Enquête sociale générale - Victimisation (ESG)

Information détaillée pour 2014 (cycle 28 : Sécurité des Canadiens)

Statut :

Active

Fréquence :

Quinquennale (5 ans)

Numéro d'enregistrement :

4504

Les deux objectifs principaux de l'Enquête sociale générale (ESG) sont de recueillir des données sur les tendances sociales afin de surveiller les changements dans les conditions de vie et le bien-être des Canadiens et; de fournir des renseignements actualisés sur des questions particulières de politique sociale d'intérêt actuel ou émergent. Un sujet précis est habituellement répété tous les cinq ans.

L'objectif principal de l'ESG sur la sécurité des Canadiens (victimisation) est de mieux comprendre comment les Canadiens perçoivent le crime et le fonctionnement du système de justice. Elle permet également de saisir de l'information quant à leurs expériences de victimisation.

Date de la parution - 23 novembre 2015: Fichier des territoires le 27 janvier 2016.

Aperçu

L'objectif principal de l'ESG sur la sécurité des Canadiens (victimisation) est de mieux comprendre comment les Canadiens perçoivent le crime et le fonctionnement du système de justice ainsi que de saisir de l'information quant à leurs expériences de victimisation.

Cette enquête est la seule enquête nationale basée sur les déclarations de la victime et elle est menée dans l'ensemble des provinces et territoires. L'enquête permet de produire des estimations sur le nombre et les caractéristiques des victimes et des incidents criminels. Comme certains crimes ne sont jamais déclarés à la police, cette enquête fournit un complément important aux taux de crimes officiellement signalés car elle mesure à la fois les crimes déclarés à la police et ceux qui ne le sont pas. Elle permet également de comprendre les raisons pour lesquelles les personnes choisissent de déclarer ou de ne pas déclarer un acte criminel à la police.

Les résultats de cette enquête seront utilisés par les services de police, tous les paliers de gouvernement, les organismes de services sociaux et d'aide aux victimes, les groupes communautaires ainsi que les chercheurs pour comprendre non seulement la nature et l'étendue de la victimisation au Canada mais également pour étudier les perceptions qu'ont les Canadiens quant à leur sécurité, au niveau de criminalité dans leur voisinage et leur attitude envers le fonctionnement du système de justice pénale.

Activité statistique

Cet enregistrement est une partie du programme de l'Enquête sociale générale (ESG). L'ESG a débuté en 1985. Chaque cycle de l'enquête comporte une thématique principale, une thématique particulière ou des questions exploratoires, ainsi qu'un ensemble type de questions socio démographiques utilisées à des fins de classification. Les cycles plus récents incluent également des questions qualitatives visant à sonder les intentions et les perceptions.

Période de référence : L'année civile

Sujets

  • Crime et justice
  • Société et communauté
  • Victimes et victimisation

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population cible de l'ESG sur la sécurité des Canadiens (victimisation) est la population canadienne âgée de 15 ans et plus résidant dans les provinces et les territoires. Les personnes résidant dans des institutions ne sont pas incluses.

Pour l'ESG sur la sécurité des Canadiens (victimisation) menée dans les provinces, tous les répondants sont joints et interviewés par téléphone. Par conséquent, les personnes vivant dans des ménages sans téléphone ne peuvent être rejointes. En 2013, la proportion de ménages sans service téléphonique a été estimée à 1%.

Dans le cadre de l'enquête menée dans les territoires, les répondants sont interviewés par téléphone ou face à face.

En 2014, une enquête pilote a été menée dans le cadre de l'ESG sur la sécurité des Canadiens (victimisation), celle-ci visant à utiliser l'Internet comme moyen de collecte. Pour cette enquête, les répondants ont d'abord été contactés par téléphone pour ensuite être redirigés vers le questionnaire électronique.

Élaboration de l'instrument

Le questionnaire a été élaboré à partir de recherches et de nombreuses consultations avec les partenaires-clés du domaine de la justice et les utilisateurs des données. Les essais qualitatifs sur le nouveau contenu ont été effectués par le Centre d'information sur la conception de questionnaire de Statistique Canada (CICQ). Des entrevues individuelles en profondeur ont été effectuées dans cinq villes, représentant quatre provinces. Ces entrevues nous ont permis d'identifier les questions qui fonctionnaient bien et de cibler celles nécessitant des clarifications ou une restructuration. Les membres de l'équipe du CICQ ont effectué un rapport détaillé de leurs observations et recommandations. À l'issue de cet essai qualitatif, tous les commentaires et rétroactions furent, dans la mesure du possible, pris en considération. Les décisions prises sur les changements ont été considérées en collaboration avec le CICQ.

Échantillonnage

Il s'agit d'une enquête transversale par échantillon.

Les populations visées pour les enquêtes dans les provinces et les territoires sont composées de toute personne âgée de 15 ans et plus qui n'est pas un pensionnaire vivant en établissement. Pour les deux enquêtes, une fois la liste des membres du ménage terminée, un seul membre admissible de chaque ménage échantillonné est choisi aléatoirement par le logiciel de collecte pour répondre au questionnaire.
Comme pour la majorité des enquêtes-ménages menées par Statistique Canada, l'ESG a recours à l'échantillonnage probabiliste (aléatoire) pour faire en sorte que les résultats ne soient pas biaisés et que nous puissions en estimer la fiabilité.

L'enquête menée dans les provinces utilise un échantillon qui provient de la nouvelle base de sondage téléphonique de Statistique Canada. Celle-ci combine les numéros de téléphone à ligne fixe et cellulaire tirés du recensement et de différents fichiers administratifs fournis à Statistique Canada. Chaque enregistrement sur la base de sondage est un numéro ou le regroupement de plusieurs numéros de téléphone associés à la même adresse. Un sous-ensemble de numéros de téléphone non-listés ainsi que les adresses et les noms provenant de la nouvelle base de sondage de logements de Statistique Canada sont aussi ajoutés. Cette nouvelle base de sondage téléphonique est utilisée pour avoir une meilleure couverture des ménages ayant un numéro de téléphone.

Un échantillon d'environ 79 000 ménages a été sélectionné pour l'enquête dans les provinces. Le nombre de répondants était de 33 127, résultant en un taux de réponse de 52,9%.

L'échantillon pour l'enquête dans les territoires provenait d'une base aréolaire de logements qui avaient terminé ou participaient à l'Enquête sur la population active (EPA). Cependant, l'ESG n'est pas un supplément de l'EPA puisque les deux applications (EPA et ESG) étaient distinctes. La taille de l'échantillon était de 3 600 ménages dans l'ensemble des trois territoires. Le nombre de répondants était de 2 040, résultant en un taux de réponse de 58,7%.

L'enquête pilote utilisant le questionnaire électronique a utilisé la même base de sondage que l'enquête principale dans les provinces. L'échantillon de l'enquête était de 17 500 ménages.

Sources des données

Collecte des données pour cette période de référence : 2014-01-02 à 2015-01-17

Il s'agit d'une enquête à participation volontaire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants.

Une lettre d'introduction est envoyée avant le début de l'enquête aux ménages sélectionnés, pour lesquels une adresse est disponible.

La collecte des données pour l'enquête principale dans les provinces a été menée du 2 janvier au 31 décembre 2014. Elle a été effectuée au moyen de la méthode d'interviews téléphoniques assistées par ordinateur (ITAO) à partir des bureaux régionaux de Halifax, Sherbrooke, Sturgeon Falls, Winnipeg et Edmonton.

Quant à la collecte des données dans les territoires, celle-ci a été menée du 1er août 2014 au 17 janvier 2015. Elle a été effectuée au moyen de la méthode d'interviews téléphoniques assistées par ordinateur (ITAO) à partir du bureau régional d'Edmonton et au moyen de la méthode d'interviews personnelles assistées par ordinateur (IPAO) par les intervieweurs de Statistique Canada du bureau régional de Winnipeg.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration.

Détection des erreurs

La détection d'erreurs se fait grâce à des contrôles informatiques qui sont programmés dans le système ITAO, de même que dans le système IPAO utilisé pour mener une partie des interviews dans les territoires.

Les programmes ITAO et IPAO de saisie des données ont prévu une série de codes valides pour chaque question et l'intégration des vérifications, et ont suivi automatiquement le cheminement du questionnaire.

Tous les enregistrements de l'enquête ont été soumis à un contrôle informatique complet durant l'interview. Les systèmes ITAO et IPAO sont programmés de façon à vérifier le cheminement des questions et la validité des entrées. Ainsi, de tels problèmes peuvent être résolus immédiatement avec le répondant. Si l'intervieweur était incapable de corriger des erreurs détectées par l'un ou l'autre des systèmes, il/elle pouvait passer outre l'étape de la correction; le problème était alors réglé au bureau central. On passe en revue et prend en considération tous les commentaires des intervieweurs dans le cadre de la vérification centrale.

Le système de contrôle du bureau central a effectué le même genre de vérifications que les systèmes ITAO et IPAO ainsi que des vérifications plus poussées.

Imputation

Une démarche semblable à celle de 2009 a été suivie pour 2014. La vérification de cheminement effectuée par les services centraux obéissait à une stratégie « de haut en bas », c'est-à-dire qu'une question donnée était considérée sur le cheminement ou non selon les codes de réponse aux questions précédentes. Si les codes de réponse aux questions précédentes indiquaient que la question actuelle était sur le cheminement, toute réponse à la question actuelle était retenue, quoique « ne sait pas » était recodé à 7 (97 ou 997, etc.) et les « refus » étaient recodés à 8 (98 ou 998, etc.). Si les codes de réponse aux questions précédentes indiquaient que la question actuelle était hors de cheminement parce que le répondant s'était clairement identifié comme faisant partie d'une sous population pour laquelle la question actuelle n'était pas appropriée ou était sans intérêt, la question actuelle était codée «enchaînement valide», soit 6 (96 ou 996, etc.). Compte tenu de la nature de l'enquête, l'imputation ne convenait pas à la majorité des questions. Si la réponse à la question concernée manquait, on attribuait le code « non déclaré », c'est-à-dire 9 (99 ou 999, etc.).


On ne permettait pas la non-réponse pour les questions requises pour la pondération. Des valeurs ont été imputées dans les rares cas où les renseignements manquaient, comme par exemple sur le sexe du répondant.

Estimation

Lorsqu'un échantillon probabiliste est utilisé, comme dans le cas de l'ESG, le principe qui sous-tend la démarche d'estimation est que chaque personne échantillonnée représente (outre elle-même) plusieurs personnes non échantillonnées. Ainsi, dans un échantillon aléatoire simple de 2% de la population, chaque personne faisant partie de cet échantillon représente 50 personnes dans la population (lui-même et 49 autres). Le nombre de personnes représentées par la personne faisant partie de l'échantillon correspond à ce que l'on appelle le poids ou le facteur de pondération de la personne.

L'ESG de 2014 est une enquête de personnes et contient deux fichiers d'analyse (fichier analytique principal et fichier analytique d'incidents). Les fichiers de microdonnées de l'enquête principale dans les provinces contiennent les réponses au questionnaire et les renseignements connexes reçus de 33 127 enquêtés. Les fichiers d'analyse de l'enquête dans les territoires contiennent quant à eux les réponses et renseignements de 2 040 répondants.

Trois facteurs de pondération se retrouvent sur le fichier analytique principal. Ces trois facteurs avec leur description suivent :

WGHT_PER : C'est le poids de base pour l'analyse au niveau des personnes, c'est-à-dire pour l'estimation du nombre de personnes (âgées de 15 ans et plus et autres que les pensionnaires d'établissement) ayant une ou plusieurs caractéristiques données.

WGHT_HSD : Ce poids peut servir à estimer le nombre de ménages ayant une caractéristique donnée. Ainsi, pour estimer le nombre de ménages habitant un immeuble d'appartements de moins de 5 étages, on doit sommer WGHT_HSD sur tous les enregistrements ayant cette caractéristique.

WGHT_ABU : Ce facteur de pondération est nécessaire à l'estimation du nombre d'incidents de violence des 12 derniers mois dans certaines relations marquées par la violence (agressions de conjoints ou d'ex conjoints).

Le second fichier de microdonnées est le fichier analytique d'incidents. Dans les provinces, 7 928 enregistrements composent ce fichier et dans les territoires il contient 949 enregistrements, et ces derniers contiennent des déclarations d'incidents de victimisation. Chaque incident vécu par le répondant de l'enquête est inclus dans un enregistrement du fichier, à l'exception des incidents de victimisation avec violence concernant un époux(se) ou ex-époux(se) qui sont inclus dans le fichier principal.

Chaque enregistrement du fichier analytique d'incidents représente un nombre d'incidents de victimisation vécu par des personnes dans la population globale. Le nombre est obtenu par le facteur de pondération WGHT_VIC.

Outre les pondérations des estimations, des poids « bootstrap » ont été créés dans le but d'estimer la variance fondée sur le plan de sondage.

Évaluation de la qualité

À toutes les étapes du processus de l'enquête des mesures de contrôle ont été mis en place afin d'assurer la qualité des renseignements recueillis. Des mesures telles l'embauche d'interviewers qualifiés, la formation des interviewers relativement aux concepts et méthodes de collecte propres à l'enquête, observation des interviews pour corriger les problèmes du questionnaire et préciser les directives de collecte lorsqu'elles sont mal interprétées, procédures pour minimiser les erreurs de saisie des données, vérification de la qualité du codage et contrôles destinés à vérifier la logique du traitement. On vérifie également la cohérence interne des données et on les compare aux données des enquêtes précédentes pour assurer la valeur de la continuité historique des renseignements.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la Loi sur la statistique. Diverses règles de confidentialité s'appliquent aux données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Exactitude des données

La méthodologie de cette enquête a été conçue de façon à réduire le nombre d'erreurs et les répercussions éventuelles de celles-ci. Cependant, les résultats de l'enquête demeurent sujets à l'erreur à cause des erreurs d'échantillonnage et des erreurs non dues à l'échantillonnage.

Erreurs d'échantillonnage :

Puisque les données proviennent d'un échantillon de personnes, elles sont sujettes à l'erreur d'échantillonnage. C'est-à-dire que les estimations faites à partir d'échantillons varieront d'un échantillon à l'autre et qu'elles seront habituellement différentes des résultats qu'aurait produits un recensement complet. L'écart éventuel de cette différence a été estimé pour les données principales et a été utilisé pour produire des tableaux pouvant servir à estimer la variation de l'échantillonnage de nombreuses estimations. Il est possible de produire des estimations plus précises de la variabilité d'échantillonnage des estimations avec la méthode « bootstrap », à l'aide de poids « bootstrap » qui ont été créés pour l'enquête. La méthode « bootstrap » a été utilisée pour estimer la variabilité d'échantillonnage dans le cas de toutes les estimations produites à partir des données de l'ESG de 2014. Les estimations qui comportent une variabilité d'échantillonnage élevée sont indiquées dans la publication et toutes les différences qui ont été mises en évidence entre les sous-groupes de la population sont significatives à 5%.

Erreurs non dues à l'échantillonnage :

Même un recensement de la population d'intérêt produit des estimations susceptibles de contenir une erreur. Il s'agit d'erreurs non dues à l'échantillonnage, mais les estimations calculées d'après des données d'échantillon en contiennent néanmoins. Des sources courantes de ce type d'erreurs sont une couverture imparfaite ou les non-réponses.

On estime la couverture de la population ciblée de l'ESG de 2014 par la nouvelle base de sondage dans les dix provinces à 86 %. La couverture de la base échantillonnale de sondage de l'EPA dans les territoires était d'environ 92% au Yukon, 96% aux Territoires-du-Nord-Ouest et 93% au Nunavut. Les erreurs de couverture (couverture imparfaite) apparaissent quand il y a des différences entre la population cible et la population sondée. Dans les provinces, les ménages sans téléphone ainsi que les ménages avec un service téléphonique non-couvert par la base de sondage actuelle représentent une partie de la population cible qui a été exclue de la portion sondée. Dans les territoires, quelques petites communautés non couvertes par l'EPA pour des raisons opérationnelles et de coût étaient exclues de la population sondée. Dans la mesure où la population exclue diffère du reste de la population cible, les résultats peuvent être biaisés. En général, comme ces exclusions sont réduites, on s'attend à ce que les biais eux aussi soient réduits.

Le taux global de réponse de l'ESG de 2014 était de 52,9% dans les provinces et de 58,7% dans les territoires. Les cas de non-réponses pouvaient survenir à plusieurs étapes de l'enquête. Il y avait deux niveaux de collecte d'information : aux niveaux du ménage et de la personne. Ainsi certains cas de non-réponse se sont produits au niveau du ménage et d'autres, au niveau de la personne. Les estimations de l'enquête ont été pondérées pour tenir compte de la non-réponse. Dans la mesure où les ménages et les personnes qui ne répondent pas diffèrent du reste de l'échantillon, les résultats peuvent être biaisés.

D'autres types d'erreurs non dues à l'échantillonnage peuvent comprendre les erreurs de réponses et les erreurs de traitement.

Date de modification :