Achats de grains fourragers

Information détaillée pour le 1er août 2017 au 31 décembre 2017

Statut :

Active

Fréquence :

Deux fois par année

Numéro d'enregistrement :

5046

L'objectif de cette enquête est de remédier au manque de données sur la quantité et la valeur des livraisons de grains fourragers dans les provinces de l'Ouest.

Date de la parution - Les données sont diffusées à l'intérieur de Statistique Canada seulement, afin que d'autres enquêtes ou programmes statistiques s'en servent comme sources des données.

Aperçu

Les données tirées de cette enquête sont utilisées pour mettre à jour les quantités et les valeurs des livraisons de grains fourragers. Les données sur les quantités sont utilisées pour fournir de meilleures estimations des livraisons de grains non réglementées dans les tableaux du bilan des exploitations agricoles, qui, eux, servent à rehausser la qualité des estimations des cultures agricoles et des stocks à la ferme. Par la suite, les valeurs sont utilisées pour s'assurer de diffuser des recettes monétaires agricoles plus précises. En outre, ces données sont utilisées dans le Système de comptabilité nationale du Canada pour calculer le produit intérieur brut.

Les renseignements fournis pourraient aussi être utilisés par Statistique Canada à d'autres fins statistiques et de recherche.

Période de référence : 1er août au 31 décembre (la fin de l'année civile) et 1er août au 31 juillet (la fin de la campagne agricole).

Période de collecte : Deux fois par année à la fin de la compagne agricole (31 juillet) et de l'année civile (31 décembre).

Sujets

  • Agriculture
  • Cultures et horticulture

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population cible comprend les meuneries dans l'Ouest canadien qui achètent du grain directement des agriculteurs ou de négociants en grains.

Il s'agit d'un recensement de toutes les meuneries répertoriées dans l'Ouest canadien, tel qu'établi par l'Association de nutrition animale du Canada. Les parcs d'engraissement sont exclus. L'échantillonnage est composé d'environ 35-40 unités.

Élaboration de l'instrument

Le contenu du questionnaire d'enquête a été élaboré par des spécialistes en la matière en consultation avec des spécialistes d'industrie.

Le questionnaire demande, pour la campagne agricole en cours, les quantités de grains fourragers achetées d'agriculteurs et de négociants en grains, par type de grain. Les données sont demandées pour les grains provenant des provinces individuelles de l'Ouest, de toutes les provinces de l'Est, d'autres pays, ainsi que la quantité globale.

Échantillonnage

Il s'agit d'un recensement avec plan transversal.

Aucun échantillonnage n'est fait, les données étant recueillies pour toutes les unités de la population cible.

Sources des données

Collecte des données pour cette période de référence : 2017-12-19 à 2018-01-19.

Il s'agit d'une enquête à participation obligatoire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants.

La collecte est effectuée par la poste. En cas de non-réponse, un suivi est effectué par courrier, par télécopieur ainsi qu'à l'aide d'appels téléphoniques.

L'enquête prend en moyenne 15 minutes à compléter par les répondants.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration .

Détection des erreurs

La détection des erreurs fait partie intégrante des activités de collecte et de traitement des données. Des règles de validation sont appliquées aux enregistrements de données durant le traitement afin de repérer les erreurs de déclaration et de saisie. Ces règles permettent de repérer les erreurs potentielles d'après les variations d'une année à l'autre des variables clés, des totaux, ainsi que les problèmes de cohérence des données recueillies (p. ex., le total d'une variable n'est pas égal à la somme de ses parties). D'autres règles de validation sont utilisées durant le traitement des données afin de détecter les erreurs ou les incohérences qui subsistent après la collecte. Ces règles comprennent les contrôles de valeurs (p. ex. Valeur > 0, Valeur > -500, Valeur = 0), les contrôles d'égalité linéaire (p. ex. Valeur1 + Valeur2 = Valeur Totale), les contrôles d'inégalité linéaire (p. ex. Valeur1 >= Valeur2) et les contrôles d'équivalence (p. ex. Valeur1 = Valeur2). Les erreurs repérées peuvent être corrigées à l'aide de corrections manuelles lors du traitement. Le suivi auprès des répondants est aussi effectué, au besoin. En général, tous les efforts sont déployés pour réduire les erreurs non dues à l'échantillonnage, à savoir les erreurs d'omission, de dédoublement, de classification erronée, de déclaration et de traitement.

Les données déclarées par chaque entreprise sont vérifiées par comparaison aux déclarations précédentes, en comparant les tendances entre entreprises, en analysant la disponibilité d'aliments pour animaux en fonction des têtes de bétail et en surveillant les tendances pour l'industrie.

Imputation

En cas de non-réponse ou de réponses incomplètes au questionnaire, on utilise l'imputation pour compléter ou corriger les renseignements. De nombreuses méthodes d'imputation peuvent être utilisées pour compléter un questionnaire, y compris les modifications manuelles apportées par un analyste. Les techniques statistiques employées pour imputer les données manquantes comprennent : l'imputation déterministe, ainsi que le remplacement par des données historiques (avec calcul de tendance, s'il y a lieu). En général, on commence par imputer les variables clés, qu'on utilise ensuite aux étapes subséquentes pour imputer d'autres variables connexes. L'imputation permet de produire un fichier de micro données complet et cohérent qui couvre toutes les variables d'enquête.

Estimation

Toutes les unités observées dans la population sont enquêtées. L'estimation des totaux se fait à l'aide d'une simple agrégation des valeurs de toutes les unités d'estimation qui se trouvent dans le domaine d'estimation. Les estimations sont calculées pour plusieurs domaines d'estimation tels que les provinces, en se fondant sur les données de classification les plus récentes disponibles pour l'unité d'estimation et la période de référence de l'enquête.

Évaluation de la qualité

Avant la publication, on analyse les résultats combinés de l'enquête afin d'en évaluer la comparabilité. Il s'agit généralement d'un examen détaillé des réponses individuelles (particulièrement pour les grandes entreprises), de la conjoncture économique générale, de la cohérence avec les résultats d'indicateurs économiques connexes, des tendances historiques et des renseignements d'autres sources externes (p. ex. associations, publications spécialisées, articles de journaux).

Les tendances d'approvisionnement et de disposition, employées par les parties intéressées du gouvernement et de l'industrie, aident à confirmer les résultats du sondage. Là où les anomalies se produisent, elles sont réglées par analyse à fin de la campagne agricole.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la Loi sur la statistique. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Révisions et désaisonnalisation

Il n'y a pas de désaisonnalisation. Les données historiques pourraient être révisées sur la base d'information plus à jour. Les données d'enquête ne sont pas étalonnées.

Exactitude des données

Ce sondage est un recensement de toutes les unités dans la population observée, et n'est pas sujet aux erreurs d'échantillonnage. Bien que des efforts considérables soient déployés pour maintenir des normes de qualité élevées à toutes les étapes de la collecte et du traitement, les estimations qui en résultent sont inévitablement susceptibles de comporter un certain nombre d'erreurs non dues à l'échantillonnage. Les erreurs non dues à l'échantillonnage ne sont pas liées à l'échantillonnage et peuvent survenir pour différentes raisons au cours de la collecte et du traitement des données. Dans la mesure du possible, ces erreurs sont réduites au minimum par la conception minutieuse du questionnaire d'enquête, la vérification des données de l'enquête et, au besoin, le suivi auprès des non-répondants afin de maximiser les taux de réponse. Les erreurs non dues à l'échantillonnage comprennent les erreurs de couverture, les erreurs dues à la réponse, les erreurs dues à la non-réponse et les erreurs liées au traitement des données.

Les erreurs de couverture comprennent les omissions, les inclusions erronées, les doubles comptes et les erreurs de classification des unités dans la base de sondage. Le Registre des entreprises (RE) est la base de sondage utilisée pour cette enquête. Le RE est un centre de service de données mis à jour à l'aide de plusieurs sources, notamment les fichiers de données administratives, les commentaires reçus dans le cadre des enquêtes-entreprises de Statistique Canada, les activités d'établissement de profils, qui comprennent un contact direct avec les entreprises pour obtenir des renseignements sur leurs activités, ainsi que les résultats de recherche sur Internet. L'utilisation du RE assure la qualité, tout en évitant les chevauchements entre les enquêtes et en allégeant le fardeau de réponse le plus possible.

Un registre de meunières dans l'Ouest canadien est mis à la disposition de Statistique Canada sur une base annuelle par l'Association de nutrition animale du Canada. Ce registre est utilisé pour mettre à jour la base de sondage, ainsi que l'information relative aux entreprises à l'intérieur du RE. Étant donné que la majorité des achats de grains fourragers sont effectués par relativement peu d'entreprises, le fait de ne pas inclure dans l'enquête toutes les petites meuneries ne produit que des effets négligeables.

Les erreurs de réponse peuvent être causées par la conception du questionnaire, par les caractéristiques d'une question, par l'incapacité ou la réticence du répondant à fournir la bonne information, par la mauvaise interprétation des questions ou par des problèmes de définition. Ces erreurs sont maîtrisées grâce à une conception soignée du questionnaire et à l'utilisation de concepts simples et de vérifications de la cohérence.
Les erreurs de non-réponse sont causées par les répondants qui refusent de répondre, qui sont incapables de répondre ou qui produisent leur déclaration trop tardivement. Les données sont alors imputées, ce qui est jugé comme la source la plus probable d'erreur pour cette enquête. Lorsqu'un cas de non-réponse se produit, il est pris en compte, et la qualité des données est réduite sur la base de son importance à l'estimation. On essaie donc d'obtenir le meilleur taux de réponse possible tout en réduisant au minimum le fardeau de réponse. Le taux de réponse pour cette enquête est d'environ 80 %.

Les erreurs de traitement peuvent survenir à différentes étapes du traitement telles que pendant la saisie et la mise en tableau des données. Dans la mesure du possible, ces erreurs sont réduites au minimum par la conception minutieuse du questionnaire d'enquête, la vérification des données de l'enquête et, au besoin, le suivi auprès des répondants. Des règles de validation sont appliquées aux enregistrements de données durant la collecte afin d'empêcher la saisie de valeurs aberrantes ou de l'information incohérente par les répondants. Ainsi, les erreurs de traitement sont jugées comme étant minimes.

Date de modification :