Enquête nationale auprès des diplômés (END)

Statut :
Active
Fréquence :
Irrégulière
Numéro d'enregistrement :
5012

L'Enquête nationale auprès des diplômés (END) vise à mesurer la situation à court et à moyen terme sur le marché du travail des diplômés des programmes publics canadiens d'enseignement universitaire, collégial et de formation professionnelle et technique.

Information détaillée pour 1984 (promotion de 1982)

Date de la parution - 1985

Aperçu

Cette enquête vise à déterminer dans quelle mesure les personnes ayant obtenu leur diplôme d'études postsecondaires ont réussi à se trouver un emploi par la suite, le lien entre le programme d'études du diplômé et son emploi subséquent, la satisfaction des diplômés à l'égard de leur emploi et de leurs perspectives de carrière, les taux de sous-emploi et de chômage, le type d'emploi obtenu par rapport aux possibilités de carrière et aux qualifications exigées, et l'incidence des études postsecondaires sur la réussite professionnelle. Cette information vise les responsables de l'élaboration de politiques, les chercheurs, les éducateurs, les employeurs et les jeunes adultes intéressés dans l'éducation post-secondaire et la transition de l'école au travail pour les diplômés des écoles de métiers et de la formation professionnelle, des collèges et des universités.

Cette enquête a été menée à intervalles réguliers auprès des diplômés des promotions de certaines années civiles. Chaque promotion est interrogée deux fois : deux ans après la remise des diplômes (Enquête nationale auprès des diplômés) et cinq ans après la remise des diplômes (Enquête de suivi auprès des diplômés).

Sujets

  • Domaines d'étude
  • Éducation, formation et apprentissage
  • Emploi et chômage
  • Résultats éducationnels
  • Travail

Sources de données et méthodologie

Population cible

Personnes qui ont obtenu un grade, un diplôme ou un certificat d'études postsecondaires d'un établissement canadien publique d'éducation postsecondaire (universités, collèges, écoles de métier) au cours de l'année civile de référence, ou qui ont satisfait aux exigences prévues pour de tels diplômes ou certificats. Exclus sont: les diplômés des établissements privés d'éducation postsecondaire; ceux qui ont terminé un programme d'éducation permanente (ou "aux adultes") (à moins d'avoir obtenu un diplôme ou un certificat); ceux qui ont terminé des cours de métier à temps partiel; les personnes qui ont terminé des programmes de formation professionnelle d'une durée de moins de trois mois; les personnes qui ont terminé des programmes de formation professionnelle autres que les cours de formation dans des métiers spécialisés (p. ex. cours préparatoires à la formation professionnelle); ceux qui ont terminé un programme officiel provincial d'apprentissage et ceux qui ne vivaient pas au Canada au moment de l'enquête.

Élaboration de l'instrument

Nos besoins en données sur les diplômés d'universités et de collèges n'étant pas tout à fait les mêmes que pour les diplômés d'établissements professionnel et d'écoles de métiers, nous avons élaboré deux questionnaires distincts. En rédigeant les questionnaires à l'automne 1983, nous nous sommes rendu compte que ces derniers étaient suffisamment différents de ceux qui avaient été utilisés en 1978 pour justifier la tenue d'une pré-enquête. Nous avons testé la documentation de l'interviewer et les questionnaires à la fin de l'automne 1983 au bureau régional de Toronto.

Cette pré-enquête nous a permis d'apporter des améliorations aux questionnaires et à la documentation de l'interviewer.

Échantillonnage

Il s'agit d'une enquête par échantillon avec un volet transversal et un volet longitudinal.

Cinq catégories de diplômés et les 10 provinces et 2 territoires groupés donnent les 55 sous-populations d'intérêt. Les cinq catégories de diplômés sont les suivants :
1) baccalauréat, diplôme, certificat ou premier grade professionnel;
2) maîtrise, certificat ou diplôme de deuxième cycle;
3) doctorat;
4) certificat ou diplôme d'un programme de formation menant à une carrière ou programme de formation technique;
5) diplôme ou certificat d'un programme de formation professionnelle.

Chacune de ces sous-populations a eu comme critère de stratification le principal domaine d'études ou spécialité déclaré par l'établissement d'enseignement, c'est-à-dire le domaine dans lequel le diplômé a obtenu son grade, son diplôme ou son certificat. Neuf strates ont été définies à partir des codes à 5 chiffres du Système d'information statistique sur la clientèle universitaire (SISCU) et du code de spécialisation du Système d'information sur les effectifs des collèges communautaires (SIECC) mis sur pied par Statistique Canada. Dix strates ont été définies à partir du système de codage du SIECC pour les diplômés de programme de formation professionnelle.

Pour chacune des strates des différentes sous-populations, nous avons dressé la liste des diplômés de chaque établissement et nous avons ensuite tiré un échantillon systématique.

Sources des données

Collecte des données pour cette période de référence : 1984-06-04 à 1984-07-30

Il s'agit d'une enquête à participation volontaire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants.

Des interviews téléphoniques ont été réalisées d auprès de répondants vivant au Canada.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration .

Estimation

Le coefficient de pondération (poids) est l'inverse du taux d'échantillonnage, avec une correction pour tenir compte des non-réponses. Dans le cas d'établissements d'enseignement qui ont fait l'objet d'un pré-échantillonnage, le taux d'échantillonnage a dû être déterminé à partir de données administratives. Ce travail a été effectué en janvier 1984 pour que la liste initiale puisse être fournie aux établissements d'enseignement intéressés afin que ces derniers aient suffisamment de temps pour la retourner avec les adresses et les numéros de téléphone. Quand les listes complètes de diplômés ont été disponibles en mai, pour les établissements d'enseignement pour lesquels le fichier SISCU ne contenait pas de données sur chaque diplômé, on a trouvé que les totaux disponibles par strate différaient, dans de nombreux cas, des totaux prévus dans les données administratives. Il a fallu effectuer une deuxième étape de calcul du taux d'échantillonnage pour les établissements qui n'avaient pas fait l'objet d'un pré-échantillonnage, dans une strate donnée afin que le niveau de précision désiré pour tout la strate puisse être assurée.

Une mesure statistique de l'erreur d'échantillonnage, l'écart-type, peut être estimée à partir des données même d'un échantillon. À partir de l'écart-type et en faisant l'hypothèse selon laquelle les estimations sont normalement distribuées autour de la vraie valeur de la population, on peut obtenir des intervalles de confiance pour les estimations (ne tenant pas compte des effets des erreurs non dues à l'échantillonnage).

Étant donné les estimations très diverses qui peuvent être produites à partir d'une enquête, l'écart-type est habituellement exprimé en fonction de l'estimation à laquelle il se rapporte. La mesure qui en résulte, appelée coefficient de variation d'une estimation, est obtenue en divisant l'écart-type de l'estimation par l'estimation elle-même et est exprimée en pourcentage de l'estimation.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la Loi sur la statistique. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Exactitude des données

Pour chaque sous-population, le coefficient de variation ne devait pas dépasser 15 % pour toute proportion estimée égale ou supérieure à 5 %. De plus, il fallait également s'assurer que pour l'ensemble de la population (tout le Canada), le coefficient de variation ne dépasse pas 15% pour toute proportion estimée égale ou supérieure à 5 % relativement au principal domaine d'études ou de spécialité de l'enquêté.

Le taux de réponse s'établit à 77 %.

Fichier des données