Enquête sur les activités et les préférences en matière de voyages (EAPV)

Information détaillée pour 2006

Statut :

Inactive

Fréquence :

Occasionnelle

Numéro d'enregistrement :

4439

L'enquête a recueilli des renseignements entre autres sur les endroits où les Canadiens ont voyagé durant les deux dernières années et les endroits où ils prévoient voyager durant les deux prochaines années, les activités récréatives et de divertissement à la maison et au cours d'un voyage d'une nuitée ou plus, les raisons pour lesquelles les gens voyagent ou ne voyagent pas au Canada, les types d'hébergement utilisés, les sources d'information utilisées pour planifier un voyage et les impressions des gens sur le Canada.

Date de la parution - 3 novembre 2006

Aperçu

L'Enquête sur les activités et les préférences en matière de voyages (EAPV) était réalisée pour le compte d'agences fédérales, provinciales et territoriales de tourisme. Les chercheurs et les experts-conseils du gouvernement, les entreprises privées, les universités et les médias utiliseront les résultats de l'enquête pour informer le public, pour élaborer de nouveaux programmes et pour déterminer les nouveaux besoins en services et infrastructures.

L'objectif global de l'enquête était de recueillir de l'information sur les activités et les préférences des Canadiens en matière de voyages.
Quelques-uns des objectifs supplémentaires de l'enquête en matière de données, sont de :
- recueillir des données sur les voyages avec nuitées effectués durant les deux dernières années au Canada, aux États-Unis et dans d'autres pays;
- recueillir des données sur les motifs des voyages avec nuitées au Canada, aux États-Unis et dans d'autres pays; et
- recueillir des données sur les activités réalisées lors des voyages.

Sujets

  • Navettage vers le travail
  • Travail
  • Voyages et tourisme
  • Voyages intérieurs
  • Voyages internationaux

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population cible de l'enquête téléphonique était toutes les personnes de 18 ans et plus dans chacune des dix provinces canadiennes, à l'exclusion des résidants à temps plein en établissement. L'EAPV s'est déroulée sous forme d'enquête téléphonique à composition aléatoire (CA), une technique permettant de générer au hasard par ordinateur des numéros de téléphone. Avec la CA, les ménages sans téléphone ont également été exclus. Toutefois, les personnes qui vivent dans de tels ménages représentent moins de 6 % de la population cible.

La population cible de l'enquête postale était la même que celle de l'enquête téléphonique sauf que les non-voyageurs étaient exclus dans ce cas-ci. Les voyageurs sont les répondants qui ont affirmé, au cours de l'enquête téléphonique, avoir effectué un voyage d'une nuit ou plus à l'extérieur de la ville au cours des deux dernières années.

Élaboration de l'instrument

Le questionnaire était testé en utilisant des groupes de discussion.

Échantillonnage

Il s'agit d'une enquête transversale par échantillon.

L'échantillon CA est un échantillon aléatoire simple stratifié de numéros de téléphone, prélevé avec remise. On a stratifié l'échantillon par régions métropolitaines de recensement (RMR) et par catégorie téléphonique (numéro résidentiel ou inconnu). On a procédé au filtrage des numéros de téléphone « inconnus » pour en retirer les numéros hors service.

On a demandé à tous les répondants identifiés comme des voyageurs pendant l'interview téléphonique de remplir un questionnaire papier à retourner par la poste. Le plan d'échantillonnage de l'enquête postale est un plan à deux phases : la première est l'interview téléphonique et la deuxième est le questionnaire papier à l'intention des voyageurs seulement.

Le plan d'échantillonnage est complexe parce que la population cible est composée d'adultes, mais notre unité d'échantillonnage se compose de numéros de téléphone. L'échantillon CA initial comprenait 132 065 numéros de téléphone à l'échelle nationale.

Sources des données

Collecte des données pour cette période de référence : 2006-01-01 à 2006-06-30

Il s'agit d'une enquête à participation volontaire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants.

L'enquête était un échantillonnage de CA de 53 150 Canadiennes et Canadiens et était divisée en deux phases : une enquête téléphonique pour retracer les voyageurs et les non-voyageurs, et une enquête postale qui devait être remplie par tous les voyageurs.

L'enquête téléphonique a été effectuée grâce à une application d'interview téléphonique assistée par ordinateur (ITAO). La collecte des données de l'enquête téléphonique s'est déroulée sur une période d'environ quatre mois, de janvier à mi-avril 2006. Si un répondant refusait de donner une partie ou la totalité de l'information demandée, le superviseur de l'intervieweur devait alors appeler le répondant une deuxième fois pour tenter d'obtenir l'information. Lorsque le répondant était temporairement absent ou que des difficultés d'ordre linguistique ou autre empêchait l'enquête, l'intervieweur devait rappeler le répondant à une date ultérieure. Les réponses par procuration n'étaient pas admises.

La collecte de données de l'enquête postale s'est étendue sur environ cinq mois, de la mi-janvier à la mi-juin 2006. Cette enquête a été menée par la division des opérations et de l'intégration de Statistique Canada. Une suivi par téléphone avec les voyageurs qui n'ont pas répondu a été administré par les emploies de cette division durant la période de collecte.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration.

Détection des erreurs

Le traitement des données de l'enquête téléphonique a été relativement simple, car les données ont été saisies au moyen de l'application d'une interview téléphonique assistée par ordinateur, dans laquelle on avait programmé des vérifications et des cheminements pour améliorer la cohérence des données saisies. Le traitement des données s'est avéré beaucoup plus complexe dans le cas du questionnaire papier.

Certaines données des répondants au questionnaire papier ne respectaient pas les directives concernant le cheminement du questionnaire. En général, le système de traitement a corrigé les incohérences de cheminement selon une approche descendante : on a supposé que les variables déclarées en premier dans le questionnaire étaient correctes et l'on a modifié les autres variables en conséquence. Tous les questionnaires d'enquête postale remplis par les répondants ont été renvoyés à l'administration centrale à Ottawa pour la saisie des données par un système de reconnaissance optique de caractère (ROC). Deux erreurs principales dans l'enchaînement du questionnaire ont été corrigées.

Les erreurs dans le déroulement du questionnaire, où l'on a relevé des questions qui ne s'appliquaient pas au répondant (et auxquelles on n'aurait donc pas dû répondre) renfermaient des réponses constituaient le premier type d'erreurs traitées. Dans ces cas, une vérification par ordinateur a éliminé automatiquement les données superflues en suivant l'ordre du questionnaire dicté par les réponses à des questions antérieures et subséquentes, parfois.

Le second type d'erreurs traitées avait trait à un manque d'information dans les questions pour lesquelles le répondant aurait dû répondre. Pour ce type d'erreur, un code de non-réponse ou « non déclaré » était attribué à l'item.

Imputation

L'imputation consiste à attribuer des valeurs valides aux variables qui contiennent des données invalides ou manquantes. Il n'y avait pas lieu d'imputer la plupart des items du questionnaire téléphonique ou du questionnaire postal. On a attribué le code « Non déclaré » aux valeurs manquantes. Les enregistrements dont les données étaient jugées insuffisantes ont été retirés du traitement.

La seule variable qui a fait l'objet d'une imputation est la région métropolitaine de recensement. À l'étape de la sélection de l'échantillon, on a d'abord attribué des codes RMR en utilisant les six premiers chiffres du numéro de téléphone (l'indicatif régional et le préfixe). Puis, à l'aide du Fichier de conversion des codes postaux (FCCP) on a dérivé des codes RMR de meilleure qualité à partir des codes postaux recueillis lors de la collecte. On a mis en oeuvre un processus de validation pour vérifier les codes postaux et les codes RMR dérivés. On a procédé à une imputation par donneur pour les enregistrements dont la RMR était jugée invalide (1 % des enregistrements) ou dont le code postal était manquant (5 % des enregistrements).

Estimation

On a d'abord procédé à la pondération pour l'enquête téléphonique, puis pour le questionnaire papier à retourner par la poste. La pondération du volet téléphonique de l'EAPV comprenait plusieurs étapes :
1. Calculer les poids déterminés par le plan d'échantillonnage
2. Éliminer les numéros de téléphone éliminés après sélection
3. Ajustement pour les numéros de téléphone non résolus
4. Éliminer les numéros de téléphone hors du champ de l'enquête
5. Ajustement pour les ménages non répondants
6. Ajustement pour la sélection d'un membre du ménage
7. Ajustement pour les personnes non répondantes
8. Ajustement pour les enregistrements aux données insuffisantes
9. Ajustement pour le nombre de lignes téléphoniques dans le ménage
10. Caler en fonction des totaux externes

Les poids des 7 007 non-voyageurs ont été dérivés selon les étapes 1 à 10 de pondération.

On a dérivé un ensemble de poids distinct pour le questionnaire papier à retourner par la poste. On a utilisé les données de l'enquête téléphonique pour déterminer quelles variables expliquaient le mieux la non-réponse au questionnaire papier. On a procédé aux étapes suivantes :
11. Ajustement pour la non-réponse au questionnaire papier
12. Caler en fonction de l'enquête téléphonique

Les poids des 24 692 voyageurs ont été dérivés selon les étapes 1 à 12 de pondération.

Veuillez consulter le chapitre 11.0 (Pondération) du Guide de l'utilisateur pour obtenir de l'information détaillée.

Évaluation de la qualité

On a consacré beaucoup de temps et d'efforts en vue de réduire les erreurs non dues à l'échantillonnage dans l'enquête. Des mesures d'assurance de la qualité ont été mises en oeuvre à chaque étape du cycle de collecte et de traitement des données, pour en contrôler la qualité. Ces mesures comprenaient la mise à l'essai du questionnaire auprès d'un groupe cible, la mise à l'essai des processus au moyen d'une enquête pilote, l'emploi d'intervieweurs hautement qualifiés, une formation poussée des intervieweurs portant sur les procédures d'enquête et le questionnaire, ainsi que des contrôles du codage et de la vérification pour assurer la logique du traitement.

Contrôle de la divulgation

La Loi interdit à Statistique Canada de rendre publique toute donnée susceptible de révéler de l'information obtenue en vertu de la Loi sur la statistique et se rapportant à toute personne, entreprise ou organisation reconnaissable sans que cette personne, entreprise ou organisation le sache ou y consente par écrit. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Il convient de souligner que les fichiers de microdonnées « à grande diffusion » (FMGD) peuvent différer des fichiers « maîtres » de l'enquête que conserve Statistique Canada. Ces différences sont habituellement le résultat de mesures prises pour protéger l'anonymat des répondants à une enquête. Les mesures les plus courantes sont la suppression de variables du fichier, le regroupement de valeurs en des catégories plus étendues et le codage de valeurs spécifiques à la catégorie « non déclaré ».

Le fichier maître de données de l'enquête comprend l'âge exact des répondants, tandis que le FMGD ne comprend que des regroupements d'âges.

Pour certaines variables sensibles au risque d'identification d'individus, le FMGD peut avoir subi de la suppression locale, c'est-à-dire que certaines valeurs présentes sur le fichier maître peuvent avoir été codées comme « non déclarées » sur le FMGD.

Révisions et désaisonnalisation

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Exactitude des données

Malgré les efforts déployés pour que les opérations de collecte et le dépouillement se déroulent en fonction de normes rigoureuses, les estimations qui en résultent comportent inévitablement des erreurs. Celles-ci sont classées en deux grandes catégories: les erreurs d'échantillonnage et les erreurs non dues à l'échantillonnage.

La non-réponse est une source importante d'erreurs non due à l'échantillonnage. Le taux de réponse pour l'enquête téléphonique était de 55,9 % et l'enquête postale était de 53,5 %.

La base pour mesurer l'importance potentielle des erreurs d'échantillonnage est l'erreur-type des estimations calculées à partir des résultats d'une enquête. En raison de la diversité des estimations pouvant être produites à partir d'une enquête, l'erreur-type est habituellement exprimée en fonction de l'estimation à laquelle elle se rapporte. La mesure résultante, appelée coefficient de variation (CV) d'une estimation, s'obtient en divisant l'erreur-type de l'estimation par l'estimation elle-même et s'exprime en pourcentage de l'estimation.

Veuillez consulter le Guide de l'utilisateur pour obtenir de l'information détaillée.

Documentation

Date de modification :