Compte de la valeur ajoutée agricole

Information détaillée pour 2016

Statut :

Active

Fréquence :

Annuelle

Numéro d'enregistrement :

5030

Le compte de la valeur ajoutée agricole est conçu pour fournir une mesure annuelle du revenu découlant de la production de produits et de services agricoles. Les statistiques servent à évaluer la situation de l'industrie agricole et à établir des options en matière de politiques.

Date de la parution - 24 novembre 2017

Aperçu

Le compte de la valeur ajoutée agricole est conçu pour fournir une mesure annuelle du revenu découlant de la production de produits et de services agricoles. La valeur ajoutée nette représente la somme des revenus des fournisseurs de facteurs de production : les employés agricoles, les propriétaires non exploitants de terres agricoles, les prêteurs et les exploitants agricoles.

Une composante importante de ce compte est la valeur totale de la production. Celle-ci représente la valeur de la production brute du secteur agricole produite pendant l'année civile. La valeur totale de la production est égale aux recettes monétaires agricoles auxquelles on a ajouté les éléments suivants : les ventes de produits agricoles aux autres exploitations agricoles (les ventes entre les fermes), les revenus du travail à forfait, les remises gouvernementales, les loyers de terres agricoles payés aux exploitants agricoles, le revenu en nature, et la valeur de la variation des stocks. L'inclusion de la valeur de la variation matérielle des stocks appartenant aux producteurs permet d'attribuer une valeur à la production économique agricole au cours de l'année où les biens agricoles ont été produits, indépendamment du moment de la vente.

Seule l'entreprise agricole est visée par le compte de la valeur ajoutée agricole. Celui-ci ne comprend pas le revenu que les exploitants agricoles ou leurs familles peuvent tirer de sources non liées à la ferme (les salaires et les traitements, le revenu de placement, etc.). Le compte a trait au revenu tiré de la production et de la commercialisation de produits agricoles et inclut aussi les revenus liés à la ferme tels que la récolte et l'élevage à forfait, ainsi que les ventes de produits forestiers. Le revenu des travaux à forfait est inclus seulement s'il est gagné avec de l'équipement acheté et utilisé principalement pour les activités de production de la ferme. Les ventes de produits forestiers sont comprises si ces produits proviennent de boisés de ferme. Les revenus ou les dépenses découlant de la vente ou de l'achat d'immobilisations agricoles (les biens immobiliers, les machines et le matériel) ne sont pas inclus. Le compte exclut également le revenu provenant de la pisciculture.

Le format du compte de la valeur ajoutée agricole est conçu pour présenter les sources et la répartition de la valeur de la production. Il y a quatre catégories principales de sources : les ventes de produits agricoles, les ventes de la production secondaire, les autres sources de revenu, et les utilisations de la production à propre compte. La valeur de la production est répartie en quatre catégories principales : les dépenses au titre des intrants, les taxes d'affaires, l'amortissement et la valeur ajoutée nette. La valeur ajoutée nette est répartie entre les divers facteurs de production, incluant les salaires non familiaux, les loyers aux propriétaires non exploitants, les intérêts aux prêteurs de capital, et les bénéfices aux entreprises constituées et non constituées en société.

Le compte de la valeur ajoutée agricole intéresse les agriculteurs et les organismes qui les représentent, les gouvernements, les institutions financières, l'industrie agroalimentaire et le public. Les chiffres servent à évaluer la situation de l'industrie agricole et à établir des options en matière de politiques.

Période de référence : Année civile

Période de collecte : Pendant les trois semaines précédant la diffusion.

Sujets

  • Agriculture
  • Statistiques financières des exploitations agricoles

Sources de données et méthodologie

Population cible

Toutes les exploitations agricoles canadiennes telles que définies par le Recensement de l'agriculture.

Élaboration de l'instrument

Cette méthodologie ne s'applique pas.

Échantillonnage

Aucun échantillonnage n'est fait pour ce programme statistique.

Sources des données

Les données sont tirées de fichiers administratifs et sont dérivées de diverses enquêtes de Statistique Canada et/ou d'autres sources.

Les ventes de produits agricoles aux autres exploitations agricoles comprennent les ventes de bétail, de volaille, d'aliments pour animaux et de semences aux autres exploitations agricoles. Elles sont estimées à l'aide des données provenant de la série sur le revenu agricole net (numéro d'enregistrement 3473) et du Programme des données fiscales (numéro d'enregistrement 3447).

Les ventes de produits agricoles aux autres secteurs comprennent les ventes aux fermes situées à l'extérieur de la province de production et les ventes aux autres secteurs (non agricoles). Elles sont estimées à l'aide des données provenant de la série sur le revenu agricole net.

Les ventes de la production secondaire correspondent aux ventes de produits forestiers (bois provenant de boisés de ferme). Elles sont tirées de la série sur le revenu agricole net.

Les revenus du travail à forfait sont tirés du Programme des données fiscales.

Les paiements effectués en vertu des programmes et les remises gouvernementales proviennent de la série dérivée sur le revenu agricole net. Les organismes responsables du versement des paiements en vertu des divers programmes fournissent les données sur une base mensuelle, trimestrielle, et dans certains cas, annuelle. Seuls les remises ou les paiements liés à la production agricole et versés directement aux exploitants agricoles sont inclus dans ces enquêtes dérivées.

Les loyers de terres agricoles représentent les revenus de location des exploitants agricoles découlant de la location de terres et bâtiments agricoles. (Les revenus de location payés aux non-exploitants sont exclus.) Les loyers de terres agricoles sont estimés à l'aide de données provenant de la série sur le revenu agricole net et de l'Enquête financière sur les fermes (numéro d'enregistrement 3450).

Les estimations du revenu en nature et de la valeur de la variation des stocks sont obtenues à partir de la série sur le revenu agricole net.

Les dépenses au titre des intrants achetés des autres exploitations agricoles sont calculées en additionnant les ventes de produits agricoles aux autres exploitations agricoles et les loyers de terres agricoles. Elles sont estimées à l'aide des données provenant de la série sur le revenu agricole net et du Programme des données fiscales.

Les dépenses au titre des intrants achetés des autres secteurs sont estimées à l'aide des données provenant de la série sur le revenu agricole net.

Les taxes d'affaires correspondent aux impôts fonciers et proviennent de la série sur le revenu agricole net.

Les estimations de l'amortissement sont obtenues à partir de la série sur le revenu agricole net.

Détection des erreurs

Les composantes à valeur ajoutée sont vérifiées afin de repérer les variations importantes d'une année à l'autre, et celles-ci sont analysées en fonction de l'uniformité des séries chronologiques, des liens avec la conjoncture économique, des problèmes liés aux données sources et de la cohérence avec d'autres sources.

En outre, les données sources sont assujetties à leurs propres procédures de contrôle de la qualité durant les étapes de la collecte et du traitement. Par exemple, des contrôles informatisés permettent de repérer les erreurs de traitement à l'étape de la saisie des données, puis la vérification subséquente des données permet de déceler, entre autres, les erreurs, les incohérences et les valeurs extrêmes qui se trouvent dans les données saisies. À l'échelle provinciale, les principaux contributeurs font souvent l'objet d'une analyse plus poussée.

Les données administratives utilisées dans la série sont évaluées à la lumière des tendances historiques et actuelles, des connaissances spécialisées et des renseignements recueillis au cours d'entretiens avec les autorités du secteur d'activité. Une grande partie des données administratives ont déjà été vérifiées par l'organisme source. Toutes les anomalies ou les incohérences décelées sont vérifiées auprès de la source et, le cas échéant, des ajustements sont apportés pour rapprocher les données et le cadre conceptuel des séries sur la valeur ajoutée.

Imputation

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Estimation

Le document annexé fournit une description complète de la méthode d'estimation.

Évaluation de la qualité

La qualité des estimations de la valeur ajoutée nette et de ses composantes (les ventes de produits agricoles, les ventes de la production secondaire, les autres sources de revenus, les utilisations de la production à propre compte, les dépenses au titre des intrants, les taxes d'affaires et l'amortissement) est évaluée au moyen d'une vérification de la cohérence des données avec d'autres sources ou avec des cycles antérieurs. Une analyse interprétative est également effectuée, et celle-ci tient compte de la conjoncture économique actuelle et des données sources. Une grande partie des données utilisées pour calculer la valeur ajoutée nette proviennent de la série sur le revenu agricole net (numéro d'enregistrement 3473) et du Programme des données fiscales (numéro d'enregistrement 3447), qui sont assujettis à leurs propres procédures de validation.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la Loi sur la statistique. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Révisions et désaisonnalisation

Les données sont diffusées en novembre pour l'année civile précédente. Les données des deux années civiles précédentes peuvent être sujettes à révision. Tous les cinq ans, une révision historique est effectuée en se fondant sur les résultats du Recensement de l'agriculture. Les résultats de la dernière révision intercensitaire, fondés sur les données du Recensement de l'agriculture de 2011, couvrent la période allant de 2005 à 2011. Les résultats des dernières révisions intercensitaires, basés sur le Recensement de l'agriculture de 2011, montrent une diminution de 4,2 % de l'estimation de la valeur ajoutée nette à l'échelon national en 2011.

Exactitude des données

Il est impossible de calculer une mesure directe de la marge d'erreur des estimations. La qualité des estimations peut être jugée à partir de l'analyse des révisions apportées et au moyen d'une évaluation subjective des sources de données et de la méthodologie utilisée pour produire les estimations.

Le compte de la valeur ajoutée agricole est calculé principalement à partir de la série sur le revenu agricole net (numéro d'enregistrement 3473), dont les résultats sont compilés à partir de données provenant de diverses enquêtes et sources administratives. Les enquêtes et les données administratives utilisées pour le revenu agricole net sont considérées comme étant de bonne qualité.

En général, la faible qualité des données sources provient d'un sous dénombrement ou de concepts et de définitions inappropriés. Les données utilisées pour le calcul de la valeur ajoutée sont très variées pour ce qui est de la couverture, des détails, des définitions et des concepts, et il arrive souvent que ces facteurs ne correspondent pas à ceux dont on a besoin. Les données doivent faire l'objet d'analyses rigoureuses et être corrigées pour en assurer la cohérence et la couverture au moyen de procédures d'estimation soigneusement conçues.

Les données administratives sont habituellement compilées en fonction des besoins particuliers d'un organisme, et non pas à des fins statistiques. Une grande partie des données ont toutefois déjà été vérifiées par les organismes sources. Les organismes administratifs utilisés sont considérés comme étant les meilleures sources disponibles, et les données qu'ils fournissent sont jugées de très bonne qualité, et ce, même dans les cas où des ajustements ont été apportés pour que les données soient plus cohérentes avec le cadre conceptuel du compte de la valeur ajoutée.

Les procédures de traitement applicables aux enquêtes permettent de réduire au minimum les erreurs non dues à l'échantillonnage, comme les erreurs survenues au cours de la vérification et les erreurs de réponse. Parce qu'elles reposent sur un échantillon plutôt que sur la population totale, les données peuvent comporter des erreurs d'échantillonnage.

La mise en oeuvre de méthodes, de procédures et de technologies, nouvelles ou améliorées, qui permettent d'améliorer non seulement la collecte, mais aussi le traitement, la validation et la diffusion des données, est une partie intégrante de chaque Recensement de l'agriculture. Ainsi, les données du Recensement de l'agriculture de 2011 sont considérées comme étant de très bonne qualité, et celles pour les produits principaux sont de la plus haute qualité. Un taux de réponse de 95,9 % et un taux de sous-dénombrement des fermes estimé à 1,8 % sont des indications du succès global du Recensement de l'agriculture de 2011.

Date de modification :