Enquête sur le système intégré d'information financière sur les commissions scolaires (ESIFC)

Information détaillée pour 2016

Statut :

Active

Fréquence :

Annuelle

Numéro d'enregistrement :

3119

L'objet de cette enquête annuelle est de recueillir des renseignements financiers des commissions scolaires et districts du Canada. Ces statistiques financières sont recueillies auprès de chaque province et territoire et sont converties dans un support commun de classement et en année civile.

Date de la parution - 13 février 2019

Aperçu

Ces données sont requises par de nombreuses organisations et comprennent de nombreux intervenants de Statistique Canada et de l'extérieur du Bureau. Les renseignements recueillis dans cette enquête, ainsi que dans d'autres enquêtes financières, permettent au gouvernement et à différentes associations du domaine de l'éducation d'obtenir de l'information qui les aide dans l'établissement des politiques en matière d'éducation. Les utilisateurs externes de ces données comprennent les ministères du gouvernement fédéral qui, bien entendu, sont également des fournisseurs de données.

D'autres divisions de Statistique Canada utilisent également ces données de façon « indirecte » en tant qu'intrants dans leurs programmes statistiques, par exemple, des données repères annuelles sont produites pour les enquêtes infrannuelles sur le revenu du travail et pour alimenter le Système de comptabilité nationale et la Division des institutions publiques. Les données de cette enquête sont également utilisées pour transmettre des renseignements à des organisations internationales telle que l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). De plus, ces données sont également utilisées comme intrants pour le Programme d'indicateurs pancanadiens de l'éducation, ainsi que pour la publication Tendances sociales canadiennes.

Période de référence : Année civile

Période de collecte : Janvier à janvier

Sujets

  • Éducation, formation et apprentissage
  • Finances de l'éducation

Sources de données et méthodologie

Population cible

Cette enquête porte sur tous les arrondissements et commissions scolaires primaires et secondaires de l'ensemble des provinces et territoires du Canada.

Élaboration de l'instrument

Cette méthodologie ne s'applique pas.

Échantillonnage

Il s'agit d'un recensement avec plan transversal.

Aucun échantillonnage n'est fait, les données étant recueillies pour toutes les unités de la population cible.

Sources des données

Collecte des données pour cette période de référence : 2018-01-01 à 2019-01-01

Il s'agit d'une enquête à participation obligatoire.

Les données sont tirées de fichiers administratifs.

Une demande de transmission des données relatives aux recettes et aux dépenses telles que les ont déclarées les commissions scolaires et les districts scolaires dans leur province ou territoire est envoyée aux personnes ressources de chacun des ministères de l'éducation provinciaux ou territoriaux concernés. Au fur et à mesure de la disponibilité des données, le gestionnaire de l'enquête met en oeuvre le processus de collecte et de vérification, avant le traitement par la Division des opérations et de l'intégration.

La section de l'enseignement primaire et secondaire recueille des données officielles sur les recettes et les dépenses des conseils scolaires, avec d'autres renseignements pertinents, auprès du ministère de l'Éducation de chaque province et territoire. Les renseignements sont communiqués sous forme de totaux récapitulatifs par province. Statistique Canada utilise un formulaire pour transcrire les renseignements fournis par les provinces.

Détection des erreurs

Des programmes de vérification sont mis en oeuvre pendant et après la saisie des données. À l'étape de la saisie des données, l'échec d'une règle de vérification entraîne ou suggère une nouvelle communication avec le répondant. Cependant, la plupart des règles de vérification sont mises en oeuvre après la saisie des données afin de marquer la non-réponse à l'enquête et les données manquantes ou invalides.

Imputation

Trois stratégies d'imputation sont mises en oeuvre afin de faire des ajustements pour la non-réponse à l'enquête et pour les données manquantes ou invalides. Ces stratégies sont, en ordre de mise en oeuvre :

-imputation historique à partir des données des enquêtes antérieures;
-imputation par enregistrement donneur avec les données de l'enquête courante (pour une réponse partielle ou l'absence de réponse);
-repondération, par province/territoire, lorsqu'une observation ne peut être réimputée avec l'une des deux méthodes ci dessus.

Estimation

Une fois les données administratives compilées, un ajustement pondéré est appliqué aux postes pour lesquels les détails requis n'ont pas été initialement déclarés. Ces ajustements pondérés reposent sur des estimations fournies directement par les répondants. Les ajustements pondérés sont alors comparés aux valeurs d'autres entités déclarantes et à la moyenne nationale pour garantir la cohérence des données fournies avec les valeurs déjà mises à disposition par d'autres répondants.

Afin de fournir des données correspondant à une période uniforme, les données sont « calendarisées », en fonction de la date de fin de période de déclaration des répondants ou du poids fourni par les répondants.

Les estimations des recettes et des dépenses des districts scolaires du Nunavut sont calculées en fonction des données historiques reçues lorsque les chiffres pour la région du Nunavut étaient inclus dans les données financières des Territoires du Nord Ouest. Ces estimations, rajustées en fonction de la croissance des dépenses totales, figurent toujours dans les données des Territoires du Nord Ouest.

Évaluation de la qualité

L'uniformité des renseignements est assurée puisque la Section de l'enseignement élémentaire et secondaire assure elle-même la totalisation des données. De plus, avant d'achever ou de diffuser les données chaque année, celles-ci sont comparées aux données de l'année antérieure par le gestionnaire de l'enquête à l'aide d'augmentations et de diminutions du pourcentage des montants en dollars. Les augmentations ou diminutions relativement importantes, par province, type de revenu et de dépense sont examinées et il peut y avoir des rappels aux contacts provinciaux, le cas échéant. Les données de cette enquête peuvent être vérifiées avec d'autres sources publiées. Par exemple, si un ministère de l'Éducation d'une province/territoire en particulier montre ou annonce, dans ses comptes publics, des augmentations générales des contributions aux écoles publiques pendant l'année et que l'enquête de Statistique Canada montre plutôt une diminution, un examen ou une recherche plus poussé sera effectué.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la Loi sur la statistique. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Révisions et désaisonnalisation

Des révisions sont rapportées lorsque des améliorations importantes sont apportées à l'exactitude de données déjà diffusées. Les répondants transmettent des révisions lorsqu'ils modifient leur application des principes comptables et les définitions de l'enquête. Toutes ces révisions sont évaluées selon leurs répercussions sur les données et les futures analyses.

Exactitude des données

Les erreurs qui ne sont pas dues à l'échantillonnage peuvent avoir les répercussions les plus importantes sur l'exactitude des données recueillies au moyen de cette enquête. Le processus de saisie des données fait largement appel à un traitement manuel, lequel est susceptible d'entraîner des erreurs. La mauvaise interprétation des définitions de l'enquête peut aussi conduire à des résultats inexacts. Des efforts considérables ont été mis en oeuvre pour créer un système dans lequel, ces erreurs sont détectées avant la diffusion, et les incohérences sont examinées avec les répondants de l'enquête.

Taux de réponse:
Le taux de réponse est de 93 %.

Erreur non due à l'échantillonnage:
Les analystes affectés à l'enquête effectuent des vérifications à de multiples niveaux afin de réduire les erreurs potentielles non dues à l'échantillonnage. Ces erreurs de réponse trouvent le plus souvent leur origine dans des différences d'interprétation des définitions de l'enquête. Ce risque est atténué par la mise en place d'un dialogue avec les répondants, lequel permet de répondre à leurs questions et préoccupations.

En outre, différents contrôles prennent place au cours du processus de saisie des données. En effet, lorsqu'elle est confrontée à des valeurs aberrantes, l'équipe d'enquête effectue systématiquement un suivi auprès du répondant pour s'assurer que la valeur déclarée est bien correcte. Les fichiers de données utilisés pour la production de ces données intègrent également des chiffres de contrôle permettant de veiller à l'exactitude des totalisations.

Biais de non-réponse:
Les estimations des données relatives aux recettes et aux dépenses des districts scolaires du Nunavut représentent moins de 1 % du total des recettes et des dépenses des commissions scolaire et des districts scolaires du Canada. L'équipe d'enquête met actuellement au point un système pour recueillir et diffuser les données réelles pour ce répondant.

Erreur de couverture:
En cas de modification du nombre ou de la structure des entités déclarantes, les répondants en informent directement les analystes affectés à l'enquête. Ces modifications sont également comparées aux états financiers vérifiés correspondants.

Date de modification :