Établissements de soins infirmiers et de soins pour bénéficiaires internes - publique

Information détaillée pour 2016

Statut :

Active

Fréquence :

Annuelle

Numéro d'enregistrement :

5255

Le programme permet de recueillir et de diffuser des données d'exploitation financières concernant les établissements de soins pour bénéficiaires internes contrôlés par le gouvernement et sans but lucratif. Ces données peuvent être utilisées pour élaborer des politiques et des programmes économiques nationaux et régionaux.

Date de la parution - 18 décembre 2018

Aperçu

À mesure qu'augmente l'âge médian de la population canadienne, la pression exercée sur les systèmes de santé et de soins de longue durée s'accroît également.

Afin de surveiller l'incidence économique de ce changement démographique, les données financières des établissements publics et à but non lucratif de soins pour bénéficiaires internes sont recueillies, et elles sont regroupées avec les données tirées d'autres sources pour produire des estimations officielles de la production nationale et provinciale pour cette industrie. Le contrôle est évalué au niveau de l'unité institutionnel et est basé sur un certain nombre de facteurs, incluant les capacités de prise de décision et la dépendance financière.

Ces estimations sont mises à la disposition des entreprises, des gouvernements, des investisseurs, des associations et du public. Les données sont utilisées pour surveiller la croissance de l'industrie et mesurer son rendement, et pour faire des comparaisons avec d'autres sources de données afin de mieux la comprendre.

Période de référence : L'année civile ou l'exercice financier de 12 mois dont le dernier jour se situe entre le 1er avril de l'année de référence et le 31 mars de l'année suivante.

Période de collecte : De mai à août, deux ans après la période de référence

Sujets

  • Aînés
  • Gouvernement
  • Recettes et dépenses
  • Santé
  • Santé et incapacité chez les aînés

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population cible comprend les établissements de soins pour bénéficiaires internes qui appartiennent à un ordre de gouvernement ou à une institution sans but lucratif, et ceux qui sont exploités ou contrôlés par ces derniers. Le contrôle est évalué à l'échelle de l'unité institutionnelle et fondé sur un certain nombre de facteurs, dont la capacité décisionnelle et la dépendance financière. Seuls les établissements pour lesquels les soins pour bénéficiaires internes représentent leur principale activité sont compris. Par exemple, les soins de longue durée administrés dans les hôpitaux ne seraient pas compris dans la population.

La population observée comprend tous les établissements du secteur public du Registre des entreprises classés sous Établissements de soins infirmiers et de soins pour bénéficiaires internes (SCIAN 623) selon le Système de classification des industries de l'Amérique du Nord (SCIAN) 2017 pendant l'année de référence.

Échantillonnage

Il s'agit d'un recensement.

Recensement - vise à recueillir l'information auprès de toutes les unités de la population d'enquête

Sources des données

Les données sont tirées de fichiers administratifs et sont dérivées de diverses enquêtes de Statistique Canada et/ou d'autres sources.

Les données administratives, y compris celles des comptes publics provinciaux, des budgets, du budget principal des dépenses et du grand livre, sont obtenues auprès des gouvernements provinciaux. Il est possible de communiquer directement avec les différents ministères provinciaux pour appuyer la vérification du cadre des établissements.

Les bases de données de l'Institut canadien d'information sur la santé, y compris la Base de données canadienne SIG (BDCS) et les Tendances des dépenses nationales de santé, sont transférées à Statistique Canada et sont utilisées à des fins de confrontation et de validation des données.

Les données administratives de l'Agence du revenu du Canada sont tirées des bases de données fiscales et elles sont regroupées avec d'autres données administratives.

Les données administratives provenant des gouvernements provinciaux, y compris celles des comptes publics, des budgets et du budget principal des dépenses, sont tirées de sources accessibles au public. Les données sur les transferts et les autres dépenses dans l'industrie des soins pour bénéficiaires internes sont identifiées et utilisées comme indicateurs pour estimer la croissance à l'échelle des établissements. S'il y a lieu, le grand livre obtenu directement auprès des sources provinciales est utilisé pour compléter les données administratives accessibles au public. Le grand livre peut contenir des renseignements supplémentaires, dont des données sur les subventions accordées aux établissements de soins pour bénéficiaires internes et les autres dépenses faites pour ces derniers. Certaines séries peuvent être complétées au moyen de données fiscales provenant de sources de données administratives.

Les données sont analysées pour assurer la cohérence des séries chronologiques, et sont exemptes de valeurs aberrantes non voulues. Les données sont ensuite agrégées afin de protéger la confidentialité de chaque établissement de soins pour bénéficiaires internes. Lorsque ces bases de données comportent des lacunes en données, d'autres méthodes peuvent être utilisées, dont la collecte manuelle des états financiers.

La Base de données canadienne SIG et la Base de données sur les dépenses nationales en santé sont reçues directement de l'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS) et sont utilisées aux fins de confrontation et de validation des données.

Les données sont analysées pour assurer la cohérence et l'exactitude des séries chronologiques. Les données chevauchantes sont confrontées afin de confirmer la cohérence entre des sources multiples avant d'être agrégées (par province) afin de protéger la confidentialité de chaque établissement de soins pour bénéficiaires internes.

Détection des erreurs

Pour confirmer l'exactitude des enregistrements de microdonnées provenant de sources de données administratives, diverses méthodes de détection des erreurs sont appliquées afin de cerner les erreurs de déclaration et de saisie pendant l'étape de traitement des données. Une analyse horizontale peut être effectuée pour déterminer les mouvements anormaux dans les séries chronologiques au niveau détaillé ou agrégé. Une analyse verticale peut également être effectuée pour s'assurer que les rapports et les proportions sont cohérents, et que les totaux d'ensemble sont calculés avec exactitude. Les valeurs aberrantes sont automatiquement identifiées au moyen d'un seuil prédéterminé, et les valeurs extrêmes sont examinées manuellement afin d'en déterminer la validité.

Imputation

Les données manquantes, non valides ou incohérentes peuvent être imputées en utilisant les données du donneur provenant d'autres sources là où elles existent, ou les relevés historiques (données des années précédentes ajustées au moyen d'indicateurs de l'année de production actuelle).

Estimation

Toutes les unités de la population observée sont incluses. L'estimation des totaux se fait à l'aide d'une simple agréation des valeurs de toutes les unités d'estimation qui se trouvent dans le domaine d'estimation.

Évaluation de la qualité

Avant la diffusion des données, on analyse les résultats afin d'en évaluer la comparabilité. En général, cela comprend un examen détaillé des réponses individuelles - en particulier pour les grandes entreprises, de la situation économique générale, de la cohérence avec les résultats de l'indicateur économique connexe, des tendances historiques et des renseignements d'autres sources externes.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait divulguer l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans y être autorisé par la Loi sur la statistique. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupements de données reconnaissables.

Afin d'empêcher la divulgation des données, une analyse de la confidentialité est effectuée au moyen de la suppression primaire (divulgation directe) ainsi que de la suppression secondaire (divulgation par recoupements). Il y a divulgation directe lorsque la valeur dans une cellule de totalisation comporte peu d'entreprises ou est dominée par un petit nombre d'entreprises. Il y a divulgation par recoupements lorsque des renseignements confidentiels peuvent être extraits indirectement en rassemblant des renseignements provenant de différentes sources ou séries de données.

Révisions et désaisonnalisation

Il n'y a pas de désaisonnalisation. Les données des années précédentes pourraient être révisées en fonction des renseignements les plus à jour.

Exactitude des données

Le niveau de détail des données fournies peut varier d'une juridiction de compétence à l'autre. Lorsque des données détaillées ne sont pas accessibles, les données peuvent être imputées en utilisant les renseignements du donneur provenant d'un établissement dont la taille et les caractéristiques sont semblables.

En général, les établissements qui ne sont pas en mesure de fournir des données détaillés sont de petite taille, et bien qu'ils soient nombreux, ils représentent une petite fraction de l'ensemble de la population.

Avant la diffusion, on analyse les résultats combinés de l'enquête afin d'en évaluer la comparabilité. Il s'agit généralement d'un examen détaillé des réponses individuelles (en particulier celles des grandes entreprises), de la conjoncture économique générale et des tendances historiques.

Date de modification :