Sondage auprès des employé(e)s de l'Agence du revenu du Canada

Information détaillée pour 2005

Statut :

Inactive

Fréquence :

Occasionnelle

Numéro d'enregistrement :

5087

Le sondage vise principalement à connaître le point de vue de tous les employés de l'Agence du revenu du Canada (ARC) sur leur milieu de travail. À la lumière des renseignements recueillis, les gestionnaires et les employés pourront prendre des mesures concrètes dans leur agence et, comparer leurs résultats avec le reste de la fonction publique.

Date de la parution - 23 juin 2006 (Aucun fichier de microdonnées à grande diffusion n'a été produit par Statistique Canada pour cette enquête. Les données ne seront pas disponibles via l'Initiative de démocratisation des données (IDD).)

Aperçu

Le premier Sondage auprès des fonctionnaires fédéraux (SAFF, numéro d'enregistrement 4438) a été réalisé en 1999. Près de 55 % des employés y ont participé, ce qui a permis d'obtenir des informations importantes sur la façon dont les employés perçoivent leur milieu de travail et leur emploi. Les ministères et les organismes ont ensuite lancé plusieurs initiatives pour répondre aux préoccupations liées au milieu de travail identifiées par les employés de la fonction publique dans le SAFF de 1999.

Donnant suite au SAFF de 1999, le Bureau du Conseil privé a demandé au Secrétariat du Conseil du Trésor de mener un deuxième sondage, à participation volontaire, de tous les employés de la fonction publique. À l'instar du SAFF de 1999, on a demandé à Statistique Canada de participer au développement du sondage et de procéder à la collecte et au traitement des données.

Il convient de mentionner que l'Agence des douanes et du revenu du Canada (ADRC) avait participé au Sondage auprès des fonctionnaires fédéraux de 1999, mais dans le contexte du suivi de 2002, étant donné que l'ADRC était devenue une agence distincte, elle ne faisait plus partie de la population ciblée par l'enquête. Cependant, l'ADRC a décidé de mener son propre sondage auprès des employés en utilisant le même questionnaire que celui du SAFF. On a demandé à Statistique Canada de réaliser le sondage, y compris l'élaboration, la collecte et le traitement des données de l'ADRC.

L'Agence des douanes et du revenu du Canada (ADRC) est devenue l'Agence du revenu du Canada (ARC). Donc, à partir de la période de référence 2005, cette enquête est intitulée le Sondage auprès des employé(e)s de l'Agence du revenu du Canada.

Le Sondage auprès des employé(e)s de l'Agence du revenu du Canada de 2005 a été conçu comme un suivi à l'enquête de 2002 de façon à permettre à l'agence de déterminer les domaines où elle performe bien et d'identifier les domaines où des améliorations sont toujours requises. En plus d'offrir aux nouveaux employés la possibilité de s'exprimer sur leur milieu de travail, le sondage permet de mesurer les changements observés depuis 1999. Il n'y a pas eu de changements au questionnaire entre 2002 et 2005.

Le sondage cherchait à obtenir les points de vue des employés de l'ARC sur leur milieu de travail et sur leur degré de satisfaction globale par rapport à leur emploi. Les employés ont exprimé leurs opinions sur leur unité de travail, sur la communication avec leur superviseur, sur leurs compétences et leurs aspirations de carrière, sur les services à la clientèle et sur les relations patronales-syndicales. Des renseignements généraux tels que l'âge, le sexe, les années de services et la province de travail ont été compilées, et des questions ont été posées sur des thèmes précis tels que l'équité en dotation, les langues officielles, la santé et la sécurité, le harcèlement et la discrimination, et le maintien en poste des effectifs.

Un objectif fondamental du Sondage auprès des employé(e)s de l'Agence du revenu du Canada de 2005 était d'obtenir les points de vue des employés sur une variété de sujets liés à l'efficacité organisationnelle, au mieux-être au travail et à la prestation de services. Il était également essentiel de s'assurer que les progrès réalisés depuis le premier sondage puissent être mesurés.

Activité statistique

L'enquête est administrée sous le Programme de l'enquête auprès des fonctionnaires fédéraux (SAFF). Ce programme comprend le Sondage auprès des fonctionnaires fédéraux (numéro d'enregistrement 4438) et un certain nombre d'autres sondages réalisés auprès des employés des ministères ou des organismes. La population cible du Sondage auprès des fonctionnaires fédéraux est constituée des fonctionnaires fédéraux embauchés en vertu de l'annexe I, partie I de la Loi sur les relations de travail dans la fonction publique (LRTFP 1-1), alors que les autres sondages sont réalisés pour les ministères ou organismes qui sont visés dans l'annexe I, partie II. Le programme vise principalement à connaître le point de vue des fonctionnaires fédéraux sur leur milieu de travail. À la lumière des renseignements recueillis, les gestionnaires et les employés pourront prendre des mesures concrètes dans leur ministère ou organisme et, au besoin, à l'échelle de la fonction publique.

Sujets

  • Gouvernement
  • Travail

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population cible pour le sondage était composée de tous les employés de l'Agence du revenu du Canada, à l'exception :
1. des étudiants(e);
2. nominations par le gouverneur en conseil; et
3. personnel exonéré des ministres.

Élaboration de l'instrument

Le questionnaire a été élaboré par un comité interministériel comprenant des représentants de grands, de moyens et de petits ministères/organismes, ainsi que de représentants d'un groupe regroupant de petits organismes, de Statistique Canada, des organismes centraux, des agents de négociation, et un conseiller provenant de l'extérieur de la fonction publique. Les questions du deuxième sondage ont été choisies en fonction de leur utilité pour les fonctionnaires, les gestionnaires et les syndicats, c'est-à-dire de leur capacité à faire ressortir les problèmes ainsi que les moyens concrets d'améliorer le milieu de travail. Les Sondages auprès des fonctionnaires fédéraux de 2002 et 2005 sont un suivi du sondage de 1999. De façon à pouvoir comparer les données entre les deux sondages, des questions-clés du sondage de 1999 sont demeurées textuellement identiques pour le sondage de 2002, alors que certaines autres ont été modifiées légèrement. De nouvelles questions ont remplacé certaines questions du SAFF de 1999 afin de permettre l'exploration de nouveaux thèmes et d'obtenir des informations supplémentaires sur des questions soulevées lors du premier sondage. Il n'y a pas eu de changement au questionnaire entre 2002 et 2005.

En 2002, des groupes de discussion ont eu lieu en divers endroits du pays et comprenaient des employés à différents groupes et niveaux ainsi que des groupes de discussion en français et en anglais. Les commentaires reçus de ces groupes de discussion ont été intégrés au questionnaire et un format final a été décidé. Les ministères et organismes participants ont aussi été invités à faire part de leurs commentaires sur une ébauche de questionnaire. Tous les champions du sondage (des ministères et des organismes) ont été invités à assister à des présentations du questionnaire et du plan du projet. La ministre responsable du Secrétariat du Conseil du Trésor a donné le feu vert au deuxième sondage.

Le questionnaire final a également été remis à l'Agence du revenu du Canada (ARC) pour les aider à développer un instrument de sondage

Échantillonnage

Il s'agit d'un recensement avec plan transversal.

Aucun échantillonnage n'est fait, les données étant recueillies pour toutes les unités de la population cible.

Sources des données

Collecte des données pour cette période de référence : 2005-11-02 à 2006-01-12

Il s'agit d'une enquête à participation volontaire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants.

Le Sondage auprès des employé(e)s de l'Agence du revenu du Canada était un recensement. Chaque membre de la population visée a reçu un questionnaire papier à compléter. Le sondage était anonyme, c.-à-d. que le nom du répondant n'était pas requis sur le questionnaire, pas plus que toute autre forme d'identification.

Il appartenait à l'ARC de faire parvenir le questionnaire à son personnel. L'agence pouvait demander que leurs questionnaires soient acheminés à un endroit ou fournir à Statistique Canada une liste d'adresses et de personnes-ressources pour la distribution. La date recommandée pour la distribution des questionnaires à tous les employés était le 2 novembre 2005. Cependant, la façon dont les questionnaires seraient distribués a été laissée à la discrétion de l'agence.

Une fois rempli, le questionnaire était envoyé directement à Statistique Canada dans l'enveloppe-réponse affranchie. Statistique Canada a accepté des questionnaires complétés pendant plusieurs semaines suivant la période prévue du sondage, soit du 2 novembre au 20 décembre 2005. La date finale d'acceptation des questionnaires était le 12 janvier 2006. Nous avions demandé à l'agence de rappeler à ses employés de remplir le sondage et de les prier de retourner le questionnaire le plus tôt possible.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration .

Détection des erreurs

La saisie des données d'environ 27 108 questionnaires reçus a été effectuée entre les mois de novembre 2005 et janvier 2006. Les données furent saisies avec la technologie de l'imagerie et de la saisie automatique des données. Un petit pourcentage de questionnaires, ceux qui ne pouvaient être lus par les scanneurs optiques, ont été saisis à la manière tête basse par des opérateurs expérimentés. Afin de vérifier le taux d'erreur associé aux opérations de saisie de données, des mesures standard de contrôle de la qualité ont été utilisées. Pour le Sondage auprès des employé(e)s de l'Agence du revenu du Canada, les calculs basés sur le contrôle de qualité d'un échantillon sélectionné démontrent que le taux global d'erreur pour les activités de saisie de données n'a pas dépassé 0,5 %.

Nous avons eu recours à des règles de vérification afin de repérer les données manquantes, invalides ou incohérentes. Nous avons passé en revue chaque question afin de vérifier la présence d'un code valide. En l'absence d'un tel code, le code « 9 » (Non déclaré) était attribué. Par exemple, nous avons suivi une règle de vérification pour analyser l'enchaînement des réponses aux questions 99 et 100. Les données superflues qui ne respectaient cet enchaînement ont été supprimées à la lumière de ce que laissait entendre la réponse à la question 99.

De même, les incohérences dans les données ont été corrigées. Une vérification a été effectuée afin que la province de travail et l'unité de travail soient appariées. La vérification s'imposait lorsque les répondants de la région de la capitale nationale (RCN) avaient indiqué l'Ontario ou le Québec comme province de travail, au lieu du code distinct de la RCN. Dans d'autres cas, lorsque les régions étaient identifiées séparément, l'agence a été consultée et, au besoin, un code correspondant à une unité régionale a été attribué au personnel des régions.

Imputation

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Estimation

Le facteur de pondération calculé pour cette enquête peut être vu comme étant une nouvelle pondération des répondants afin que la distribution des répondants et la distribution de la population offrent la même distribution globale par rapport au groupe professionnel. Autrement dit, si 20 % du personnel de l'agence est membre d'un même groupe professionnel, ce groupe est pondéré de manière à représenter 20 % du nombre total de répondants au moment de la totalisation. En d'autres termes, ce facteur compense la surreprésentation et la sous-représentation des groupes professionnels. Pour les groupes professionnels surreprésentés, les facteurs de pondération sont inférieurs à un. Dans le cas des groupes professionnels sous-représentés, les facteurs de pondération sont supérieurs à un.

Autrement dit, si le facteur de pondération est supérieur à un, chaque personne représente, outre elle-même, d'autres personnes qui n'ont pas répondu. Ce facteur révèle que le groupe professionnel était sous-représenté. Par exemple, si le coefficient de pondération est 2, chaque personne représente 2 personnes de la population.

L'étape de la pondération consiste à calculer ce nombre pour chaque enregistrement. Ce poids doit être utilisé afin de calculer les estimations à partir du fichier de microdonnées.

Par exemple, si l'on doit calculer le nombre de répondants qui étaient « Entièrement d'accord » avec l'énoncé « Je suis fier (fière) du travail effectué dans mon unité », on le fait en sélectionnant les enregistrements correspondant à ces répondants (Q33=1) et en additionnant les poids inscrits de ces personnes.

Il convient de souligner que la somme des poids est égale au nombre total de réponses, c'est-à-dire que la somme des poids n'est pas égale aux chiffres de population. Par conséquent, on ne peut pas faire mention de la population totale lorsque l'on diffuse des estimations démographiques.

Évaluation de la qualité

Cette enquête est un recensement, il ne peut donc y avoir d'erreur attribuable à l'échantillonnage. Cependant, cette enquête est assujettie à des erreurs non dues à l'échantillonnage telles que la non-réponse ou d'autres erreurs non dues à l'échantillonnage qui peuvent se produire à presque toutes les étapes des opérations d'une enquête. Les répondants peuvent se tromper en répondant aux questions, les réponses peuvent être saisies de façon incorrecte sur les questionnaires et des erreurs peuvent survenir durant le traitement et la mise en tableaux.

Des méthodes de contrôle et d'assurance de la qualité, conforment aux pratiques courantes de Statistique Canada, ont été mises en application à chaque étape du cycle de collecte et de traitement, afin de vérifier la qualité des données. Au nombre de ces mesures figurent des essais avec des groupes de discussion en vue de cerner les problèmes liés à la conception du questionnaire ou à une mauvaise compréhension des instructions, et l'utilisation des règles de vérification conçues pour déceler les données manquantes, invalides ou incohérentes.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la loi. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Aucun fichier de micro-données à grande diffusion ne sera publié par Statistique Canada et aucune donnée ne sera fournie via l'initiative de démocratisation des données (IDD).

Révisions et désaisonnalisation

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Exactitude des données

La population cible pour 2005 est composée de 37 212 individus. Le taux de réponse global pour le Sondage auprès des employé(e)s de l'Agence du revenu du Canada de 2005 était de 71 %.

Date de modification :