Enquête annuelle sur la consommation industrielle d'énergie (CIE)

Information détaillée pour 2015

Statut :

Active

Fréquence :

Annuelle

Numéro d'enregistrement :

5047

L'enquête fournit des estimations de la consommation d'énergie des établissements manufacturiers du Canada.

Date de la parution - 31 octobre 2016

Aperçu

L'Enquête sur la consommation industrielle d'énergie, qui est financée par Ressources naturelles Canada et Environnement Canada, fournit des estimations de la consommation d'énergie des établissements manufacturiers canadiens. Ces estimations sont un indicateur important de la performance économique canadienne et sont utilisées par tous les niveaux de gouvernement pour mettre en place des politiques énergétiques éclairées.

Les résultats de l'enquête sont utilisés par Ressources naturelles Canada pour effectuer un suivi des améliorations dans l'efficacité énergétique et par Environnement Canada pour calculer les émissions de dioxyde de carbone. L'industrie utilise aussi l'information pour suivre les résultats de ses efforts de réduction de consommation énergétique et pour mesurer sa contribution aux objectifs du Canada en matière de changements climatiques. Ces données sont utilisées par Statistique Canada pour les comptes et statistiques de l'environnement ainsi que dans le Bulletin annuel sur la disponibilité et l'écoulement d'énergie au Canada.

Ressources naturelles Canada et Environnement Canada reçoivent régulièrement des données. Statistique Canada a aussi conclu des accords de partage des données avec des organismes variés et des ministères pour cette enquête.

Activité statistique

L'enquête est menée dans le cadre du Programme intégré de la statistique des entreprises (PISE). Le PISE a été conçu pour intégrer les quelques 200 enquêtes auprès des entreprises dans un même programme d'enquête principal. Le PISE vise à recueillir des données sur les industries et les produits à l'échelle provinciale, tout en évitant les chevauchements entre les différents questionnaires d'enquête. Les questionnaires d'enquête sur les entreprises ainsi restructurés ont une présentation, une structure et un contenu harmonisé.

L'approche intégrée rend la déclaration plus facile pour les entreprises ayant des activités dans différentes industries, puisqu'elles peuvent ainsi fournir des renseignements similaires pour chaque succursale. Elles n'ont ainsi pas à remplir des questionnaires dont la présentation, la formulation et même les concepts changent d'une industrie à l'autre. Les résultats combinés donnent des statistiques économiques plus cohérentes et précises.

Période de référence : Année civile

Sujets

  • Consommation et écoulement d'énergie
  • Énergie

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population cible est constituée des établissements manufacturiers du Canada. Selon le Système de classification des industries de l'Amérique du Nord (SCIAN 2012), ces établissements sont classés dans les catégories 31, 32 et 33. Le questionnaire de l'ECIE est aussi envoyé à quelques établissements oeuvrant dans des secteurs autres, comme l'extraction minière, pétrolière et gazière et les services publics.

Élaboration de l'instrument

Par le biais d'un questionnaire, des données sur la consommation de produits énergétiques variés comme l'électricité, le gaz naturel, le propane, le diésel, le bois et la vapeur sont recueillies. D'autres renseignements y sont également recueillis, tels que les différentes utilisations de ces produits énergétiques : comme combustible, pour produire de la vapeur destinée à la vente, pour produire de l'électricité ou pour une utilisation à des fins non-énergétiques.

Échantillonnage

Il s'agit d'une enquête transversale par échantillon.

L'Enquête sur la consommation industrielle d'énergie (ECIE) a été menée pour la première fois en 1995 et produisait des données annuelles et trimestrielles. Les données trimestrielles furent discontinuées en 2003. Depuis, les données pour toutes les unités sont recueillies annuellement. Les économies ainsi réalisées ont été réinvesties dans l'enquête afin d'améliorer la qualité des données par l'ajout de mille unités à l'échantillon.

La stratégie d'échantillonnage a été modifiée pour l'année de référence 2006 tout en conservant la même taille d'échantillon, cela a permis de produire des estimations provinciales qui sont utilisées dans le Bulletin annuel sur la disponibilité et l'écoulement d'énergie au Canada. Parmi les 88 industries ciblées, on a produit des estimations provinciales pour 35 d'entre elles. À partir de 2014, les méthodes d'échantillonnage ont été changées afin qu'elles d'être conformes au Programme intégré de la statistique des entreprises (PISE).

La base de sondage utilisée pour l'échantillonnage est le Registre des entreprises de Statistique Canada. L'unité statistique est l'entreprise. La population d'enquête inclut tous les entreprises manufacturiers au dessus de certains seuils qui varient selon l'industrie et l'année de référence. Pour réduire au minimum la collecte de données provenant d'entreprises plus petits ainsi que pour réduire leur fardeau de réponse, on a exclu de l'échantillon de l'ECIE les plus petits entreprises (ou strate à tirage nul) dans chaque industrie ciblée en se basant sur la valeur de leurs revenus.

Les entreprises sont stratifiés par industrie, par géographie et par taille en fonction de la valeur de leurs revenus. Quatre strates (petite, moyenne, grande et à tirage nul) sont définies par taille au sein d'une industrie et d'une région géographique particulières, au niveau provincial ou national. Une cinquième strate, à tirage obligatoire, est définie par des facteurs supplémentaires. Les critères de sélection d'un tirage obligatoire comprennent la complexité, la taille globale du domaine attribué à l'entreprise, ainsi que l'importance du domaine.

L'échantillonnage des petite, moyenne et grande strates se fait à l'aide du Système généralisé d'échantillonnage de Statistique Canada (SGÉCH) et de l'échantillonnage de Bernoulli. On attribue à toutes les unités échantillonnées un poids d'échantillonnage. Le poids d'échantillonnage est un facteur propre à chaque unité échantillonnée indiquant le nombre d'unités qu'elle représente dans la population. Ce poids permet de produire des estimations pour la population entière. La taille d'échantillon ciblée est de 4800 établissements, ce qui correspond à environ 2430 entreprises.

Sources des données

Collecte des données pour cette période de référence : 2016-02-03 à 2016-03-31

Il s'agit d'une enquête à participation obligatoire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants.

La période de collecte des données débute en janvier par l'envoi postal des questionnaires aux établissements choisis. Le suivi par téléphone et par télécopieur débute en février pour les établissements qui n'ont pas encore répondu. Le bureau régional collecte les données auprès des retardataires par interviews téléphoniques assistées par ordinateur. La collecte des données se termine en mars.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration .

Détection des erreurs

On utilise les méthodes suivantes pour déceler les erreurs :

Des contrôles sont effectués lors de la saisie des données afin de s'assurer que les erreurs d'entrée manuelle sont corrigées. Par exemple, un contrôle des limites indique s'il y a eu de grandes variations dans la consommation de combustible d'une année à l'autre; des contrôles historiques indiquent si un établissement utilise un combustible dont il n'a jamais rapporté la consommation auparavant, ou s'il n'utilise pas un combustible dont il a rapporté la consommation dans le passé.

Pendant et après la période de collecte, on vérifie la validité des données d'une année à l'autre pour les contributeurs les plus importants et les estimations de combustibles. On questionne les mouvements inhabituels, inexplicables et, si nécessaire, les répondants sont contactés par téléphone afin de confirmer les données.

On vérifie manuellement tous les cas où l'unité de mesure n'a pas été spécifiée, ou si le répondant a utilisé la catégorie « autre combustible ».

Pour les établissements qui n'ont pas de données antérieures pouvant servir de point de comparaison, on utilise une méthode de détection des valeurs aberrantes grâce au Système généralisé BANFF de Statistique Canada; on compare leur consommation avec la consommation d'énergie d'établissements ayant des revenus similaires dans la même industrie afin de vérifier si les données sont raisonnables ou non.

Finalement, pour quelques industries, le rapprochement au micro-niveau se fait avec d'autres résultats d'enquêtes.

Imputation

L'imputation est le processus par lequel on détermine des valeurs plausibles pour toutes les variables manquantes ou incohérentes par rapport aux données historiques. On emploie alors un nombre de techniques statistiques qui utilisent les données d'enquête recueillies pendant les cycles précédents et actuels.

Pour les cas où des données historiques sont disponibles, on calcule les valeurs de consommation de combustible manquantes en utilisant une tendance qui représente la variation dans la consommation de combustible de l'industrie auquel l'établissement appartient.

Depuis 2006, on utilise un programme d'imputation automatisée par enregistrement donneur, en plus des autres méthodes d'imputation mentionnées ci-dessus, à l'intérieur du Système généralisé BANFF de Statistique Canada. L'imputation par enregistrement donneur signifie qu'on identifie l'enregistrement d'un répondant qui est similaire au non-répondant à partir des renseignements disponibles pour les deux établissements (tels que l'industrie, la valeur des expéditions et les types de combustible consommé). Les données disponibles provenant de l'établissement donneur sont alors utilisées pour le non-répondant.

Estimation

On applique le Système généralisé d'estimations pour calculer les estimations de consommation d'énergie pour chacune des 88 industries manufacturières ciblées de SCIAN. Les valeurs des revenus les plus récentes de ces industries tirées du Registre des entreprises de Statistique Canadasont utilisées pour aider à corriger les erreurs d'échantillonnage et pour inclure une correction pour la portion de chaque industrie exclue de l'échantillon, à savoir la strate à tirage nul.

Depuis 2006, un poids est appliqué pour le charbon, le coke de charbon, le coke de pétrole, le coke sur catalyseur catalytique, le gaz de distillation, le butane et la vapeur achetée, alors que ce n'était pas le cas auparavant. Ce changement permet de produire des estimations représentatives de la population.

Évaluation de la qualité

Tout au long du processus de collecte et de traitement des données, tout est mis en oeuvre pour produire des résultats de qualité supérieure. Dans le cadre de l'évaluation de la qualité, les résultats d'enquête provisoires font l'objet d'une validation par des spécialistes de l'industrie, comme des agents du Programme d'économies d'énergie dans l'industrie canadienne et du Centre canadien de données et d'analyse de la consommation finale d'énergie dans l'industrie. Ressources naturelles Canada et Environnement Canada jouent également un rôle important dans la validation des données. Des indicateurs de la qualité des données sont inclus dans les tableaux CANSIM pour donner aux utilisateurs de l'information sur la fiabilité des données.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la loi. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

L'analyse de la confidentialité inclut la détection d'une divulgation directe possible, laquelle se produit lorsque la valeur d'une cellule de tableau se compose de peu de déclarants ou lorsque la cellule est dominée par quelques entreprises.

Révisions et désaisonnalisation

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Exactitude des données

Malgré les efforts déployés pour que les opérations de collecte et le dépouillement se déroulent en fonction de normes rigoureuses, les estimations qui en résultent comportent inévitablement des erreurs. Celles-ci sont classées en deux grandes catégories : les erreurs d'échantillonnage et les erreurs non dues à l'échantillonnage.

Les erreurs non dues à l'échantillonnage ne sont pas liées à l'échantillonnage et peuvent survenir pour de nombreuses raisons. Par exemple, la non-réponse est une source importante d'erreurs non due à l'échantillonnage. La couverture de la population, les écarts dans l'interprétation des questions, les mauvaises réponses des répondants et les erreurs de consignation, de codage et de traitement des données représentent d'autres exemples d'erreurs non liées à l'échantillonnage.

Pour l'Enquête sur la consommation industrielle d'énergie de 2015, les erreurs non dues à l'échantillonnage ont été contrôlées grâce à une conception soignée du questionnaire, à l'utilisation d'un nombre minimal de concepts simples et à des vérifications de la cohérence. Des mesures comme les taux de réponse sont utilisées comme indicateurs de la répercussion possible des erreurs non dues à l'échantillonnage. Le taux de réponse pour 2015 a été de 87,8 %.

L'erreur d'échantillonnage se produit parce que les estimations proviennent d'un échantillon de la population plutôt que de la population entière. Cette erreur dépend de divers facteurs, notamment la taille de l'échantillon, le plan d'échantillonnage et la méthode d'estimation. Une des propriétés importantes de l'échantillonnage probabiliste tient au fait que l'erreur d'échantillonnage peut être calculée à partir de l'échantillon à l'aide d'une mesure statistique appelée coefficient de variation (CV). L'éventail des données acceptables d'un échantillon s'appelle l'intervalle de confiance. Les intervalles de confiance peuvent être calculés autour des estimations en utilisant les CV. L'erreur type est calculée en multipliant l'estimation d'un échantillon par le CV. L'estimation d'un échantillon plus ou moins deux fois l'erreur type est ce qu'on appelle l'intervalle de confiance de 95 %.

Pour L'Enquête sur la consommation industrielle d'énergie de 2015, les CV ont été calculés pour chaque estimation produite. De façon générale, les variables déclarées plus fréquemment ont résulté en de très bons CV (de moins de 10 %), tandis que les variables déclarées moins souvent ont été associées à des CV plus élevés, mais néanmoins acceptables (de moins de 25 %). Il est possible que certaines données ne soient pas publiées en raison de la faible qualité des données.

Date de modification :