Comptes des flux financiers

Information détaillée pour premier trimestre de 2014

Statut :

Active

Fréquence :

Trimestrielle

Numéro d'enregistrement :

1804

Les Comptes des flux financiers (CFF) retracent l'activité d'investissement dans les secteurs de l'économie : les actifs non financiers et financiers acquis ainsi que les passifs financiers engagés. Le compte financier est un prolongement des Comptes courants et compte du capital

Date de la parution - 19 juin 2014

Aperçu

Les Comptes des flux financiers (CFF) retracent l'activité d'investissement dans les secteurs de l'économie : les actifs non financiers et financiers acquis ainsi que les passifs financiers engagés. Le compte financier est un prolongement des Comptes courants et compte du capital.

Les CRD mesurent l'ensemble de l'activité économique d'après les revenus tirés de la production et d'après les dépenses finales au titre de la production. Ces données détaillées ainsi que les transferts courants sont ventilés selon le secteur institutionnel dans le compte courant et le compte du capital. Ces comptes sectoriels établissent un lien avec les CFF (compte d'accumulation) qui montrent l'évolution de la richesse d'après les opérations, l'accent étant mis sur le financement de l'activité économique (compte financier).

À la base des CFF, chaque secteur inscrit l'épargne (les revenus actuels moins les dépenses actuelles), la consommation de capital fixe, l'acquisition de capital non financier et les opérations sur un certain nombre d'instruments financiers d'actif et de passif. Autrement dit, les CFF sont un état des sources et de l'utilisation des fonds. L'épargne brute comprend l'épargne nette plus la consommation de capital fixe. La soustraction de l'acquisition de capital non financier et les transferts nets de capitaux de l'épargne brute donne le montant net de l'emprunt ou du prêt de chaque secteur durant une période donnée. Le montant net de l'emprunt ou du prêt de chaque secteur est égal aux opérations financières nettes-les actifs financiers acquis moins les passifs financiers nets engagés (investissement financier net). Les opérations financières sont mesurées sur une base nette, soit les augmentations moins les diminutions pour chaque instrument financier.

Pour une description plus complète, bien que sommaire, veuillez consulter le document intitulé "Aperçu des Comptes des flux financiers" disponible dans la section "Documentation" à la fin des informations détaillées de cette enquête.

Activité statistique

Le Système de comptabilité nationale du Canada (SCNC) fournit un cadre conceptuel intégré de statistiques pour l'étude de l'état et du rendement de l'économie canadienne. Les comptes sont axés sur la mesure des activités liées à la production de biens et de services, à la vente de biens et de services sur les marchés financiers, aux transactions financières qui les sous-tendent et aux situations financières qui en découlent.

Pour produire des statistiques financières, le SCNC mesure les aspects économiques du secteur public au Canada, y compris les relations financières entre les milliers d'entités qui constituent les trois ordres de l'administration publique au Canada (fédéral, provincial et territorial, et local). Pour mener à bien ce programme, le SCNC se sert d'un univers de toutes les entités du secteur public, y compris leurs interrelations complexes.

Période de collecte : 75 jours après le trimestre de référence

Sujets

  • Comptes économiques
  • Comptes financiers et du patrimoine

Sources de données et méthodologie

Population cible

L'économie canadienne (les ménages, les institutions sans but lucratifs, les administrations publiques, les sociétés financiers et non financiers, les administrations publiques et les non-résidents).

Élaboration de l'instrument

Cette méthodologie ne s'applique pas.

Échantillonnage

Cette méthodologie ne s'applique pas.

Sources des données

Les données sont tirées de fichiers administratifs et sont dérivées de diverses enquêtes de Statistique Canada et/ou d'autres sources.

La production d'estimations des opérations financières pour l'économie canadienne exige le rassemblement, l'intégration et l'analyse d'une très grande quantité d'informations provenant de diverses divisions d'enquête du Bureau, ainsi que d'autres données.

À Statistique Canada, les principaux fournisseurs de données comprennent la Division des comptes des revenus et dépenses, la Division de la balance des paiements, la Division de l'organisation et des finances de l'industrie, la Division de la statistique du secteur public, la Division de la statistique du revenu, la Division de l'agriculture et la Division de l'investissement, sciences et technologie. On a également recours à un certain nombre de sources de données externes et administratives.

Détection des erreurs

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Imputation

Cette méthodologie ne s'applique pas.

Estimation

Les données sont reçues des divisions d'enquête sous forme globale et, dans certains cas, par société ou entreprise. Les données se présentent tantôt sous forme de bilans, ou de flux déjà calculés. Dans le premier cas, les flux sont obtenus à partir du niveau dans le dernier bilan.

Les opérations sur les actifs et les passifs, par catégories détaillées, sont établies pour les principaux secteurs de l'économie. Ces opérations sont calculées sous forme de variations et ajustés en fonction des variations de la valeur, etc. Les estimations sont rapprochées des données des Comptes courants et compte du capital et des Comptes du bilan national.

Évaluation de la qualité

Les données sont analysées afin de vérifier l'uniformité des séries chronologiques, d'établir des liens avec les événements économiques courants, de cerner les problèmes découlant des données sources et d'assurer la cohérence.

Il est impossible de produire un équivalent des CFF, puisque aucune autre diffusion de données ne mesure le flux des fonds dans l'économie. L'état de l'évolution de la situation financière produit à la DOFI dans le cadre des statistiques financières trimestrielles des sociétés est semblable quant au concept mais très différent, notamment dans les détails (instruments financiers, gains et pertes, couverture sectorielle), des CFF. Toutefois, certains flux des instruments financiers sont largement comparables avec le nombre limité de détails sur les opérations publiés par d'autres organismes comme la Banque du Canada.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la Loi sur la statistique. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Afin de prévenir toute divulgation de données, une analyse de confidentialité est faite au moyen du Système généralisé de contrôle de la divulgation (G-Confid) de Statistique Canada. G-Confid est utilisé pour la suppression primaire (divulgation directe), ainsi que pour la suppression secondaire (divulgation par recoupements). Il y a divulgation directe lorsque la valeur dans une cellule de totalisation se compose de peu de déclarants ou que la cellule est dominée par quelques entreprises. Il y a divulgation par recoupements lorsque des renseignements confidentiels peuvent être extraits indirectement en rassemblant des renseignements provenant de différentes sources ou séries de données.

Révisions et désaisonnalisation

Révisions - Des révisions statistiques sont apportées afin d'intégrer l'information la plus récente tirée des enquêtes trimestrielles et annuelles, des statistiques sur l'impôt, des comptes publics, des recensements, etc.

Les estimations produites pour chaque trimestre sont révisées lorsque celles des trimestres subséquents de la même année sont publiées, puis quand celles du premier trimestre des quatre années suivantes sont publiées. Normalement, elles ne sont plus révisées après cela, sauf quand une révision historique est réalisée.

Désaisonnalisation - Les séries de données trimestrielles des CFF sont en grande partie brutes. Toutefois, certaines séries de données agrégées trimestrielles sont publiées sur une base désaisonnalisée.

Exactitude des données

Les comptes sont organisés sous forme de matrice utilisant deux contraintes: les sources de fonds sont égales aux utilisations de fonds; et les transactions en actifs financiers (par instrument) sont égales aux mêmes éléments du passif. Les déséquilibres produisent des divergences statistiques, qui sont un des indicateurs de la fiabilité globale du système. Cependant, ces indicateurs ne sont que partiels et plutôt insuffisants.

Il est impossible de calculer le degré d'erreur dans les estimations. La qualité des estimations peut être jugée à partir des révisions apportées et au moyen d'une évaluation subjective des sources de données et méthodes employées dans la préparation des estimations.

Documentation

Date de modification :