Production et écoulement des produits du tabac

Information détaillée pour novembre 2019

Statut :

Active

Fréquence :

Mensuelle

Numéro d'enregistrement :

2142

L'enquête mensuelle, Production et écoulement de produits du tabac, mesure les quantités de produits du tabac que produisent et vendent les fabricants canadiens.

Date de la parution - 9 janvier 2020

Aperçu

Cette enquête mesure mensuellement les quantités de produits du tabac que produisent et vendent les fabricants canadiens.

On utilise les quantités de produits du tabac produits et vendus, comme indicateur de la situation économique de l'industrie de la fabrication de produits du tabac et aussi comme données d'entrée pour le calcul du produit intérieur brut canadien et pour les études micro et macroéconomiques visant à déterminer les parts de marché et les tendances de l'industrie. Les données sont utilisées par le milieu des affaires, les ministères fédéraux et provinciaux et les organismes internationaux.

Période de référence : mois

Période de collecte : Au cours du mois qui suit le mois de référence.

Sujets

  • Aliments, boissons et tabac
  • Fabrication

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population cible est constituée de tous les établissements au Canada engagés dans la fabrication de cigarettes et autres produits du tabac classifiés dans le SCIAN 312220 sous le Système de classification des industries de l'Amérique du Nord (SCIAN 2017). La population observée est composée des établissements dans la population cible ayant les revenus les plus élevés (ces établissements représentent plus de 99 % du revenu total généré par l'industrie).

Élaboration de l'instrument

Le questionnaire utilisé pour cette enquête a très peu changé au cours des années. En réaction aux commentaires, à la fois des répondants et des utilisateurs, certains changements au format et à la terminologie ont été apportés afin de maintenir la pertinence de son contenu.

Échantillonnage

Il s'agit d'un recensement avec plan transversal.

L'unité d'échantillonnage est l'établissement tel que défini dans le Registre des entreprises de Statistique Canada.

L'échantillon a été déterminé en sélectionnant les établissements ayant les revenus les plus importants afin de couvrir 99 % du revenu total de l'industrie. La taille de l'échantillon pour la période de référence de janvier 2019 est de 5 établissements.

Sources des données

Il s'agit d'une enquête à participation obligatoire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants.

On recueille les données chaque mois auprès des répondants, par l'intermédiaire d'un questionnaire électronique. Les entreprises dont on ne reçoit aucune réponse ou dont les données contiennent des erreurs font l'objet d'un suivi par téléphone ou par télécopieur.

Dans des circonstances normales, on recueille les données, on les saisit, on les vérifie, on les met en tableau et on les publie dans les 4 semaines suivant le mois de référence.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration .

Détection des erreurs

Pour repérer les erreurs et les incohérences internes, on soumet les données saisies à des vérifications automatisées servant à vérifier si les totaux correspondent à la somme des éléments et si les données du mois courant concordent avec celles du mois précédent. Les données jugées inexactes à l'issue des vérifications font l'objet d'une inspection manuelle, qui peut déboucher sur des corrections.

En outre, des spécialistes en la matière analysent les données à un niveau plus agrégé en vue de détecter et vérifier toute fluctuation importante d'un mois à l'autre ou d'une année à l'autre dans l'industrie.

Imputation

En cas de non-réponse ou de réponses incomplètes au questionnaire ou lorsque les données déclarées sont considérées comme incorrectes aux étapes de la détection des erreurs, on utilise l'imputation pour compléter ou corriger les renseignements. De nombreuses méthodes d'imputation peuvent être utilisées pour compléter un questionnaire, y compris les modifications manuelles apportées par un analyste. Les techniques statistiques automatisées employées pour imputer les données manquantes comprennent : le remplacement par des données historiques (avec calcul de tendance, s'il y a lieu), le remplacement par des renseignements auxiliaires obtenues auprès d'autres sources et le remplacement fondé sur les relations connues entre les données pour l'unité échantillonnée. En général, on commence par imputer les variables clés, qu'on utilise ensuite aux étapes subséquentes pour imputer d'autres variables connexes.

Estimation

On interroge toutes les unités de la population observée. L'estimation des totaux s'effectue par simple agrégation des valeurs de toutes les unités d'estimation qui appartiennent au domaine d'estimation. Les estimations sont calculées pour un seul domaine d'intérêt, c'est-à-dire le Canada, en s'appuyant sur les renseignements de classification les plus récents disponibles pour l'unité d'estimation et la période de référence de l'enquête. Il convient de noter que ces renseignements de classification peuvent différer de la classification originale utilisée lors de l'échantillonnage, étant donné que la taille, l'industrie ou l'emplacement correspondant à un enregistrement peuvent avoir changé. Les changements dans la classification se reflètent immédiatement dans les estimations.

Évaluation de la qualité

On analyse les résultats de l'enquête de manière à assurer la comparabilité avec les séries de données historiques et la concordance avec la situation économique de l'industrie. Les informations disponibles auprès d'autres sources telles que des médias et d'autres organisations gouvernementales sont aussi utilisées dans le processus de validation.

Contrôle de la divulgation

La Loi interdit à Statistique Canada de rendre publique toute donnée susceptible de révéler de l'information obtenue en vertu de la Loi sur la statistique et se rapportant à toute personne, entreprise ou organisation reconnaissable sans que cette personne, entreprise ou organisation le sache ou y consente par écrit. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

La divulgation directe peut se produire lorsque la valeur dans une cellule de totalisation se compose de peu de réponses ou lorsque la cellule est dominée par quelques entreprises. La divulgation par recoupement peut se produire lorsque des renseignements confidentiels peuvent être dérivés indirectement en compilant des renseignements provenant de différentes sources ou séries de données.

Révisions et désaisonnalisation

On peut réviser les données pour inclure des renseignements modifiés ou de l'information déclarée par les répondants qui est reçue après la fin d'un cycle de collecte. Les révisions sont diffusées pendant la période subséquente et représentées dans les séries stockées dans l'ECDS (Entrepôt commun de données de sortie).

Exactitude des données

La méthodologie utilisée pour cette enquête est conçue de manière à favoriser l'exactitude des données. Puisqu'on recueille des données auprès de tous les fabricants canadiens des produits du tabac inclus dans la population observée, les estimations qui en découlent ne sont pas exposées à des erreurs d'échantillonnage. Cependant, les résultats sont toujours sujets aux erreurs non liées à l'échantillonnage, c'est-à-dire les erreurs associées à la couverture, à la non-réponse, à la déclaration inexacte et au traitement. Les erreurs liées à la couverture et à la non-réponse peuvent être mesurées. En ce qui concerne les erreurs liées à la déclaration inexacte et de traitement, on fait tout ce qui est possible pour les contrôler.

Le taux de réponse de collecte pour la période de 12 mois au cours de 2018 pour cette enquête, s'établit à 100 %.

ERREUR NON DUE À L'ÉCHANTILLONNAGE
Les résultats de l'enquête présentent un certain degré de sous-couverture (appelée erreur liée à la couverture), en raison du décalage qui survient habituellement entre la création d'une entreprise et celui de son inclusion dans l'univers de cette enquête. Cela s'explique du fait que la liste des entreprises comprises dans cette enquête est dérivée des plus récents résultats de l'EAMEF, qui ne sont disponibles que 15 mois après la période de référence.

Toutefois, on limite le plus possible l'erreur liée à la couverture en utilisant en outre de l'information préliminaire tirée de l'EAMEF, des commentaires provenant de l'Enquête mensuelle sur les industries manufacturières (EMIM) et d'autres sources telles que les revues professionnelles et les articles de journaux pour repérer de nouvelles unités à inclure dans l'enquête.

Erreurs liées à la non-réponse
De nombreuses raisons peuvent expliquer pourquoi certains répondants sont incapables de fournir des renseignements (incendie, vol, grève, difficultés économiques, etc.). D'autres répondants pourront accuser du retard dans l'envoi de leurs réponses. Pour limiter le plus possible la non réponse, on effectue un suivi rigoureux auprès des non répondants, par téléphone ou par télécopieur. On impute les données des unités non-répondantes au moyen des tendances de l'industrie et d'autres renseignements connexes. On révise les données à une date ultérieure lorsque l'on reçoit les questionnaires remplis après la fin d'un cycle de collecte.

On calcule l'erreur de non-réponse en divisant le nombre de non-réponses observé pendant l'année par le nombre total de réponses prévues au cours de l'année.

Réponses inexactes
Les inexactitudes peuvent être causées par un questionnaire mal conçu, l'incapacité du répondant de fournir les renseignements demandés ou une interprétation erronée des questions de l'enquête. Pour réduire la fréquence de ces erreurs, on passe en revue de temps à autre le format et le libellé du questionnaire, et on les modifie en fonction des observations des répondants et des utilisateurs des données. En outre, on rappelle aux répondants l'importance de leur contribution et la nécessité de fournir des renseignements exacts.

Erreurs de traitement
Ces erreurs peuvent survenir à différentes étapes du traitement des données d'enquête telles que la saisie, la vérification, l'édition et la mise en tableau. On examine les données afin de repérer de telles erreurs au moyen d'une vérification automatisée et d'un examen analytique effectué par des spécialistes en la matière. On soumet les données recueillies à plusieurs contrôles pour vérifier la cohérence interne et la comparabilité au fil du temps.

BIAIS DE NON-RÉPONSE
De nombreuses raisons peuvent expliquer pourquoi certains répondants sont incapables de fournir des renseignements (incendie, vol, grève, difficultés économiques, etc.). D'autres répondants pourront accuser du retard dans l'envoi de leurs réponses. Pour limiter le plus possible la non-réponse, on effectue un suivi rigoureux auprès des non-répondants, par téléphone ou par télécopieur. On impute les données des unités non répondantes au moyen des tendances de l'industrie et d'autres renseignements connexes. On révise les données à une date ultérieure lorsque l'on reçoit les questionnaires remplis après la fin d'un cycle de collecte.

ERREUR DE COUVERTURE
Les erreurs de couverture comprennent les omissions, les inclusions erronées, les doubles comptes et les erreurs de classification des unités dans la base de sondage.
Le Registre des entreprises (RE) est la base de sondage de l'enquête sur la production et écoulement des produits du tabac. Le RE est un centre de service de données mis à jour à l'aide de plusieurs sources, notamment les fichiers de données administratives, les commentaires reçus dans le cadre des enquêtes-entreprises de Statistique Canada, et les activités d'établissement de profils, qui comprennent un contact direct avec les entreprises pour obtenir des renseignements sur leurs activités, ainsi que les résultats de recherche sur Internet. L'utilisation du RE assure la qualité de données, tout en évitant les chevauchements entre les enquêtes et en allégeant le fardeau de réponse le plus possible.

AUTRES ERREURS NON DUES À L'ÉCHANTILLONNAGE
L'erreur peut se produire lors des diverses étapes du traitement (codage, entrée, vérification, pondération, totalisation, etc.). Il est difficile de mesurer les erreurs non liées à l'échantillonnage. De plus, il faut les cerner à un niveau où elles ne nuisent pas à l'utilisation ou à l'interprétation des chiffres définitifs.

Des mesures ont été prises afin de minimiser les erreurs non liées à l'échantillonnage. Ainsi, les unités ont été définies avec beaucoup de précision au moyen des listes les plus à jour. Les questionnaires ont été conçus avec soin afin de réduire au minimum les différentes interprétations possibles. De plus, les diverses étapes de vérification et de traitement ont fait l'objet de contrôles d'acceptation détaillés et on n'a absolument rien négligé pour que le taux de non-réponse et le fardeau de réponse soient faibles.

Date de modification :