Enquête sur la sécurité dans les espaces publics et privés (ESEPP)

Information détaillée pour 2018

Statut :

Active

Fréquence :

Aux 5 ans

Numéro d'enregistrement :

5256

L'objectif de cette enquête est de recueillir des renseignements sur les expériences des Canadiens relativement à leur sécurité dans les espaces publics et privés. Des questions sont posées sur ces expériences personnelles vécues à la maison, dans le milieu de travail, dans des endroits publics et en ligne.

Date de la parution - Prévue pour le 5 décembre 2019

Aperçu

L'objectif de cette enquête est de recueillir des renseignements sur les expériences des Canadiens relativement à leur sécurité dans les espaces publics et privés. Des questions sont posées sur ces expériences personnelles vécues à la maison, dans le milieu de travail, dans des endroits publics et en ligne.

Tous les ordres de gouvernement, les universitaires et les organismes sans but lucratif ont manifesté de l'intérêt pour les résultats de l'ESEPP dans le but de fournir une image plus complète et inclusive des réalités de la violence fondée sur le sexe au Canada. Pour aider à mettre fin à cette violence, les données de cette enquête serviront à éclairer le gouvernement fédéral dans sa Stratégie du Canada pour prévenir et contrer la violence fondée sur le sexe. L'information aidera à la prise de décisions concernant les programmes et le développement des politiques et supportera la recherche en la matière. De plus, certaines données faciliteront les comparaisons avec les sources de données internationales.

Période de référence : Le cours de la vie et les 12 mois précédant la date d'entrevue

Période de collecte : Avril à décembre

Sujets

  • Crime et justice
  • Société et communauté
  • Victimes et victimisation

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population visée de l'Enquête sur la sécurité dans les espaces publics et privés de 2018 comprend toute personne ne vivant pas en institution, âgée de 15 ans et plus, qui réside dans l'une des dix provinces ou l'un des trois territoires.

Élaboration de l'instrument

Le questionnaire a été élaboré à partir de recherches et de consultations avec les partenaires-clés et les utilisateurs des données. Les essais qualitatifs sur le nouveau contenu ont été effectués par le Centre d'information sur la conception de questionnaire de Statistique Canada (CICQ). Des entrevues individuelles en profondeur ont été effectuées dans cinq villes, dans quatre provinces. Ces entrevues nous ont permis d'identifier les questions qui fonctionnaient bien et de cibler celles nécessitant des clarifications ou une restructuration. Les membres de l'équipe du CICQ ont effectué un rapport détaillé de leurs observations et recommandations. À l'issue de cet essai qualitatif, tous les commentaires et rétroactions furent, dans la mesure du possible, pris en considération et les changements ont été apportés.

Échantillonnage

Il s'agit d'une enquête transversale par échantillon.

Cette enquête utilise une base de sondage combinant les numéros de téléphone à ligne fixe et cellulaire tirés de différents fichiers administratifs avec la base de sondage de logements de Statistique Canada. Chaque enregistrement de la base de sondage correspond à un numéro de téléphone ou un groupe de numéros de téléphone associés à la même adresse, ou des numéros de téléphone qui ne sont associés à aucune adresse. Cette base de sondage est utilisée pour avoir une meilleure couverture des ménages ayant un numéro de téléphone.

Un échantillon de 106 000 unités a été sélectionné à partir de la base de sondage au moyen d'un échantillonnage aléatoire stratifié. La stratification est effectuée à l'échelle de la province/région métropolitaine de recensement (RMR). Les unités sélectionnées ont été envoyées sur le terrain pour la collecte. Au moment du contact avec un ménage, un membre du ménage de 15 ans ou plus a été sélectionné au hasard pour prendre part à l'Enquête sur la sécurité dans les espaces publics et privés (ESEPP). Les réponses par personne interposée n'étaient pas permises.

Sources des données

Collecte des données pour cette période de référence : 2018-04-05 à 2018-12-31

Il s'agit d'une enquête à participation volontaire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants et sont tirées de fichiers administratifs.

Les données sont collectées soit par questionnaire auto-administré ou par questionnaire administré par un intervieweur. Le premier contact avec les ménages pour lesquels une adresse est disponible est par courrier. Les autres ménages sont contactés par téléphone uniquement. La réponse par personne interposée n'est pas permise. On offre le choix aux répondants de répondre en français ou en anglais.

Les fichiers dérivés des données fiscales (environnement BSDDC)

Les questions portant sur le revenu produisent généralement des taux de réponse faibles et les revenus déclarés par les répondants sont habituellement approximatifs. Au lieu de demander aux répondants de fournir leur revenu, un couplage a été réalisé après la collecte pour obtenir le revenu du répondant.

Les enregistrements des répondants ont été couplés aux fichiers d'impôt sur le revenu des particuliers (T1, FFT1 ou T4). Les variables clés concernant le ménage (adresse, code postal, numéro de téléphone) et le répondant (numéro d'assurance sociale, nom, prénom, date de naissance/âge, sexe) ont été utilisées aux fins du couplage.

Le couplage avec les fichiers d'impôt sur le revenu permet d'obtenir des renseignements de meilleure qualité, de diminuer la longueur du questionnaire et de réduire les coûts.

Les répondants ont été informés du couplage prévu avant et pendant l'enquête. Les répondants qui se sont opposés au couplage de leurs données ont été exclus du couplage.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration .

Détection des erreurs

Le traitement a été fait à l'aide des utilitaires et des étapes de traitement généralisé de l'ETES pour permettre aux spécialistes et au personnel de soutien de l'enquête d'effectuer le traitement dans les délais, et d'obtenir des résultats de qualité.

Un environnement structuré a été établi pour contrôler le traitement des données et veiller au respect des pratiques exemplaires et des processus opérationnels harmonisés.

Des contrôles ont été effectués automatiquement et manuellement aux niveaux macro et micro à diverses étapes du traitement, et visaient les données sur la famille, la cohérence et l'enchaînement. Les liens familiaux ont été vérifiés afin de s'assurer de l'intégrité des données; une série de vérifications a été effectuée pour assurer la cohérence des données (p. ex. l'âge du répondant a été vérifié par rapport à sa date de naissance); et l'enchaînement a été vérifié pour s'assurer que les répondants avaient suivi le cheminement approprié et pour corriger les situations hors cheminement.

Pour procéder à la vérification de l'enchaînement, le bureau central a adopté une stratégie « descendante », en ce sens que l'on s'est fondé sur les codes des réponses aux questions précédentes pour déterminer si une question donnée « respectait le cheminement établi ». Quand les codes de réponse aux questions précédentes indiquaient que la question concernée « respectait le cheminement établi », on a retenu la réponse à la question, le cas échéant. Lorsque les codes de réponse aux questions précédentes indiquaient que la question concernée « ne respectait pas le cheminement », parce qu'il était établi avec certitude que le répondant appartenait à une sous-population pour laquelle la question était inappropriée ou sans intérêt, on a attribué à la question le code « saut valide », c'est-à-dire un code 6 (96 ou 996, etc.). Compte tenu de la nature de l'enquête, l'imputation ne convenait pas à la majorité des questions. S'il manquait une réponse à la question concernée, on a attribué le code « Non déclaré », c'est-à-dire un code 9 (99 ou 999, etc.).

La détection d'erreurs a été effectuée au moyen de contrôles programmés dans le questionnaire électronique du répondant (QE-r) ainsi que dans le Portail de gestion de la collecte (PGC) qui a été utilisé pour mener les interviews par téléphone ou en personne (territoires seulement).

Les applications de saisie des données prévoient une série valide de codes pour chaque question, des contrôles intégrés, et des enchaînements automatisés entre les questions.

Tous les enregistrements de l'enquête ont fait l'objet de contrôles informatiques pendant l'interview. Les systèmes de collecte assurent le contrôle de l'enchaînement des questions et l'identification des valeurs non valides, de sorte que les problèmes détectés puissent être résolus immédiatement, avec l'aide du répondant. Si l'intervieweur n'était pas en mesure de résoudre un problème, il pouvait contourner un contrôle et transmettre les données au bureau central aux fins de résolution. Les commentaires des intervieweurs ont été examinés par le bureau central et pris en considération au moment du contrôle.

Le bureau central a effectué les mêmes vérifications que les systèmes de collecte, ainsi que des contrôles plus détaillés.

Imputation

À compléter une fois les données diffusées

Estimation

Lorsqu'un échantillonnage probabiliste est utilisé, comme dans le cas de l'ESEPP, le principe qui sous-tend l'estimation est que chaque personne sélectionnée représente, outre elle-même, plusieurs autres personnes ne faisant pas partie de l'échantillon. Par exemple, dans un échantillon aléatoire simple de 2 % d'une population de 1 000 personnes, chaque personne dans l'échantillon représente 50 personnes de la population (elle-même et 49 autres personnes). La pondération est un processus qui calcule un poids pour chaque répondant. Ce poids, qui figure dans le fichier de microdonnées, doit servir à calculer des estimations appropriées à partir des données de l'enquête.

Les étapes suivantes ont été suivies pour produire les pondérations pour l'ESEPP :
1) Les poids de sondage ont été générés en calculant l'inverse de la probabilité de sélection.
2) Les poids de sondage ont été corrigés pour tenir compte des ménages qui étaient représentés par plus d'un enregistrement dans la base de sondage.
3) Les poids des ménages qui ont répondu à l'enquête ont été augmentés afin de représenter ceux qui n'ont pas répondu.
4) Les poids au niveau de la personne ont été calculés en multipliant le poids au niveau des ménages par le nombre de membres du ménage admissibles.
5) Les poids ont été calés de manière à ce que la somme des poids corresponde aux chiffres de population.

Évaluation de la qualité

À chaque étape de la collecte et du traitement, des mesures d'assurance de la qualité ont été prises. Celles-ci comprennent l'embauche d'intervieweurs qualifiés; la formation des intervieweurs relativement à certains concepts et procédures d'enquête; l'observation d'interviews en vue de corriger les problèmes liés à la conception du questionnaire et l'interprétation erronée des instructions; des procédures pour réduire au minimum les erreurs de saisie de données; et des contrôles de la qualité pour vérifier la logique du traitement. Les données sont vérifiées pour assurer la cohérence interne et elles sont également comparées avec résultats d'enquêtes précédentes pour assurer la continuité historique.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la Loi sur la statistique. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Révisions et désaisonnalisation

Ce type de méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Exactitude des données

Comme l'ESEPP est une enquête par échantillon, toutes les estimations peuvent comporter des erreurs d'échantillonnage et des erreurs non dues à l'échantillonnage.

Les erreurs non dues à l'échantillonnage peuvent être définies comme des erreurs possibles pendant à peu près toutes les activités d'enquête, mis à part l'échantillonnage. Il s'agit notamment d'erreurs de couverture, d'erreurs dues à la non-réponse, d'erreurs de réponse, d'erreurs de l'intervieweur, d'erreurs de codage et d'autres types d'erreurs de traitement.

Le taux de réponse à l'ESEPP était de 43,1 %. Les non-répondants ont souvent des caractéristiques différentes de celles des répondants, ce qui peut donner lieu à un biais. Des tentatives ont été faites pour réduire au minimum le biais potentiel de non-réponse en procédant à des corrections de la pondération.

L'erreur d'échantillonnage est définie comme l'erreur qui survient lorsqu'une estimation est fondée sur un échantillon de la population, plutôt que sur l'ensemble de la population. L'erreur d'échantillonnage pour l'ESEPP est déclarée à l'aide d'intervalles de confiance de 95 %. L'intervalle de confiance de 95 % d'une estimation signifie que, si l'enquête était répétée à maintes reprises, 95 % du temps (ou 19 fois sur 20), l'intervalle de confiance couvrirait la véritable valeur de la population.

Date de modification :