Enquête auprès des peuples autochtones (EAPA)

Information détaillée pour 2017

Statut :

Active

Fréquence :

Aux 5 ans

Numéro d'enregistrement :

3250

L'Enquête auprès des peuples autochtones (EAPA) a pour but de fournir des données sur les conditions socioéconomiques des membres des Premières Nations vivant hors réserve, des Métis et des Inuits, âgés de 15 ans et plus, au Canada.

Date de la parution - 26 novembre 2018

Aperçu

L'EAPA de 2017 est une enquête nationale sur les Premières Nations vivant hors réserve, les Métis et les Inuits de 15 ans et plus. L'EAPA de 2017 constitue le cinquième cycle de l'enquête et met l'accent sur les compétences transférables, la formation pratique, l'utilisation des technologies de l'information, la connaissance des langues autochtones et la participation à l'économie canadienne.

L'EAPA de 2017 a recueilli des données uniques et détaillées sur l'emploi, l'éducation et la santé qui ne peuvent être obtenues d'aucune autre source. À titre d'exemple, bien que le Recensement de la population de 2016 ait recueilli des données portant sur certains aspects de la participation au marché du travail, l'EAPA de 2017 aborde des sujets additionnels tels que la satisfaction à l'égard de l'emploi, les emplois multiples, les liens avec l'emploi précédent et la volonté de déménager afin d'améliorer ses perspectives de carrière.

L'EAPA fournit des données statistiques importantes pour l'élaboration de politiques et la programmation d'activités qui ont pour but d'améliorer le bien-être des peuples autochtones. Elle constitue une source de renseignements précieuse pour divers intervenants, y compris les organisations autochtones, les collectivités, les fournisseurs de services, les chercheurs, les gouvernements et le grand public.

L'enquête est menée par Statistique Canada et est financée par trois ministères fédéraux : Services aux Autochtones Canada et Relations Couronne-Autochtones et Affaires du Nord Canada (anciennement Affaires autochtones et du Nord Canada), et Emploi et Développement social Canada.

Sujets

  • Caractéristiques de la population
  • Langues et cultures
  • Ménages, logement et environnement
  • Niveau de scolarité, littératie et compétences
  • Peuples autochtones
  • Santé et bien-être
  • Société et communauté autochtones
  • Travail, revenu et dépenses

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population cible de l'EAPA de 2017 comprend la population d'identité autochtone du Canada âgée de 15 ans et plus au 15 janvier 2017, vivant dans les logements privés à l'extérieur des réserves indiennes ou des établissements indiens, de même qu'à l'extérieur de certaines communautés des Premières Nations au Yukon et dans les Territoires du Nord-Ouest (T.N.-O.). Le concept d' « identité autochtone » fait référence aux personnes ayant déclaré appartenir à au moins un groupe autochtone, c'est-à-dire Première Nation (Indien de l'Amérique du Nord), Métis, Inuit, ou ayant indiqué être un Indien avec statut (Indien inscrit ou des traités aux termes de la Loi sur les Indiens du Canada), ou ayant déclaré être membre d'une Première Nation ou d'une bande indienne.

L'échantillon de l'EAPA a été tiré à partir des réponses fournies au questionnaire détaillé du Recensement de la population de 2016. De façon plus précise, l'échantillon de l'EAPA a été sélectionné à partir des personnes du Recensement ayant répondu « Oui » à l'une des trois questions définissant l'identité autochtone (questions 18, 20 et 21) ou ayant déclaré une origine autochtone à la question 17. Bien qu'elles ne fassent pas partie de la population cible de l'EAPA 2017, certaines personnes ayant une origine autochtone sans identité autochtone sont tout de même échantillonnées puisque selon les enquêtes précédentes, presqu'un tiers de ces personnes déclareront une identité autochtone lors de l'EAPA. Ainsi, contrairement à la population cible, la population échantillonnée (ou population d'enquête) comprend à la fois la population d'identité autochtone et la population d'ascendance autochtone seulement.

Élaboration de l'instrument

Bien que l'EAPA de 2017 ait été remaniée pour devenir une enquête thématique, elle est basée sur les cycles précédents de l'EAPA, qui ont été élaborés en collaboration avec des organisations autochtones nationales. Après la diffusion des données de l'EAPA de 2012, on a procédé à un examen du contenu afin d'assurer la pertinence future des questions de l'EAPA pour les principaux intervenants et de repérer de possibles lacunes statistiques. Cet examen a réuni l'expertise d'un groupe diversifié de chercheurs et de spécialistes du domaine provenant de Statistique Canada et de l'extérieur. De nouvelles questions d'enquête ont été élaborées et ajoutées au contenu du questionnaire de l'EAPA de 2017 afin que l'accent soit mis sur les thèmes de la participation économique et de l'éducation.

Comme cela a été fait en 2012, les questions de l'EAPA de 2017 ont été conçues pour être posées au moyen d'une application d'interview assistée par ordinateur (IAO) qui comporte de nombreuses fonctions servant à accroître l'efficacité et la qualité de la collecte des données. Elle permet d'intégrer un enchaînement de questions plus complexe ainsi que des contrôles en direct qui relèvent les incohérences logiques afin que les intervieweurs puissent les corriger pendant l'interview, avec l'aide des répondants. Deux questionnaires d'interview assistée par ordinateur ont été élaborés pour cette enquête : une interview téléphonique assistée par ordinateur (ITAO) et une interview sur place assistée par ordinateur (IPAO).

Avec la collaboration de Premières Nations, de Métis et d'Inuits de partout au Canada, le Centre de ressources en conception de questionnaires (CRCQ) de Statistique Canada a procédé à des essais qualitatifs du questionnaire d'enquête à l'issue desquels des modifications ont été apportées à la formulation et à l'enchaînement des questions. La formulation des questions respecte le plus possible celle des questions établies par le Comité du contenu harmonisé de Statistique Canada, ce qui augmente les possibilités de comparer les réponses entre les enquêtes de Statistique Canada.

Échantillonnage

Il s'agit d'une enquête transversale par échantillon.

Base de sondage
L'échantillon de l'EAPA a été tiré à partir des répondants au questionnaire détaillé du Recensement de la population de 2016 ayant déclaré une identité ou une ascendance autochtone (voir population cible). Ces répondants du recensement forment la base de sondage de l'EAPA.

Plan d'échantillonnage et stratification
Une partie importante de la stratification utilise les domaines d'estimation de l'enquête, soient des groupes d'unités pour lesquels des estimations sont ciblées. Ces domaines d'estimation correspondaient à des régions géographiques pour lesquelles des estimations d'un niveau de précision « acceptable » étaient visées pour un groupe autochtone en particulier (c.-à-d. Première Nation, Métis ou Inuit) et un groupe d'âge précis. Plus précisément, les domaines d'estimation ont été définis par le croisement des variables suivantes :

Géographie
----Régions inuites
----Hors des régions inuites
--------Province ou territoire
--------Provinces de l'Atlantique regroupées

Groupe d'âge
----De 18 à 24 ans
----De 25 à 54 ans
----55 ans et plus

Groupe autochtone
----Inuit dans les régions inuites
----Inuit hors des régions inuites (reste du Canada)
----Groupes autochtones (excluant les Inuits) combinés pour le Canada atlantique (hors Nunatsiavut), le Québec (hors Nunavik), le Yukon et les T.N.-O. (hors Inuvialuit)
----Pour l'Ontario, le Manitoba, la Saskatchewan, l'Alberta et la Colombie-Britannique
--------Première Nation avec statut vivant hors réserve
--------Première Nation sans statut vivant hors réserve
--------Métis

Une stratification permettra de produire des estimations plus précises si les unités sont homogènes à l'intérieur des strates et hétérogènes entre les strates. De plus, il est idéalement souhaitable que les poids d'estimation associés aux répondants de l'enquête soient les plus rapprochés possibles à l'intérieur des strates.

Pour chaque domaine d'estimation, trois variables ont été utilisées pour créer les strates de l'EAPA de 2017 :
- la région associée au type de questionnaire du recensement (2A-L ou 2A-R),
- le fait que le répondant ait rempli lui-même son questionnaire ou qu'il ait répondu pendant le suivi des cas de non-réponse (SCNR) et
- le type d'identification autochtone au Recensement de 2016 (identité autochtone ou ascendance autochtone seulement).

Le plan d'échantillonnage de l'EAPA peut être vu comme un plan à deux phases où la première phase correspond à la sélection de l'échantillon du questionnaire détaillé du Recensement de 2016 et la deuxième phase correspond à la sélection de l'échantillon de l'EAPA.

Méthode de répartition
Une méthode de répartition optimale entre les sous-strates d'un domaine cible particulier a été utilisée en tenant compte de différentes formes de pertes de taille d'échantillon telles que la non-réponse attendue ainsi que la probabilité de chaque unité d'appartenir à la population cible.

Taille d'échantillon
L'échantillon total de l'EAPA de 2017 comprenait 43 645 personnes.

Pour des renseignements supplémentaires au sujet du plan d'échantillonnage, des domaines d'estimation, de la stratification et de la méthode de répartition, veuillez consulter l'Enquête auprès des peuples autochtones, 2017 : Guide des concepts et méthodes que vous trouverez à Produits connexes sur la page Web de Base de métadonnées intégrée (BMDI).
http://www23.statcan.gc.ca/imdb/p2SV_f.pl?Function=getSurvey&SDDS=3250

Sources des données

Collecte des données pour cette période de référence : 2017-01-16 à 2017-08-15

Il s'agit d'une enquête à participation volontaire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants et sont dérivées d'autres enquêtes de Statistique Canada.

Avant le début de la collecte, des lettres d'introduction expliquant le but de l'enquête ont été envoyées aux individus sélectionnés.

Les questions de l'EAPA de 2017 ont été posées au moyen d'une application d'interview assistée par ordinateur (IAO). Deux méthodes d'interview assistée par ordinateur ont été utilisées pour cette enquête : l'interview téléphonique assistée par ordinateur (ITAO) et l'interview sur place assistée par ordinateur (IPAO). En 2017, l'IPAO a été utilisé pour toutes les régions inuites, les Territoires du Nord-Ouest (excluant des parties de Yellowknife) et pour certaines parties du Yukon. L'ITAO a constitué le principal mode de collecte pour les logements dans les provinces.

Les répondants ont été interviewés dans la langue officielle de leur choix. Dans les régions inuites, le questionnaire a été traduit sous forme de copie papier en inuktitut et en inuinnaqtun. Des instructions d'aide à l'écran étaient aussi disponibles dans les langues inuites. Ces instructions pouvaient comprendre : des énoncés sur les inclusions et les exclusions, des définitions, des exemples et/ou des instructions supplémentaires.

Le temps nécessaire pour répondre au questionnaire variait d'une personne à l'autre. Dans certains cas, il a fallu une heure ou plus pour mener l'interview de l'EAPA de 2017, mais en moyenne, il fallait environ 40 minutes pour répondre à l'enquête.

Les interviews par personne interposée ont été permises dans certaines circonstances (notamment lorsque la personne sélectionnée n'était pas en mesure de répondre pour des motifs de santé, d'une barrière linguistique ou parce qu'elle était absente pour la durée de l'enquête.) N'importe quel membre du ménage âgé de plus de 18 ans pouvait agir comme personne interposée au nom du répondant sélectionné et répondre à l'enquête en son nom.

Plus de 43 000 personnes ont été choisies pour participer à l'EAPA de 2017. Sur celles-ci, environ 32 330 personnes ont participé à l'EAPA pour un taux de réponse de 76 %. En excluant les 8 380 répondants non autochtones, le nombre total de répondants autochtones compris dans la base de données de l'EAPA de 2017 est de 24 220 (y compris les quelque 280 répondants additionnels de l'EAPA ¿ Supplément sur les Inuits du Nunavut - voir estimation).

L'échantillon de l'EAPA de 2017 a été sélectionné à partir des répondants ayant déclaré soit une identité autochtone ou une ascendance autochtone dans le questionnaire détaillé du Recensement de la population de 2016. Les répondants de l'EAPA ont été informés que Statistique Canada prévoyait coupler les réponses qu'ils ont fournies à l'EAPA avec celles fournies au recensement. Par conséquent, le fichier principal de microdonnées finales corrigées de l'EAPA a été couplé à la base de données de la diffusion du Recensement de la population de 2016. Plus de 250 variables du recensement ont été ajoutées au fichier final de l'EAPA de 2017.

Parmi les avantages du couplage d'enregistrements de l'EAPA et du recensement figurent la réduction du fardeau de réponse pour la population cible de l'EAPA, la dérivation de poids d'enquête permettant de fournir des estimations valides, et la création d'un fichier de microdonnées exhaustif, qui peut être utilisé par les analystes pour élargir leurs connaissances et éclairer l'élaboration de politiques et de programmes pour les peuples autochtones au Canada.

Tous les produits renfermant des données couplées sont diffusés en conformité avec les politiques, lignes directrices et normes de Statistique Canada. Seules les estimations statistiques agrégées qui sont conformes aux dispositions en matière de confidentialité de la « Loi sur la statistique » peuvent être diffusées.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration .

Détection des erreurs

Les réponses à l'EAPA de 2017 ont été saisies directement par l'intervieweur au moment de l'interview à l'aide d'une version automatisée du questionnaire. Dans bien des cas, lorsqu'une réponse en particulier semblait ne pas concorder avec les réponses précédentes ou tombait en dehors des valeurs prévues, l'intervieweur voyait apparaître à l'écran de l'ordinateur des messages lui demandant d'obtenir confirmation des réponses auprès du répondant, et, au besoin, de modifier l'information directement au moment de l'interview. Toutefois, cette vérification était effectuée uniquement dans le cas des erreurs qui étaient assez simples et faciles à détecter et à corriger. Ces vérifications étaient appliquées au niveau micro.

Les données faisaient ensuite l'objet d'autres processus de vérification afin de corriger les erreurs qui exigeaient des règles de vérification plus complexes. Les vérifications personnalisées comportaient des vérifications de la validité des variables et entre les variables, afin de repérer les lacunes, les incohérences et d'autres problèmes dans les données, et les corrections ont été apportées en fonction des règles de vérification logiques. À ce stade-ci, la vérification était également appliquée au niveau micro, au moyen de SAS (système d'analyse statistique).

Imputation

Dans le cadre de l'EAPA de 2017, une série d'imputations importantes ont été effectuées en rapport avec les classifications de l'identité autochtone. Par exemple, les personnes pour lesquelles des données étaient manquantes aux questions ID_Q10 sur le groupe d'identité autochtone, ID_Q25 sur le statut d'Indien inscrit, ou ID_Q30 sur l'appartenance à une Première Nation ou à une bande indienne ont reçu des valeurs imputées en fonction de leurs réponses au recensement. Dans le cas des personnes qui se sont déclarées comme étant Autochtones à la question ID_Q05 de l'EAPA, mais qui n'ont pas déclaré de groupe autochtone particulier à la question ID_Q10, une imputation a aussi été effectuée en fonction de leur réponse au recensement.

Estimation

Le poids initial d'une unité dans une strate de l'EAPA donnée, correspond au produit de deux composantes : l'inverse de la fraction de sondage dans la strate et le poids du Recensement de l'unité en question. La fraction de sondage dans la strate est calculée comme étant le nombre de personnes sélectionnées à l'EAPA dans chaque strate, divisé par le nombre total de répondants au questionnaire détaillé du Recensement disponibles pour cette strate. Les poids ont ensuite été corrigés pour la non-réponse.

Deux ajustements ont été effectués pour deux types différents de non-réponse, soit le non-contact et la non-réponse avec contact (principalement le refus). Dans une première étape, un modèle de régression logistique a été construit pour chaque ajustement de façon à prédire les probabilités d'être contacté ou de répondre une fois contacté à partir des variables du Recensement ainsi que de variables de collecte appelées « paradonnées » (nombre de tentatives de contact effectuées par exemple). Dans une deuxième étape, les répondants et non-répondants ayant des probabilités prédites de réponse similaires ont été regroupés en classes d'ajustement en se servant de l'analyse de classification. Dans une troisième étape, l'inverse du taux de réponse pondéré dans une classe a servi de facteur d'ajustement pour cette classe et les poids des unités répondantes à l'intérieur de la classe ont été ajustés en conséquence.

Ensuite, deux ajustements par poststratification ont été effectués. La première poststratification a fait en sorte que l'échantillon ne sous-représente ou ne surreprésente pas certaines combinaisons de groupes autochtones, régions et groupes d'âge du Recensement. La deuxième poststratification a fait en sorte que la population d'identité autochtone estimée à partir des questions de sélection de l'EAPA, corresponde à celle définie à partir des questions de sélection du Recensement, et ce, à l'intérieur de chacune des poststrates définies par le croisement de la région, du groupe d'identité autochtone et du groupe d'âge.

La méthode de l'écart-sigma a ensuite été utilisée pour détecter et tronquer les poids extrêmes à l'intérieur de chaque poststrate. Après avoir trié les poids en ordre décroissant, les poids extrêmes ont été tronqués à la valeur du premier poids non-aberrant. La masse des poids tronqués a ensuite été redistribuée de façon proportionnelle à l'intérieur des poststrates.

Finalement, les répondants de l'échantillon de l'EAPA - Supplément sur les Inuits du Nunavut qui ont complété le questionnaire de l'EAPA mais qui ont été identifiés comme étant hors du champ de l'EAPA - Supplément sur les Inuits du Nunavut parce qu'ils n'étaient pas inscrits en vertu de l'Accord du Nunavut ont été ajoutés à l'échantillon de l'EAPA avec un poids de un. Les unités de l'échantillon de l'EAPA au Nunavut n'étant pas inscrites en vertu de l'Accord du Nunavut ont été repondérées à l'intérieur des groupes d'ajustement de la deuxième poststratification afin de conserver les totaux de contrôle atteints précédemment. Pour des renseignements supplémentaires au sujet de l'EAPA - Supplément sur les Inuits du Nunavut, veuillez consulter le site :
http://www23.statcan.gc.ca/imdb/p2SV_f.pl?Function=getSurvey&SDDS=5270

Pour l'EAPA de 2017, la méthode du bootstrap a été utilisée pour le calcul de la variance. Pour le calcul de la variance seulement, il a été considéré que le Recensement de 2016 comportait deux phases : l'échantillon initial d'environ 1 logement sur 4 à la première phase et les répondants au recensement à la deuxième phase. Même si le taux de réponse final était élevé pour le Recensement de 2016 (97,8 % pour le questionnaire détaillé), cette deuxième phase fait en sorte que le calcul de la variance tient compte de la non-réponse qui s'est produite. Les deux phases du Recensement ont par la suite été ramenées à une seule phase. L'échantillonnage de l'EAPA a été considéré alors comme une seconde phase et la méthode du bootstrap généralisée pour l'échantillonnage à deux phases telle que développée pour l'EAPA de 2006 a ensuite été utilisée (voir Langlet, É., Beaumont, J.-F., et Lavallée, P. 2008. Bootstrap Methods for Two-Phase Sampling Applicable to Postcensal Surveys. Article présenté au Comité consultatif des méthodes statistiques de Statistique Canada, mai 2008, Ottawa.).

Dans le cas de l'EAPA, 1 000 ensembles de poids bootstrap ont été produits au moyen de cette méthode. La méthode peut produire des poids bootstrap négatifs. Pour remédier à ce problème, une transformation des poids bootstrap a été effectuée. Par contre, elle a également réduit leur variabilité. Par conséquent, la variance calculée à partir de ces poids bootstrap transformés doit être multipliée par un facteur qui est une fonction d'un certain paramètre appelé phi. La valeur de ce paramètre correspond au plus petit nombre entier faisant en sorte que tous les poids bootstrap soient positifs. Pour l'EAPA, ce paramètre a une valeur de 4. Les variances calculées à partir des poids bootstrap transformés doivent donc être multipliées par quatre au carré, c'est-à-dire 16. De même, les coefficients de variation obtenus (racine carrée de la variance divisée par l'estimation proprement dite) doivent être multipliés par 4.

Évaluation de la qualité

Différences entre l'EAPA et d'autres sources de données :
En raison de certaines différences entre la méthodologie utilisée pour l'EAPA de 2017, pour les cycles précédents de l'EAPA et pour d'autres enquêtes de Statistique Canada, il faut faire preuve de prudence lorsque l'on compare les données de diverses sources.

L'EAPA de 2017 et le Recensement de 2016 :
Le recensement et l'EAPA sont deux sources importantes d'information sur les Autochtones, qui se complètent l'une l'autre. L'EAPA repose sur des concepts qui sont abordés dans le recensement et comporte des questions plus approfondies, en vue de produire des renseignements plus détaillés. Par exemple, le recensement fournit des renseignements sur les activités sur le marché du travail (y compris, la situation vis-à-vis de l'activité, la catégorie de travailleur, l'industrie, la profession et les activités principales pendant l'année de référence, soit les questions 30 à 49). L'ajout des données de l'EAPA permet d'en apprendre davantage au sujet de l'emploi à temps partiel, de l'emploi permanent, de la satisfaction à l'égard de l'emploi, de la recherche d'emploi, de la participation au marché du travail, du lien à l'emploi précédent, de la mobilité de la main-d'oeuvre et d'autres activités liées à l'emploi.

L'EAPA porte aussi sur des sujets ou des thèmes complets qui ne sont pas couverts par le recensement. Par exemple, l'EAPA fournit des renseignements détaillés sur l'éducation et la santé des peuples autochtones.

Même si, de par leur plan de sondage, les deux enquêtes couvrent la « population d'identité autochtone », l'EAPA de 2017, comme l'EAPA de 2012, n'a pas porté sur la « population d'ascendance seulement ». (Les répondants au recensement qui ont déclaré une ascendance autochtone seulement ont fait partie de l'échantillon de l'EAPA parce qu'ils avaient une probabilité non négligeable de déclarer une identité autochtone dans l'EAPA. Ces répondants ont été conservés dans l'ensemble de données de l'EAPA uniquement s'ils avaient déclaré une identité autochtone à cette enquête.)

Les comptes de population d'identité autochtone provenant de l'EAPA de 2017 pour certaines sous-populations peuvent différer de ceux obtenus à partir du recensement, et ce, même si l'univers de la population du recensement est restreint à celui de l'EAPA. La seconde poststratification a fait en sorte que le nombre de personnes ayant déclaré avoir une identité autochtone soit le même dans le recensement et l'EAPA, mais seulement pour certaines combinaisons de groupe autochtone, de région et de groupe d'âge. Toutefois, les comptes de population d'identité autochtone peuvent différer pour d'autres sous-populations, qui n'ont pas été contrôlées lors de la poststratification. Par ailleurs, pour une même personne, l'identité autochtone déclarée peut, dans certains cas, différer entre le recensement et l'EAPA. Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles l'identité autochtone peut différer entre les deux enquêtes. Les différences pourraient être expliquées par les facteurs suivants:

- Méthodes d'interview différentes
- Effet de personne interposée
- Questionnaires différents
- Contextes différents
- Effet du temps
- Traitement

Différences entre l'EAPA de 2017 et l'EAPA de 2012
La différence la plus importante entre l'EAPA de 2017 et l'EAPA de 2012 est l'ajout du groupe d'identité des « réponses autochtones non incluses ailleurs » (qui comprend les personnes ayant déclaré être Indiens avec statut ou membres d'une Première Nation ou d'une bande indienne seulement). Dans l'enquête de 2012, les cas appartenant à ce groupe ont été imputés comme étant des Premières Nations. Ainsi, lorsque des comparaisons sont effectuées entre les estimations des Premières Nations provenant de l'EAPA de 2012 et celles provenant de l'EAPA de 2017, les répondants à l'EAPA de 2017 ayant déclaré être Indiens avec statut ou membres d'une Première Nation ou d'une bande indienne et qui ne se sont pas déclarés comme appartenant à un groupe autochtone devraient être inclus dans les estimations des Premières Nations. Il est à noter que même si le groupe d'identité autochtone des « réponses autochtones non incluses ailleurs » est demeuré un groupe distinct en 2017, les personnes de ce groupe ont été combinées à celles des Premières Nations au moment de la poststratification comme en 2012.

Une autre différence méthodologique importante est le fait que l'échantillon de l'EAPA de 2017 a été tiré à partir des répondants au Recensement de 2016, alors que l'échantillon de l'EAPA de 2012 a été tiré à partir des répondants à l'Enquête nationale auprès des ménages (l'ENM) de 2011. Les caractéristiques des répondants au recensement peuvent être différentes des caractéristiques des répondants à l'ENM. Le fait que les non-répondants aient des caractéristiques différentes de celles des répondants crée ce qu'on appelle le biais de non-réponse. Bien que lors de l'ENM ce biais ait été réduit par les stratégies de suivi ainsi que par les stratégies d'ajustement de non-réponse à la pondération, il est possible qu'un certain biais de non-réponse persiste.

Différences entre l'EAPA de 2017 et l'EAPA - Supplément sur les Inuits du Nunavut
L'EAPA de 2017 et l'EAPA - Supplément sur les Inuits du Nunavut (EAPA-SIN) diffèrent de nombreuses façons sur le plan méthodologique. D'abord, les populations visées par chaque enquête ne sont pas les mêmes. L'EAPA-SIN ne comprend que les données sur les Inuits inscrits en vertu de l'Accord du Nunavut (AN), alors que l'EAPA de 2017 comprend des données sur tous les Inuits (et sur tous les autres groupes d'identité autochtone).

De plus, les domaines d'intérêt et les strates d'échantillonnage n'étaient pas les mêmes dans les deux enquêtes. L'échantillon de l'EAPA de 2017 a été choisi en fonction de domaines d'intérêts définis par géographie (régions inuites, provinces et territoires, et provinces atlantiques regroupées), par groupe autochtone et par groupe d'âge. Par comparaison, l'échantillon de l'EAPA-SIN a été choisi en fonction de domaines d'intérêts définis par les collectivités du Nunavut et par niveau de scolarité. En fait, l'EAPA-SIN a été conçue pour produire des estimations au niveau des collectivités du Nunavut alors que l'EAPA de 2017 a été conçu pour produire des estimations au niveau du Nunavut uniquement.

Les domaines d'intérêt de chaque enquête ont aussi influencé la stratégie de pondération. Pour l'EAPA de 2017, la poststratification a produit des poids de façon à ce que les comptes de population par géographie, par groupe autochtone et par groupe d'âge correspondent aux totaux du Recensement de 2016. Pour l'EAPA-SIN, la poststratification a été effectuée pour chaque niveau de scolarité à l'intérieur de chaque collectivité du Nunavut. La différence entre les stratégies de pondération peut créer des différences entre les estimations produites pour les deux enquêtes.

Pour comparer les estimations du contenu de l'EAPA de 2017 entre différentes régions du Canada (p. ex. comparer les estimations de différentes régions inuites), les estimations doivent être produites à partir de l'échantillon de l'EAPA de 2017.

Les estimations des questions de l'EAPA-SIN doivent être produites au moyen de l'échantillon de l'EAPA-SIN. Le contenu de l'EAPA de 2017 pour cet échantillon doit être utilisé comme information auxiliaire visant à améliorer l'analyse des Inuits inscrits en vertu de l'AN.

Pour des renseignements supplémentaires au sujet de l'EAPA-SIN, veuillez consulter la page Web de BMDI que vous trouverez à l'adresse Internet suivante :
http://www23.statcan.gc.ca/imdb/p2SV_f.pl?Function=getSurvey&SDDS=5270

Différences entre l'EAPA de 2017 et l'Enquête canadienne sur l'incapacité :
Le module de questions d'identification des incapacités (QII), compris dans l'EAPA de 2017 pour la première fois, sert à identifier les personnes ayant une incapacité, rendant ainsi possible la comparaison de caractéristiques d'enquête mesurées entre les personnes ayant une incapacité et les personnes n'ayant pas d'incapacité.

La source officielle de données sur les incapacités au Canada, comme la prévalence et les chiffres, est l'Enquête canadienne sur l'incapacité (ECI), une enquête qui est menée tous les cinq ans, après le recensement de la population. L'ECI permet de produire des estimations de la prévalence générale des incapacités et de la prévalence selon le type d'incapacité et le niveau de gravité.

Toutefois, une exception est faite pour l'EAPA. Puisque l'échantillon de personnes autochtones avec incapacité de l'EAPA est largement supérieur à celui de l'ECI, et que l'échantillon de l'EAPA est considéré comme étant plus représentatif de la population autochtone, l'EAPA constitue la source officielle des taux d'incapacité pour les personnes autochtones.

Afin d'assurer la comparabilité des taux tirés de l'EAPA et de l'ECI, la méthodologie employée dans le cadre de l'ECI a aussi été appliquée à l'EAPA : toute personne de l'échantillon de l'EAPA n'ayant pas déclaré avoir de la difficulté, un problème de santé ou une condition à long terme à la question sur les Activités de la vie quotidienne au Recensement de la population de 2016 a été considérée comme n'ayant pas d'incapacité, peu importe ses réponses aux QII. De plus, afin d'assurer la comparabilité des taux tirés de l'EAPA et de l'ECI (par exemple, pour comparer les taux d'incapacité des Autochtones avec ceux de la population générale), l'âge utilisé doit être celui des individus au jour du recensement (le 10 mai 2016) afin d'exclure les individus ayant moins de 15 ans au jour du recensement. Pour obtenir plus de renseignements sur la méthodologie employée dans le cadre de l'ECI, veuillez consulter le Guide des concepts et méthodes de l'ECI de 2017.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la Loi sur la statistique. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Révisions et désaisonnalisation

Cette méthodologie ne s'applique pas à cette enquête.

Exactitude des données

Deux types d'erreurs se produisent dans les enquêtes, soit les erreurs d'échantillonnage et les erreurs non dues à l'échantillonnage.

Erreurs d'échantillonnage
La mesure de l'erreur d'échantillonnage utilisée pour l'EAPA est le coefficient de variation (c.v.) de l'estimation, c.-à-d. l'erreur type de l'estimation divisée par l'estimation. Pour cette enquête, lorsque le c.v. d'une estimation est inférieur ou égal à 16,6 %, l'estimation peut être utilisée sans restriction. Si le c.v. est supérieur à 16,6 % mais inférieur ou égal à 33,3 %, l'estimation sera accompagnée de la lettre « E », ce qui indique que les données doivent être utilisées avec prudence. Lorsque le c.v. d'une estimation est supérieur à 33,3 % ou lorsque l'estimation est basée sur moins de 10 unités, l'estimation de la cellule sera remplacée par la lettre « F », ce qui indique que l'estimation a été supprimée pour des raisons de fiabilité.

Erreurs non dues à l'échantillonnage
Ces erreurs sont attribuables principalement aux causes suivantes : non-réponse, couverture, mesure et traitement. Le taux de réponse obtenu à l'EAPA était de 76 %. La non-réponse totale produira un biais si les non-répondants ont des caractéristiques différentes des répondants et si la non-réponse n'est pas corrigée de façon appropriée. Les ajustements effectués pour la non-réponse, combinés à un taux de réponse relativement élevé, ont contribué à réduire considérablement ce risque de biais. La non-réponse à des questions précises est souvent attribuable à la difficulté à comprendre une question particulière. Des examens qualitatifs exhaustifs et une mise à l'essai des questionnaires ont eu lieu avant l'enquête, réduisant ainsi l'étendue de la non-réponse partielle. Les cas où une proportion importante de réponses manquantes à des questions clés a été observée ont été traités comme une forme particulière de non-réponse totale.

Des erreurs de couverture se produisent lorsqu'il y a des différences entre la population cible et la population échantillonnée (ou population d'enquête). En particulier, le sous-dénombrement peut être problématique. Comme l'échantillon de l'EAPA a été sélectionné à partir des personnes qui avaient participé au Recensement de 2016, les personnes qui n'ont pas participé au Recensement n'ont pas pu être échantillonnées pour l'EAPA. Si ce groupe de personnes est significativement différent des autres qui ont participé au recensement du point de vue des caractéristiques mesurées dans l'EAPA, cela pourrait entraîner un biais. Ce biais est supposé relativement faible compte tenu du taux de réponse très élevé obtenu au moment du recensement (taux de réponse de 97,8 % pour le questionnaire détaillé).

Des erreurs de mesure se produisent lorsque la réponse fournie diffère de la valeur réelle. Ces erreurs peuvent être attribuables aux répondants, à l'intervieweur, au questionnaire ou à la méthode de collecte par exemple. Des efforts exhaustifs ont été déployés pour l'EAPA de 2017, afin d'élaborer des questions compréhensibles, pertinentes et adaptées aux répondants. D'autres mesures ont aussi été prises, y compris le recours à des intervieweurs qualifiés, la formation exhaustive des intervieweurs, ainsi que l'observation et le contrôle des intervieweurs.

Des erreurs de traitement peuvent se produire à diverses étapes, y compris la saisie des données, le codage et le contrôle. Des procédures de contrôle de la qualité ont été appliquées à chaque étape du traitement des données, afin de réduire ce type d'erreur.

Date de modification :