Enquête sur les communautés

Information détaillée pour 2005

Statut :

Inactive

Fréquence :

Annuelle

Numéro d'enregistrement :

5067

L'Enquête sur les communautés recueille de l'information à partir d'un échantillon d'enfants fréquentant la maternelle et vivant dans les communautés choisies.

Date de la parution - 6 avril 2006

Aperçu

L'Enquête sur les communautés (antérieurement une composante de l'Enquête longitudinale nationale sur les enfants et les jeunes (ELNEJ)) , réalisée par Statistique Canada en vertu d'un contrat avec Ressources humaines et Développement social Canada (RHDSC), recueille de l'information sur un échantillon d'enfants qui fréquentent la maternelle et vivent dans les communautés choisies en utilisant pratiquement les mêmes questionnaires et les mêmes instruments de mesure sur le terrain que ceux qui ont été élaborés pour l'ELNEJ. Des données supplémentaires sont recueillies auprès de tous les enfants les plus vieux fréquentant la maternelle au sein de la communauté à l'aide de l'Instrument de mesure du développement du jeune enfant (IMDJE), un questionnaire mis au point et administré par le Canadian Centre for Children at Risk de McMaster University. Le plan du projet prévoit le couplage des données provenant de ces deux enquêtes pour en arriver à une mesure du degré de développement de l'enfant et de son développement potentiel en combinaison avec les diverses caractéristiques biologiques, sociales et économiques ainsi que les facteurs de risque qui peuvent avoir une incidence sur la préparation de l'enfant à l'apprentissage.

Aux données combinées de ces deux enquêtes s'ajoutent des renseignements tirés d'une étude ethnographique. Cet aspect du projet consiste en des coalitions communautaires établies dans des communautés choisies au Canada qui ont été formées pour étudier les ressources accessibles aux parents et aux jeunes enfants dans la communauté et en dresser la liste.

Les données sont analysées par RHDSC et par les chercheurs contractuels à leur emploi. RHDSC parraine « Comprendre la petite enfance (CPE) », un projet national de recherche visant à :
- enrichir nos connaissances relatives aux facteurs qui influencent sur le développement harmonieux de l'enfant,
- suivre les progrès de notre société dans l'amélioration des résultats des jeunes enfants, et;
- catalyser les initiatives communautaires.

Les trois composantes de le projet CPE -- l'IMDJE, l'Enquête sur les communautés et l'étude ethnographique -- sont complétées au cours de la première année, soit 2000. Au cours des 2e, 3e et 4e années (2001 à 2003), seul l'IMDJE est administré auprès des enfants de la maternelle (ou l'équivalent). Au cours des 5e et 6e années (2004 et 2005), les trois composantes sont de nouveau complétées. Notez que, la 5e année, le suivi de l'Enquête sur les communautés n'est pas effectué auprès du même échantillon d'enfants que la première année (2000). Au lieu, l'enquête de suivi est menée auprès d'un nouvel échantillon d'enfants de la maternelle (ou l'équivalent), puisque ce ne sont pas tant les enfants de la communauté que la communauté elle-même qui fait l'objet d'intérêt. De même, l'enquête de 2005 a suivi des communautés d'abord examinées en 2001, mais avec un groupe d'enfants différent dans la maternelle.

En 1999, North York (Ontario) a été la première communauté à prendre part à cette initiative en tant que projet pilote. Elle a été suivie par cinq autres communautés au printemps 2000, soit Coquitlam (Colombie-Britannique), Prince Albert (Saskatchewan), Winnipeg (Manitoba), sud-ouest de Terre-Neuve, et l'Île-du-Prince-Édouard. Parmi les cinq communautés étudiées en 2000, seulement quatre ont été suivies en 2004 (Prince Albert, Winnipeg, sud-ouest de Terre-Neuve et l'Île-du-Prince-Édouard). En 2001 et 2005, les sept communautés de Abbotsford (Colombie-Britannique), Saskatoon (Saskatchewan), South Eastman (Manitoba), Niagara Falls (Ontario), Mississauga (Ontario), Montéal (Québec) et Hampton (Nouveau-Brunswick) ont été examinees.

L'Enquête sur les communautés fournit de l'information aux gouvernements, aux chercheurs, aux éducateurs, aux professionnels de la santé et des services sociaux et aux organisateurs communautaires pour les aider à améliorer les possibilités de mener une vie active et saine.

Période de collecte : Janvier à mai

Sujets

  • Développement et comportement de l'enfant
  • Éducation
  • Enfants et jeunes
  • Santé et bien-être (jeunes)

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population cible de chaque communauté comprend tous les enfants inscrits dans les écoles maternelles à l'automne et qui allaient toujours à l'école de la communauté à l'hiver de l'année scolaire.

Élaboration de l'instrument

L'Enquête sur les communautés a été conçue en fonction d'une approche écologique ou holistique pour mesurer le développement de l'enfant. L'enquête permet de saisir toute la diversité et la dynamique des facteurs ayant une incidence sur les enfants. Pour assurer une couverture adéquate de tous les domaines pertinents qui influent sur le développement de l'enfant, une consultation multidisciplinaire a eu lieu dès la conception de l'enquête. Le choix des priorités, des questions d'enquête et des domaines particuliers a résulté en grande partie d'un effort concerté soutenu par la contribution et les conseils :

- du groupe consultatif expert de l'Enquête longitudinale nationale sur les enfants et les jeunes, composé de spécialistes du développement de l'enfant et des sciences sociales;
- de ministères fédéraux;
- de représentants provinciaux et territoriaux responsables des programmes liés au développement de l'enfant.

Échantillonnage

Il s'agit d'une enquête transversale par échantillon.

L'unité d'échantillonnage de l'Enquête sur les communautés est l'enfant. La base de sondage, qui consistait en une liste de tous les enfants inscrits à la maternelle, a été fournie par les commissions scolaires de sept communautés participant à notre étude.

Lors de la sélection de l'échantillon des sept communautés participantes, Statistique Canada a obtenu une base de 9 807 enfants potentiels parmi lesquels choisir. Une vérification de la qualité de la base a été réalisée avant la sélection de l'échantillon et consistait à éliminer les enregistrements en double et à rectifier les renseignements absents, incomplets ou contradictoires. Un échantillon systématique d'enfants a été sélectionné aléatoirement à partir des listes, qui étaient classées par école et code postal, puis des renseignements ont été recueillis au sujet des personnes échantillonnées en préparation des interviews. Dans trois des sept communautés participantes, tous les enfants ont été sélectionnés pour les interviews, étant donné que la population d'enfants dans ces communautés était inférieure à 700 ou avoisinait ce nombre. L'échantillon prélevé initialement comprenait un certain pourcentage d'unités hors du champ d'observation (par exemple, des enfants qui étaient inscrits à la maternelle dans la communauté à l'automne 2004, mais qui ne l'étaient plus au moment de la période d'interview de l'Enquête sur les communautés). Il convient aussi de noter que certains enfants qui allaient à l'école dans la communauté au moment de la période d'interview auprès des ménages mais qui n'étaient pas inscrits à l'école à l'automne 2004 ne pouvaient pas être inclus dans l'échantillon et ne sont pas pris en compte dans l'estimation.

Sources des données

Collecte des données pour cette période de référence : 2005-02-01 à 2005-06-30

Il s'agit d'une enquête à participation volontaire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants.

La collecte des données dans les communautés étudiées s'est déroulée entre février et juin 2005. La collecte des données auprès des ménages a été effectuée entre février et avril par les intervieweurs de Statistique Canada, à l'aide de l'application de l'interview téléphonique assistée par ordinateur (ITAO), qui ont communiqué avec les parents de l'enfant et ont mené les interviews par téléphone. En mai et juin, les intervieweurs sont allés dans les écoles afin de faire passer la partie de l'enquête comportant les mesures directes aux enfants dont les parents avaient donné leur consentement. L'instrument de mesure du développement du jeune enfant (IMDJE) a été rempli, à l'école, par les enseignants entre janvier et mars.

En septembre 2004, les commissions scolaires de chaque communauté ont reçu une lettre décrivant le projet Comprendre la petite enfance (CPE). La lettre expliquait la procédure qui serait adoptée et demandait aux commissions scolaires de collaborer en fournissant à Statistique Canada une liste de noms des classes de maternelle lui permettant de créer une base de sondage dans laquelle sélectionner un échantillon d'enfants.

Des lettres de présentation ont également été envoyées aux enseignants et aux directeurs des écoles concernées pour demander leur collaboration, de même qu'aux parents dont les enfants fréquentaient la maternelle relevant de la commission scolaire. On informait les parents que leur enfant pourrait être sélectionné pour participer à l'Enquête sur les communautés et on les priait de signer un formulaire de consentement permettant à leur enfant de participer aux tests de mesures directes s'il était sélectionné.

Statistique Canada a ensuite choisi un échantillon d'enfants au hasard dans la liste de noms des classes de maternelle. Une lettre de suivi a alors été envoyée aux parents des enfants sélectionnés, précisant le moment où ils pourraient s'attendre à recevoir l'appel d'un intervieweur. Au cours des interviews téléphoniques, qui ont commencé au début février 2005, les parents étaient priés de confirmer de vive voix qu'ils autorisaient leur enfant à participer aux tests de mesures directes. Les intervieweurs de Statistique Canada leur demandaient également l'autorisation de communiquer les données de l'enquête à Ressources humaines et Développement social Canada et de coupler les résultats de l'enquête aux résultats de l'IMDJE.

En mai et en juin, les intervieweurs de Statistique Canada se sont rendus dans les écoles afin de soumettre les enfants dont les parents avaient donné leur consentement, de vive voix ou par écrit, aux tests de mesures directes. Les enseignants de maternelle ont rempli le questionnaire de l'IMDJE pour chaque élève de leur classe (à l'exception de ceux dont les parents avaient refusé leur consentement) entre les mois de janvier et de mars.

Veuillez consulter la section 6.0 (Collecte des données) du Guide de l'utilisateur pour obtenir de l'information détaillée.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration.

Détection des erreurs

Les réponses aux questions de l'enquête sont saisies directement par l'intervieweur au moment de l'interview à l'aide d'un questionnaire informatisé. Ce questionnaire informatisé réduit le temps de traitement et les coûts associés à la saisie des données, aux erreurs de transcription et à la transmission des données. Les réponses sont cryptées pour en assurer la confidentialité et elles sont transmises par modem au bureau régional approprié de Statistique Canada. De là, elles sont transmises à Ottawa par une ligne protégée en vue d'être traitées plus en profondeur.

Quelques vérifications sont effectuées directement au moment de l'interview. Lorsque l'information saisie outrepasse les limites des valeurs attendues (données trop grandes ou trop petites) ou qu'elle est incohérente par rapport aux saisies précédentes, on suggère à l'intervieweur, au moyen de messages s'affichant à l'écran de l'ordinateur, de modifier l'information. Cependant, pour certaines questions, l'intervieweur a la possibilité de passer outre les vérifications et de sauter des questions si le répondant ne connaît pas la réponse ou refuse de répondre. Par conséquent, les réponses font l'objet de processus de vérification et d'imputation supplémentaires lorsqu'elles parviennent au bureau central.

La première étape du processus de traitement de l'enquête entrepris au bureau central est le remplacement de toutes les valeurs « hors limites » par des espaces vides dans le fichier de données. Cette étape a été conçue pour faciliter les vérifications ultérieures.

Le premier type d'erreur traité consiste en toutes les erreurs reliées à l'enchaînement des questions, où des questions qui ne s'appliquent pas au répondant (et qui, par conséquent, ne devraient pas recevoir de réponse) ont effectivement une réponse. Dans ces cas, une vérification par ordinateur élimine automatiquement les données en trop en suivant l'enchaînement des questions découlant des réponses antérieures ou, dans certains cas, des questions ultérieures.

Le deuxième type d'erreurs traité touche le manque d'information relié aux questions auxquelles le répondant aurait dû répondre. Un code de non-réponse ou un code « non déclaré » a été inséré.

Imputation

L'imputation est la procédure qui consiste à remplacer les valeurs manquantes ou incohérentes par des valeurs acceptables. Dans le cadre de l'Enquête sur les communautés, on effectue une procédure d'imputation pour certaines variables dans la section relative au revenu des adultes.

L'imputation a été effectuée à l'aide de la méthode du plus proche voisin. Cette méthode consiste à retracer un répondant ayant fourni une réponse à la section sur le revenu (un donneur) et dont les caractéristiques sont semblables à celles de la personne ou le ménage n'ayant pas fourni de renseignements complets sur le revenu (un receveur). Une fois qu'on a identifié le voisin le plus proche, les montants déclarés par le donneur servent à imputer les sources de revenu manquantes du receveur. Deux types d'imputation ont été faits. Tout d'abord, les trois sources de revenu de la personne la mieux renseignée (PMR) et du conjoint ont été imputées. Les autres variables ont été imputées au niveau du ménage.

L'imputation au niveau du ménage a été faite selon l'une des trois méthodes suivantes. Pour les ménages qui ont fourni une estimation du revenu du ménage, cette information a été utilisée pour trouver un donneur. Pour les ménages qui ont fourni une estimation du revenu du ménage à l'aide des intervalles de revenu, la valeur de l'intervalle a été utilisée pour trouver le donneur. Si aucune information n'était disponible au sujet du revenu, d'autres variables au niveau du ménage, telle que la province, ont été utilisées. Les indicateurs d'imputation indiquent quelle méthode d'imputation a été utilisée.

Veuillez consulter la section 4.5 (Imputation du revenu) du Guide de l'utilisateur pour obtenir de l'information détaillée.

Estimation

Le principe qui sous-tend une estimation pour un échantillon probabiliste veut que chacune des personnes incluses dans l'échantillon « représente », en plus d'elle-même, plusieurs autres personnes qui en sont exclues. L'étape de la pondération vise à calculer le nombre d'individus de la population qui sont représentés par un enregistrement.

Pour chacune des communautés, tous les répondants se sont vus attribuer des poids égaux, puisque l'échantillonnage pour chaque communauté a été effectué de façon aléatoire, avec probabilités de sélection égales. Le poids attribué à chaque répondant correspond simplement au rapport de la taille de la population à la taille de l'échantillon. Cette valeur a été ajustée pour tenir compte des unités hors du champ d'observation et des non répondants.

Pour chaque communauté, si l'on somme les poids des répondants on obtient l'estimation de la taille de la population réelle de la communauté. Par conséquent, cette dernière estimation représente le nombre d'enfants inscrits en maternelle pour cette communauté en septembre 2004 et qui étaient toujours inscrits pendant la période de la collecte.

Évaluation de la qualité

Des sept communautés à l'étude, quatre (South Eastman, Abbotsford, Saskatoon et Montréal) ont leurs estimations calculées à partir d'un échantillon d'enfants. Des estimations légèrement différentes auraient pu être obtenues si un recensement complet avait été effectué en reprenant le même questionnaire et en faisant appel aux mêmes intervieweurs, surveillants, méthodes de traitement, etc. que ceux effectivement utilisés dans l'enquête. L'écart entre les estimations découlant de l'échantillon et celles que donnerait un dénombrement complet dans des conditions semblables est appelé erreur d'échantillonnage de l'estimation.

Pour les trois communautés restantes (Hampton, Mississauga et Niagara Falls) un recensement total des enfants à la maternelle avait été effectué. L'erreur d'échantillonnage est donc impossible pour ces cas.

Énormément de temps et d'efforts ont été consacrés à réduire les erreurs non dues à l'échantillonnage dans l'enquête. Des méthodes de contrôle et d'assurance de la qualité, conformément aux pratiques courantes de Statistique Canada, ont été mises en application à chaque étape du cycle de collecte et de traitement, afin de vérifier la qualité des données. Ces mesures comprenaient le recours à des intervieweurs hautement qualifiés, une formation poussée des intervieweurs concernant les procédures d'enquête et du questionnaire et l'utilisation des règles de vérification conçues pour déceler les données manquantes, invalides ou incohérentes.

Contrôle de la divulgation

La Loi interdit à Statistique Canada de rendre publique toute donnée susceptible de révéler de l'information obtenue en vertu de la Loi sur la statistique et se rapportant à toute personne, entreprise ou organisation reconnaissables sans que cette personne, entreprise ou organisation le sache ou y consente par écrit. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Veuillez prendre note, qu'aucun fichier de microdonnées à grande diffusion n'a été produit par Statistique Canada pour cette enquête. Les données ne seront pas disponibles via l'Initiative de démocratisation des données (IDD).

Révisions et désaisonnalisation

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Exactitude des données

Le taux de réponse global pour l'Enquête sur les communautés de 2005 était de 82,9 %.

Veuillez consulter la section 9.1 (Taux de réponse) du Guide de l'utilisateur pour obtenir de l'information détaillée.

Documentation

Date de modification :