Enquête nationale sur la santé de la population - volet ménages - longitudinal (ENSP)

Statut :
Inactive
Fréquence :
Biennale
Numéro d'enregistrement :
3225

La présente enquête a été conçue pour recueillir de l'information sur la santé de la population canadienne, ainsi que des données sociodémographiques connexes.

Information détaillée pour 1998-1999 (Cycle 3)

Date de la parution - 29 mars 2000

Aperçu

À l'automne 1991, le Conseil national d'information sur la santé a recommandé la réalisation d'une enquête permanente nationale sur la santé de la population. Cette recommandation découlait des pressions économiques et budgétaires exercées sur les systèmes de soins de santé et du besoin correspondant d'information pouvant servir à améliorer l'état de santé de la population canadienne. À partir d'avril 1992, Statistique Canada a reçu des fonds pour le développement de l'Enquête nationale sur la santé de la population (ENSP).

Les objectifs de l'ENSP sont les suivants :

- faciliter l'élaboration de politiques gouvernementales en fournissant des mesures sur l'état de santé de la population, une ventilation de ces données ainsi qu'un aperçu des tendances observées;
- fournir des données pour effectuer des études analytiques qui aideront à comprendre les déterminants de la santé;
- recueillir des données sur les corrélations entre la santé et les facteurs économiques, sociaux, démographiques, professionnels et environnementaux;
- permettre de mieux comprendre la relation entre l'état de santé et l'utilisation des services de santé, y compris les services parallèles et les services traditionnels;
- fournir des renseignements sur un panel de personnes qui seront suivies dans le temps pour refléter la dynamique de la santé et de la maladie;
- mettre une enquête sur la santé à la disposition des provinces, des territoires et d'autres clients qui leur permettra de compléter le contenu ou l'échantillon (en raison de la nature longitudinale de l'ENSP, cette option d'échantillon complémentaire n'est plus en vigueur; l'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes [ESCC] offre maintenant cette possibilité);
- permettre de coupler les données de l'enquête à des données administratives courantes, telles que les statistiques de l'état civil, les mesures environnementales, les variables liées aux collectivités, ainsi que l'utilisation des services de santé.

L'ENSP recueille des renseignements sur la santé de la population canadienne ainsi que des renseignements sociodémographiques connexes. Elle compte trois volets : le volet ménages, le volet établissements de soins de santé et le volet Nord.

Le volet ménages a débuté en 1994-1995 et est mené tous les deux ans. Les trois premiers cycles (1994-1995, 1996-1997, 1998-1999) étaient à la fois transversaux et longitudinaux. À compter du cycle 4 (2000-2001), l'enquête est devenue strictement longitudinale (c'est-à-dire que l'information sur la santé est recueillie auprès des mêmes personnes pour chaque cycle). La documentation transversale et longitudinale du volet ménages est présentée séparément, de même que la documentation des volets établissements de soins de santé et Nord.

L'échantillon longitudinal de l'ENSP comprend 17 276 personnes de tous les âges en 1994-1995 et ces mêmes personnes seront interviewées tous les deux ans.

Pour chaque cycle, un module commun de questions sur la santé sont posées aux répondants. Ceci permet d'analyser les changements de la santé des répondants au fil du temps. En plus du module commun de questions, le questionnaire inclut aussi une thématique particulière et des suppléments qui varient de cycle en cycle. Pour la liste complète des sujets couverts par l'ENSP au fil du temps, veuillez consulter le « Contenu de l'ENSP, volet ménages » dans la section Documentation au bas de la page.

Santé Canada, l'Agence de santé publique du Canada et les ministères provinciaux de la Santé utilisent les données longitudinales de l'ENSP pour planifier, mettre en place et évaluer des programmes et des politiques sur la santé, et ce, afin d'améliorer la santé et l'efficacité des services de santé. Les organisations à but non lucratif et les chercheurs du milieu académique utilisent l'information afin de faire avancer la recherche et améliorer la santé.

Période de référence :
Varie selon la question (par exemple : « durant les 12 derniers mois », « durant les 6 derniers mois », « durant la dernière semaine », etc.).
Période de collecte :
En quatre trimestres (débutant en mai, juillet, septembre et janvier); ainsi qu'un suivi auprès des non-répondants débutant en avril de la deuxième année.

Sujets

  • Incapacité
  • Maladies et état de santé
  • Mode de vie et conditions sociales
  • Prévention et détection de la maladie
  • Santé
  • Santé mentale et bien-être
  • Services de soins de santé

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population cible du volet ménages longitudinal de l'ENSP comprend les membres des ménages des dix provinces canadiennes en 1994-1995 à l'exclusion des personnes habitant dans une réserve indienne ou sur des terres de la Couronne, des résidents des établissements de soins de santé, des membres à temps plein des bases des Forces canadiennes et des personnes habitant certaines régions éloignées de l'Ontario et du Québec.

Élaboration de l'instrument

Le questionnaire de chacun des cycles de l'ENSP est conçu en collaboration avec des spécialistes provenant de Statistique Canada, Santé Canada, des ministères provinciaux de la santé et des chercheurs provenant du milieu académique. Le développement des questions implique une importante revue de la littérature et de nombreuses consultations entre spécialistes afin d'adapter des instruments d'enquête existants provenant de sources reconnues ou d'en créer de nouveaux spécialement pour l'ENSP. Chaque questionnaire est approuvé par les membres de comités d'experts ainsi que le Comité consultatif, qui comprend des représentants des ministères provinciaux de la santé, Santé Canada, Statistique Canada, d'autres ministères fédéraux et spécialistes.

La collecte des données est effectuée à l'aide de la méthode d'interview assistée par ordinateur (IAO). L'ordre logique des questions est programmé de façon à refléter l'ordre logique associé à certaines variables comme l'âge. Ce programme tient aussi compte du genre de réponse voulue, des valeurs minimales et maximales, des vérifications en ligne liées aux questions et la suite à donner en cas de non-réponse.

Avant de procéder à la collecte des données auprès des répondants, l'application informatique de collecte de données est soumise à des tests rigoureux afin de repérer toute erreur dans le cheminement du programme ou dans le texte. De plus, on effectue deux essais sur le terrain à chaque cycle. La taille d'échantillon de ces essais est d'environ 900 répondants. Les bureaux régionaux de Statistique Canada participent à ces essais et les interviews sont menées par des intervieweurs de Statistique Canada. Ces deux essais visent principalement à observer les réactions des répondants, à tester des nouvelles questions et celles qui ont été modifiées, à estimer la durée des diverses sections du questionnaire, à déterminer les taux de réponse et à tester les opérations et procédures sur le terrain telles que la formation des intervieweurs et la transmission des données.

Échantillonnage

Il s'agit d'une enquête longitudinale par échantillon.

Les mêmes unités longitudinales sont observées au fil du temp.

L'ENSP a utilisé un plan d'échantillonnage stratifié à deux degrés (grappes, logements) fondé sur celui de l'Enquête sur la population active (EPA) dans toutes les provinces, à l'exception du Québec, où il se fond sur le plan de l'Enquête sociale et de santé (ESS) réalisée par Santé Québec en 1992-1993.

Le plan de sondage de l'EPA est constitué d'un échantillon stratifié à plusieurs degrés composé de logements sélectionnés parmi les grappes. Chaque province a été divisée en 3 types de régions (grands centres urbains, villes urbaines et régions rurales) à partir desquelles des strates géographiques et/ou socioéconomiques distinctes ont été formées. Dans la plupart des strates, on a choisi 6 grappes, généralement des secteurs de dénombrement (SD), selon une méthode d'échantillonnage avec probabilité proportionnelle à la taille (PPT). L'échantillon de logements a été obtenu une fois que les opérations de listage des grappes ont été terminées. En raison des besoins particuliers de l'ENSP, de légères modifications ont été apportées au plan de sondage de l'EPA. Pour de plus amples renseignements sur le plan d'échantillonnage de l'ENSP, consultez le chapitre 5 de la Documentation longitudinale.

Au Québec, l'échantillon de l'ENSP a été prélevé parmi les logements qui ont participé à l'ESS, réalisée par Santé Québec en 1992-1993. Cette enquête a porté sur 16 010 logements qui ont été sélectionnés selon un plan d'échantillonnage à deux degrés semblable à celui de l'EPA. La province a été divisée géographiquement en recoupant 15 secteurs sanitaires avec quatre catégories de densité urbaine (la région métropolitaine de recensement de Montréal, les capitales régionales, les petites agglomérations urbaines et le secteur rural). Dans chaque secteur, les grappes ont été définies à l'aide de caractéristiques socioéconomiques et sélectionnées à l'aide d'une méthode d'échantillonnage PPT. On a dénombré les grappes sélectionnées et on a prélevé des échantillons aléatoires de logements parmi celles-ci, à raison de dix logements par grappe dans les grandes villes et de vingt ou trente logements ailleurs.

Au cours du premier cycle de l'ENSP (1994-1995), l'échantillon a été établi en choisissant tout d'abord des ménages, puis à l'intérieur de chacun d'eux, un membre de 12 ans et plus devant devenir le répondant longitudinal. L'échantillon longitudinal de l'ENSP comprend tous les répondants longitudinaux qui ont répondu minimalement au volet général du questionnaire au cycle 1. Il comprend également 2 022 enfants provenant du premier cycle de l'Enquête longitudinale nationale sur les enfants et les jeunes (ELNEJ). Ces enfants étaient interviewés lors de l'ELNEJ pour l'ENSP au cycle 1 et ont été interviewés pour l'ENSP à partir du deuxième cycle. Il est à noter que quatre provinces ont choisi l'option d'achat d'unités d'échantillonnage additionnelles en haussant leur financement pour ainsi augmenter l'échantillon du cycle 1 qui leur avait été alloué, pour des fins transversales. Ces unités additionnelles ne faisaient pas partie de l'échantillon longitudinal. L'échantillon longitudinal de l'ENSP est constitué de 17 276 personnes et n'est pas renouvelé au fil du temps.

Sources des données

Collecte des données pour cette période de référence : 1998-05-28 à 1999-06-19

Il s'agit d'une enquête à participation volontaire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants.

La collecte des données est répartie en 4 trimestres (juin, août, octobre et janvier). Une autre période de collecte se tient en juin pour faire un suivi auprès des non-répondants des trimestres précédents.

Au cycle 6, la collecte des 3 premiers trimestres a été effectuée par des intervieweurs travaillant de leur domicile. La collecte du trimestre 4 et de l'autre période a été effectuée par des intervieweurs travaillant à partir des 4 Centres de collecte de Statistique Canada (Edmonton, Sturgeon Falls, Sherbrooke et Halifax).

La collecte de données pour les personnes vivant en établissement de santé a été menée en personne avec un questionnaire papier. On utilise les questionnaires du volet établissements.

Au début de chaque cycle, les membres vivants du panel longitudinal reçoivent par courrier une lettre d'introduction à l'enquête annonçant le début de la collecte et un dépliant qui fournit de l'information sur l'enquête et présente des résultats tirés de l'ENSP. La collecte s'effectue à l'aide d'un système d'interview assisté par ordinateur (IAO). Au cycle 1, 75 % des interviews auprès des répondants longitudinaux ont été menées en personne et le reste par téléphone. Depuis le cycle 2, environ 95 % des interviews sont menées par téléphone. On procède à des interviews sur place lorsque le répondant n'a pas le téléphone, à la demande d'un répondant ou lorsque le répondant vit en établissement de soins de santé. L'interview dure un peu moins d'une heure. La majorité des interviews auprès des répondants de moins de 12 ans sont effectuées par personnes interposées. La déclaration par personne interposée pour les autres répondants n'est permise que pour des raisons de maladie ou d'incapacité.

Les intervieweurs sont des employés de Statistique Canada. À chaque cycle, ils suivent une formation spécifique sur l'ENSP et reçoivent un manuel de référence.

Le questionnaire est conçu pour être utilisé avec un système d'IAO. On spécifie le genre de réponse voulue, les valeurs minimales et maximales, les vérifications en ligne liées aux questions et la suite à donner en cas de non-réponse. Le questionnaire IAO s'adapte au répondant interviewé selon les données recueillies pendant l'interview en cours et lors des cycles précédents.

À la collecte, tous les efforts raisonnables sont déployés pour que les répondants longitudinaux participent à l'enquête. La formation des intervieweurs inclut divers moyens pour réduire le nombre de non-contacts et de refus et maximiser les chances de dépistage. Aucune interview n'est menée avec des répondants vivant à l'extérieur du Canada et des États-Unis.

Pour certaines questions on saisit une réponse au long. On code la réponse à ces questions en utilisant divers systèmes de classification.

Les données concernant l'industrie et l'occupation pour tous les cycles sont codées en utilisant le « Système de classification des industries de l'Amérique du Nord (SCIAN) » et la « Classification type des professions de 1991 (SOC-91) ».

La classification des médicaments pour tous les cycles se fonde sur la Classification anatomique thérapeutique chimique (ATC) développée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) telle que contenue dans la Base de données sur les produits pharmaceutiques (BDPP) de Santé Canada en date de septembre 2003.

Pour tous les cycles, les problèmes de santé causant une limitation d'activités sont maintenant codés conformément à la Classification internationale des maladies, 10e édition (CIM-10). Le Système de codage supplémentaire pour les incapacités ostéo articulaires et musculaires n'est plus utilisé.

Lorsque que le décès d'un répondant est confirmé avec la Base canadienne de données de l'état civil -- Décès, on saisit la cause et la date du décès. La cause du décès est codée à l'aide de la CIM-10.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration .

Détection des erreurs

La vérification des données est effectuée en deux étapes. La première étape de vérification des données est effectuée lors de la collecte des données. Les intervalles permis pour les variables ont été programmés dans l'application d'interview assistée par ordinateur (IAO) de même que des vérifications de cohérences entre les variables et entre les cycles. L'enchaînement des questions est contrôlé par l'application d'IAO. Un message d'avertissement s'affiche à l'écran de l'application d'IAO lorsqu'une valeur non permise est saisie ou lorsque l'application détecte une erreur de cohérence. L'intervieweur a alors la possibilité de confirmer les réponses auprès du répondant. Dans la majorité des cas, la situation doit être résolue afin de poursuivre l'interview. La deuxième étape de vérification des données s'effectue lors du traitement des données au bureau central (principalement sur les programmes informatiques). En général, les incohérences trouvées à cette étape sont corrigées en donnant la valeur « non déclaré » à une ou plusieurs des variables en cause. La seule exception concerne la vérification des liens de parenté pour laquelle les incohérences sont traitées manuellement.

Estimation

L'estimation à partir des données de l'ENSP se fait à partir des poids d'échantillonnage fournis avec chaque ensemble de données. Ces poids sont calculés selon une approche où d'abord un poids initial représentant l'inverse de la probabilité de sélection est calculé. Celui-ci est ensuite ajusté pour tenir compte de différentes spécificités de l'enquête. L'ajustement typique est celui fait pour compenser la non-réponse; des groupes de réponse homogènes sont formés à partir des données disponibles tant auprès des répondants que des non-répondants. Pour l'échantillon longitudinal, cet ajustement tente le plus possible d'utiliser les données longitudinales recueillies auprès des répondants aux cycles précédents. L'algorithme CHAID est utilisé pour déterminer quelles variables caractérisent le mieux les groupes de réponse. Une fois les ajustements apportés, la dernière étape consiste à post-stratifier les poids à l'intérieur de chaque province, selon 10 groupes d'âge-sexe (post-stratification unidimensionnelle). Cette post-stratification permet d'assurer la cohérence avec les estimations de population (basées sur le Recensement de 1991) pour l'année 1994, année de référence pour le panel longitudinal.

De plus, pour chacun des poids d'échantillonnage calculés pour l'ensemble des répondants à chaque cycle, une version « partagée » de ces poids est aussi calculée. Ces poids partagés sont assignés uniquement aux répondants ayant accepté de partager leurs données avec les partenaires d'enquête (typiquement Santé Canada et les différents ministères provinciaux de la santé). Le calcul de ces poids consiste à redistribuer les poids des non-partageants aux partageants utilisant une approche semblable à celle utilisée pour l'ajustement de la non-réponse. Puisque les partenaires d'enquêtes ont uniquement accès aux données partagées, ils doivent utiliser ces poids de partage lors de l'estimation.

Plusieurs ensembles de poids longitudinaux ont été calculés au cours des cycles de l'ENSP. D'abord au cycle 1, des poids d'échantillonnage ont été calculés pour représenter l'ensemble du panel de 17 276 personnes. Au cycle 2, deux types de poids longitudinaux ont été calculés; un premier associé uniquement au sous-ensemble des membres du panel ayant répondu de façon complète à l'enquête aux deux cycles, puis un second pour le sous-ensemble ayant répondu de façon partielle ou complète aux deux cycles. À partir du cycle 3, seul les poids du sous-ensemble ayant fourni une réponse complète à tous les cycles ont été recalculés après chaque cycle. Depuis le cycle 4, de nouveaux poids se sont ajoutés à ceux existants; ces poids sont calculés pour le sous-ensemble des membres ayant répondu de façon complète au cycle 1 et au cycle le plus récent
(pour le poids du Cycle 4, il s'agit donc des cycles 1 et 4).

Pour le calcul de la variance, étant donné son plan de sondage complexe, l'ENSP a recours à la méthode du bootstrap. Cette méthode permet de tenir compte des complexités du plan de sondage, de même que nombreux ajustements apportés aux poids lors du processus de pondération. Pour chaque poids d'échantillonnage, un ensemble de poids bootstrap est disponible pour calculer les variances. Il est à noter que le programme Bootvar, un programme de macros disponible en SAS et SPSS, est distribué avec les poids bootstrap afin de faciliter le calcul des variances selon cette méthode.

Pour plus d'information sur le processus d'estimation, il est recommandé de consulter le guide d'utilisateur.

Contrôle de la divulgation

La Loi interdit à Statistique Canada de rendre publique toute donnée susceptible de révéler de l'information obtenue en vertu de la Loi sur la statistique et se rapportant à toute personne, entreprise ou organisation reconnaissable sans que cette personne, entreprise ou organisation le sache ou y consente par écrit. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Lors des cycles 1, 2 et 3 de l'ENSP, des Fichiers de microdonnées à grande diffusion (FMGD) transversaux ont été produits en plus des fichiers maîtres. Les FMGD diffèrent des fichiers maîtres détenus par Statistique Canada en de nombreux points. Ces différences sont le résultat d'actions prises afin de protéger l'anonymat des répondants aux enquêtes. Premièrement, seules les données transversales sont disponibles sur de tels fichiers, car l'information longitudinale permet d'identifier des répondants. Aussi, quelques variables sensibles ont été regroupées, maximisées ou complètement enlevées des fichiers. Avant toute diffusion, les FMGD doivent être approuvés par le Comité de diffusion des microdonnées de Statistique Canada.

L'accès aux fichiers maîtres de même qu'à l'information exclue des fichiers de microdonnées peut se faire par l'entremise du programme des Centres de données de recherche de Statistique Canada ou par le programme de télé-accès. On peut également acheter des tableaux personnalisés. Tous les résultats sont vérifiés pour respecter la confidentialité avant d'être fournis aux utilisateurs.

Avant de diffuser et/ou de publier des estimations tirées de ces fichiers de microdonnées, les utilisateurs doivent d'abord déterminer le nombre de répondants qui ont fourni les données entrant dans le calcul de l'estimation. Si ce nombre est inférieur à 30, l'estimation pondérée ne doit pas être diffusée, quelle que soit la valeur de son coefficient de variation. Pour les estimations pondérées basées sur des échantillons composés de 30 répondants ou plus, les utilisateurs doivent calculer le coefficient de variation de l'estimation arrondie et suivre les lignes directrices ci-après.

Les estimations qui figurent dans le corps d'un tableau statistique doivent être arrondies à la centaine près selon la méthode d'arrondissement classique. Si le premier ou le seul chiffre à supprimer se situe entre zéro et quatre, le dernier chiffre qu'on garde ne change pas. Si le premier ou le seul chiffre à supprimer se situe entre cinq et neuf, on augmente d'une unité la valeur du dernier chiffre à garder. Les totaux partiels marginaux et les totaux marginaux des tableaux statistiques doivent être calculés d'après leurs éléments correspondants non arrondis, puis arrondis à leur tour à la centaine près selon la méthode d'arrondissement classique. Les moyennes, les proportions, les taux et les pourcentages doivent être calculés à partir d'éléments non arrondis (par exemple les numérateurs ou les dénominateurs), puis arrondis à une décimale près selon la méthode d'arrondissement classique. Pour arrondir à un seul chiffre selon cette méthode classique, si le dernier ou le seul chiffre à supprimer se situe entre zéro et quatre, le dernier chiffre à garder ne change pas. Si le premier ou le seul chiffre à supprimer se situe entre cinq et neuf, on augmente d'une unité le dernier chiffre à garder. Les sommes et les différences d'agrégat (ou de rapports) doivent être calculées à partir de leurs éléments correspondants non arrondis, puis arrondies à leur tour à la centaine près (ou à la première décimale près) selon la méthode d'arrondissement classique. On ne doit en aucun cas publier ni diffuser d'une autre façon des estimations non arrondies.

Exactitude des données

Des erreurs de couverture surviennent à différentes étapes de l'enquête : Durant la construction de la base de sondage, la définition des unités d'échantillonnage, la collecte et le traitement des données. Un indicateur, le taux de glissement est utilisé pour mesurer l'erreur de couverture. Le taux de glissement représente l'écart entre les estimations de population tirées de l'enquête (en utilisant les poids avant post-stratification) et les plus récentes estimations de population basées sur le recensement. L'écart est exprimé en pourcentage de l'estimation basée sur le recensement. On observe pour l'échantillon longitudinal de l'ENSP choisi en 1994-1995, une sous-couverture qui se manifeste par un taux de glissement positif d'environ 10%. Pour réduire l'effet de l'erreur de couverture, les poids d'échantillonnage sont ajustés en fonction des estimations de population pour la période de référence de l'enquête.

Taux de réponse :
Veuillez noter que le calcul du taux de réponse du cycle 1 est basé sur les 20 095 personnes choisies pour faire partie de l'échantillon longitudinal au Cycle 1 alors que le taux de réponse des cycles suivants est basé sur les 17 276 individus qui forment l'échantillon longitudinal de l'ENSP.

Cycle Taux de réponse
Cycle 1 83,6 %
Cycle 2 92,8 %
Cycle 3 88,2 %
Cycle 4 84,8 %

Taux d'érosion :
L'érosion se définit comme une perte d'échantillon due à la non-réponse c.-à-d. : refus, non-contacts, non-dépistés, etc. Il est à noté que le décès d'un répondant ne contribue pas à l'érosion de l'échantillon longitudinal de l'ENSP. Le taux d'érosion cumulatif est présenté pour chaque cycle. Les taux d'érosion sont basés sur les sous-ensembles complets de répondants c.-à-d. sur les répondants ayant complété le questionnaire à tous les cycles. La principale cause d'érosion est due à une augmentation du nombre de répondants qui refusent de continuer à participer à l'enquête.

Cycle Taux d'érosion
Cycle 2 9,3 %
Cycle 3 15,4 %
Cycle 4 21,4 %

Non-réponse partielle
Le taux de non-réponse partielle lors du cycle 4 était en moyenne de 0,09 %. Un plus grand taux de non-réponse a été observé pour quelques variables telles que le revenu du ménage et le revenu personnel, les assurances et quelques variables de stress.

Qualité des données
Un document qui présente quelques indicateurs de qualité pour l'ENSP tels que : nombre d'essai pour contacter un répondant, longueur de l'interview, non-réponse, échec des règles de vérification, etc. a été préparé par la Division des méthodes d'enquêtes auprès des ménages. Ce document contient également de l'information sur le dépistage et la réponse par personne interposée (proxy)

Documentation

Fichier des données