Enquête sur le cabotage

Information détaillée pour janvier à décembre 2011

Statut :

Inactive

Fréquence :

Deux fois par année

Numéro d'enregistrement :

2751

Cette enquête recueille des données sur le transport maritime intérieur, c'est-à-dire le transport de marchandises entre ports canadiens.

Date de la parution - 30 novembre 2012 (Il s'agit de la dernière diffusion du communiqué « Transport maritime intérieur et international » ainsi que de la publication Le transport maritime au Canada (Numéro au catalogue54-205-X), qui n'ont plus cours.)

Aperçu

Cette enquête recueille des données sur le transport maritime intérieur, c'est-à-dire le transport de marchandises entre ports canadiens. Cette information est utilisée comme donnée d'entrée pour le Système de comptabilité nationale canadien, et elle est utilisée par Transports Canada et par d'autres ministères provinciaux et fédéraux, ainsi que par les sociétés de transport, les firmes de consultants et les universités. Cette information est utilisée pour l'analyse des activités de transport, pour la commercialisation et les études économiques, ainsi que pour les études sur la performance de l'industrie.

Activité statistique

Cette activité statistique fait partie d'un ensemble d'enquêtes qui permettent de mesurer divers aspects des activités liées au mouvement des gens et des marchandises. Cet ensemble d'enquêtes se compose des groupes suivants :

Transport aérien, y compris les enregistrements portant sur le mouvement des aéronefs, des passagers et des marchandises par voie aérienne des transporteurs aériens canadiens et étrangers, ainsi que les caractéristiques opérationnelles et financières des transporteurs aériens canadiens. Ces données proviennent du Centre des statistiques de l'aviation.

Transport ferroviaire, y compris les enregistrements portant sur le transport ferroviaire au Canada, et entre les États-Unis et le Canada.

Transport routier, y compris les enregistrements portant sur tout le transport routier au Canada. Outre les programmes d'enquête auprès des transporteurs et des propriétaires de véhicules immatriculés, certains programmes ont besoin de données administratives provinciales et territoriales regroupées.

Période de référence : Trimestre

Période de collecte : Ininterrompue

Sujets

  • Transport
  • Transport par eau

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population cible se compose des navires utilisés pour le transport maritime intérieur, qui entrent dans un port canadien ou qui en sortent, à l'exception des cargos de moins de 15 tonneaux de jauge nette, des navires de la marine canadienne, des navires de recherche, et des mouvements sur l'est des remorqueurs et des traversiers oeuvrant dans les ports de la côte Ouest.

Élaboration de l'instrument

Il y a deux questionnaires utilisés, soit le S.1 Rapport sur la navigation en eaux intérieures et le S.4 Exploitants de remorqueurs et de traversiers.

Les questionnaires ont été conçu par des spécialistes du domaine en consultation avec les experts du secteur. Au besoin, on modifie, ajoute ou supprime les questions. On détermine habituellement les changements à apporter en s'appuyant sur la recherche des spécialistes du domaine ou les changements des tendances du marché.

Échantillonnage

Il s'agit d'un recensement avec plan transversal.

Les données étant recueillies pour toutes les unités de la population cible, par conséquent, aucun échantillonnage n'est effectué.

Sources des données

Il s'agit d'une enquête à participation obligatoire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants et sont tirées de fichiers administratifs.

Les données sont recueillies par envoi et retour par la poste, mais les répondants ont la possibilité de répondre par téléphone ou d'utiliser d'autres méthodes de déclaration électronique.

Les rapports sur la navigation servent à recueillir des données sur le cabotage. Le formulaire S.1 Rapport sur la navigation en eaux intérieures sert à la collecte des données. Les exploitants de navires qui arrivent à un port canadien, ou qui le quittent, doivent remplir ce rapport pour chaque navire de l'univers. Le rapport sur la navigation S.1 fournit notamment les renseignements suivants : le nom et le pays d'immatriculation du navire, la jauge nette et brute au registre, la description de la cargaison, le tonnage et les ports d'embarquement et de débarquement de la cargaison. Le formulaire S.4 Exploitants de remorqueurs et de traversiers a été utilisé pour la première fois le 1er janvier 1979. Il permet aux membres du « Council of Marine Carriers » de la côte Ouest qui exploitent des remorqueurs, des chalands, des péniches et des traversiers de déclarer tous les mois leurs mouvements côtiers de marchandises. Ils ne sont pas obligés de déclarer les mouvements sur lest et seul le rapport chaland/péniche est exigé dans le cas d'une unité remorqueur-chaland/péniche. Les exploitants des navires doivent envoyer les formulaires par la poste à Statistique Canada, à Ottawa, de façon quotidienne, hebdomadaire ou mensuelle.

Les données administratives sur les mouvements de marchandises, sur les caractéristiques et les mouvements de navires proviennent des principaux transporteurs, Lloyd's of London - Maritime information Services, et de Pêches et Océans Canada - Garde Côtière Canadienne.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration.

Détection des erreurs

Au moment de leur réception, les documents sont triés à la main et vérifiés afin de déterminer l'uniformité et la fiabilité des données déclarées. Lors de la saisie et du contrôle des données, on attribue des codes numériques à tous les ports et à toutes les marchandises, on vérifie l'uniformité des renseignements sur les tendances et les activités portuaires par rapport aux déclarations précédentes et l'on utilise des documents de référence lorsqu'il manque des chiffres ou que les données sont douteuses; dans le cas des rapports peu fiables, on effectue un suivi téléphonique en communiquant avec la société de navigation.

Imputation

On impute manuellement afin de compenser pour les données manquantes, basé sur des renseignements reliés à l'industrie et sur la connaissance d'experts en la matière.

Estimation

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Évaluation de la qualité

La qualité des données est évaluée en utilisant l'analyse des tendances et la comparaison des données avec les statistiques d'autres sources incluant la diffusion des informations par les autorités portuaires.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la loi. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle.

Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables. Les données pour une industrie ou une variable en particulier peuvent être supprimées (avec les données d'une autre industrie ou variable) si le nombre d'entreprises dans la population est trop petit.

Révisions et désaisonnalisation

Les estimés semestriels sont fournis. Les données de la période de référence précédente sont révisés si nécessaire. Les ajustements saisonniers ne sont pas pertinents.

Exactitude des données

Toute enquête statistique peut contenir des erreurs. Le total des erreurs d'une enquête est défini comme l'écart entre l'estimation à partir d'un échantillon et la valeur réelle de la population cible. Les erreurs d'enquête peuvent être classées comme « erreurs d'échantillonnage » ou « erreurs non liées à l'échantillonnage ». Comme les enquêtes sur le transport maritime sont des recensements, elles ne contiennent pas d'erreurs d'échantillonnage.

Il existe quatre types d'erreurs non liées à l'échantillonnage :

i. les erreurs de couverture (lorsque la base de sondage ne couvre pas entièrement la population cible);
ii. les erreurs de réponse (lorsqu'un répondant fournit des informations inexactes);
iii. les erreurs liées à la non-réponse (lorsqu'un répondant ne répond pas à une partie du questionnaire ou à l'ensemble du questionnaire); et
iv. les erreurs de dépouillement (erreurs commises lors de la capture des données, du codage et de la vérification des données).

L'Enquête sur le cabotage peut contenir des erreurs de couverture. Sa population observée est plus faible que la population cible, en raison de la taille du seuil et des nombreux types de navires exemptés (par exemple, les transbordeurs de véhicules et les traversiers ferroviaires) et la difficulté pratique d'identifier tous les navires actifs dans le transport intérieur de marchandises.

En termes d'erreurs de réponse, l'enquête peut présenter des risques importants, en particulier pour les marchandises déclarées. Les transporteurs ne sont pas toujours capables d'en donner une description suffisamment détaillée qui permette un codage convenable. Ils ont souvent recours à des termes comme « marchandises diverses », lorsqu'ils ne sont pas sûrs du contenu exact des conteneurs ou lorsqu'ils transportent plusieurs types de marchandises en une seule cargaison. Par conséquent, il arrive que l'on sur-évalue les catégories résiduelles comme « Autres produits manufacturés et autres produits divers » et « Autres produits et préparations chimiques », et que l'on sous-évalue la nature véritable des marchandises. Il arrive aussi que les répondants utilisent des facteurs de conversion incorrects dans le calcul du poids de leur cargaison.

Les erreurs dues à l'absence de réponse peuvent avoir un impact sur l'Enquête sur le cabotage. Certains ports canadiens ne présentent pas de rapports de trafic maritime et l'on sait, par exemple, qu'il existe une importante sous-déclaration des activités de la côte du Pacifique et de la rivière Mackenzie.

Finalement, cette enquête est sujette à des erreurs de dépouillement pendant la saisie des données, entre autres des erreurs de transcription et de codage des informations, ou des erreurs de conversion en unités de mesure de poids, à partir d'autres unités de mesure (par exemple, la conversion de « tonneaux » ou de mètres cubes en kilogrammes). Des erreurs peuvent aussi se produire pendant la vérification des données et les procédures d'imputation dont on se sert pour corriger des données qui semblent inexactes ou incomplètes. Il existe un certain nombre de techniques pour détecter et résoudre les erreurs de dépouillement. Le recours à la microanalyse et la macroanalyse des données, par exemple, permet de vérifier la congruence et la cohérence des données avec les informations recueillies auprès d'autres sources (par exemple, les statistiques des autorités portuaires sur les marchandises ou les statistiques économiques provenant des autres divisions de Statistique Canada).

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :