Enquête annuelle sur les distributeurs secondaires de produits pétroliers raffinés (EPPR)

Information détaillée pour 2016

Statut :

Active

Fréquence :

Annuelle

Numéro d'enregistrement :

5168

L'objectif de cette enquête est d'obtenir de l'information sur les quantités de produits pétroliers raffinés vendus par les distributeurs secondaires au Canada. Cette information complétera les données sur la consommation de produits énergétiques recueillies par l'Enquête annuelle sur l'utilisation finale des produits pétroliers raffinés (no d'enregistrement 2168).

Date de la parution - Prévue pour le 1er novembre 2017

Aperçu

L'Enquête annuelle sur les distributeurs secondaires de produits pétroliers raffinés (EPPR) est une enquête à frais recouvrables parrainée par Ressources naturelles Canada (RNCan) et Environnement et Changement climatique Canada (ECCC).

Par définition, les distributeurs secondaires de produits pétroliers raffinés (PPR) sont des entités commerciales qui agissent à titre d'acheteurs et de revendeurs entre le fournisseur et l'utilisateur final des PPR.

Les distributeurs secondaires ont commencé à apparaître sur le marché ces dernières années, les raffineries ayant accéléré la cession de la distribution de leurs produits en ayant recours aux revendeurs/distributeurs secondaires de carburant.

Avant l'avènement de l'EPPR, en 2009, le questionnaire de l'Enquête annuelle sur l'utilisation finale des produits pétroliers raffinés (no d'enregistrement 2168) ne permettait pas à lui seul de répartir de façon claire la demande d'énergie selon l'utilisateur final représentée par les distributeurs secondaires. Les raffineries affectaient les ventes faites aux distributeurs secondaires au secteur commercial et institutionnel, un regroupement hétérogène d'environ 20 industries du secteur des services, ce qui donnait lieu à des statistiques gonflées sur la consommation d'énergie pour ce secteur particulier. Une enquête supplémentaire était nécessaire pour rendre compte de façon plus précise de cette consommation dans l'économie canadienne.

Parallèlement à l'Enquête annuelle sur l'utilisation finale des produits pétroliers raffinés, une enquête par recensement auprès des raffineries, l'EPPR recueille des données sur la consommation d'énergie qui sont ensuite intégrées dans le Bulletin sur la disponibilité et écoulement d'énergie (BDEE), une publication annuelle de Statistique Canada. Les données du BDEE sont utilisées abondamment par ECCC pour effectuer les calculs liés à l'inventaire des gaz à effet de serre et par l'Office de l'efficacité énergétique de RNCan pour produire le Guide de l'efficacité énergétique. Le BDEE est la principale source de l'information qui est fournie à l'Agence internationale de l'énergie (AIE) pour respecter les exigences internationales en matière de déclaration auxquelles le Canada est soumis.

L'EPPR est une enquête pionnière du fait qu'elle saisit les données sur les biocarburants qui ont été mélangés aux PPR vendus, ainsi que la source du biocarburant utilisé. Ces données, ainsi que celles sur les PPR vendus par les distributeurs secondaires, représentent un segment important de l'économie canadienne.

Activité statistique

L'enquête est menée dans le cadre du Programme intégré de la statistique des entreprises (PISE). Le PISE a été conçu pour intégrer les quelques 200 enquêtes auprès des entreprises dans un même programme d'enquête principal. Le PISE vise à recueillir des données sur les industries et les produits à l'échelle provinciale, tout en évitant les chevauchements entre les différents questionnaires d'enquête. Les questionnaires d'enquête sur les entreprises ainsi restructurés ont une présentation, une structure et un contenu harmonisé.

L'approche intégrée rend la déclaration plus facile pour les entreprises ayant des activités dans différentes industries, puisqu'elles peuvent ainsi fournir des renseignements similaires pour chaque succursale. Elles n'ont ainsi pas à remplir des questionnaires dont la présentation, la formulation et même les concepts changent d'une industrie à l'autre. Les résultats combinés donnent des statistiques économiques plus cohérentes et précises.

Période de référence : L'année civile (1er janvier au 31 décembre)

Sujets

  • Énergie
  • Produits pétroliers

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population cible est constituée de tous les établissements au Canada qui revendent de l'essence à moteur, du carburant diesel, du mazout de chauffage et du combustible lourd (au détail ou en gros), qui étaient en activité au Canada pendant au moins un jour entre janvier et décembre d'une année civile, classifiés dans les SCIAN 454311, 454319 (à l'exclusion des détaillants de bois de chauffage) et d'une partie des établissements codés dans le SCIAN 412110 sous le Système de classification des industries de l'Amérique du Nord (SCIAN 2012). La population observée est composée des établissements dans la population cible pour lesquels de l'information de l'entreprise est disponible dans le Registre des entreprises de Statistique Canada et dont le revenu dépasse un montant déterminant minimum. Le montant déterminant exclus de la population tous les établissements qui composent le plus bas 10% d'une industrie et/ou groupement provincial et est implémenté pour réduire le fardeau de réponse pour les plus petits établissements.

Les établissements dont l'activité principale est la distribution et la vente au détail ou en gros de pétrole brut, de gaz de pétrole liquéfiés (GPL), de carburant aviation, d'asphalte et de lubrifiants sont exclus de la population cible de cette enquête. Sont exclus aussi de cette enquête les établissements visés par l'Enquête annuelle sur l'utilisation finale des produits pétroliers raffinés

Élaboration de l'instrument

Le questionnaire électronique utilisé pour cette enquête a été conçu pour réduire le plus possible les interprétations différentes. L'enquête a fait l'objet d'un essai sur le terrain auprès de répondants afin de s'assurer que les questions, les concepts et la terminologie étaient appropriés. Le Centre de ressources en conception de questionnaires (CRCQ) de Statistique Canada a procédé à des essais qualitatifs du questionnaire en menant des interviews cognitives auprès de 12 compagnies, petites, moyennes et grandes, en Alberta, en Ontario et au Québec.

Échantillonnage

Il s'agit d'un recensement avec plan transversal.

L'unité d'échantillonnage pour ce recensement avec seuil est l'entreprise telle que définie dans le Registre des entreprises de Statistique Canada. La taille de l'échantillon pour l'année de référence 2016 est 673 établissements ou 446 entreprises.

Sources des données

Collecte des données pour cette période de référence : 2017-02-14 à 2017-03-31

Il s'agit d'une enquête à participation obligatoire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants.

La méthode de collecte est le Questionnaire électronique. Les rappels de l'enquête, ainsi que le suivi de la non-réponse, sont assurés par courriel, télécopieur et téléphone. Des interviews téléphoniques sont offertes et sont menées par les bureaux régionaux, en anglais ou en français.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration .

Détection des erreurs

La détection des erreurs fait partie intégrante des activités de collecte et de traitement des données. Des règles de validation sont appliquées aux enregistrements de données durant la collecte afin de repérer les erreurs de déclaration et de saisie. Ces règles permettent de repérer les erreurs potentielles d'après les variations d'une année à l'autre des variables clés, des totaux et des ratios qui dépassent les seuils de tolérance, ainsi que les problèmes de cohérence des données recueillies (p. ex., le total d'une variable n'est pas égal à la somme de ses parties). D'autres règles de validation sont utilisées durant le traitement des données afin de détecter automatiquement les erreurs ou les incohérences qui subsistent après la collecte. Ces règles comprennent les contrôles de valeurs (p. ex. Valeur > 0, Valeur > -500, Valeur = 0), les contrôles d'égalité linéaire (p. ex. Valeur1 + Valeur2 = Valeur Totale), les contrôles d'inégalité linéaire (p. ex. Valeur1 >= Valeur2) et les contrôles d'équivalence (p. ex. Valeur1 = Valeur2). Les erreurs repérées peuvent être corrigées en suivant le processus de suivi des questionnaires rejetés au contrôle durant la collecte ou par imputation. Les valeurs extrêmes sont aussi signalées comme étant des valeurs aberrantes, à l'aide de méthodes automatisées fondées sur la distribution des renseignements recueillis. Les valeurs détectées font ensuite l'objet d'un examen visant à en évaluer la fiabilité. L'examen manuel d'autres unités peut entraîner la détection d'autres valeurs aberrantes. Ces valeurs sont exclues du calcul des ratios et des tendances utilisés pour l'imputation et durant l'imputation par donneur. En général, tous les efforts ont été déployés pour réduire les erreurs non dues à l'échantillonnage, à savoir les erreurs d'omission, de dédoublement, de classification erronée, de déclaration et de traitement.

Imputation

En cas de non-réponse ou de réponses incomplètes au questionnaire ou lorsque les données déclarées sont considérées comme incorrectes aux étapes de la détection des erreurs, on utilise l'imputation pour compléter ou corriger les renseignements. De nombreuses méthodes d'imputation peuvent être utilisées pour compléter un questionnaire, y compris les modifications manuelles apportées par un analyste. Les techniques statistiques automatisées employées pour imputer les données manquantes comprennent : l'imputation déterministe, le remplacement par des données historiques (avec calcul de tendance, s'il y a lieu), le remplacement par des renseignements auxiliaires obtenues auprès d'autres sources, le remplacement fondé sur les relations connues entre les données pour l'unité échantillonnée et le remplacement par des données tirées d'une unité semblable de l'échantillon (appelé imputation par donneur). En général, on commence par imputer les variables clés, qu'on utilise ensuite aux étapes subséquentes pour imputer d'autres variables connexes.

Estimation

On interroge toutes les unités de la population observée dont le revenu est supérieur à la valeur minimale (ou « seuil ») pour une industrie en particulier, pour un regroupement géographique ou pour les deux. On choisit le seuil d'inclusion afin de réduire le fardeau de réponse des unités de la population dont on estime que la contribution aux totaux du domaine sera trop faible pour être significative. L'estimation des totaux s'effectue par simple agrégation des valeurs de toutes les unités d'estimation dépassant le seuil qui appartiennent au domaine d'estimation. Les estimations sont calculées pour des domaines d'intérêt tels que les groupes industriels et les provinces et territoires, en s'appuyant sur les renseignements de classification les plus récents disponibles pour l'unité d'estimation et la période de référence de l'enquête. Il convient de noter que ces renseignements de classification peuvent différer de la classification originale utilisée lors de l'échantillonnage, étant donné que la taille, l'industrie ou l'emplacement correspondant à un enregistrement peuvent avoir changé. Les changements dans la classification se reflètent immédiatement dans les estimations.

Évaluation de la qualité

Les données d'enquête sont couramment rapprochées avec d'autres enquêtes sur l'énergie, comme l'enquête Produits pétroliers raffinés (rapport mensuel) (no d'enregistrement 2150) et l'Enquête annuelle sur l'utilisation finale des produits pétroliers raffinés(no d'enregistrement 2168). Parmi les autres sources de confrontation des données figurent les statistiques sur les importations de la Division du commerce et des comptes internationaux (DCCI) de Statistique Canada.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la Loi sur la statistique. Diverses règles de confidentialité s'appliquent aux données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Les microdonnées sont partagées et divulguées seulement lorsque Statistique Canada a une entente de partage de données officielle en place avec l'organisation. Tous les enregistrements de compagnies sont retirés pour les répondants qui ont écrit au statisticien en chef pour s'opposer au partage de leurs données.

Un système généralisé (G-Confid) est utilisé pour évaluer et appliquer le contrôle de la divulgation des tableaux d'estimations. Des règles de sensibilité sont appliquées aux données et un patron de confidentialité est créé indiquant les cellules qui peuvent être publiées et celles qui ne le peuvent pas pour des raisons de confidentialité. Le système est en mesure d'évaluer automatiquement les relations entre des tableaux et relier les cellules à différentes sources. Le système peut aussi considérer les patrons de périodes précédentes et les révisions afin d'assurer l'exhaustivité et la cohérence de la confidentialité.

Révisions et désaisonnalisation

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Exactitude des données

Dans un recensement avec seuil, c'est la non-réponse qui constitue la principale source d'erreur des estimations statistiques. Le biais de non-réponse est réduit le plus possible en faisant un effort particulier lors de la collecte des données pour encourager les non-répondants à répondre au questionnaire. Dans les cas où une imputation est nécessaire, les données imputées sont soigneusement examinées afin de veiller à leur validité et à leur cohérence avec les données actuelles et toutes les données déclarées précédemment qui sont disponibles.

Si des répondants déclarent des modifications, les données correspondantes sont intégrées et les données diffusées sont révisées.

Date de modification :