Enquête sur les diplômés des écoles secondaires (EDES)

Information détaillée pour 2002-2003

Statut :

Inactive

Fréquence :

Annuelle

Numéro d'enregistrement :

5082

L'Enquête sur les diplômés des écoles secondaires vise le dénombrement des diplômés des écoles secondaires selon l'âge et le sexe. Les taux d'obtention du diplôme sont également indiqués.

Date de la parution - 2 février 2005

Aperçu

L'Enquête sur les diplômés des écoles secondaires vise le dénombrement des diplômés des écoles secondaires selon l'âge et le sexe. Les taux d'obtention du diplôme sont également indiqués.

Les données au sujet des diplômés des écoles secondaires sont généralement utilisées par les ministères de l'Éducation provinciaux et territoriaux, les associations d'enseignants nationales et provinciales, les conseils scolaires, les journalistes et les chercheurs, de même que par l'OCDE et l'UNESCO.

Cette enquête a été terminée après l'année de référence 2002-2003. La collecte de ces données est maintenant faite par le Projet statistique sur l'enseignement primaire et secondaire (voir le lien sous la section «Documentation»).

Période de référence : Année scolaire (septembre à juin), y compris les « diplômés tardifs » de l'automne.

Période de collecte : Décembre

Sujets

  • Éducation, formation et apprentissage
  • Étudiants

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population faisant l'objet de cette enquête est un sous-ensemble des diplômés des écoles secondaires, c'est-à-dire les personnes qui reçoivent un diplôme accordé par un ministère provincial ou territorial de l'Éducation à la fin d'un programme d'études au niveau de la 12e année (secondaire V au Québec).

Les taux d'obtention du diplôme sont fondés sur les « jeunes » inscrits aux programmes ordinaires de jour seulement. Les diplômés des programmes de rattrapage pour les adultes qui ont quitté l'école, comme les cours du soir et les diplômes d'éducation générale, qui mènent parfois à un certificat d'« équivalence » mais qui, dans d'autres cas, donnent droit à une attestation ordinaire d'études secondaires, ne sont pas inclus.

Les écoles secondaires comprennent toutes les écoles publiques, privées, fédérales et celles à l'intention des élèves ayant des besoins spéciaux ou ayant une déficience visuelle ou auditive. Les écoles publiques sont celles qui sont établies et administrées par les autorités scolaires locales conformément à la loi sur les écoles publiques dans la province/territoire. Sont aussi incluses dans cette catégorie les écoles séparées protestantes et catholiques romaines et celles administrées par le ministère de la Défense nationale du Canada dans le cadre du réseau des écoles publiques. Les écoles privées, confessionnelles ou non, sont administrées par des particuliers ou des groupes du secteur privé. Les écoles fédérales sont celles administrées directement par le gouvernement fédéral, celles à l'étranger administrées par le ministère de la Défense nationale pour les personnes à charge du personnel des Forces canadiennes, et celles administrées par Affaires indiennes et du Nord Canada ou par les conseils de bande. Les écoles pour des élèves ayant des besoins spéciaux offrent des aménagements et des cours adaptés aux élèves qui ont de tels besoins. La plupart de celles-ci relèvent directement des gouvernements provinciaux/ territoriaux.

Élaboration de l'instrument

Cette méthodologie ne s'applique pas.

Échantillonnage

Il s'agit d'un recensement avec plan transversal.

Aucun échantillonnage n'est fait, les données étant recueillies pour toutes les unités de la population cible.

Sources des données

Collecte des données pour cette période de référence : 2004-02-01 à 2004-12-31

Il s'agit d'une enquête à participation obligatoire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants et sont tirées de fichiers administratifs.

L'Enquête sur les diplômés des écoles secondaires est une enquête administrative dans laquelle les données agrégées sur les diplômés sont recueillies auprès des ministères de l'Éducation provinciaux et territoriaux qui ont recueilli eux-mêmes les données à leurs propres fins. Annuellement en octobre, nous envoyons aux provinces et aux territoires une lettre et un gabarit sous forme de tableau et nous leur demandons de nous communiquer les données sur les diplômés, selon l'âge et selon le sexe. Nous faisons ensuite un suivi par courriel ou par téléphone auprès des coordonnateurs dans les provinces ou les territoires.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration.

Détection des erreurs

Les chiffres et les taux sont comparés avec les données des années antérieures, les estimations démographiques et les rapports des ministères de l'Éducation provinciaux et territoriaux.

Imputation

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Estimation

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Évaluation de la qualité

Voici les séries de vérifications de la qualité qui sont effectuées :

1) S'assurer que les données de Statistique Canada correspondent aux données qui ont été publiées par les ministères de l'Éducation provinciaux et territoriaux.

2) Vérifier la cohérence interne, comme les fréquences mobiles pour certains éléments de données.

3) Comparer les données de l'année la plus récente avec celles des données antérieures pour repérer les variations inhabituelles ou inattendues. Après l'approbation du fichier définitif, un communiqué est diffusé dans Le Quotidien.

4) Examiner annuellement les exigences pour l'obtention du diplôme d'études secondaires dans chaque province et territoire en vue de repérer les changements qui pourraient avoir des répercussions relatives aux données sur les diplômés.

Contrôle de la divulgation

La Loi interdit à Statistique Canada de rendre publique toute donnée susceptible de révéler de l'information obtenue en vertu de la Loi sur la statistique et se rapportant à toute personne, entreprise ou organisation reconnaissable sans que cette personne, entreprise ou organisation le sache ou y consente par écrit. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Les données sont agrégées par province et par territoire. Les tableaux sont évalués conformément aux règles de confidentialité de Statistique Canada.

Si des clients demandent des données recoupées, nous précisons que Statistique Canada ne communique pas de tableaux qui pourraient servir à identifier un élève ou une école. De façon générale, nous supprimons une cellule dont le chiffre est inférieur à 3 et, en vue d'éviter la divulgation par recoupement, nous supprimons également d'autres cellules.

Révisions et désaisonnalisation

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Exactitude des données

Couverture :

Les chiffres sur les diplômés sont fondés sur tous les « jeunes » qui obtiennent un diplôme dans les programmes ordinaires. Il n'est pas très facile de définir exactement ce qu'est un « diplômé ». Cette situation s'applique en partie du fait qu'il existe un certain nombre de programmes spéciaux d'équivalence offerts par les ministères de l'Éducation provinciaux et territoriaux et du fait que la distinction n'est pas claire entre les diplômés qui sont des « jeunes » et ceux qui sont des « adultes ». En outre, le nombre de diplômés des écoles secondaires n'est pas toujours compilé par les ministères de l'Éducation provinciaux et territoriaux. Dans certains cas, les données n'existent tout simplement pas.

a) Programmes d'attestation « ordinaires » et « irréguliers »

Les ministères de l'Éducation provinciaux et territoriaux n'ont pas tous la même définition pour déterminer la couverture des programmes « ordinaires ». Pour les programmes « ordinaires », les diplômés des programmes de rattrapage pour les adultes qui ont quitté l'école et les autres programmes « irréguliers » sont exclus (sauf pour le Québec, où les programmes « ordinaires » s'entendent des programmes d'attestation à la fois « généraux » et « professionnels »). Les programmes « irréguliers » correspondent aux programmes d'éducation des adultes (centres d'apprentissage indépendants, cours du soir, programmes à l'intention des élèves adultes, etc.) et aux programmes d'attestation d'équivalence (diplôme d'études générales, etc.).

Comme l'illustre le tableau contenu dans le lien ci-dessous, les données envoyées par les ministères de l'Éducation provinciaux et territoriaux n'incluent pas toujours les diplômés de toutes les écoles offrant des programmes « ordinaires ». Pour l'année scolaire 2002 2003, la couverture des écoles régulières a été limitée aux écoles publiques provinciales en Nouvelle-Écosse et au Nouveau-Brunswick et, dans de nombreux cas, les écoles fédérales et celles qui sont administrées par les bandes n'ont pas été couvertes non plus, en raison surtout de l'inexistence de données pour ces écoles.

b) « Jeunes » diplômés

La situation est également compliquée du fait qu'il n'y a pas de définition précise de « jeune ». Faute de règles claires, les adultes inscrits aux programmes « ordinaires » pourraient être inclus dans les calculs, peu importe leur âge. Il faut signaler que les jeunes diplômés inscrits à des programmes pour adultes sont actuellement exclus dans tous les secteurs de compétence. Cette situation fausse les résultats à la baisse dans tous les secteurs de compétence. Par conséquent, si les diplômés adultes (et les diplômés des programmes irréguliers) étaient tous inclus avec les diplômés des programmes ordinaires, le taux d'obtention du diplôme serait plus élevé dans tous les secteurs de compétence.

Taux de réponse :

Pour la plupart des années, le taux de réponse est habituellement de 100 %, avec les exceptions suivantes. Pour les quatre dernières années, les données pour l'Ontario n'ont pas été mises à jour car elles n'étaient pas disponibles au moment de l'établissement des tableaux de données. Dans les années précédentes, certains ministères provinciaux ou territoriaux de l'éducation ont été lents à répondre, de sorte que les données ont été estimées dans ces cas.

Coefficients de variation (CV) :

Les CV ne sont pas calculés car cette enquête est un recensement.

Documentation

Date de modification :