Estimation des dépenses de R-D dans le domaine de l'enseignement supérieur (DIRDES)

Information détaillée pour 2016

Statut :

Active

Fréquence :

Annuelle

Numéro d'enregistrement :

5109

Les estimations des dépenses intérieures brutes de recherche et développement dans le domaine de l'enseignement supérieur (DIRDES) sont les investissements faites envers le financement de dépenses subventionnées en recherche et développement (R-D) dans le secteur de l'enseignement supérieur au Canada.

Date de la parution - 28 août 2018

Aperçu

Des estimations de qualité pour les activités de R-D dans le domaine de l'enseignement supérieur revêtent une importance grandissante pour les décideurs, les principaux responsables du financement de ces activités, et les établissements exécutants. Ce programme statistique fournit des indicateurs utiles et cohérents en termes d'activité en science et technologie (S-T) au Canada. La DIRDES représente aussi une portion des estimations du secteur de l'enseignement supérieur pour les dépenses intérieures brutes sur la recherche et développement (DIRD).

Les estimations pour la DIRDES sont produites par source de financement et par type de science pour le Canada et les provinces. Parmi les sources de financement de la DIRDES figurent l'administration publique fédérale; les administrations provinciales et les organismes provinciaux de recherche; le secteur des entreprises commerciales; le secteur privé sans but lucratif; les sources étrangères; et, évidemment, les universités et les établissements affiliés (par exemple, les hôpitaux d'enseignement) proprement dits.

Activité statistique

La recherche-développement expérimentale comprend des travaux créatifs systématiques visant à accroître le bassin de connaissances, y compris la connaissance des personnes, des cultures et des sociétés, et l'utilisation de ce bassin de connaissances pour inventer de nouvelles applications.

La science et technologie (S-T) et la société de l'information ont une incidence sur notre travail, nos affaires et nos vies. Ces concepts sont étroitement interreliés : les sciences fournissent de nouvelles façons de comprendre le fonctionnement du monde, la technologie se sert de cette nouvelle compréhension pour l'élaboration de produits et services innovateurs, et la société de l'information est l'un des résultats de ces innovations.

Les gens s'adressent à Statistique Canada pour obtenir une mesure et une explication des répercussions sociales et économiques de ces changements.

Ce programme vise à élaborer des indicateurs utiles à l'égard des activités S-T au Canada, et de les présenter de manière cohérente.

Période de référence : année financière

Période de collecte : Avril à juin

Sujets

  • Recherche et développement
  • Science et technologie

Sources de données et méthodologie

Population cible

Le secteur de l'enseignement supérieur englobe toutes les universités, tous les instituts de technologie ainsi que les autres établissements postsecondaires qui investissent dans des activités de recherche et développement, quel que soient l'origine de leurs ressources financières et leur statut juridique.

Élaboration de l'instrument

Cette méthodologie ne s'applique pas.

Échantillonnage

Il s'agit d'un recensement.

Aucun échantillonnage n'est fait, les données étant recueillies pour toutes les unités de la population cible.

Sources des données

Collecte des données pour cette période de référence : 2017-04-03 à 2017-06-30

Les données sont tirées de fichiers administratifs et sont dérivées de diverses enquêtes de Statistique Canada et/ou d'autres sources.

La DIRDES utilise principalement deux sources de données provenant du domaine public: l'Association canadienne du personnel administratif universitaire (ACPAU) et le Système d'information sur le personnel d'enseignement dans les universités et les collèges (SPEUC). L'ACPAU fournit des données sur la recherche et les dépenses opérationnelles de ses universités. Le SPEUC sert de base pour le dénombrement de professeurs du niveau post-secondaire, par matière enseignée. Ces données sont utilisées afin de dériver et produire des estimations DIRDES par source de financement, par province et par type de science dans le secteur de l'enseignement supérieur.

Détection des erreurs

Les données sont vérifiées auprès des années antérieures. Les données sont corrigées pour en garantir la logique et la cohérence internes et chronologiques et elles sont analysées pour en déterminer les tendances et la validité.

Imputation

Les données manquantes sont imputées en se basant sur l'historique des années précédentes.

Estimation

Les données dérivées sont répartis par type de sciences (naturelles et sociales) et par secteur de financement, au niveau des institutions post-secondaires. Ces données sont ensuite agrégées pour produire les estimations pour les provinces et le Canada.

Évaluation de la qualité

Les données sont vérifiées et analysées afin d'en assurer la cohérence et l'uniformité des données internes. Les données sur les activités ne sont pas basées sur des données d'entrées telles que les classifications ou comptes courants, mais sur les données financières. Les données font donc habituellement l'objet d'estimations par les répondants. Statistique Canada vérifie en permanence la couverture de la population. Après avoir fait la vérification des données, elles sont vérifiées et comparées aux données de l'année précédente.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la Loi sur la statistique. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Révisions et désaisonnalisation

Les données sont révisées pour les années précédentes.

Exactitude des données

Les données administratives sur la recherche subventionnée sont considérées comme étant exactes concernant les établissements qui ont soumis les données. Par contre, il peut y avoir une sous-déclaration des données du au caractère unique de ce secteur. Pour le modèle de dépenses non commanditées plusieurs enjeux existent, notamment les dépenses indirectes. Les hypothèses concernant les éléments des dépenses indirectes, et aussi l'hypothèse selon laquelle les dépenses de la recherche subventionnée comprennent 5 % de remboursement des coûts indirects, continueront d'être débattues, particulièrement par les utilisateurs établis de ces données et par ceux qui ont constitué le partenariat d'examen et de soutien. L'estimation de 5 % est particulièrement arbitraire parce que l'ACPAU ne fournit pas d'information sur la somme des coûts indirects couverte par les subventions et les contrats déclarés de recherche subventionnée. Le personnel chargé du projet collaborera étroitement avec l'ACPAU et les universités et associations connexes à l'avenir, en vue d'améliorer les estimations dans ce domaine.

Continuité historique des séries de données : comprend les estimations révisées de la DIRDES sur la base de la nouvelle formule utilisée en 1998-1999.

En 2013-2014, lors des procédures d'estimations, de nouveaux coefficients pour le temps consacré à la recherche et développement par les membres du corps professoral ont été créées. Ces nouveaux coefficients ont été appliqués aux estimations pour les années 2012-2013 et 2013-2014. Ainsi, les données des années précédentes ne sont pas comparables.

Documentation

Date de modification :