Enquête conjointe Canada/États-Unis sur la santé (ECCES)

Information détaillée pour 2003

Statut :

Inactive

Fréquence :

Une fois

Numéro d'enregistrement :

5020

L'Enquête conjointe Canada/États-Unis sur la santé (ECCES) recueillera de l'information, à la fois des résidents du Canada et des États-Unis, concernant la santé, l'usage des soins de santé et des restrictions fonctionnelles.

Date de la parution - 2 juin 2004

Aperçu

L'Enquête conjointe Canada/États-Unis sur la santé (ECCES) a été créée à la suite d'une séance de discussion sur la façon de rendre les données plus comparables et intégrées qui a eu lieu durant l'échange États Unis Canada de 2000. Les échanges, qui consistent en une réunion de deux jours tenue alternativement dans la région de Washington DC et à Ottawa, ont débuté en 1999. L'objectif des réunions est de promouvoir la communication, la collaboration, la coopération, la synergie, la réalisation d'analyses comparatives et l'interaction entre les deux pays. Les participants à l'échange 2000 ont laissé entendre que le meilleur moyen de faire des comparaisons consisterait à réaliser une enquête conjointe dont le questionnaire, le plan de sondage, les méthodes de collecte des données, le traitement des données et la vérification seraient les mêmes et auraient lieu au même moment dans les deux pays. Une équipe formée d'employés des deux organismes a été créée pour explorer la faisabilité du projet et pour le mettre en oeuvre.

L'ECCES vise, grâce à l'intégration des plans de sondage et des méthodes de collecte de données, à étoffer les connaissances quant à la comparabilité des deux systèmes de données sur la santé et à fournir un modèle pour de futures comparaisons internationales. Plusieurs études réalisées antérieurement avaient pour but d'étudier les comparaisons transculturelles des caractéristiques sociales, économiques et politiques au moyen d'ensembles de données distincts, mais elles présentent plusieurs limites méthodologiques. Bien que les débats de ce genre sur la validité des études comparatives se poursuivent, l'ECCES permet d'étoffer les données déjà publiées sur le sujet et produit un ensemble de données entièrement comparables sur le Canada et les États-Unis.

Les principaux objectifs de l'ECCES sont :

- élaborer, mettre en oeuvre et documenter une collaboration entre bureaux nationaux de la statistique en vue de réaliser des enquêtes conjointes sur la santé auprès de leur population nationale respective;
- s'appuyer sur les connaissances acquises durant la réalisation de l'ECCES pour modifier ou perfectionner les questionnaires des enquêtes nationales sur la santé en cours dans les deux pays, afin d'accroître la comparabilité des données provenant de ces enquêtes; et
- produire un ensemble de données hautement comparables sur les populations du Canada et des États Unis que les chercheurs pourront utiliser pour étudier les effets des changements dans les systèmes de santé, les soins de santé, l'état de santé et l'état fonctionnel, et qui permettront de réaliser des études sur la méthodologie des enquêtes.

Période de référence : Varie selon la question (par exemple: « durant les 12 derniers mois », « durant les 6 derniers mois », « durant la dernière semaine », etc.)

Sujets

  • Santé

Sources de données et méthodologie

Population cible

L'ECCES vise les membres de 18 ans et plus des ménages du Canada et des États Unis. Sont exclues du champ de l'enquête les personnes résidant en établissement de soins de santé, ainsi que les détenus des prisons et les membres à temps plein des Forces canadiennes ou américaines. Au Canada, les trois territoires du Nord (Yukon, Territoires du Nord-Ouest et Nunavut) sont également exclus. Pareillement, aux États Unis, les territoires des États Unis (Porto Rico, les Île vierges américaines, les Samoa américaines, Guam et le Commonwealth des îles Marianne du Nord) sont exclus du champ de l'enquête, mais les résidents du district de Columbia y sont inclus.

Élaboration de l'instrument

Les questionnaires ont tous été conçus en collaboration avec des spécialistes provenant de Statistique Canada, d'autres ministères et/ou du milieu académique. Les questions ont été conçues pour être posées selon la méthode d'interview assistée par ordinateur (IAO), ce qui veut dire que l'ordre logique des questions a été programmé à mesure que celles-ci ont été élaborées. On a notamment spécifié le genre de réponse voulue, les valeurs minimales et maximales, les vérifications en ligne liées aux questions et la suite à donner en cas de non-réponse.

Les questions de l'ECCES ont été posées par la méthode d'interview téléphonique assistée par ordinateur (ITAO), qui offre un certain nombre d'avantages en ce qui concerne la qualité des données par rapport à d'autres méthodes de collecte. Premièrement, le texte des questions, y compris les périodes de référence et les pronoms, sont personnalisés automatiquement d'après des facteurs comme l'âge et le sexe du répondant, la date de l'interview et les réponses aux questions précédentes. Deuxièmement, des règles de vérification sont appliquées automatiquement pour repérer les réponses incohérentes ou non incluses dans la fourchette de valeurs permises, et des messages guides apparaissent à l'écran quand une entrée invalide est enregistrée. Le répondant reçoit une rétroaction immédiate et l'intervieweur peut corriger toute incohérence. Troisièmement, l'application saute automatiquement les questions qui ne sont pas applicables à la personne interviewée.

Échantillonnage

Il s'agit d'une enquête transversale par échantillon.

L'échantillon de l'ECCES a été conçu de façon à produire des estimations fiables à l'échelle nationale pour trois groupes d'âge (18 à 44 ans, 45 à 64 ans et 65 ans et plus) selon le sexe. Statistique Canada et le NCHS se sont chargés, respectivement, de la conception de l'échantillon pour leur pays. Afin de produire des estimations nationales fiables pour les trois groupes d'âge selon le sexe et de respecter le budget accordé pour l'enquête, il a été établi que celle ci devrait être réalisée auprès d'un échantillon de 3 500 répondants au Canada et de 5 000 répondants aux États Unis. Ces tailles d'échantillon ont été augmentées avant la collecte des données pour tenir compte des unités hors du champ de l'enquête et des cas prévus de non réponse.

L'échantillon de l'ECCES a été stratifié selon la province au Canada et selon quatre régions géographiques aux États Unis (Nord Est, Midwest, Ouest et Sud). Dans chaque pays, l'échantillon a été réparti entre les strates proportionnellement à la taille de la population de ces dernières.

Sélection des ménages

La méthode de sélection de l'échantillon offrant la meilleure comparabilité entre les deux pays était la méthode de composition aléatoire (CA). Chaque organisme a été chargé de tirer son propre échantillon. Au Canada, l'échantillonnage des ménages par composition aléatoire (CA) repose sur la méthode d'élimination des banques non valides (EBNV), et aux Etats-Unis on a sélectionné l'échantillon par composition aléatoire au moyen du système d'échantillonnage GENESYS (système propriétaire de Donnelley Marketing Information Systems (DMIS)).

Sélection des répondants

Par la méthode de composition aléatoire (CA), il est difficile de contrôler la composition de l'échantillon, puisque l'âge et le sexe des répondants sont inconnus au départ. Comme les hommes de 65 ans et plus ne représentent que 7 % de la population et que 13 % seulement des ménages comptent au moins un homme de 65 ans et plus, un tirage purement aléatoire des répondants parmi les membres adultes des ménages aurait nécessité un échantillon de très grande taille pour garantir des estimations fiables pour ce groupe. Dans le contexte de l'ECCES, le groupe des 65 ans et plus est important. Pour éviter de devoir sélectionner un échantillon excessivement grand et pour respecter les contraintes opérationnelles et budgétaires, il a été décidé d'augmenter la probabilité de sélection des personnes de 65 ans et plus.

À cette fin, l'application informatique a été conçue de façon à sélectionner aléatoirement le répondant uniquement parmi les membres de 65 ans et plus du ménage quand au moins un membre du ménage faisait partie de ce groupe. Pour les ménages ne contenant que des personnes âgées de moins de 65 ans, le répondant a été sélectionné aléatoirement parmi tous les membres adultes du ménage. Cette stratégie a augmenté légèrement la représentation des personnes de 65 ans et plus dans l'échantillon, sans créer de distorsion excessivement importante comparativement à la répartition observée dans la population. Le principal inconvénient de cette approche est qu'elle exclut systématiquement de l'échantillon la population de moins de 65 ans vivant avec une ou plusieurs personnes de 65 ans et plus, ce qui pourrait introduire un biais dans l'échantillon si ces personnes ont des caractéristiques particulières. Par contre, elle évite d'obtenir des poids ayant une valeur extrême. On obtiendrait ce genre de poids pour la population de moins de 65 ans vivant avec une ou plusieurs personnes de 65 ans et plus si la probabilité de sélection diminuait au point d'être presque nulle. Pour cette raison, et pour s'assurer que la représentation des personnes de 65 ans et plus soit suffisante, il a été conclu que le biais éventuel représentait un compromis acceptable.

Pour l'ECCES, les nombres finaux de répondants sont les suivants : 3 505 répondants au Canada et 5 183 répondants aux Etats-Unis.

Sources des données

Collecte des données pour cette période de référence : 2002-11-04 à 2003-03-31

Il s'agit d'une enquête à participation volontaire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants.

La collecte des données s'est déroulée du 4 novembre 2002 au 31 mars 2003. Des opérations de collecte supplémentaires ont eu lieu pendant plusieurs semaines en avril et en juin 2003, uniquement pour l'échantillon des États Unis, afin d'essayer de convaincre de participer à l'enquête certaines personnes qui avaient refusé antérieurement de le faire. Dans chaque ménage sélectionné, on a demandé à une personne bien informée de 18 ans et plus de fournir des renseignements démographiques de base sur tous les membres du ménage. Puis, un membre du ménage de 18 ans et plus a été sélectionné au hasard pour participer à une interview plus approfondie.

Tant au Canada qu'aux États Unis, les interviews ont été réalisées par les employés permanents des bureaux régionaux de Statistique Canada au moyen du même questionnaire. Les intervieweurs sont des employés recrutés et formés spécialement pour conduire des enquêtes par la méthode d'interview assistée par ordinateur et la plupart sont des intervieweurs chevronnés. Tous les intervieweurs ont participé à une séance de formation et reçu un manuel à titre d'outil de référence. Les interviews ont été réalisées en trois langues, à savoir en français et en anglais au Canada, et en espagnol et en anglais aux États Unis. La durée de l'interview était d'environ 30 minutes.

Avant la première prise de contact par l'intervieweur, une lettre d'introduction a été envoyée par la poste à chaque logement sélectionné pour laquelle une adresse postale valide existait. Cette lettre expliquait aux répondants l'importance de l'enquête et les assurait du respect de la confidentialité des renseignements qu'ils fourniraient.

Le contenu des lettres d'introduction était presque identique pour les deux pays, les différences tenant à la mention de la loi en vertu de laquelle était réalisée l'enquête (la Loi sur la statistique pour le Canada et la Public Health Service Act pour les États Unis) et aux organismes concernés. Les lettres ont été rédigées de façon à satisfaire les critères institutionnels des deux organismes, en reflétant les efforts déployés par leurs employés respectifs en vue de rendre la lettre aussi concise et intelligible que possible au niveau de la huitième année d'études. Statistique Canada s'est chargé d'envoyer par la poste les lettres d'introduction à l'intention des membres de l'échantillon du Canada, et le NCHS, celles destinées aux membres de l'échantillon des États Unis, par la voie du centre d'envoi par la poste du United States Public Health Service établi à Rockville, au Maryland.

Les intervieweurs ont reçu l'instruction de faire tous les efforts raisonnables pour réaliser les interviews. Si le moment de l'appel de l'intervieweur était mal choisi, ce dernier a pris rendez vous pour un autre appel à un moment plus opportun. En cas d'absence au moment de l'appel, de nombreuses autres tentatives ont été faites pour prendre contact avec le ménage. Aux personnes faisant partie de l'échantillon qui ont refusé au départ de participer à l'enquête, le bureau régional a envoyé une lettre pour souligner l'importance de l'enquête et de la coopération du ménage. Ensuite, un intervieweur principal, un superviseur de projet ou un autre intervieweur a fait un deuxième appel pour essayer de convaincre le répondant sélectionné de l'importance de sa participation à l'enquête. Durant les derniers mois de la collecte des données, les efforts se sont concentrés sur les cas de non réponse et sur certaines personnes qui avaient antérieurement refusé de participer à l'enquête.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration.

Détection des erreurs

La vérification des données a été exécutée en grande partie par l'application d'interview assistée par ordinateur (IAO) durant la collecte des données. Il était impossible que les intervieweurs saisissent des valeurs situées en dehors de la fourchette permise et qu'ils commettent des erreurs d'enchaînement, car celui-ci était contrôlé par le système programmé de sauts de question (commandes « passez à ») de l'IAO. Par exemple, l'IAO fait en sorte que les questions qui ne s'appliquent pas au répondant ne sont pas posées. Dans le cas de certains types de déclarations non cohérentes ou inhabituelles, l'application a affiché des messages d'avertissement, mais aucune mesure corrective n'a été prise au moment de l'interview. Des vérifications élaborées pour ce genre de déclaration ont été effectuées, au besoin, après la collecte des données, au Bureau central. En général, on a corrigé les incohérences en attribuant la valeur « Non déclaré » à l'une des variables en cause ou aux deux.

Imputation

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Estimation

Le principe sur lequel s'appuie l'estimation dans le cas d'un échantillon probabiliste comme celui de l'ECCES veut que, outre elle même, chaque personne faisant partie de l'échantillon en représente plusieurs autres qui ne font pas partie de l'échantillon. Par exemple, dans un échantillon aléatoire simple au 1/50 (2 %) de la population, chaque personne en représente 50. Conformément à la terminologie utilisée ici, chaque personne a un facteur de pondération (ou poids) de 50.

La phase de pondération est l'étape où l'on calcule le poids appliqué à chaque personne échantillonnée. Le poids figure dans le fichier de microdonnées et doit être utilisé pour produire des estimations significatives d'après les résultats de l'enquête. Par exemple, si l'on veut estimer le nombre de personnes qui fumaient, on choisit les enregistrements se rapportant aux personnes qui possèdent cette caractéristique et on additionne les poids inscrits sur ces enregistrements.

Pour que les estimations produites à partir de données d'enquête soient représentatives de la population cible, et non pas seulement de l'échantillon proprement dit, l'utilisateur doit intégrer les poids de sondage dans le calcul des estimations. Un poids de sondage est attribué à chaque personne incluse dans l'échantillon final, c'est à dire l'échantillon de personnes qui ont répondu à l'enquête. Ce poids correspond au nombre de membres de la population cible que représente le répondant.

Les poids de sondage ont été calculés séparément pour les échantillons canadien et américain, mais, dans les deux cas, selon la même méthode et les mêmes ajustements de pondération.

Le plan de sondage de l'ECCES étant complexe, on ne peut utiliser aucune formule simple pour estimer la variance. Par conséquent, il faut recourir à une méthode approximative. Pour l'ECCES, il est recommandé d'utiliser la méthode bootstrap ou la méthode du développement en série de Taylor pour l'estimation de la variance.

La méthode du bootstrap appliquée aux données de l'ECCES comprend la sélection d'échantillons aléatoires simples appelés répétitions et le calcul de la variation des estimations d'une répétition à l'autre. Pour chaque répétition, on recalcule le poids de sondage de chaque enregistrement, puis on ajuste ces poids et on les stratifie a posteriori d'après les estimations de population connues, de la même façon que les poids initiaux, afin d'obtenir les poids bootstrap finaux.

Le processus complet (sélection d'échantillons aléatoires simples, recalcul et stratification a posteriori des poids pour chaque strate) est répété B fois, où B est grand. Pour l'ECCES, on utilise B = 1 000 pour produire 1 000 ensembles de poids bootstrap, qui sont fournis avec le fichier de microdonnées à grande diffusion. Pour obtenir un estimateur bootstrap de la variance, on doit calculer l'estimation ponctuelle pour chacun des B échantillons. La variance de ces estimations est l'estimateur bootstrap de la variance. Le programme Bootvar a été développé pour permettre à l'utilisateur des données d'effectuer tous ces calculs.

Le calcul de l'écart-type pour les estimations obtenues avec l'ECCES peut être aussi fait avec la méthode du développement en série de Taylor, à l'aide de logiciel statistique comme SUDAAN. L'information sur l'échantillonnage (strates et grappes) est incluse dans le Fichier de microdonnées à grande diffusion.

Évaluation de la qualité

On a pris des mesures pour réduire au minimum les erreurs non dues à l'échantillonnage. Pour réduire le nombre de cas de non-réponse, les intervieweurs de Statistique Canada reçoivent une formation intensive, disposent de manuels détaillés et travaillent sous la direction de superviseurs. L'ampleur de la non-réponse varie de non-réponse partielle (le fait de ne pas répondre à une ou plusieurs questions) à une non-réponse totale. Il n'y a presque pas eu de non-réponse partielle car une fois le questionnaire débuté les répondants avaient tendance à le terminer. Dans la plupart des cas, la non-réponse partielle à l'enquête était attribuable au fait que le répondant ne comprenait pas une question ou l'interprétait mal, refusait d'y répondre, ne se souvenait pas de l'information demandée ou n'était pas en mesure de fournir de l'information sur lui-même ou sur la personne pour laquelle il fournissait une réponse par procuration. Il y a eu non-réponse totale lorsqu'il était impossible de dépister le répondant, qu'aucun membre du ménage ne pouvait fournir les renseignements voulus ou que le répondant refusait de participer à l'enquête. On a traité les cas de non-réponse en corrigeant les poids des personnes qui ont répondu à l'enquête afin de compenser pour ceux qui n'ont pas répondu. Les personnes qui ont refusé de répondre ont fait l'objet d'un suivi par un intervieweur principal, un superviseur de projet ou un autre intervieweur en vue de les encourager à participer à l'enquête. En outre, pour maximiser le taux de réponse, la période de collecte a été étendue dans la portion américaine de l'échantillon.

Afin d'évaluer la qualité des données de l'ECCES, des comparaisons avec d'autres enquêtes existantes ont été faites. Les données canadiennes ont été comparées à l'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC) 1.1, 1.2 et 2.1. Les données américaines ont été comparées à la U.S. National Health Interview Survey (NHIS).

Contrôle de la divulgation

La Loi interdit à Statistique Canada de rendre publique toute donnée susceptible de révéler de l'information obtenue en vertu de la Loi sur la statistique et se rapportant à toute personne, entreprise ou organisation reconnaissable sans que cette personne, entreprise ou organisation le sache ou y consente par écrit. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Des Fichiers de microdonnées à grande diffusion (FMGD) ont été produits en plus des fichiers maîtres. Les FMGD diffèrent des fichiers maîtres détenus par Statistique Canada en de nombreux points. Ces différences sont le résultat d'actions prises afin de protéger l'anonymat des répondants individuels aux enquêtes. Premièrement, seules les données transversales sont disponibles sur de tels fichiers, car l'information longitudinale permet d'identifier des répondants. Aussi, quelques variables sensibles ont été regroupées, maximisées ou complètement enlevées des fichiers.

Avant de diffuser et/ou de publier des estimations tirées de ces fichiers de microdonnées, les utilisateurs doivent d'abord déterminer le nombre de répondants qui ont fourni les données entrant dans le calcul de l'estimation. Si ce nombre est inférieur à 30, l'estimation pondérée ne doit pas être diffusée, quelle que soit la valeur de son coefficient de variation. Pour les estimations pondérées basées sur des échantillons composés de 30 répondants ou plus, les utilisateurs doivent calculer le coefficient de variation de l'estimation arrondie et suivre les lignes directrices ci-après.

Les estimations qui figurent dans le corps d'un tableau statistique doivent être arrondies à la centaine près selon la méthode d'arrondissement classique. Si le premier ou le seul chiffre à supprimer se situe entre zéro et quatre, le dernier chiffre qu'on garde ne change pas. Si le premier ou le seul chiffre à supprimer se situe entre cinq et neuf, on augmente d'une unité la valeur du dernier chiffre à garder. Les totaux partiels marginaux et les totaux marginaux des tableaux statistiques doivent être calculés d'après leurs éléments correspondants non arrondis, puis arrondis à leur tour à la centaine près selon la méthode d'arrondissement classique. Les moyennes, les proportions, les taux et les pourcentages doivent être calculés à partir d'éléments non arrondis (par exemple les numérateurs ou les dénominateurs), puis arrondis à une décimale près selon la méthode d'arrondissement classique. Pour arrondir à un seul chiffre selon cette méthode classique, si le dernier ou le seul chiffre à supprimer se situe entre zéro et quatre, le dernier chiffre à garder ne change pas. Si le premier ou le seul chiffre à supprimer se situe entre cinq et neuf, on augmente d'une unité le dernier chiffre à garder. Les sommes et les différences d'agrégat (ou de rapports) doivent être calculées à partir de leurs éléments correspondants non arrondis, puis arrondies à leur tour à la centaine près (ou à la première décimale près) selon la méthode d'arrondissement classique. On ne doit en aucun cas publier ni diffuser d'une autre façon des estimations non arrondies. Les estimations non arrondies donnent l'impression d'être beaucoup plus précises qu'elles ne le sont en réalité.

Révisions et désaisonnalisation

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Documentation

Date de modification :