Estimations de la population selon l'état matrimonial ou l'état matrimonial légal, l'âge et le sexe au 1er juillet, Canada, provinces et territoires

Information détaillée pour 1er juillet 2019

Statut :

Active

Fréquence :

Annuelle

Numéro d'enregistrement :

3605

Ce programme d'estimations fournit des estimations annuelles de la population selon l'état matrimonial, l'état matrimonial légal, l'âge et le sexe pour le Canada, les provinces et les territoires.

Date de la parution - 6 novembre 2019

Aperçu

Ce programme d'estimations fournit des estimations annuelles de la population selon l'état matrimonial, l'état matrimonial légal, l'âge et le sexe pour le Canada, les provinces et les territoires. Les estimations selon l'état matrimonial débutent en 1971 alors que les estimations selon l'état matrimonial légal ne sont disponibles qu'à partir de 1991.

Ce programme d'estimations de la population sert au calcul d'indicateurs démographiques, sociaux et économiques (taux de nuptialité selon l'état matrimonial précédent, taux de divortialité, taux de natalité légitime, table de mortalité selon l'état matrimonial, etc.) pour lesquels la population, ou une partie de celle-ci, sert de dénominateur.

Période de référence : 1er juillet

Sujets

  • Estimations et projections démographiques
  • Population et démographie

Sources de données et méthodologie

Population cible

L'univers de la population utilisé par le Programme des estimations démographiques est semblable à celui du recensement. Il comprend les groupes de personnes suivants :

- les citoyens canadiens (de naissance ou par naturalisation) et les immigrants ayant un lieu habituel de résidence au Canada;
- les citoyens canadiens (de naissance ou par naturalisation) et les immigrants qui sont à l'étranger dans une base militaire ou en mission diplomatique;
- les citoyens canadiens (de naissance ou par naturalisation) et les immigrants qui sont en mer ou dans des ports à bord de navires marchands immatriculés au Canada et de navires gouvernementaux canadiens;
- les personnes ayant un lieu habituel de résidence au Canada, qui demandent le statut de réfugié et les membres de leur famille vivant avec elles;
- les personnes ayant un lieu habituel de résidence au Canada, qui sont titulaires d'un permis d'études et les membres de leur famille vivant avec elles;
- les personnes ayant un lieu habituel de résidence au Canada, qui sont titulaires d'un permis de travail et les membres de leur famille vivant avec elles;

Aux fins du recensement, ces trois derniers groupes de personnes sont des « résidents non permanents ». Ils sont inclus depuis 1991. L'univers de la population ne comprend pas les résidents étrangers. Par résidents étrangers, on entend :

- les représentants du gouvernement d'un autre pays qui sont affectés à l'ambassade, au haut-commissariat ou à toute autre mission diplomatique de ce pays au Canada, et les membres de leur famille vivant avec eux;
- les membres des Forces armées d'un autre pays qui sont en poste au Canada, et les membres de leur famille vivant avec eux;
- les résidents d'un autre pays en visite au Canada temporairement (par exemple, un visiteur étranger en vacances ou en voyage d'affaires avec ou sans permis de visiteur).

Élaboration de l'instrument

Ce type de méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Échantillonnage

Ce type de méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Sources des données

Les données proviennent de diverses enquêtes de Statistique Canada et/ou d'autres sources.

Avant 2006, ces estimations sont fondées sur les résultats du recensement, rajustés pour tenir compte du sous-dénombrement net des familles. À partir de 2006, les estimations du nombre de familles de recensement sont dérivées des données du fichier T1 sur la famille (T1FF), du recensement, du sous-dénombrement net du recensement des familles provenant des études de couverture et des estimations de population.

Pour les estimations postcensitaires, les données qui proviennent du recensement et des études de couverture sont dérivées des données de 2011.

L'intégration des données, y compris la combinaison des données de plusieurs sources, y compris le Recensement du Canada le plus récent, les études de couverture du recensement (Contre-Vérification des Dossiers) ainsi que des données provenant d'enquêtes de nature administrative telles que l'Agence du revenu du Canada (ARC), Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) , et les données américaines du « U.S. Department of Homeland Security, Office of Immigration Statistics ».

Pour de plus amples renseignements ,veuillez vous référer à la publication: Méthodes d'estimation de la population et des familles à Statistique Canada, Centre de la démographie, no 91-528-XIF au catalogue.

Détection des erreurs

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Imputation

Aucune imputation n'a été effectuée.

Estimation

Contrairement aux estimations de la population selon l'âge et le sexe (no. d'enregistrement 3604), la méthode des composantes n'est plus utilisée. Celle-ci a dû être modifiée suite à l'arrêt du traitement des données de mariages et de divorces par le Centre de données sur la santé de la population de Statistique Canada.

À partir des comptes du recensement rajustés pour le sous-dénombrement net du recensement, on crée une matrice de distribution selon l'état matrimonial et l'état matrimonial légal, pour chaque âge, sexe, province et territoire. Cette distribution est appliquée à l'estimation selon l'âge et le sexe afin d'obtenir l'estimation selon l'âge, le sexe, l'état matrimonial et l'état matrimonial légal. Deux séries d'estimations de la population par état matrimonial sont disponibles : la série par état matrimonial qui prend en considération les personnes vivant en union libre et la série par état matrimonial légal où les personnes vivant en union libre sont classées selon leur état matrimonial légal.

Évaluation de la qualité

Mesure de l'erreur de précocité

On évalue la qualité des estimations démographiques provisoires des composantes en analysant les erreurs de précocité. L'erreur de précocité est la différence entre l'estimation provisoire et l'estimation définitive divisée par la population totale. L'erreur de précocité peut se calculer tant pour les estimations de la population que celles des composantes. Celle-ci nous permet de procéder à des comparaisons utiles entre les composantes ainsi qu'entre les provinces et les territoires dont la taille de la population est différente.

À noter qu'en comparant à la population totale d'une région, les différences entre les estimations provisoires et définitives des composantes sont minimes. Il existe toutefois des écarts quant à l'incidence de ce type d'erreur entre les composantes, les provinces et les territoires.

Règle générale, le solde de la migration interprovinciale est associé aux erreurs de précocité les plus importantes. Cet état de choses est dû à l'utilisation de sources de données différentes pour les estimations provisoires et définitives. Pour la plupart des années et des provinces/territoires, des erreurs de précocité plus faibles sont associées aux estimations de l'immigration, des naissances et des décès. Dans le cas des estimations de l'immigration, cette situation est attribuable à l'intégralité des sources de données et à l'accessibilité des données permettant de produire des estimations provisoires plus à jour. En ce qui a trait aux naissances et aux décès, les petites erreurs de précocité s'expliquent par l'utilisation d'une méthode différente (méthode des quotients) pour la production des estimations provisoires.

Cette mesure est calculée pour les estimations totales et non selon l'état matrimonial ou l'âge et le sexe.

Mesure de l'erreur en fin de période

L'erreur en fin de période permet de mesurer l'exactitude des estimations postcensitaires. Elle est définie comme la différence entre les estimations postcensitaires et les comptes du recensement (rajustés pour le aoua-sénombrement net du recensement), en date du recensement.

L'erreur en fin de période provient de deux sources : les différences relatives du SDNR entre recensements consécutifs et les erreurs relatives aux composantes de l'accroissement démographique pendant la période intercensitaire. Pour chaque période intercensitaire quinquennale, l'erreur en fin de période ne peut être calculée qu'au moment de la diffusion des données du recensement et des estimations du sous-dénombrement net du recensement (SNDR).

En ramenant cette différence à la population recensée rajustée pour le SDNR, on obtient un taux qui, à l'échelle du pays, est peu important (0,16 % en 2001, 0,14 % en 2006 et 0,50 % en 2011). À l'échelle des provinces et des territoires, les différences sont généralement plus élevées, cette différence étant due à la plus forte variabilité associée aux estimations de la migration interprovinciale. Ceci étant dit, les estimations postcensitaires diffèrent généralement de moins de 1 % des populations censitaires rajustées, sauf pour les territoires et quelques provinces. Même si la méthode des composantes n'est plus utilisée pour les estimations selon l'état matrimonial, elle sert pour estimer la population totale et selon l'âge et le sexe.

Pour plus d'informations concernant l'évaluation de la qualité des estimations démographiques, voir Méthodes d'estimation de la population et des familles à Statistique Canada, Centre de la démographie, Catalogue 91-528-XIF.

L'information contenue à la section 9.6 de cette publication ne prend pas en considération la nouvelle méthode pour estimer la population selon l'état matrimonial. Le tout sera rétabli à la prochaine diffusion de cette publication. Toutefois, les méthodes employées pour estimer la population totale et par âge et sexe sont à jour.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la Loi sur la statistique. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Révisions et désaisonnalisation

Les données sont révisées une fois par an. Après chaque recensement, les estimations postcensitaires sont révisées afin de produire les estimations intercensitaires.

Les estimations démographiques sont révisées d'après les statistiques sur les naissances, les décès et la migration interprovinciale et internationale aussitôt que celles-ci sont disponibles. Les révisions peuvent entraîner des changements significatifs pour certaines composantes, notamment la migration interprovinciale.

Les données sur la migration interprovinciale proviennent de deux sources. Les estimations provisoires de la migration sont calculées d'après les changements d'adresse enregistrés par le programme de prestation fiscale canadienne pour enfants de l'Agence du revenu du Canada et sont diffusées peu après le mois de référence. Les estimations définitives de la migration interprovinciale sont calculées d'après les adresses inscrites sur les déclarations de revenus des particuliers et sont diffusées un an après l'année de référence.

Exactitude des données

Les estimations postcensitaires de la population selon l'âge, le sexe, l'état matrimonial et l'état matrimonial légal sont entachées d'une certaine marge d'imprécision qui provient des corrections pour le SDNR et des autres sources de données et des méthodes d'estimation des composantes. Les erreurs provenant des méthodes d'estimations et des sources de données autres que les recensements ont une importance difficilement quantifiable mais non négligeable, puisqu'à chaque niveau de ventilation se glisse un nouveau coefficient d'imprécision. Les effectifs totaux des composantes contiennent une certaine marge d'erreur de départ. La méthode utilisée pour leur attribuer un sexe et un âge, puis un état matrimonial ajoute à chaque étape une erreur supplémentaire aux nombres ainsi obtenus. Néanmoins, en ce qui concerne la qualité de leurs sources de données, les composantes peuvent être divisées en deux catégories: d'une part, les données du nombre de naissances, de décès et de l'immigration pour lesquelles les sources peuvent être considérées comme très bonnes lorsqu'il s'agit de données définitives et d'autre part, les données du nombre d'émigrants, d'émigrants de retour, de résidents non permanents, du solde de l'émigration temporaire et de la migration interprovinciale pour lesquelles les méthodes utilisées peuvent être une source d'erreur plus importante. Mentionnons enfin que l'importance de l'erreur provenant de l'estimation des composantes peut varier suivant la province, le sexe ou l'âge et que d'éventuelles erreurs portant sur certaines composantes peuvent affecter davantage un groupe d'âge ou un sexe donné. Les estimations intercensitaires sont entachées des mêmes erreurs que les estimations postcensitaires. À ces erreurs s'ajoutent celles provenant de la façon dont on a distribué les erreurs en fin de période, soit en fonction du temps écoulé depuis le recensement servant de point de départ.

Documentation

  • Méthodes d'estimation de la population et des familles à Statistique Canada
    Le guide Méthodes d'estimation de la population et des familles offre des descriptions détaillées des sources de données et des méthodes utilisées par Statistique Canada pour produire des estimations de la population. Elles comportent : les estimations postcensitaires et intercensitaires de la population; la population de départ; les naissances et les décès; l'immigration; les émigrations; les résidents non permanents; la migration interprovinciale; les estimations infraprovinciales de la population; les estimations de la population selon l'âge, le sexe et l'état matrimonial et les estimations des familles de recensement.

    Dernière révision : 17 novembre 2015.
Date de modification :