Recensement de la population

Information détaillée pour 2006

Statut :

Active

Fréquence :

Aux 5 ans

Numéro d'enregistrement :

3901

Le recensement décrit les gens, les logements au Canada, selon leurs caractéristiques démographiques, sociales et économiques.

Date de la parution - le 13 mars 2007 au 1er mai 2008 (Diffusions majeures; veuillez référer au menu lattéral de gauche, sous la rubrique "Le Quotidien")

Aperçu

Statistique Canada a mène le Recensement de la population pour dresser le portrait statistique du Canada et de ses habitants à un jour précis. Le recensement est conçu pour fournir des renseignements sur les logements et sur les caractéristiques démographiques, sociales et économiques des Canadiens.

Le Recensement de la population constitue une source de données fiables pour estimer la population des provinces, des territoires et des municipalités. Les données recueillies par le recensement sont liées à plus de 80 mesures législatives fédérales et provinciales, en plus de servir de base aux fins de la distribution des paiements de transfert fédéraux. Le recensement fournit également des données sur les caractéristiques de la population et des logements au sein de petites régions géographiques ainsi que sur de petits groupes de population afin de soutenir les activités de planification, d'administration, d'élaboration et d'évaluation des politiques des divers paliers de gouvernement, de même que les activités des utilisateurs de données du secteur privé.

Clients : gouvernements fédéral, provinciaux, territoriaux et administrations municipales; bibliothèques; établissements d'enseignement; chercheurs et universitaires; industries du secteur privé; associations de gens d'affaires, organisations syndicales; groupes ethniques et culturels; particuliers; groupes d'intérêt public.

Sujets

  • Diversité ethnique et immigration
  • Éducation, formation et apprentissage
  • Emploi et chômage
  • Estimations et projections démographiques
  • Familles, ménages et logement
  • Industries
  • Langues
  • Mondialisation et marché du travail
  • Navettage vers le travail
  • Peuples autochtones
  • Population et démographie
  • Professions
  • Revenu, pensions, dépenses et richesse
  • Travail
  • Travail non rémunéré

Sources de données et méthodologie

Population cible

Le recensement vise l'ensemble de la population du Canada, qui comprend les citoyens canadiens (par naissance ou par naturalisation), les immigrants reçus et les résidents non permanents ainsi que les membres de leur famille qui vivent avec eux au Canada. Les résidents non permanents sont les personnes qui détiennent un permis d'études ou de travail ou qui revendiquent le statut de réfugié.

Le recensement dénombre également les citoyens canadiens et les immigrants reçus qui sont temporairement à l'extérieur du pays le jour du recensement. Il s'agit, par exemple, des fonctionnaires fédéraux et provinciaux en poste à l'extérieur du Canada, du personnel des ambassades canadiennes à l'étranger, des membres des Forces canadiennes en poste à l'étranger et des Canadiens qui se trouvent à bord de navires marchands et les membres de leur famille. En raison du dénombrement des personnes se trouvant à l'extérieur du pays, le recensement du Canada est un recensement de jure modifié.

Élaboration de l'instrument

Le processus de détermination du contenu est nécessaire pour chaque recensement et contient les étapes suivantes :

Le processus de consultation est la première étape menant à la détermination du contenu du recensement. En recueillant les besoins en matière de données socioéconomiques des utilisateurs, on peut déterminer la meilleure façon de les satisfaire - à l'aide d'une modification au contenu du recensement ou par le recours à une autre source de données de Statistique Canada.

Les besoins exprimés au cours du processus de consultation sont évalués de façon approfondie en regard des critères susmentionnés. Lorsque des modifications au contenu du recensement sont envisagées, elles doivent être mises à l'essai de façon minutieuse avant d'être introduites.

Dans le cadre du processus de détermination du contenu, Statistique Canada entreprend un vaste programme de mise à l'essai. Les essais qualitatifs (groupes de discussion et entrevues individuelles en profondeur) ainsi que les essais statistiques à grande échelle sont des méthodes utilisées afin de déterminer la qualité des données qui seraient obtenues si les changements proposés étaient apportés au contenu ou à la présentation du questionnaire.

Avant chaque recensement, le Cabinet examine les options relatives au contenu du recensement élaborées par Statistique Canada. Suite à cet examen, les questions du recensement sont, conformément à la Loi sur la statistique, prescrites par le gouverneur en conseil dans un décret publié avec la liste des questions dans la Gazette du Canada, partie I. Le décret renferme en outre une recommandation invitant le gouverneur général en conseil à fixer le mois du recensement.

Pour une description plus complète du processus de consultation du recensement, suivre le lien ci-dessous.

Échantillonnage

Il s'agit d'un recensement avec plan transversal.

Les questions sur l'âge, le sexe, l'état matrimonial, la langue maternelle et le lien avec la Personne 1 sont posées à toute la population. Cependant, la majorité des renseignements du recensement sont recueillis auprès d'un échantillon représentant 20 % de la population à l'aide des questions supplémentaires du questionnaire complet (2B). La plupart des questionnaires complets du recensement sont distribués conformément à la technique de l'échantillonnage, qui consiste à les distribuer à 1 ménage sur 5 dans les régions visées (de sorte que chaque cinquième ménage en reçoive un). Il existe toutefois diverses raisons pour lesquelles il n'y a pas toujours quatre questionnaires abrégés pour chaque questionnaire complet de chaque unité de collecte (antérieurement appelée secteur de dénombrement); par exemple, certains logements sont inoccupés.

Initialement, le coefficient de pondération de chacun des ménages échantillonnés au sein d'une unité de collecte correspond simplement au rapport du nombre total de ménages au nombre de ménages échantillonnés. Cependant, ce poids initial ne nous permet pas de nous assurer que l'échantillon est représentatif de tous les sous-groupes (hommes adultes, par exemple). Pour assurer une estimation cohérente des sous-groupes les plus importants, on utilise une méthode de pondération par régression. Cette méthode consiste à ajuster les poids d'échantillonnage en fonction des chiffres de population des sous-groupes les plus importants à l'échelle de l'unité de diffusion (appelée aire de diffusion) et d'une unité géographique plus importante (appelée région de pondération). La méthode d'estimation permet d'ajuster le poids initial du ménage tout juste assez pour obtenir des estimations pleinement représentatives à partir des données-échantillon.

Sources des données

Il s'agit d'une enquête à participation obligatoire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants.

Cette étape du processus du recensement vise à faire en sorte que les quelque 12,7 millions de ménages du Canada, soit environ 32,5 millions de personnes, soient dénombrés. Les activités et les règles régissant son exécution peuvent être groupées sous les en-têtes suivants :

· Prospection des îlots et prospection tardive des îlots
· Méthodes de livraison des questionnaires du recensement
· Méthodes de compléter les questionnaires
· Logements collectifs - Dénombrements et méthodes de collecte

Pour une description des préparatifs et des méthodes de livraison du recensement, suivre le lien « Documentation complémentaire (en format PDF) » ci-dessous.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration.

Détection des erreurs

Traitement des données du recensement :

Cette étape des activités du recensement consiste à assurer le dépouillement de tous les questionnaires remplis par les répondants, depuis la saisie des données des questionnaires sur support papier et l'intégration des données rassemblées électroniquement jusqu'à la constitution d'une base de données d'extraction exacte et complète. La base de données finale est transférée au Projet d'évaluation de la qualité des données en vue de la détermination de la qualité globale des données et au Projet de la diffusion, en vue de la production et de la commercialisation des produits et services du Recensement de 2006.

Le traitement des données du recensement comporte cinq activités principales :

· réception et enregistrement (référer au lien « Documentation complémentaire » ci-dessous)
· imagerie et saisie des données des questionnaires sur support papier (référer au lien ci-dessous)
· contrôle et suivi des questionnaires rejetés au contrôle (référer au lien ci-dessous)
· codage automatisé (référer au lien ci-dessous)
· contrôle et imputation (voir Imputation)
· pondération (voir Estimation)

Imputation

Contrôle et imputation :

Les données recueillies lors d'une enquête ou d'un recensement contiennent des omissions ou des incohérences, que ce soit parce que le répondant a sauté une question ou parce qu'une erreur s'est produite lors du traitement. Un répondant peut, par exemple, refuser de fournir une réponse, ne pas se rappeler la bonne réponse ou mal comprendre une question. Le personnel du recensement peut, quant à lui, mal coder une réponse ou commettre d'autres erreurs pendant le traitement.

Une fois la saisie, le contrôle et les corrections de l'intégralité et de la couverture, ainsi que les opérations de codage terminés, les données sont traitées à la dernière étape du contrôle et de l'imputation, étape qui est presque entièrement automatisée. Le processus de contrôle vise à détecter les erreurs et celui de l'imputation à les corriger.

Une série de règles de contrôle détaillée qui identifient toute réponse absente ou contradictoire est alors appliquée. Les réponses absentes ou contradictoires sont corrigées la majeure partie du temps en changeant le moins possible la valeur d'une variable au moyen de l'imputation. L'imputation fait appel aux méthodes « déterministe » et/ou celle du changement minimum par variable repère « hot deck ». Pour l'imputation déterministe, les erreurs sont corrigées en inférant la valeur appropriée de réponse à partir des réponses à d'autres questions. Pour l'imputation « hot deck » de changement minimum, un enregistrement ayant certaines caractéristiques en commun avec l'enregistrement erroné est choisi. Les données de cet enregistrement « donneur » sont empruntées et employées pour changer le nombre minimum de variables nécessaires à la résolution de tous les rejets au contrôle.

La méthodologie d'imputation du plus proche voisin (MIPPV), élaborée dans le cadre du Recensement de 1996 pour contrôler et imputer les caractéristiques démographiques de base telles que l'âge, le sexe, l'état matrimonial, l'union libre et le lien avec la Personne 1, a été étendue et mise en application au moyen d'un nouveau système générique pour le Recensement de 2001, le Système CANadien de contrôle et d'imputation du Recensement (SCANCIR), système sur plate-forme serveur-OP et non plus système sur plate-forme serveur central pour contrôler et imputer les variables démographiques (âge, sexe, état matrimonial, union libre et relation avec la Personne 1), mobilité, travail, lieu de travail et transport.

Comme par les années précédentes, le Recensement de 2006 a étendu la portée du SCANCIR à d'autres variables afin d'inclure toutes les variables du Recensement de 2006. Ceci permet d'avoir un contrôle de données plus étendu et exact évitant ainsi leur traitement en ayant recours à la méthode d'imputation « hot deck », réduisant ainsi les changements au minimum.

Estimation

Pondération :

Les questions sur l'âge, le sexe, l'état matrimonial, la langue maternelle et le lien avec la Personne 1 sont posées à toute la population. Cependant, la majorité des renseignements du recensement sont recueillis auprès d'un échantillon représentant 20 % de la population à l'aide des questions supplémentaires du questionnaire 2B. La « pondération » sert à reporter les renseignements obtenus auprès de l'échantillon de 20 % de la population sur l'ensemble de celle-ci.

La méthode de pondération permet d'obtenir des estimations représentatives à 100 % à partir de données-échantillon de même qu'à maximiser la qualité des estimations de l'échantillon.

La méthode de pondération du Recensement de 2006, dite d'estimation par calage, sera la même que pour le Recensement de 2001. Il s'agit d'appliquer des facteurs de pondération initiaux d'environ 5, qu'on ajustera selon le plus petit nombre possible requis pour mieux faire correspondre les estimations de l'échantillon (p. ex., le nombre d'hommes, le nombre de personnes âgées de 15 à 19 ans, etc.) aux chiffres de population selon l'âge, le sexe, l'état matrimonial, la situation vis-à-vis l'union libre et le ménage.

La pondération est la dernière étape de traitement à franchir dans la production de la base de données définitive du Recensement de 2006, qui sera la source de données de l'ensemble des publications, des totalisations et des produits personnalisés.

Évaluation de la qualité

Au cours des diverses étapes du recensement, tout est mis en oeuvre pour assurer l'obtention de résultats de qualité supérieure. À l'étape de l'évaluation de la qualité des données, on détermine la qualité globale des données du recensement. Bien que des normes de qualité rigoureuses soient établies pour la collecte et le dépouillement des données et que l'on s'efforce de réduire la non-réponse à l'aide, par exemple, du programme de communications, il est impossible d'éliminer toutes les erreurs. Aussi, on évalue la qualité des données afin de fournir aux utilisateurs des renseignements sur la fiabilité des données, d'améliorer la qualité des données des recensements subséquents.

Contrôle de la divulgation

La Loi interdit à Statistique Canada de rendre publique toute donnée susceptible de révéler de l'information obtenue en vertu de la Loi sur la statistique et se rapportant à toute personne, entreprise ou organisation reconnaissable sans que cette personne, entreprise ou organisation le sache ou y consente par écrit. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Chaque produit diffusé est soumis à des procédures élaborées en vue d'éviter la possibilité qu'on puisse associer les données statistiques à une personne identifiable; les données font l'objet d'un arrondissement aléatoire ou sont supprimées pour certaines régions géographiques. La méthode de l'arrondissement aléatoire consiste à arrondir de façon aléatoire (vers le haut ou vers le bas) tous les chiffres d'une totalisation, y compris les totaux, à un multiple de 5 et, dans certains cas, à un multiple de 10. Cette méthode est très efficace pour prévenir les risques de divulgation directe, de déduction par regroupement et de divulgation par soustraction, sans augmenter de façon significative l'erreur des données du recensement. Toutefois, les chiffres de population ne sont pas arrondis puisqu'ils ne fournissent aucun renseignement sur les caractéristiques de segments de la population.

La suppression des données sur des régions consiste à éliminer les données relatives aux caractéristiques des populations dont la taille se situe en deçà d'un chiffre donné. Par exemple, toutes les données pour les régions géographiques normalisées et non normalisées comptant une population totale de moins de 40 personnes sont supprimées. Si les données comportent une répartition des revenus, les régions comptant une population de moins de 250 personnes sont supprimées. À l'échelle des codes postaux, les données pour les trois premiers caractères du code postal, soit les régions de tri d'acheminement, sont supprimées selon une règle de 40 personnes. Les données pour les six caractères du code postal, soit les unités de distribution locale, sont supprimées selon une règle de suppression de 100 personnes. Dans tous les cas, les données supprimées sont incluses dans les totaux partiels et complets aux niveaux d'agrégation supérieurs appropriés.

Révisions et désaisonnalisation

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Exactitude des données

Même si plusieurs facteurs, comme ceux qui sont décrits à la rubrique Détection des erreurs, peuvent avoir une incidence sur l'exactitude des données du recensement, c'est l'ampleur du sous-dénombrement (personnes oubliées dans la population totale) qui influe en premier lieu sur l'exactitude des chiffres et des données du recensement. Le chiffre de 31 612 897 personnes dans 12 506 814 logements dénombrés au recensement n'inclut pas les personnes résidant dans des logements qui ont été oubliés au cours du dénombrement ni les personnes oubliées par erreur dans les questionnaires des logements ayant participé au recensement. (Le chiffre des logements inclut les logements privés occupés et les logements collectifs, ainsi que les réponses reçues de l'extérieur du Canada. Il exclut les logements inoccupés et les logements occupés uniquement par des résidents étrangers ou temporaires.) À l'échelle nationale, le taux définitif de sous-dénombrement net du Recensement de 2006 est de 2,8 %, comparativement à 3,1 % pour le Recensement de 2001. Le sous-dénombrement net du recensement varie d'une province et d'un territoire à l'autre et d'un groupe d'âge à l'autre.

Le taux de réponse au recensement a également une incidence sur la qualité des données. Ainsi, le chiffre de population susmentionné comprend 30 679 721 personnes dénombrées dans 12 071 390 logements qui ont rempli le questionnaire. Le nombre restant de personnes incluses dans le chiffre du recensement, soit 933 176 personnes imputées dans 435 424 logements, a été estimé à partir des résultats d'une enquête-échantillon visant des logements qui ont été repérés au recensement, mais pour lesquels aucun questionnaire n'a été retourné. Le taux de réponse global peut être calculé comme 12 071 390/12 506 814, correspondant à 96,5 %. Alors que ce pourcentage est légèrement moins élevé qu'au Recensement de 2001, la méthodologie sous-jacente à ce dernier ajustement diffère de celle utilisée en 2001, ce qui signifie que les taux de réponse pour les recensements de 2001 et de 2006 ne peuvent pas être directement comparés.

On procède, dans le cadre des activités de diffusion, à une évaluation de la qualité, de la comparabilité et des limites des données du Recensement de 2006. Avant la diffusion, la qualité de toutes les variables est attestée au moyen d'un ensemble de courtes études conçues pour déterminer si les données sont cohérentes avec celles des recensements antérieurs et celles qui sont tirées d'autres sources de données. La qualité des données est en outre mesurée à l'aide d'études d'évaluation. Ces études donnent des indications de la qualité des données du recensement fondées sur l'incidence des sources d'erreurs possibles (p. ex., erreurs de couverture, erreurs de réponse, erreurs dues à la non-réponse, erreurs de dépouillement et erreurs d'échantillonnage) sur les variables individuelles.

Documentation

Date de modification :