Enquête sur la gestion des fermes (EGF)

Information détaillée pour 2017

Statut :

Active

Fréquence :

Aux 5 ans

Numéro d'enregistrement :

5044

Cette enquête, qui s'intéresse aux fermes de bétail et de cultures, servira de base et permettra de procéder à des mises à jour pour obtenir un plus grand nombre d'indicateurs agroenvironnementaux, et à produire des renseignements qui serviront à créer des politiques et des programmes efficaces et adaptés aux besoins.

Date de la parution - 24 janvier 2019 (Premier d'une série de communiqués pour cette période de référence.)

Aperçu

L'EGF aide Agriculture et Agroalimentaire Canada à mesure les pratiques de gestion dans les fermes canadiennes. Les renseignements recueillis pour la présente enquête aideront à mesurer ces pratiques dans l'industrie agricole, à répondre aux besoins en matière de politiques fédérales et provinciales et à soutenir le développement de programmes agricole efficaces. Cette enquête à participation obligatoire s'intéresse aux fermes de bétail et de cultures, notamment sur les productions laitières, bovines, volaille, porcs, de grande culture, fourragères et culture de légumes, de fruits, de baies et de noix.

Cette enquête est menée conjointement avec Agriculture et Agroalimentaire Canada pour garantir que les programmes agricoles représentent les nouvelles façons de gérer les ressources dans les fermes.

Période de référence : Année civile

Sujets

  • Agriculture
  • Environnement
  • Protection de l'environnement
  • Utilisation des terres et pratiques environnementales

Sources de données et méthodologie

Population cible

L'univers conceptuel est composé de toutes les fermes actives qui sont comprises dans le Registre des entreprises de la Statistique Canada. Les types de fermes suivants ont été exclus:

. Les fermes dont les ventes agricoles étaient de moins de 10 000$ en 2016;
. Les fermes rattachées à une institution (prisons, stations de recherche, collèges);
. Les fermes situées sur des réserves indiennes;
. Les fermes dont plus de 50 % de leur revenue brute en 2016 provenait de la vente de produits de cultures de serre, de gazonnières et de pépinières;
.Toutes les unités faisant partie de la population cible de l'Enquête sur les cultures de serre, les pépinières et les gazonnières de Statistique Canada
. Les fermes qui n'avaient pas d'inventaires d'animaux d'élevage ou de superficies en culture au moment du Recensement de l'agriculture de 2016;
. Les fermes situées au Yukon, dans les Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut.

Élaboration de l'instrument

Le questionnaire de l'Enquête sur la gestion agroenvironnementale a été conçu par une équipe de projet composée d'employés de Statistique Canada et d'Agriculture et Agroalimentaire Canada et d'experts provinciaux assignés au projet. On a fait appel à des spécialistes de conception de questionnaires de Statistique Canada. En octobre 2016, 58 entrevues en profondeur ont été menées pour tester les ébauches des questionnaires auprès de producteurs agricoles dans quatre régions: Lethbridge, Alberta, Steinbach, Manitoba, Barrie, Ontario, et Saint-Hyacinthe, Québec. Les participants représentaient plusieurs types d'exploitations agricoles. Les questionnaires ont été révisés selon les résultats des entrevues, les recommandations des spécialistes de la conception de questionnaires et un second tour de consultation auprès d'employés d'Agriculture et Agroalimentaire Canada et de coordonnateurs ou experts provinciaux.

En septembre 2017, entrevues ont été menées pour tester la fonctionnalité de l'application. Quinze entrevues individuelles ont été réalisées avec des producteurs agricoles dans deux régions : London, Ontario et Drummondville, Québec. Les agriculteurs ont été invités à remplir le questionnaire électronique et donner leurs commentaires. L'application a ensuite été révisée selon les recommandations des spécialistes de la conception de questionnaires et un autre tour de consultation auprès d'employés d'Agriculture et Agroalimentaire Canada.

Échantillonnage

Il s'agit d'une enquête transversale par échantillon.

La cible de l'enquête est les grands producteurs dans sept sous-secteurs précis. De ce fait, sept bases de sondage ont été créées.

Ce ne sont pas toutes les régions géographiques qui sont couvertes par l'EGF. L'inclusion est basée sur la contribution importante d'une région à la production d'une des sept activités du sous-secteur à l'échelle nationale. Certaines régions sont comprises dans le champ de l'enquête pour de nombreux sous-secteurs tandis que d'autres, sont comprises dans le champ de l'enquête pour aucune d'entre elles.

La première étape est de déterminé si chaque région géographique à une contribution importante pour le sous-secteur. Les régions géographiques sont triées en ordre décroissant selon la somme des activités du sous-secteur et on utilise les régions géographiques les plus importantes jusqu'à ce que la somme de leur taille représente au moins 90 % des activités à l'échelle nationale.

À l'intérieur de chaque région géographique retenue pour un sous-secteur, le processus est similaire. Les fermes sont triées en ordre descendant selon la somme des activités du sous-secteur, et on utilise toutes les fermes les plus importantes jusqu'à ce que la somme de leur taille représente au moins 90 % des activités de la région géographique.

Stratification
À l'intérieur de chaque région géographique pour un sous-secteur, les fermes font l'objet d'une nouvelle stratification de la façon suivante :
- Les bovins de boucherie sont sous-stratifiés en vaches/veaux et en exploitations de finissage
- L'horticulture est sous-stratifiée en bleuets, pommes de terre/betteraves à sucre et autres fruits et légumes
Toutes les strates sont par la suite sous-stratifiées selon la taille et un pourcentage plus élevé de fermes sera sélectionné à partir des strates comprenant les fermes les plus importantes.

Répartition de l'échantillon
L'échantillon totalise 18 000 fermes. L'échantillon est réparti entre les sous-secteurs et les régions géographiques pour atteindre un coefficient de variation cible.

Sélection de l'échantillon
Les exploitations ont été choisies dans chaque strate, avec un pourcentage plus élevé de fermes qui sera sélectionné à partir des strates comprenant les fermes les plus importantes. Une source importante de sous-dénombrements, à savoir les nouvelles fermes qui ont entrepris leurs activités après le Recensement de 2016.

Sources des données

Collecte des données pour cette période de référence : 2018-02-15 à 2018-04-18

Il s'agit d'une enquête à participation volontaire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants.

Un questionnaire électronique a été développé pour la méthode de collecte de données de l'enquête. Toutefois, l'interview téléphonique assistée par ordinateur (ITAO) est disponible pour les répondants qui ne désirent pas utiliser le questionnaire électronique.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration.

Détection des erreurs

Les données ont été vérifiées au moyen des contrôles du logiciel de saisie. Ces contrôles vérifient que toutes les cellules obligatoires sont remplies, que certaines valeurs se trouvent dans les limites acceptables et que les totaux correspondent à la somme des composantes. Si une erreur est décelée, on demande à l'agent de collecte de poser des questions de suivi au répondant pour confirmer les réponses.

D'autres vérifications des données ont été faites par les agents spécialisés qui ont passé en revue les données de l'enquête ressortissant comme étant aberrantes et les ont comparées aux données du Recensement de l'agriculture de 2016 pour en déterminer la validité.

Imputation

Aucune imputation statistique des données de l'enquête n'a été effectuée pour résoudre les cas de non-réponse. On traite les cas de non-réponse totale (c'est-à-dire lorsque des questions obligatoires restent sans réponse) en corrigeant les poids attribués aux unités répondantes, de telle sorte qu'une unité puisse aussi représenter d'autres unités non déclarantes ayant des caractéristiques similaires (c'est-à-dire province, écozone ou écorégion, type de ferme).

Estimation

Les données recueillies par l'enquête sont comparées aux données du Recensement de l'agriculture. De plus, les estimations sont comparées à d'autres estimations semblables ayant été publiées et analysées par des experts en la matière. Les estimations provinciales sont validées également par les coordonnateurs statistiques provinciaux qui ont participé à la conception du questionnaire de l'enquête et qui connaissent bien la matière au niveau régional. Enfin, les résultats de l'enquête sont comparés aussi, dans la mesure du possible, aux résultats de l'Enquête sur la gestion agroenvironnementale d'autres années.

Évaluation de la qualité

Les données recueillies par l'enquête sont comparées aux données du Recensement de l'agriculture. De plus, les estimations sont comparées à d'autres estimations semblables ayant été publiées et analysées par des experts en la matière. Les estimations provinciales sont validées également par les coordonnateurs statistiques provinciaux qui ont participé à la conception du questionnaire de l'enquête et qui connaissent bien la matière au niveau régional. Enfin, les résultats de l'enquête sont comparés aussi, dans la mesure du possible, aux résultats de l'Enquête sur la gestion agroenvironnementale d'autres années.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la loi. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Pour diminuer le fardeau de réponse et favoriser l'uniformité des statistiques, Statistique Canada a conclu, en vertu de l'article 12 de la Loi sur la statistique, un accord de partage de données de cette enquête avec Agriculture et Agroalimentaire Canada, l'Institut de la statistique du Québec, le Ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales de l'Ontario de même qu'avec le ministère Agriculture and Food d'Alberta. En vertu de l'article 12 de la Loi sur la statistique, Statistique Canada ne fournira aucun nom, ni adresse, ni aucune autre information permettant d'identifier les répondants. L'information que nous recueillons demeure strictement confidentielle et n'est utilisée qu'à des fins de statistiques et de recherche. Les partenaires impliquées dans les accords de partage de données n'auront accès qu'aux informations d'enquête des répondants de leur province respective qui auront accepté de partager leurs données.

Révisions et désaisonnalisation

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Exactitude des données

Bien qu'il soit difficile de quantifier les erreurs non dues à l'échantillonnage, on peut estimer les erreurs d'échantillonnage à partir de l'échantillon à l'aide d'une mesure statistique appelée l'erreur-type (ET) d'une valeur estimée également appelée erreur d'échantillonnage absolue. Pour les estimations de niveau (par ex. totaux ou moyennes), une mesure statistique appelée le coefficient de variation (CV) est normalement utilisée. Le CV, soit l'erreur-type divisée par l'estimation de l'enquête, est une mesure de précision en termes relatifs et est exprimé en pourcentage.

Pour des estimations de niveaux, le CV est la mesure convenable de l'erreur d'échantillonnage. Cependant, dans le cas de proportions, il est préférable d'utiliser une erreur d'échantillonnage absolue telle que l'ET. Dans le cas de l'Enquête sur la gestion agroenvironnementale, la plupart des estimations portent sur des proportions.

L'ET (qui dépend de la taille de la population, de la taille de l'échantillon et de l'estimation), jumelée avec un niveau de confiance peuvent être utilisés pour calculer la marge d'erreur. Cette mesure est assez simple à interpréter puisqu'elle est établie sur la même base que la valeur estimée. Par exemple, une proportion estimée de 80 % peut avoir une marge d'erreur de 3 %, ce qui nous amènera à conclure (avec un niveau de confiance approprié, habituellement 19 fois sur 20) que la vraie proportion est entre 77 % et 83 %.

Supposons que nous voulons estimer la proportion des fermes canadiennes d'élevage qui entreposent du fumier liquide. La proportion estimée est de 14 % avec une erreur-type de 2,54. On peut en déduire que la proportion des fermes qui n'entreposent pas de fumier liquide est de 86 % et que la qualité de l'estimation est la même (c.-à.-d. que l'erreur-type est toujours de 2,54). L'erreur-type est une erreur absolue qui s'applique aux estimations de 14 % et de 86 %. Étant une erreur relative, le CV est différent dans les deux estimations. Il peut même sembler positif pour une proportion (86 % pour le CV1) et négatif pour la proportion complémentaire (14 % pour le CV2) tel qu'illustré ci dessous :

CV1 = 100 * 2,54/86 = 3 (pour les fermes qui n'entreposent pas de fumier liquide)
CV2 = 100 * 2,54/14 = 18 (pour les fermes qui entreposent du fumier liquide)

Bien que la qualité des estimations est la même, le CV2 sous-entend que la qualité de la proportion estimée des fermes qui entreposent du fumier liquide est bien inférieure. Dans ce cas, comme pour toutes les estimations de proportions, le CV peut être trompeur.

Voici les cotes de CV proposées pour des estimations de niveaux et des cotes d'erreur-type (ET) pour des estimations de proportions :

Cote de CV

0,01 % à 4,99 % A -- excellent
5,0 % à 9,99 % B -- très bon
10,0 % à 14,99 % C -- bon
15,0 % à 24,99 % D -- acceptable
25,0 % à 34,99 % E -- à utiliser avec prudence
35,0 % et plus F -- trop peu fiable pour être publié

Cote d'ET

0,01 % à 2,49 % A -- excellent
2,5 % à 4,99 % B -- très bon
5,0 % à 7,49 % C -- bon
7,5 % à 12,49 % D -- acceptable
12,5 % à 17,49 % E -- à utiliser avec prudence
17,5 % et plus F -- trop peu fiable pour être publié

Documentation

Date de modification :