des réserves indiennes et les pâturages communautaires.
- Toutes les unités ayant déclaré des cultures en serre, des pépinières et des gazonnières ou de la production de champignons ou d'arbres de Noël au REAG de 2016.
- Toutes les unités faisant partie du programme des Statistiques sur les grandes entreprises agricoles de Statistique Canada. Ces unités très grandes et complexes ont conclu des ententes de collecte spéciales avec Statistique Canada concernant les enquêtes pour lesquelles elles fournissent des données.
- Toutes les unités pour lesquelles les données sur l'irrigation ont été entièrement imputées lors du REAG de 2016.
- Toutes les unités ayant déclaré une superficie irriguée uniquement dans la catégorie « Autre » dans le REAG de 2016 et n'ayant pas déclaré posséder du matériel d'irrigation.
- Toutes les unités dans les sept régions les plus au nord des 25 régions de drainage du Canada : Yukon (5), Paix-Athabasca (6), Bas Mackenzie (7), Côte de l'Arctique-Îles (8), Keewatin-sud de l'Île de Baffin (16), Nord de l'Ontario (17) et Nord du Québec (18).

Les 8 457 unités restantes constituent la base de sondage finale.

Élaboration de l'instrument

Ce type de méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Échantillonnage

Il s'agit d'une enquête transversale par échantillon.

La base de sondage comprend toutes les exploitations agricoles qui ont déclaré une superficie irriguée dans le cadre du Recensement de l'agriculture de 2016 et qui satisfont aux critères mentionnés dans la section « Population cible ».

Unité d'échantillonnage :
L'unité d'échantillonnage est l'exploitation agricole.

Méthode de stratification :
Un plan d'échantillonnage stratifié a été utilisé. Des strates géographiques ont été définies au niveau de la région de drainage (RD) ou, dans le cas de petites populations à l'intérieur d'une RD donnée, des groupes de RD. La RD 11, qui représente une grande partie du volume total d'eau d'irrigation et de la superficie irriguée totale au Canada, a été divisée en deux strates, l'une pour l'Alberta et l'autre pour la Saskatchewan. Dans les 15 strates géographiques obtenues, la population a été répartie en sous-strates en fonction des prévisions de leur utilisation de l'eau pour l'irrigation, modélisées à partir des données du Recensement de l'agriculture de 2011 et de 2016, et des données de l'Enquête sur l'eau dans l'agriculture (EEA) de 2010, de 2012, de 2014 et de 2016. Les unités ont été classées dans l'une des trois sous-strates d'utilisation prévue de l'eau, soit faible, moyenne ou élevée. Les seuils pour ces sous-strates variaient d'une strate géographique à l'autre.

Échantillonnage et sous-échantillonnage :
L'échantillon a été réparti de manière à respecter les coefficients de variation cibles prédéfinis pour l'utilisation prévue de l'eau au niveau de la strate géographique (groupe de RD). Une base de sondage de départ de 1 800 unités a été répartie entre les 15 RD, puis, environ 500 autres unités ont été réparties dans des groupes de RD jugées comme étant plus sensibles parce qu'elles avaient enregistré des précipitations inférieures à la normale ou de l'importance de la région en lien avec l'irrigation. Le total est légèrement supérieur à 2 250 pour compenser les unités qui ne seront pas envoyées à la collecte en raison d'un chevauchement avec l'Enquête sur la mise à jour de la base de sondage agricole et d'autres unités qui ont été supprimées lorsque le fichier de l'interface d'enquête a été créé.

Afin de réduire le fardeau de réponse, on a utilisé une méthode de coordination d'échantillon appelée l'approche des microstrates pour sélectionner l'échantillon. Dans une sous-strate, les unités ayant été récemment sélectionnées pour d'autres enquêtes agricoles de Statistique Canada étaient moins susceptibles d'être sélectionnées pour l'EEA.

Après la sélection de l'échantillon de départ, un certain nombre de vérifications ont été effectuées pour exclure certaines unités de l'échantillon final, notamment les unités inactives ou les exclusions du Registre des entreprises, des unités qui avaient fait l'objet d'un reclassement depuis le Recensement de 2016 ou qui figuraient sur une liste d'unités exemptées des enquêtes. La taille totale de l'échantillon était de 2 269 unités.

Sources des données

Collecte des données pour cette période de référence : 2022-10-13 à 2022-12-14

Il s'agit d'une enquête à participation volontaire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants.

Les données sont recueillies au moyen de questionnaires électroniques en français et en anglais. Les répondants sont contactés par courriel ou par lettre et reçoivent un code d'accès au questionnaire électronique de l'enquête. Les questionnaires électroniques sont acheminés à une personne-ressource qui ayant une bonne connaissance des activités d'irrigation pratiquées dans l'exploitation.

Un suivi téléphonique est effectué pour obtenir des données auprès des établissements qui ont retourné des questionnaires incomplets ou qui ne les ont pas remplis.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration .

Détection des erreurs

De nombreux facteurs influent sur l'exactitude des données recueillies au cours d'une enquête. Par exemple, il peut arriver que les répondants interprètent mal certaines questions, qu'ils inscrivent incorrectement les réponses sur le questionnaire ou que des erreurs se produisent à l'étape de la saisie des données ou de la mise en tableaux. Toutes les mesures sont prises pour réduire la fréquence de telles erreurs.

Le questionnaire électronique renferme des contrôles qui aident les répondants à corriger les incohérences (p. ex., la somme des pourcentages d'une variable n'est pas égale à 100 %).

Pour les données transmises, le système vérifie si toutes les cellules obligatoires ont été remplies, si certaines valeurs se situent dans des intervalles acceptables, si l'enchaînement des questions a été respecté, si les pourcentages sont convertis en dollars, si des valeurs sont attribuées à certaines variables transformées et dérivées, et si les vides sont mis à zéro, le cas échéant. Les données sont soumises à des règles de vérification de la cohérence pour chaque enregistrement utilisable. Ces règles assurent que toutes les variables ont des réponses valides et sont complètes et cohérentes dans le questionnaire et d'un questionnaire à l'autre.

Les valeurs aberrantes sont relevées après la collecte, en dehors du Programme intégré de la statistique des entreprises, et sont éliminées du processus d'imputation.

Imputation

L'imputation de données est utilisée pour certains champs de données importants lorsque le répondant fournit des données incomplètes ou incohérentes. Les données sur la superficie irriguée ou sur les volumes d'eau utilisée pour l'irrigation sont imputées au moyen d'une approche automatisée utilisant le plus proche voisin. Les données d'autres champs ne sont pas imputées, mais plutôt laissées avec la réponse « ne sait pas ». Les données pour les répondants qui ne répondent pas au questionnaire ne sont pas imputées, mais sont plutôt prises en compte à l'étape de l'estimation.

Estimation

Étant donné que l'Enquête sur l'eau dans l'agriculture est une enquête par sondage, les poids d'échantillonnage sont appliqués aux divers répondants selon le nombre d'unités dans la population qu'ils représentent. Les poids initiaux, ou poids de sondage, sont calculés comme étant la probabilité que l'unité soit sélectionnée dans l'échantillon. Comme pour toutes les enquêtes, il y a des cas de non-réponse. Les poids des répondants sont donc corrigés pour tenir compte des unités non répondantes. Un poids de 1 est assigné aux unités dont l'utilisation d'eau est très importante et qui sont considérées comme étant uniques. Pour estimer une caractéristique pour l'ensemble de la population, on multiplie ce poids final par la valeur de la réponse et on l'additionne à l'ensemble de la population. L'estimation directe de la variance est utilisée pour mesurer la précision de l'estimation.

Évaluation de la qualité

Les volumes d'eau et les superficies des terres irriguées estimés d'après l'Enquête sur l'eau dans l'agriculture sont comparés aux estimations antérieures obtenues au moyen du cycle précédent de l'enquête. Les données sont également comparées à des données provenant de sources administratives quand celles-ci sont disponibles.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la Loi sur la statistique. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données identifiables.

Des techniques de suppression de données tabulaires sont utilisées pour empêcher une telle divulgation. Les cellules des tableaux publiés qui posent un risque pour l'identification de personnes sont supprimées (leur valeur est remplacée par un x). Certaines autres cellules du tableau peuvent être supprimées afin d'éliminer le risque de divulgation par recoupements. Les cellules à risque sont celles où un petit nombre de répondants contribue à l'estimation de la cellule, ou celles qui ont été repérées au moyen d'une technique automatisée de suppression de cellules tabulaires. Cette technique permet de mesurer la sensibilité ou le risque de divulgation de chaque cellule, de repérer celles qui sont à risque et de déterminer si d'autres cellules doivent être supprimées afin de protéger la confidentialité des données.

Les estimations des superficies sont arrondies aux 10 hectares près. Les estimations des volumes sont déclarées au millier de mètres cubes près. La méthode de l'arrondissement aléatoire est utilisée pour les estimations qui représentent un dénombrement. Les estimations dans ces cellules sont arrondies aléatoirement vers le haut ou vers le bas à un multiple de cinq. Pour cette raison, la somme des valeurs arrondies et la somme des totaux marginaux arrondis peuvent ne pas correspondre.

Révisions et désaisonnalisation

Des révisions sont apportées, au besoin, aux données de la période de référence précédente de l'enquête lors de la première diffusion des données actuelles. L'objet de cette révision est de régler tous les problèmes importants qui ont été décelés dans les données entre les cycles d'enquête. En fait, la période de révision dépend de la nature du problème. Pour obtenir les données les plus récentes, veuillez consulter les tableaux 38-10-0239 à 38-10-0249. Les données ne sont pas désaisonnalisées.

Exactitude des données

Les statistiques dans la présente publication sont des estimations établies au moyen d'un échantillon aléatoire tiré des exploitations agricoles canadiennes. Par conséquent, elles sont sujettes à des erreurs d'échantillonnage à des erreurs dues à l'échantillonnage. La qualité des estimations est donc fonction de l'effet combiné de ces types d'erreurs.

Erreurs d'échantillonnage :

Ces erreurs se produisent parce que les observations portent uniquement sur un échantillon et non sur l'ensemble de la population. L'erreur d'échantillonnage découle de facteurs tels que la taille de l'échantillon, la variabilité des caractéristiques à l'étude dans la population, le plan de sondage et la méthode d'estimation. Par exemple, pour une taille d'échantillon donnée, l'erreur d'échantillonnage se produira en fonction de la procédure de stratification utilisée, de la répartition de l'échantillon du choix des unités d'échantillonnage et de la méthode de sélection. Dans une enquête sur échantillon, puisqu'on tire des conclusions sur l'ensemble d'une population à partir de données obtenues auprès d'une partie de la population seulement, les résultats sont susceptibles d'être différents de ceux qu'on aurait obtenus en recensant toute la population dans les mêmes conditions générales d'enquête. La principale caractéristique de l'échantillonnage probabiliste est que l'erreur d'échantillonnage peut être mesurée directement à partir de l'échantillon.

Généralement, l'erreur d'échantillonnage se mesure par la variabilité attendue de l'estimation par rapport à la valeur réelle, exprimée en pourcentage de l'estimation et appelée coefficient de variation (c.v.). Pour l'Enquête sur l'eau dans l'agriculture, les coefficients de variation des estimations définitives ont été calculés et sont indiqués dans les tableaux statistiques. La qualité des estimations est évaluée de la façon suivante :

E à utiliser avec prudence : c.v. de 25,00 % à 49,99 %
F trop peu fiable pour être publié : c.v. > 49,99 % (les données sont supprimées)

Erreurs non dues à l'échantillonnage :

Ces erreurs se produisent, qu'il s'agisse d'un échantillon ou d'un recensement complet de la population. Des erreurs non dues à l'échantillonnage peuvent se produire à diverses étapes de la collecte des données (non-réponse, différences dans l'interprétation des questions, renseignements incorrects fournis par les répondants) et du traitement des données (codage, saisie des données, contrôle, pondération, totalisation, etc.). Tous les efforts sont faits pour réduire au minimum les erreurs non dues à l'échantillonnage au moyen de la mise à l'essai du questionnaire, de contrôles approfondis, de mesures de contrôle de la qualité et d'une analyse des données. Toutefois, certaines de ces erreurs échappent au contrôle de Statistique Canada.

Selon les estimations de l'enquête de 2018 en ce qui a trait au volume d'eau d'irrigation et à la superficie des terres irriguées, les taux varient beaucoup d'une région à l'autre. Les différences en ce qui a trait aux situations météorologiques, aux types de cultures et aux pratiques agricoles peuvent toutes contribuer à expliquer ces variations.

Taux de réponse :
Une fois les étapes de contrôle et d'imputation exécutées et les unités hors champ exclues, le taux de réponse obtenu pour 2018 était de 73,2 %

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :