Enquête nationale sur la santé de la population - Volet ménages - transversal (ENSP)

Statut :
Inactive
Fréquence :
Biennale
Numéro d'enregistrement :
3236

L'Enquête a été conçue pour recueillir de l'information sur la santé de la population canadienne, ainsi que des données sociodémographiques connexes.

Information détaillée pour 1994-1995

Date de la parution - 22 septembre 1995

Aperçu

This survey became part of the Canadian Community Health Survey (number 3226) for reference year 2000.

À l'automne 1991, le Conseil national d'information sur la santé (CNIS) a recommandé la réalisation d'une enquête permanente nationale sur la santé de la population. Cette recommandation découlait des pressions économiques et fiscales exercées sur les régimes de soins de santé et du besoin correspondant d'information pouvant servir à améliorer l'état de santé de la population canadienne. À partir du mois d'avril 1992, Statistique Canada a reçu des fonds pour le développement de l'Enquête nationale sur la santé de la population (ENSP).

Les objectifs de l'ENSP sont les suivants :

- Faciliter l'élaboration de politiques gouvernementales en fournissant des données sur l'état de santé de la population, une ventilation de ces données ainsi qu'un aperçu des tendances observées ;
- Fournir des données qui permettent de réaliser des études analytiques et qui aident à comprendre les déterminants de la santé ;
- Recueillir des données sur les corrélations entre la santé et les facteurs économiques, sociaux, démographiques, professionnels et environnementaux ;
- Permettre de mieux comprendre la relation entre l'état de santé et l'utilisation des services de santé, y compris les services parallèles et les services traditionnels ;
- Fournir des renseignements sur un panel de personnes qui seront suivies dans le temps pour refléter la dynamique de la santé et de la maladie ;
- Donner aux provinces, aux territoires et à d'autres clients une capacité d'enquête sur la santé qui leur permettra de compléter le contenu ou l'échantillon ;
- Permettre de coupler les données de l'enquête à des données administratives courantes, telles que les statistiques de l'état civil, les mesures environnementales, les variables liées aux collectivités, ainsi que l'utilisation des services de santé.

L'ENSP recueille des renseignements sur la santé de la population canadienne ainsi que des renseignements sociodémographiques connexes. Elle compte trois volets : le volet ménages, le volet établissements de soins de santé et le volet nord.

Le volet ménages a débuté en 1994-1995 et se poursuit à intervalle de deux ans depuis. Les trois premiers cycles (1994-1995, 1996-1997 et 1998-1999) étaient à la fois transversaux et longitudinaux. À compter du Cycle 4 (2000-2001) le volet ménages est devenu strictement longitudinal (c.-à -d. l'information sur la santé est recueillie auprès des mêmes personnes à chaque cycle). La composante transversale fait maintenant partie de l'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes. La documentation transversale et longitudinale du volet ménages est présentée séparément de même que la documentation pour les volets établissements de soins de santé et nord.

En plus des modules communs de questions qui ont été demandés aux cycles 1, 2 et 3, le questionnaire incluait aussi un contenu spécifique et des suppléments qui ont changé de cycle en cycle. Il y avait des questions générales portant sur la santé de chacun des membres du ménage sélectionné et des questions plus spécifiques destinées à la personne sélectionnée dans le ménage. Pour la liste complète des sujets couverts par L'ENSP au fil du temps, veuillez consulter le Contenu de l'ENSP, volet ménages, cycles 1 à 5 dans la section Documentation.

Santé Canada et les ministères provinciaux de la santé utilisent les données de l'ENSP pour planifier, mettre en place et évaluer des programmes et des politiques sur la santé et ce afin d'améliorer la santé et l'efficacité des services de santé. Les organisations à but non lucratif et les chercheurs du milieu académique utilisent les données de l'ENSP afin de faire avancer la recherche et améliorer la santé. Les médias utilisent les résultats de l'enquête afin de sensibiliser la population aux questions relatives à la santé.

Période de collecte :
Pour des raisons de saisonnalité, la collecte a été divisée en quatre trimestres : juin, août, novembre et mars, plus une période additionnelle en juin de la deuxième année pour faire un suivi auprès des non-répondants.

Sujets

  • Santé

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population cible de l'ENSP transversale comprenait les résidents des ménages de tous les âges et de toutes les provinces, à l'exclusion de la population des réserves indiennes, des bases des Forces canadiennes et de certaines régions éloignées du Québec et de l'Ontario.

Élaboration de l'instrument

Le questionnaire de chacun des cycles de l'ENSP a été conçu en collaboration avec des spécialistes provenant de Statistique Canada, Santé Canada, des ministères provinciaux de la santé et de chercheurs provenant du milieu académique. Le développement des questions a nécessité une importante revue de la littérature et de nombreuses consultations entre spécialistes afin d'adapter des instruments d'enquête existants provenant de sources reconnues ou d'en créer de nouveaux spécialement pour l'ENSP. Chaque questionnaire a été approuvé par les membres des comités d'experts ainsi que le Comité consultatif, qui comprend des représentants des ministères provinciaux de la santé, Santé Canada, Statistique Canada, d'autres ministères fédéraux et spécialistes.

La collecte des données a été effectuée à l'aide de la méthode d'interview assistée par ordinateur (IAO). L'ordre logique des questions a été programmé de façon à refléter l'ordre logique associé à certaines variables comme l'âge. Ce programme tient aussi compte du genre de réponse voulue, des valeurs minimales et maximales, des vérifications en ligne liées aux questions et la suite à donner en cas de non-réponse.

Avant de procéder à la collecte des données auprès des répondants, l'application informatique de collecte de données a été soumise à des tests rigoureux afin de repérer toute erreur dans le cheminement du programme ou dans le texte. De plus, deux essais sur le terrain ont été effectués à chaque cycle. La taille d'échantillon de ces essais était d'environ 900 répondants. Les bureaux régionaux de Statistique Canada ont participé à ces essais et les interviews ont été menées par des intervieweurs de Statistique Canada. Ces deux essais visaient principalement à observer les réactions des répondants, à tester des nouvelles questions et celles qui ont été modifiées, à estimer la durée des diverses sections du questionnaire, à déterminer les taux de réponse et à tester les opérations et procédures sur le terrain telles que la formation des intervieweurs et la transmission des données.

Échantillonnage

Il s'agit d'une enquête par échantillon avec un volet transversal et un volet longitudinal.

Le plan d'échantillonnage stratifié à deux degrés (grappes, logements) de l'ENSP est fondé sur celui de l'Enquête sur la population active (EPA) dans toutes les provinces, à l'exception du Québec, où il se fonde sur celui de l'Enquête sociale et de santé (ESS) réalisée par Santé Québec en 1992-1993

Le plan de sondage de l'EPA est constitué d'un échantillon stratifié à plusieurs degrés composé de logements sélectionnés parmi les grappes. Chaque province a été divisée en 3 types de régions (grands centres urbains, villes urbaines et régions rurales) à partir desquelles des strates géographiques et/ou socio-économiques distinctes ont été formées. Dans la plupart des strates, on a choisit 6 grappes, généralement des secteurs de dénombrement, selon une méthode d'échantillonnage avec probabilité proportionnelle à la taille (PPT). L'échantillon de logements a été obtenu une fois que les opérations de listage des grappes furent terminées. Étant donné que l'ENSP ne nécessitait généralement que de 2 à 6 grappes par strate de l'EPA, des strates similaires de l'EPA ont été regroupées de manière à former de plus grandes strates de l'ENSP comportant le nombre requis de grappes de l'échantillon. Une fois les strates regroupées, leurs grappes ont, elles aussi, été regroupées pour former des échantillons répétés. Par suite de ces modifications, l'échantillon de grappes de l'ENSP peut être considéré comme un échantillon stratifié répété dont les strates sont constituées de groupes de strates de l'EPA et dont les échantillons répétés sont habituellement des échantillons indépendants, répartis de manière identique et composés de 4 grappes chacun.

Au Québec, l'échantillon de l'ENSP a été prélevé parmi les logements qui ont participé à l'ESS, réalisée par Santé Québec en 1992-1993. Cette enquête a porté sur 16 010 logements qui ont été sélectionnés selon un plan d'échantillonnage à deux degrés semblable à celui de l'EPA. La province a été divisée géographiquement en recoupant 15 secteurs sanitaires avec 4 catégories de densité urbaine (la région métropolitaine de recensement de Montréal, les capitales régionales, les petites agglomérations urbaines et le secteur rural). Dans chaque secteur, les grappes ont été définies à l'aide de caractéristiques socio-économiques et sélectionnées à l'aide d'une méthode d'échantillonnage PPT. On a dénombré les grappes sélectionnées et on a prélevé des échantillons aléatoires de logements parmi celles-ci, à raison de 10 logements par grappe dans les grandes villes et de 20 ou 30 logements ailleurs.

Au cours du cycle 1 (1994-1995) de l'ENSP, l'échantillon transversal principal a été établi en choisissant tout d'abord des ménages, puis à l'intérieur de chacun d'eux, un membre de 12 ans ou plus devant devenir le répondant sélectionné (ces répondants font également partie de l'échantillon longitudinal de l'ENSP).

De plus, 4 provinces ont acheté des unités d'échantillonnage supplémentaires : Ontario et Manitoba afin d'augmenter la taille d'échantillon des régions de santé, Nouveau Brunswick et Colombie Britannique afin de mieux représenter certaines régions. La sélection des échantillons supplémentaires du NB du Man et de l'Ont a été faite à partir de la base de l'EPA tel que décrit précédemment. L'échantillon supplémentaire de la CB a été sélectionné selon un échantillonnage à composition aléatoire.

Pour plus d'information sur le plan d'échantillonnage, consultez le chapitre 5 du Guide de l'utilisateur du cycle 1 de l'ENSP dans la section Documentation.

Le fichier transversal santé du cycle 1 de l'ENSP est composé de tous les répondants sélectionnés (échantillons principal et supplémentaires) qui ont répondu au questionnaire détaillé sur santé.

Le fichier transversal général du cycle 1 de l'ENSP est composé de tous les membres des ménages (échantillons principal et supplémentaires) pour lesquels le questionnaire général sur la santé a été complété.

Sources des données

Il s'agit d'une enquête à participation volontaire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants.

Au début de chaque cycle, chaque personne faisant partie de l'échantillon de l'ENSP a reçu par courrier une lettre annonçant le début de la collecte et un dépliant fournissant de l'information sur l'enquête et présentant des résultats tirés des données de l'ENSP. Au cycle 1, 79 % des interviews concernant les membres du ménage ont été menées en personne (21 % par téléphone) et 72 % des interviews avec les répondants sélectionnés ont été menées en personnes (28% par téléphone). Aux cycles 2 et 3, environ 95 % des interviews ont été menées par téléphone (5 % en personne). On a procédé à des interviews sur place seulement si le répondant n'avait pas le téléphone, dans le cadre du dépistage d'un répondant en personne ou à la demande d'un répondant. L'interview complète durait en moyenne une heure. La déclaration par personne interposée était permise pour les questions de santé générales concernant les membres du ménage et également pour les interviews auprès des répondants sélectionnés âgés de moins de 12 ans. Cependant, la déclaration par personne interposée pour les répondants âgés de 12 ans et plus n'était permise que pour des raisons de maladie ou d'incapacité.

Les intervieweurs étaient des employés formés par Statistique Canada pour mener des enquêtes selon la méthode d'interview assistée par ordinateur et étaient en majorité des intervieweurs expérimentés de l'Enquête sur la population active. À chaque cycle, les intervieweurs ont suivi une formation et reçu un manuel à utiliser comme outil de référence.

Les questions ont été conçues pour être posées selon la méthode d'interview assistée par ordinateur (IAO) : l'ordre logique des questions a été spécifié à mesure que celles-ci ont été élaborées. On a spécifié le genre de réponse voulue, les valeurs minimales et maximales, les vérifications en ligne liées aux questions et la suite à donner en cas de non-réponse. L'IAO permettait de contrôler l'interview d'après les réponses du répondant. Lorsqu'une réponse invalide était saisie, un message s'affichait à l'écran, ce qui permettait à l'intervieweur de corriger les incohérences s'il y avait lieu. Le système d'IAO insérait du texte ou des données selon les renseignements recueillis durant l'interview en cours et aussi durant les cycles précédents (le nom et le sexe par exemple). En d'autres termes, le questionnaire était adapté au répondant selon les données recueillies pendant l'interview en cours et lors des cycles précédents.

On a demandé aux intervieweurs de déployer tous les efforts raisonnables pour que les répondants participent à l'enquête. La formation offerte aux intervieweurs incluait divers moyens pour réduire le nombre de non-contact en se servant des renseignements recueillis au cours des cycles précédents. Plusieurs appels ont été effectués pour tenter de rejoindre un répondant. Au besoin, des rendez-vous téléphoniques ont été organisés avec les répondants. Les Bureaux régionaux ont envoyé une lettre aux personnes qui refusaient de participer afin de souligner l'importance de l'enquête et de leur participation. Les cas de refus ont fait l'objet d'un suivi par les intervieweurs principaux. Les intervieweurs disposaient de plusieurs moyens pour dépister un répondant (nom et dernière adresse connue, nom et adresse d'un ou deux contacts fournis par le répondant, les annuaires téléphoniques locaux, l'assistance annuaire, etc.). Les cas pour lesquels ces démarches n'ont donné aucun résultat ont été transmis à un intervieweur spécialement formé pour dépister les répondants. On a tenté d'interviewer tous les répondants qui ont déménagé. Aucune interview n'a été menée avec des répondants vivant à l'extérieur du Canada et des États-Unis.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration .

Détection des erreurs

La vérification des données a été effectuée en deux étapes. La première étape de vérification des données a été effectuée en direct lors de la collecte. Les valeurs permises pour les variables ont été programmées dans le système d'interview assisté par ordinateur (IAO) de même que des vérifications de cohérences entre les variables et entre les cycles. L'enchaînement des questions a été contrôlé par le système d'IAO. Un message d'avertissement s'affichait à l'écran du système IAO lorsque une valeur non permise était saisie ou lorsque le système IAO détectait une erreur de cohérence. L'intervieweur avait alors la possibilité de confirmer les réponses auprès du répondant. Dans la majorité des cas, la situation a dû être résolue afin de poursuivre l'interview. La deuxième étape de vérification des données s'est effectuée lors du traitement des données au bureau central (programme SAS). En général, les incohérences identifiées à cette étape ont été corrigées en donnant la valeur « non déclaré » à une des variables en cause ou plus. Une exception, lors la vérification des liens de parenté, les incohérences ont été traitées manuellement.

Pour plusieurs questions auxquelles il a été possible de saisir une réponse écrite, on a codé les renseignements inscrits de façon à les classer dans de nouvelles catégories distinctes ou dans une catégorie existante. Dans la mesure du possible (par exemple pour la profession, l'industrie, les maladies), on a codé les renseignements conformément aux systèmes de classification type utilisés pour le Recensement de la population ou pour d'autres enquêtes de Statistique Canada, comme l'Enquête sur la santé et les limitations d'activités et le cycle 6 de l'Enquête sociale générale.

Les données du cycle 1 concernant l'industrie et l'occupation ont été codées à partir de la « Classification type des industries de 1980 (SIC-80) » et de la « Classification type des professions de 1980 (SOC-80) ».

Estimation

L'estimation à partir des données de l'ENSP se fait à partir du poids d'échantillonnage fourni avec chaque ensemble de données. Ce poids a été calculé selon une approche où d'abord un poids initial représentant l'inverse de la probabilité de sélection a été calculé. Celui-ci est ensuite ajusté pour tenir compte de différentes spécificités de l'enquête. L'ajustement typique a été celui fait pour compenser la non-réponse; des groupes de réponse homogènes ont été formés à partir des données disponibles tant auprès des répondants que des non-répondants. Pour la partie de l'échantillon provenant de l'échantillon longitudinal, cet ajustement a utilisé les données longitudinales des cycles précédents. L'algorithme CHAID a été utilisé pour déterminer quelles variables caractérisaient le mieux les groupes de réponse. Une fois les ajustements apportés, la dernière étape a été de post-stratifier le poids selon 10 groupes d'âge-sexe (post-stratification unidimensionnelle) pour assurer la cohérence avec les estimations de population basées sur le Recensement, et disponibles pour l'année de référence de l'enquête.

De plus, pour chaque poids d'échantillonnage calculé pour l'ensemble des répondants à chaque cycle, une version « partagée » de ce poids a aussi été calculée. Ce poids partagé a été assigné uniquement aux répondants ayant accepté de partager leurs données avec les partenaires d'enquête (Santé Canada et les différents ministères provinciaux de la santé). Le calcul de ce poids consistait à redistribuer le poids des non-partageants aux partageants en utilisant une approche semblable à celle utilisée pour l'ajustement de non-réponse. Puisque les partenaires d'enquêtes ont uniquement accès aux données partagées, ils doivent utiliser ce poids de partage lors de l'estimation.

Il est à noter que lors du Cycle 2 de l'ENSP, un poids additionnel a été calculé spécifiquement pour l'analyse des réponses aux questions sur les services de santé offerts aux enfants. Ces questions n'ont été posées qu'à un sous-groupe des enfants interviewés en Alberta et au Manitoba.

Pour le calcul de la variance, étant donné son plan de sondage complexe, l'ENSP a recours à la méthode du bootstrap qui permet de tenir compte des complexités du plan de sondage, de même que nombreux ajustements apportés aux poids lors du processus de pondération. Pour chaque poids d'échantillonnage, un ensemble de poids bootstrap est disponible pour calculer les variances. Du fait que l'échantillon longitudinal de l'ENSP fait partie des échantillons transversaux des trois premiers cycles, il est important de tenir compte de la dépendance existant entre ces échantillons lors du calcul de variances pour des statistiques utilisant plus d'un cycle de données. Des poids bootstrap coordonnés ont plus récemment été calculés. Pour plus de précision, consulter << Poids bootstrap coordonnées >> dans la section Documentation.

Il est à noter que le programme Bootvar, disponible en SAS et SPSS, est distribué avec les poids bootstrap afin de faciliter le calcul des variances selon cette méthode.

Des tableaux de coefficients de variabilité sont aussi disponibles comme alternative à l'utilisation des poids bootstrap (par exemple, pour les utilisateurs de fichiers publics n'ayant pas accès aux poids bootstrap pour des raisons de confidentialité). Ces tableaux permettent aux utilisateurs d'obtenir un coefficient de variation approximatif selon la taille de l'estimation calculée à partir des données de l'enquête. Plusieurs tableaux sont disponibles à chaque cycle et réfèrent chacun à différentes sous-populations d'intérêt. Les coefficients de variation dans ces tableaux sont basés sur un effet de plan moyen obtenu à partir d'une multitude de variables. Par leurs natures, ces tableaux ne s'appliquent toutefois qu'à des estimations de totaux, de proportions et aux différences entre ceux-ci. Pour plus d'information, consultez le guide d'utilisateur dans la section Documentation

Évaluation de la qualité

Diverses stratégies sont été mises en place pendant la collecte afin d'améliorer le taux de réponse, par exemple : formation des interviewers, lettre d'introduction, dépliant, utilisation d'autres langues que le français ou l'anglais pour mener les interviews, suivi des non-répondants, dépistage, surveillance des taux de réponse, transfert de dossiers d'un bureau régional à un autre, etc.

Les données de l'ENSP ont été recueillies à l'aide d'un système d'interview assisté par ordinateur (IAO) qui permet de poser uniquement les questions appropriées aux répondants. L'application IAO a été soumise à des essais à grande échelle à l'interne pour repérer toute erreur dans le cheminement du programme ou dans le texte. De plus, à chaque cycle, deux essais sur le terrain ont été effectués. Quatre des bureaux régionaux de Statistique Canada ont participé à ces essais. Ces deux essais visaient principalement à observer les réactions des répondants faces à de nouvelles questions ou nouveaux modules, à estimer la durée des diverses sections du questionnaire, à déterminer les taux de réponse et à évaluer les questions avec rétroaction. Les opérations et les procédures sur le terrain, la formation des intervieweurs et l'application IAO (i.e., questionnaire informatisé) sont aussi soumises à des essais. La mise à l'essai de l'application s'est poursuivi de façon continue jusqu'au début de la collecte des données de l'enquête.

La vérification des données a été effectuée lors de l'interview assistée par ordinateur. L'intervieweur ne pouvait pas saisir des valeurs situées hors de la fourchette permise. Les erreurs d'enchaînement ont été contrôlées à l'aide du système programmé de sauts de questions (commandes « passer à ») de l'IAO. Quelques unes des incohérences ou réponses inhabituelles ont été vérifiées au bureau central après la collecte des données. Les incohérences ont été habituellement corrigées en donnant la valeur « non-déclarée » aux questions mises en cause.

Les fichiers, clichés d'articles, programmes, documentation, CD-ROM ont été vérifiés et testés avant d'être distribués à l'extérieur de Statistique Canada.

Contrôle de la divulgation

La Loi interdit à Statistique Canada de rendre publique toute donnée susceptible de révéler de l'information obtenue en vertu de la Loi sur la statistique et se rapportant à toute personne, entreprise ou organisation reconnaissable sans que cette personne, entreprise ou organisation le sache ou y consente par écrit. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Lors des cycles 1, 2 et 3 de l'ENSP, des Fichiers de microdonnées à grande diffusion (FMGD) transversaux ont été produits en plus des fichiers maîtres. Les FMGD diffèrent des fichiers maîtres détenus par Statistique Canada en de nombreux points. Ces différences sont le résultat d'actions prises afin de protéger l'anonymat des répondants individuels aux enquêtes. Premièrement, seules les données transversales sont disponibles sur de tels fichiers, car l'information longitudinale permet d'identifier des répondants. Aussi, quelques variables sensibles ont été regroupées, maximisées ou complètement enlevées des fichiers. Avant toute diffusion, les FMGD doivent être approuvés par le Comité de diffusion des microdonnées de Statistique Canada.

Les utilisateurs devant avoir accès à l'information exclue des FMGD peuvent acheter des totalisations spéciales, ou accéder aux fichiers maîtres par l'entremise du programme des Centres de données de recherche ou par le programme de télé-accès. Tous les résultats sont vérifiés pour respecter la confidentialité avant d'être fournis aux utilisateurs.

Avant de diffuser et/ou de publier des estimations tirées de ces fichiers de microdonnées, les utilisateurs doivent d'abord déterminer le nombre de répondants qui ont fourni les données entrant dans le calcul de l'estimation. Si ce nombre est inférieur à 30, l'estimation pondérée ne doit pas être diffusée, quelle que soit la valeur de son coefficient de variation. Pour les estimations pondérées basées sur des échantillons composés de 30 répondants ou plus, les utilisateurs doivent calculer le coefficient de variation de l'estimation arrondie et suivre les lignes directrices ci-dessous.

Les estimations qui figurent dans le corps d'un tableau statistique doivent être arrondies à la centaine près selon la méthode d'arrondissement classique. Si le premier ou le seul chiffre à supprimer se situe entre zéro et quatre, le dernier chiffre qu'on garde ne change pas. Si le premier ou le seul chiffre à supprimer se situe entre cinq et neuf, on augmente d'une unité la valeur du dernier chiffre à garder. Les totaux partiels marginaux et les totaux marginaux des tableaux statistiques doivent être calculés d'après leurs éléments correspondants non arrondis, puis arrondis à leur tour à la centaine près selon la méthode d'arrondissement classique. Les moyennes, les proportions, les taux et les pourcentages doivent être calculés à partir d'éléments non arrondis (par exemple les numérateurs ou les dénominateurs), puis arrondis à une décimale près selon la méthode d'arrondissement classique. Pour arrondir à un seul chiffre selon cette méthode classique, si le dernier ou le seul chiffre à supprimer se situe entre zéro et quatre, le dernier chiffre à garder ne change pas. Si le premier ou le seul chiffre à supprimer se situe entre cinq et neuf, on augmente d'une unité le dernier chiffre à garder. Les sommes et les différences d'agrégat (ou de rapports) doivent être calculées à partir de leurs éléments correspondants non arrondis, puis arrondies à leur tour à la centaine près (ou à la première décimale près) selon la méthode d'arrondissement classique. On ne doit en aucun cas publier ni diffuser d'une autre façon des estimations non arrondies. Les estimations non arrondies donnent l'impression d'être beaucoup plus précises qu'elles ne le sont en réalité.

Exactitude des données

Taux de réponse transversal, niveau ménage Cycle 1 : 88,7 %
Taux de réponse transversal, niveau personne sélectionnée Cycle 1 : 96,1 %

Consultez le Guide de l'utilisateur du cycle 1 de l'ENSP, plus spécifiquement le chapitre 8 sur la qualité des données et le chapitre 10 sur les tables de variabilité d'échantillonnage approximative

Documentation

Fichier des données