Enquête sociale générale - Famille (ESG)

Statut :
Active
Fréquence :
Quinquennale (5 ans)
Numéro d'enregistrement :
4501

L'Enquête sociale générale (ESG) a pour objectifs principaux de : rassembler des données sur les tendances sociales, de manière à suivre l'évolution des conditions de vie et du bien-être des Canadiens; et fournir des renseignements sur des questions de politique sociale précises qui suscitent déjà ou qui susciteront de l'intérêt.

Cette enquête permet de suivre les changements qui surviennent au sein de la structure familiale canadienne, à l'égard des mariages, des unions libres, des enfants et des intentions de fécondité.

Information détaillée pour 1990 (Cycle 5)

Date de la parution - 1991

Aperçu

L'Enquête sociale générale (ESG) a pour objectifs principaux de : rassembler des données sur les tendances sociales, de manière à suivre l'évolution des conditions de vie et du bien-être des Canadiens; et fournir des renseignements sur des questions de politique sociale précises qui suscitent déjà ou qui susciteront de l'intérêt.

Cette enquête permet de suivre les changements qui surviennent au sein des familles canadiennes. Elle recueille des renseignements concernant: l'histoire conjugale et parentale (chronologie des mariages, des unions libres et des enfants), les antécédents familiaux, le départ du foyer parental, les intentions de fécondité, l'histoire professionnelle et quelques caractéristiques socioéconomiques.

L' information rassemblée aura un impact sur des programmes et politiques, tels que les prestations parentales, les stratégies en matière d'éducation préscolaire et de garde des enfants, les logements abordables et les programmes de pensions alimentaires pour les enfants et le conjoint.

Activité statistique

Cet enregistrement est une partie du programme de l'Enquête sociale générale (ESG). L'ESG est une enquête par téléphone qui a débuté en 1985. Chaque cycle de l'enquête comporte une thématique principale, une thématique particulière ou des questions exploratoires, ainsi qu'un ensemble type de questions socio démographiques utilisées à des fins de classification. Les cycles plus récents incluent également des questions qualitatives visant à sonder les opinions et les perceptions.

Jusqu'en 1998, l'échantillon de répondants cible était formé d'environ 10 000 personnes. L'échantillon a été porté à 25 000 personnes en 1999. Grâce à un échantillon de cette taille, on peut obtenir des résultats à l'échelle nationale et provinciale et rend possibles des résultats au sujet de certains groupes de la population, comme les personnes ayant une incapacité et les aînés.

Sujets

  • Antécédents familiaux
  • Caractéristiques du ménage
  • Familles, ménages et logement
  • Genres de famille
  • Société et communauté

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population cible comprend toutes les personnes âgées de 15 ans et plus vivant au Canada, à l'exclusion des :

1. Résidents du Yukon, des Territoires du Nord-Ouest et du Nunavut;
2. Pensionnaires à temps plein des établissements.

Élaboration de l'instrument

La thématique principale du cycle 5 était la famille et les amis du répondant, ainsi que les relations et les interactions avec eux. Pour cette enquête, on s'est inspiré largement de l'Enquête sur la famille de 1984 -- pour ce qui est des questions sur les naissances et sur les antécédents de mariage ou d'union libre -- ainsi que des sections du cycle 1 de l'ESG (enregistrement no. 3894, période de référence 1985) portant sur l'aide du milieu. Les questionnaires et les procédures ont été mis à l'essai sur le terrain lors d'une enquête préliminaire menée auprés de 800 ménages en août 1989.

Échantillonnage

Il s'agit d'une enquête transversale par échantillon.

Sources des données

Il s'agit d'une enquête à participation volontaire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants.

Deux questionnaires différents ont été utilisés pour réaliser les interviews : la formule de contrôle ESG 5-1 ainsi qu'un questionnaire principal, soit l'ESG 5-2.

Les répondants ont été interviewés dans la langue officielle de leur choix. Les versions anglaise et française du questionnaire principal étaient identiques à l'exception de la question L17. Ainsi la question «Comprenez-vous toujours cette langue (le français)?» n'était pas posée aux répondants interviewés en français et de même pour les répondants interviewés en anglais quant à l'anglais.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration .

Détection des erreurs

Tous les enregistrements de l'enquête ont été soumis à un contrôle informatique complet visant à relever et à corriger les données non valides ou incohérentes des questionnaires. Dans le
cas de données manquantes ou inexactes, on a attribué des codes de non-réponse aux enregistrements pertinents ou bien on a imputé
des données prises ailleurs dans le questionnaire. Dans la plupart des cas, le contrôle se faisait de 'bas en haut', c'est-à-dire qu'on a utilisé la réponse reliée spécifiquement à la réponse d'une question précédente comportant une instruction ''passer à'' pour vérifier si l'instruction avait été suivie. Par exemple, la question A3 du 'Questionnaire sur la famille et les amis' était: .''Votre mère vit-elle encore?''; Cette question a été vérifiée en fonction de la question A4: ''Quel âge a votre mère?''. On s'assurait ainsi que l'information était cohérente et complète.

Vu la nature de l'enquête, l'imputation ne convenait pas dans la majorité des questions et on a donc attribué dans la plupart des cas des codes ''non déclaré'' aux données manquantes. Dans
certains cas, la réponse exacte n'était pas connue, mais l'on pouvait déterminer un sous-ensemble de réponses possibles en se servant du cheminement entre les questions (par exemple, variable
DVF9SON, valeur 8, pour laquelle la fréquence d'aide n'a pas été fournie mais pour laquelle on a indiqué une aide).

On ne permettait pas toutefois de laisser sans réponse les questions sur les variables requises pour effectuer la pondération. Des valeurs ont été imputées dans de rares cas pour les variables suivantes: âge, sexe, nombre de lignes
téléphoniques résidentielles. L'imputation a été fondée sur un examen détaillé du questionnaire, la considération de toutes données utiles telles que le nom du répondant, l'âge et le sexe des autres membres du ménage et les commentaires de l'intervieweur.

La variable DVTEL (nombre de lignes téléphoniques résidentielles) a été dérivée des questions L9 à L13 du Questionnaire sur la
famille et les amis (ESG 5-2). Dans le cas où le questionnaire ne contenait pas de renseignements précis pour dériver DVTEL, on a assigné une valeur de un (1).

La saisie des données de l'enquête est effectuée à l'aide de micro-ordinateurs situés dans chacun des bureaux régionaux de Statistique Canada et les données sont ensuite transmises à Ottawa. Le programme de saisie des données prévoyait une série de codes valides pour chaque question et suivait automatiquement la présentation du questionnaire.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la Loi sur la statistique. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Exactitude des données

Les statistiques tirées de l'Enquête sociale générale (ESG) sont des estimations basées sur des données recueillies auprès d'une petite fraction de la population (approximativement une personne sur 2 000) et que ces estimations peuvent comporter des erreurs. Il y a deux types d'erreurs : les erreurs d'échantillonnage et les erreurs non dues à l'échantillonnage.

L'erreur d'échantillonnage est l'écart entre une estimation basée sur l'échantillon et celle que l'on aurait obtenue d'un recensement de la population que l'on aurait réalisé avec les mêmes méthodes de collecte de données. Dans le cadre d'une enquête probabiliste telle que l'ESLA, on estime cette erreur à partir des données de l'enquête en se servant de l'écart-type de l'estimation. Lorsque l'erreur d'échantillonnage d'une estimation est supérieur à 33 1/3 %, on la considère comme trop peu fiable pour être publiée. Dans ce cas, un double tiret «--» remplace l'estimation dans les tableaux statistiques. Lorsque l'erreur d'échantillonnage se situe entre 16 2/3 % et 33 1/3 %, l'estimation correspondante est accompagnée de l`astérisque «x»dans un tableau. Il convient d'utiliser ces estimations avec prudence. Enfin, toute estimation dont l'erreur d'échantillonnage est inférieure à 16 2/3 % peut être utilisée sans restriction.

Tous les autres types d'erreur, par exemple les erreurs d'observation, de réponse, de traitement et de non-réponse, sont des erreurs non dues à l'éhantillonnage. Il est difficile de repérer bon nombre de ces erreurs et d'en évaluer l'importance.

Les erreurs de couverture se produisent lorsqu'il existe des différences entre la population cible et la population observée. Les ménages sans téléphone représentent une partie de la population cible qui a été exclue de la population observée. Dans la mesure où les populations exclues diffèrent du reste de la population cible, les estimations comporteront un biais. Étant donné que ces exclusions sont peu nombreuses, on pourrait s'attendre à ce que les biais créés le soient aussi. Toutefois, étant donné qu'il existe des corrélations entre un certain nombre de questions posées à l'enquête et les groupes exclus, les biais peuvent être plus importants que ne semblerait l'indiquer la petite taille des groupes.

Les pensionnaires d'établissements institutionnels ont été exclus de la population observée. L'effet de cette exclusion est particullèrement important dans le cas des personnes de 65 ans et plus, du fait que près de 9 % de ce groupe réside dans des établissements institutionnels.

De la même manière, dans la mesure où les personnes et les ménages n'ayant pas donné de réponses diffèrent du reste de l'échantillon, les estimations s'en trouveront biaisées. Le taux global de réponse pour l'enquête s'est élevé à 76 %. Des cas de non-réponse pouvaient être relevés aux diffèrentes étapes de l'enquête. Il existe deux étapes de collecte des données : la collecte au niveau du ménage et la collecte au niveau individuel. La non-réponse s'est produite au niveau du ménage est environs 14%. On relève aussi des cas de non- réponse au niveau individuel. Le taux de réponse à la plupart des questions était élevé; dans les tableaux, les cas de non-réponse paraissent sous la rubrique «non déclaré».

Fichier des données