Enquête sociale générale - Risques auxquels est exposée une personne (ESG)

Statut :
Active
Fréquence :
Quinquennale (5 ans)
Numéro d'enregistrement :
4504

L'Enquête sociale générale (ESG) a pour objectifs principaux de : rassembler des données sur les tendances sociales, de manière à suivre l'évolution des conditions de vie et du bien-être des Canadiens; et fournir des renseignements sur des questions de politique sociale précises qui suscitent déjà ou qui susciteront de l'intérêt.

Cette enquête suit les changements dans le niveau du risque auquel est exposée une personne, (c.-à.-d. le risque d'être victime d'accidents ou d'actes criminels), elle examine dans quelle mesure le répondant connaît les services aux victimes, et elle identifie les contacts qu'il a eus avec le système judiciaire et comment il aperçu ce dernier.

Information détaillée pour 1988 (Cycle 3)

Date de la parution - 1990

Aperçu

L'Enquête sociale générale (ESG) a pour objectifs principaux de : rassembler des données sur les tendances sociales, de manière à suivre l'évolution des conditions de vie et du bien-être des Canadiens; et fournir des renseignements sur des questions de politique sociale précises qui suscitent déjà ou qui susciteront de l'intérêt.

L'Enquête sociale générale - Risques auxquels est exposée une personne suit les changements dans le niveau du risque auquel est exposée une personne, (c.-à.-d. le risque d'être victime d'accidents ou d'actes criminels), elle examine dans quelle mesure le répondant connaît les services aux victimes, et elle identifie les contacts qu'il a eus avec le système judiciaire et comment il aperçu ce dernier.

Activité statistique

Cet enregistrement est une partie du programme de l'Enquête sociale générale (ESG). L'ESG est une enquête par téléphone qui a débuté en 1985. Chaque cycle de l'enquête comporte une thématique principale, une thématique particulière ou des questions exploratoires, ainsi qu'un ensemble type de questions socio démographiques utilisées à des fins de classification. Les cycles plus récents incluent également des questions qualitatives visant à sonder les opinions et les perceptions.

Jusqu'en 1998, l'échantillon de répondants cible était formé d'environ 10 000 personnes. L'échantillon a été porté à 25 000 personnes en 1999. Grâce à un échantillon de cette taille, on peut obtenir des résultats à l'échelle nationale et provinciale et rend possibles des résultats au sujet de certains groupes de la population, comme les personnes ayant une incapacité et les aînés.

Sujets

  • Crime et justice
  • Société et communauté
  • Victimes et victimisation

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population cible comprend toutes les personnes âgées de 15 ans et plus vivant au Canada, à l'exclusion des :

1. Résidents du Yukon, des Territoires du Nord-Ouest et du Nunavut;
2. Pensionnaires à temps plein des établissements.

Échantillonnage

Il s'agit d'une enquête transversale par échantillon.

Un échantillon de personnes âgées de 15 ans et plus est tiré au moyen de la technique de composition téléphonique aléatoire et les personnes sélectionnées sont interviewées par téléphone.

L'echantillonnage était 9 870 personnes.

Sources des données

Il s'agit d'une enquête à participation volontaire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants.

La thématique particulière, financée par le ministère de la Justic, a porté sur les services offerts aux victimes d'actes criminels.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration .

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la Loi sur la statistique. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Exactitude des données

Les statistiques tirées de l'Enquête sociale générale (ESG) sont des estimations basées sur des données recueillies auprès d'une petite fraction de la population (approximativement une personne sur 2 000) et que ces estimations peuvent comporter des erreurs. Il y a deux types d'erreurs : les erreurs d'échantillonnage et les erreurs non dues à l'échantillonnage.

L'erreur d'échantillonnage est l'écart entre une estimation basée sur l'échantillon et celle que l'on aurait obtenue d'un recensement de la population que l'on aurait réalisé avec les mêmes méthodes de collecte de données. Dans le cadre d'une enquête probabiliste telle que l'ESLA, on estime cette erreur à partir des données de l'enquête en se servant de l'écart-type de l'estimation. Lorsque l'erreur d'échantillonnage d'une estimation est supérieur à 33 1/3 %, on la considère comme trop peu fiable pour être publiée. Dans ce cas, un double tiret ( -- ) remplace l'estimation dans les tableaux statistiques. Lorsque l'erreur d'échantillonnage se situe entre 16 2/3 % et 33 1/3 %, l'estimation correspondante est accompagnée de l`astérisque (*) dans un tableau . Il convient d'utiliser ces estimations avec prudence. Enfin, toute estimation dont l'erreur d'échantillonnage est inférieure à 16 2/3 % peut être utilisée sans restriction.

Tous les autres types d'erreur, par exemple les erreurs d'observation, de réponse, de traitement et de non-réponse, sont des erreurs non dues à l'éhantillonnage. Il est difficile de repérer bon nombre de ces erreurs et d'en évaluer l'importance.

Les erreurs de couverture se produisent lorsqu'il existe des différences entre la population cible et la population observée. Les ménages sans téléphone représentent une partie de la population cible qui a été exclue de la population observée. Dans la mesure où les populations exclues diffèrent du reste de la population cible, les estimations comporteront un biais. Étant donné que ces exclusions sont peu nombreuses, on pourrait s'attendre à ce que les biais créés le soient aussi. Toutefois, étant donné qu'il existe des corrélations entre un certain nombre de questions posées à l'enquête et les groupes exclus, les biais peuvent être plus importants que ne semblerait l'indiquer la petite taille des groupes.

Les pensionnaires d'établissements institutionnels ont été exclus de la population observée. L'effet de cette exclusion est particullèrement important dans le cas des personnes de 65 ans et plus, du fait que près de 9 % de ce groupe réside dans des établissements institutionnels.

De la même manière, dans la mesure où les personnes et les ménages n'ayant pas donné de réponses diffèrent du reste de l'échantillon, les estimations s'en trouveront biaisées. Le taux global de réponse pour l'enquête s'est élevé à environ 80 %. Des cas de non-réponse pouvaient être relevés aux diffèrentes étapes de l'enquête. Il existe deux étapes de collecte des données : la collecte au niveau du ménage et la collecte au niveau individuel. La non-réponse s'est produite au niveau du ménage est environs 6%. On relève aussi des cas de non- réponse au niveau individuel. Le taux de réponse à la plupart des questions était élevé; dans les tableaux, les cas de non-réponse paraissent sous la rubrique «non déclaré».

Bien qu'il y ait eu très peu de cas où il y a eu refus de répondre à des questions particulières, il faut s'attendre à ce que les difficultés qu'ont éprouvées les répondants et répondantes à se souvenir de certains faits et leur capacité de répondre de façon complète à certaines questions aient influé sur les résultats.

Comme l'ESG est une enquête transversale, il faut agir avec prudence lorsque l'on fait des inférences causales au sujet de l'association entre des variables. Les associations observées peuvent rendre compte de differences entre des cohortes, d'effets liés à des périodes, de differences entre les groupes d'âge