Relevé trimestriel des dépenses en immobilisations - Activités pétrolières et gazières

Information détaillée pour deuxième trimestre de 2017

Statut :

Active

Fréquence :

Trimestrielle

Numéro d'enregistrement :

5186

Le but de ce programme est de fournir de l'information à jour sur les dépenses en immobilisations dans l'industrie canadienne d'extraction de pétrole et de gaz.

Date de la parution - 1er septembre 2017

Aperçu

Cette information est requise pour insertion dans les estimations trimestrielles de l'investissement dans le produit intérieur brut (PIB) du Système de comptabilité nationale du Canada.

Période de référence : Trimestre

Période de collecte : Au cours des 40 jours suivant le trimestre de référence

Sujets

  • Comptes économiques
  • Construction
  • Énergie

Sources de données et méthodologie

Population cible

L'univers de cette enquête couvre tous les établissements classés comme opérant dans l'exploration, la mise en valeur et la production de pétrole et de gaz naturel (SCIAN 21111) selon le Système de classification des industries de l'Amérique du Nord (SCIAN). La population cible est les établissements qui sont classées selon le code 21111 du SCIAN, et dont les intentions de dépenses consolidées d'immobilisations sont au-dessus d'un certain seuil et qui, ensemble, compte pour au moins 98 % des estimations de dépenses totales de l'univers d'enquête.

Élaboration de l'instrument

Le questionnaire a été élaboré en consultation avec les Comptes nationaux, des spécialistes de la conception de questionnaires et l'Association canadienne des producteurs pétroliers. Un projet pilote a été exécuté en 2011.

Échantillonnage

Il s'agit d'un recensement avec plan transversal.

Aucun échantillonnage n'est fait, les données étant recueillies pour toutes les unités de la population cible.

Sources des données

Il s'agit d'une enquête à participation obligatoire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants.

Méthode de collecte - l'envoi et de retour par la poste
Méthode de saisie - manuellement
Méthode de contact initial - par téléphone
Méthode de suivi - par téléphone
Langue(s) offerte(s) aux répondants potentiels - anglais et français

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration .

Détection des erreurs

Les données sont corrigées pour en garantir la logique et la cohérence internes et chronologiques et elles sont analysées pour en déterminer les tendances et la validité lors du traitement des données.

Chacunes des réponses sont vérifiées à la main au niveau micro.

La méthode de vérification consiste habituellement à :

- vérifier chaque champ de chaque enregistrement pour s'assurer qu'il comporte une inscription acceptable;
- vérifier les inscriptions de certaines combinaisons prédéterminées de champs pour s'assurer que ces inscriptions ne sont pas contradictoires.

Imputation

Il peut arriver à l'occasion que des répondants ne soient pas en mesure de répondre ou qu'ils tardent à répondre. Dans de tels cas, les données manquantes sont imputées d'après des données antérieures (p. ex. les données de l'année précédente et les intentions déclarées pour l'année). Des sources alternatives d'information sont aussi mises à contribution, par exemple, les rapports financiers trimestriels des compagnies.

Estimation

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Évaluation de la qualité

Afin d'assurer l'exactitude et la cohérence des données, les résultats de l'enquête sont réconciliés avec d'autres données telles que celles de l'Enquête annuelle sur les dépenses en immobilisations et réparations : réelles, provisoires, perspectives, ainsi que celles du Relevé trimestriel des états financiers. De plus, on analyse les résultats de l'enquête afin d'en évaluer la comparabilité. Il s'agit généralement d'un examen détaillé des réponses, de la conjoncture économique générale, de la cohérence avec les résultats d'indicateurs économiques connexes, des tendances historiques et des renseignements d'autres sources externes (p. ex. perspectives déclarées des sociétés, statistiques de forage, publications spécialisées, articles de journaux).

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la Loi sur la statistique. Diverses règles de confidentialité s'appliquent aux données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Révisions et désaisonnalisation

Avec la publication des estimations trimestrielles, les estimations du trimestre précédent sont révisées selon les nouvelles données obtenues. Les données sont corrigées compte tenu des données d'enquête tardives ainsi qu'en raison des erreurs découvertes à l'étape de l'analyse. Des révisions peuvent aussi être effectuées à l'occasion (p. ex. suite à la réconciliation avec l'information d'enquêtes reliées). Les données peuvent faire l'objet de révisions pendant deux années après leur première diffusion.

Les données ne sont pas désaisonnalisées.

Exactitude des données

L'enquête est un recensement de la population cible, par conséquent il n'y a pas d'erreur d'échantillonnage. Cependant, les estimations sont assujetties à des erreurs non dues à l'échantillonnage qui peuvent survenir pour différentes raisons au cours de la collecte et du traitement des données.

La non-réponse, par exemple, est une source importante d'erreurs non dues à l'échantillonnage. Le sous dénombrement ou le surdénombrement de la population, les écarts dans l'interprétation des questions ainsi que les erreurs d'enregistrement, de codage et de traitement des données sont d'autres exemples d'erreurs non dues à l'échantillonnage.

Dans la mesure du possible, ces erreurs sont réduites au minimum par la conception minutieuse du questionnaire d'enquête, la vérification des données de l'enquête et le suivi auprès des non-répondants afin de maximiser les taux de réponse.

Le taux de réponse pour le quatrième trimestre de 2016 était de 45 %.

Documentation

Date de modification :