Sondage sur la dotation et l'impartialité politique (SDIP)

Information détaillée pour 2017

Statut :

Active

Fréquence :

Aux 2 ans

Numéro d'enregistrement :

5147

La Commission de la fonction publique (CFP) a remanié le Sondage sur la dotation (SSD) compte tenu des changements qui ont découlé de la Nouvelle orientation en dotation. Le Sondage sur la dotation et l'impartialité politique (SDIP), qui sera mené aux deux ans, vise tous les ministères et organismes gouvernementaux assujettis à la Loi sur l'emploi dans la fonction publique (LEFP), y compris ceux comprenant moins de 350 employés.

Le SDIP recueille des renseignements auprès d'un ensemble plus large d'intervenants, y compris des employés, des gestionnaires d'embauche et des conseillers en dotation, au sujet des principaux aspects du système de dotation (p. ex. le mérite). Comme aux cycles précédents, le sondage recueille également des renseignements essentiels sur la compréhension des fonctionnaires, de leurs droits et responsabilités à l'égard des activités politiques et de l'impartialité politique.

Date de la parution - 26 septembre 2018

Aperçu

Le SDIP est un outil important pour comprendre la façon dont les fonctionnaires perçoivent le système de dotation de la fonction publique et pour évaluer leur connaissance de leurs droits légaux et de leurs responsabilités concernant leurs activités politiques.

Les renseignements recueillis au moyen du sondage permettront de relever les tendances nouvelles et existantes à l'échelle organisationnelle et gouvernementale, de déterminer les améliorations à apporter aux politiques et pratiques en matière de dotation, et de mieux cibler les efforts visant à assurer l'impartialité politique dans la fonction publique fédérale.

Le sondage permettra de fournir des renseignements essentiels aux gestionnaires, aux conseillers en ressources humaines et aux sous-ministres en vue d'améliorer le processus de dotation au sein de leur propre organisation, et de fournir à la Commission de la fonction publique (CFP) des renseignements sur l'ensemble du système de dotation. Les renseignements recueillis appuieront également la production de rapports à l'intention du Parlement dans le cadre du rapport annuel de la CFP.

Période de référence : variable

Période de collecte : variable

Sujets

  • Gouvernement

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population cible du SDIP est composée de tous les fonctionnaires travaillant dans les ministères et organismes fédéraux assujettis à la Loi sur l'emploi dans la fonction publique (LEFP). Elle comprend également les membres de la Gendarmerie royale du Canada et les membres des Forces canadiennes ayant du personnel civil visé par la LEFP qui relève d'eux.

Élaboration de l'instrument

Le questionnaire du SDIP a été élaboré en collaboration avec le commanditaire du sondage, la Commission de la fonction publique. Son contenu a été simplifié par rapport aux versions antérieures du Sondage sur la dotation (SSD) et aborde trois thèmes principaux : les pratiques de dotation organisationnelles, les politiques de dotation, et l'impartialité politique de la fonction publique fédérale.


Le contenu du sondage a fait l'objet d'essais auprès de groupes de consultation. Au total, six séances de consultation (trois en anglais et trois en français) ont été tenues à Ottawa. Elles ont été menées auprès de groupes de gestionnaires, de conseillers en dotation et d'employés. Les participants ont rempli une version papier du questionnaire, puis ont discuté du sondage.

Échantillonnage

Il s'agit d'un recensement avec plan transversal.

La base de sondage était constituée de tous les employés dans le champ de l'enquête qui se trouvaient dans le fichier des titulaires de Services publics et Approvisionnement Canada en octobre 2017, et de ceux qui figuraient dans les listes d'employés fournies par les organisations visées par l'enquête qui ne font pas partie du fichier des titulaires. Puisque les coordonnées (adresse courriel) des employés ne figurent pas dans le fichier des titulaires, elles ont été recueillies par Statistique Canada auprès des ministères et organismes en vertu de l'article 13 de la Loi sur la statistique. L'unité d'échantillonnage était l'employé.

Sources des données

Collecte des données pour cette période de référence : 2018-02-22 à 2018-04-20

Il s'agit d'une enquête à participation volontaire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants.

Chaque personne faisant partie de l'échantillon est contactée par courriel et invitée à remplir un questionnaire électronique disponible sur le site Web de Statistique Canada.

Lors de la collecte, des courriels de rappel périodiques ont été envoyés aux participants qui n'avaient pas encore soumis leur questionnaire électronique rempli.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration .

Détection des erreurs

Tous les questionnaires ont été traités de la même façon. Des règles de vérification ont été appliquées aux données afin de repérer les données manquantes, invalides ou incohérentes. Chaque question a été passée en revue afin de vérifier la présence d'une valeur valide. Lorsqu'il y avait une valeur invalide ou manquante, le code « 9 » (Non déclaré) était attribué. Des règles de vérification ont également été appliquées pour analyser l'enchaînement des réponses des questions xx à xy. Les données superflues qui ne respectaient cet enchaînement ont été supprimées à la lumière de ce que laissait entendre la réponse à la question xx et le code «6» (Enchaînement valide) a été attribué.

Imputation

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Estimation

Les facteurs de pondération calculés pour le SDIP ont été calculés de sorte que les répondants et la population aient la même distribution globale par rapport au ministère/organisme et à leurs groupes professionnels. Par exemple, si 20 % du personnel d'un ministère ou d'un organisme est membre d'un même groupe professionnel, alors les poids feront en sorte que les répondants représentent 20 % du nombre total d'employés au moment de la totalisation.

En d'autres termes, le facteur de pondération compense pour la sur-représentation et la sous-représentation des groupes professionnels dans chaque ministère/organisme fédéral. Pour les groupes professionnels sur-représentés au sein des ministères/organismes, les poids sont mis à un afin que chaque répondant se représente lui-même seulement. Dans le cas des groupes professionnels sous-représentés au ministère/organisme, les poids sont supérieurs à un, ainsi chaque répondant représente, outre lui-même, d'autres personnes qui n'ont pas répondu. Par exemple, un répondant avec un poids de 2 représente 2 personnes dans la population.

L'étape de la pondération consiste à calculer ce facteur pour chaque enregistrement. Ce poids doit être utilisé pour calculer les estimations à partir du fichier de microdonnées. Par exemple, si l'on doit calculer le nombre d'employés qui étaient d'accord « Dans une large mesure » avec l'énoncé « Vous comprenez vos droits et vos responsabilités concernant la participation à des activités politiques », on le fait en sélectionnant les enregistrements correspondant à ces répondants (ALL_Q15A = 4) et en additionnant les poids calculés pour ces personnes.

Des ajustements de non-réponse ont aussi été apportés aux poids afin de réduire le biais de non-réponse. Ils ont été calculés séparément pour chaque ministère ou organisme.

Des poids « partage » ont été produits ainsi que des poids « maître » (qui incluent tous les répondants). Les fichiers « partage » contiennent seulement les répondants qui ont accepté que leurs données d'enquête soient partagées avec la Commission de la fonction publique. Ces poids sont calculés en refaisant la procédure de pondération avec seulement ce sous-groupe de répondants, ce qui donne typiquement un poids légèrement supérieur par enregistrement que le poids « maître ».

Évaluation de la qualité

Bien que des mécanismes rigoureux d'assurance de la qualité sont appliqués à toutes les étapes du processus statistique, la validation et l'examen détaillé des données par des statisticiens représentent la vérification ultime de la qualité avant la diffusion. Deux mesures de validation ont été mises en oeuvre, à savoir : 1) analyse des variations au fil du temps et 2) vérification des estimations par les tableaux croisés.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la Loi sur la statistique. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Révisions et désaisonnalisation

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Exactitude des données

Le Sondage sur la dotation et l'impartialité politique est une enquête par recensement, il ne peut donc y avoir d'erreur attribuable à l'échantillonnage. Cependant, cette enquête est assujettie à des erreurs non dues à l'échantillonnage telles que la non-réponse ou d'autres erreurs non dues à l'échantillonnage qui peuvent se produire à presque toutes les étapes des opérations d'une enquête. Les répondants peuvent se tromper en répondant aux questions, les réponses peuvent être saisies de façon incorrecte et des erreurs peuvent survenir durant le traitement et la mise en tableaux.

Des méthodes de contrôle et d'assurance de la qualité, conforment aux pratiques courantes de Statistique Canada, ont été mises en application à chaque étape du cycle de collecte et de traitement, afin de vérifier la qualité des données. Au nombre de ces mesures figurent des essais avec des groupes de discussion en vue de cerner les problèmes liés à la conception du questionnaire ou à une mauvaise compréhension des instructions, et l'utilisation des règles de vérification conçues pour déceler les données manquantes, non valides ou incohérentes.

Dans plusieurs enquêtes, la non-réponse totale peut être la source principale d'erreurs non dues à l'échantillonnage dont l'ampleur dépend du degré de différence entre les caractéristiques d'intérêt entre les répondants et les non-répondants. La non-réponse totale se présente lorsqu'un employé éligible n'a pas participé à l'enquête ou a retourné un questionnaire complètement vide. Le taux de réponse global pour Le Sondage sur la dotation et l'impartialité politique de 2018 était 47.6 %.

Documentation

Date de modification :