Enquête sur la diversité ethnique (EDE)

Statut :
Inactive
Fréquence :
Une fois
Numéro d'enregistrement :
4508

L'enquête poursuit deux objectifs. En premier lieu, elle nous aidera à mieux comprendre la façon dont les antécédents des personnes influencent leur participation à la vie sociale, économique et culturelle du Canada. En second lieu, elle permettra de recueillir des renseignements qui aideront à mieux comprendre comment les Canadiens de différentes origines ethniques interprètent et déclarent leur appartenance ethnique.

Information détaillée pour 2002

Date de la parution - 29 septembre 2003

Aperçu

Le ministère du Patrimoine canadien a demandé à Statistique Canada (SC) d'élaborer et de mener une enquête sur l'appartenance ethnique, en prenant soin de traiter de ses diverses dimensions et de questions connexes sur la diversité culturelle changeante du Canada.

L'enquête a suivi le Recensement de 2001, ce dernier fournissant la base de sondage. Elle est financée en commun par SC et Patrimoine canadien.

L'enquête poursuit deux objectifs. En premier lieu, elle nous aidera à mieux comprendre la façon dont les antécédents des personnes influencent leur participation à la vie sociale, économique et culturelle du Canada. En second lieu, elle permettra de recueillir des renseignements qui aideront à mieux comprendre comment les Canadiens de différentes origines ethniques interprètent et déclarent leur appartenance ethnique.

Les sujets abordés dans l'enquête comprennent ascendance ethnique, identité ethnique, lieu de naissance, statut de membre d'une minorité visible, religion, pratique religieuse, connaissance des langues, antécédents familiaux, relations familiales, réseaux sociaux, participation a la vie communautaire, attitudes, satisfaction de la vie en général, confiance, et activités socioéconomiques.

Les renseignements recueillis au moyen de l'enquête serviront à Patrimoine canadien à éclairer l'élaboration de politiques et de programmes. Plusieurs des modules, comme ceux des relations sociales, de la participation à la vie communautaire, des attitudes et des activités socioéconomiques, sont particulièrement liés aux besoins en matière de politiques et de programmes de Patrimoine canadien.

De plus, les renseignements recueillis serviront aux prochaines collectes de données dans le domaine de l'appartenance ethnique, particulièrement pour l'élaboration du contenu du Recensement de 2006. Par exemple, il y a des questions sur l'ascendance ethnique et l'identité ethnique, de même que sur l'importance de l'appartenance ethnique pour le répondant. L'enquête touche des dimensions objectives et subjectives de l'appartenance ethnique. De plus, dans le cadre de celle-ci, on pose des questions sur les antécédents ethnoculturels du répondant afin de mieux comprendre comment il choisit (ou non) certaines identifications ethniques.

Sujets

  • Diversité ethnique et immigration
  • Intégration des nouveaux venus
  • Société et communauté

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population cible pour l'enquête principale comprenait les personnes de 15 ans et plus vivant dans les logements privés des 10 provinces du Canada. La population excluait les personnes vivant dans des logements collectifs, les résidents des réserves indiennes, les personnes ayant déclarées une origine ou une identité autochtone au recensement de 2001 et les personnes vivant dans les régions du Nord et les régions éloignées.

Élaboration de l'instrument

Statistique Canada et Patrimoine canadien ont tenu de longues discussions afin d'élaborer un questionnaire qui reflète les objectifs de l'enquête. Dans la mesure du possible, des questions standard provenant des enquêtes de Statistique Canada, de même que d'autres enquêtes dans le domaine de l'appartenance ethnique ont été utilisées dans le questionnaire. Le comité consultatif de l'enquête a également orienté l'élaboration du contenu de l'enquête à l'aide de ses discussions et de ses recommandations.

Le contenu pour cette enquête reflète également les résultats d'une série d'essais qualitatifs externes, qui ont eu lieu entre janvier et octobre 2001. L'essai externe du questionnaire s'est fait au moyen d'interviews individuelles et auprès de groupes de discussion menés à travers le Canada. Au total, 265 participants ont pris part à l'essai qualitatif du contenu du questionnaire pour cette enquête.

Nous avons également utilisé les résultats d'un test pilote effectué en septembre 2001 afin d'élaborer et de préciser le contenu et le matériel d'enquête. Le test pilote a été effectué auprès d'environ 1 500 répondants de tout le Canada. Le Test du Recensement national de 1998 constituait la base pour cet essai. L'objectif de l'essai était d'évaluer les questions, le modèle du questionnaire, les procédures de collecte, les procédures d'interview (manuels, instructions, etc.) ainsi que les procédures de saisie de l'interview téléphonique assistée par ordinateur (ITAO) et de Blaise en vue de l'enquête principale.

Échantillonnage

Il s'agit d'une enquête transversale par échantillon.

Les répondants de l'EDE ont été selectionnés parmi les personnes qui ont répondu aux questionnaires longs du recensement de 2001, lesquels ont été distribués à un ménage sur cinq au Canada. La population échantillonnée a été choisie en fonction des réponses données aux questions sur l'origine ethnique des ancêtres, le lieu de naissance du répondant ainsi que le lieu de naissance de ses parents. Les réponses à l'origine ethnique des ancêtres ont été ventilées pour former les deux principales catégories d'intérêts: les CBFA+ (Canadien ou Britannique ou Français ou Américains ou Australiens et/ou Néo-zélandais) et les Non-CBFA+ (toutes les autres réponses comprenant au moins une origine autre que CBFA+). Cette dernière catégorie a été subdivisée à son tour en origines européennes et non européennes.

Finalement, les questions portant sur les lieux de naissance des répondants et de ses parents ont servi à former le statut générationnel du répondant. La première génération comprend les répondants nés à l'extérieur du Canada. La deuxième comprend les répondants nés au Canada ayant au moins un parent né à l'extérieur du Canada. La troisième génération comprend les répondants nés au Canada dont les deux parents sont également nés au Canada. Les strates formées par les générations ont ensuite été regroupées afin d'obtenir un nombre suffisamment élevé de personnes dans la strate.

En raison des objectifs visés par l'enquête ainsi que du besoin en données pour certaines sous populations, la répartition de l'échantillon fut établi à 1/3 pour les origines CBFA+ et de 2/3 pour les non-CBFA+. Cette répartition nous assurait l'obtention d'un nombre suffisant de personnes dans les catégories d'intérêts, spécialement en ce qui concerne les immigrants.

L'échantillon final comprenait 57 242 personnes. De ce nombre, 42 476 personnes ont répondu à l'enquête. Ce qui correspond à un taux de réponse global de 75,6 % si on tient compte des 1 057 personnes classifiées hors du champ de l'enquête.

Sources des données

Collecte des données pour cette période de référence : avril 2002 à août 2002

Il s'agit d'une enquête à participation volontaire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants.

Les données de l'enquête sur la diversité ethnique ont été recueillies à l'aide de l'application informatique Blaise et de la méthode d'interview téléphonique assisté par ordinateur (ITAO). La durée moyenne des entrevues était de 35 à 40 minutes, toutefois, cette durée pouvait varier selon la situation du répondant. Les réponses par procuration (ou par personne interposée) n'étaient pas permises. En plus des deux langues officielles, les entrevues se sont déroulées en sept langues non officielles, soient en mandarin, cantonnais, italien, pendjabi, portugais, vietnamien et espagnol.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration .

Détection des erreurs

Les données reçues ont été vérifiées afin de s'assurer de la validité, de la cohérence et de l'intégralité des questionnaires. Lorsque cela était possible, des contrôles automatisés ont été intégrés au mode de collecte afin de minimiser les erreurs et de les corriger avec l'assistance du répondant. Par la suite, nous avons corrigé les erreurs potentielles à l'aide des notes laissées par les interviewers. Nous avons également élaboré des règles de contrôle et de vérification pour identifier et corriger les incohérences pour chaque question et chaque cheminement du questionnaire. Outre ces vérifications, les réponses manquantes aux variables géographiques (i.e. province de résidence, région métropolitaine de recensement) et démographiques (âge, sexe, état matrimonial et liens entre les membres du ménage) ont été imputées de façon déterministe.

Imputation

Les réponses manquantes aux variables géographiques (i.e. province de résidence, région métropolitaine de recensement) et démographiques (âge, sexe, état matrimonial et liens entre les membres du ménage) ont été imputées de façon déterministe.

Estimation

Puisque l'enquête sur la diversité ethnique est une enquête basée sur un plan d'échantillonnage probabiliste, chaque répondant représente un certain nombre d'autres personnes de la population étudiée qui ne font pas partie de l'échantillon. Ce nombre de personnes est appelé le poids. Un poids est attribué à chaque personne sélectionnée. Ce poids est par la suite modifié afin de tenir compte des non répondants ainsi que des écarts entre les caractéristiques de l'échantillon et celles de la population cible. Grâce à la pondération, les résultats de l'EDE fournissent une estimation de ce qu'aurait répondu la population toute entière.

L'enquête sur la diversité ethnique a utilisé la méthode d'auto-amorçage (bootstrap) pour l'estimation de la variance. Cette méthode de ré échantillonnage consiste a tiré 500 échantillons indépendants (avec remise) à partir de notre échantillon initial corrigé selon le plan d'échantillonnage de l'enquête. Les poids initiaux sont calculés pour chacun des échantillons et les ajustements aux poids sont effectués selon les mêmes étapes que pour l'échantillon initial (non-réponse, post stratification et méthode itérative du quotient). Cela permet de tenir compte de la composante de la variance qui provient de chaque étape de la pondération. Des estimateurs d'intérêts sont ensuite calculés sur chaque échantillon. La variance empirique est calculée sur tous les échantillons pour produire une estimation de la variance des estimateurs en question. L'enquête sur la diversité ethnique utilise le coefficient de variation (c.v.) comme mesure indicatrice de la qualité. Le logiciel WesVar, développé par Westat, a été utilisé comme outil pour le calcul des coefficients de variation.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la Loi sur la statistique. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Exactitude des données

Les erreurs attribuées aux enquêtes se divisent en deux grandes catégories : les erreurs d'échantillonnage et les erreurs non dues à l'échantillonnage. L'erreur d'échantillonnage provient du fait que les estimations sont obtenues à partir d'un échantillon plutôt que d'un recensement de la population entière effectué dans les mêmes conditions. Dans l'enquête sur la diversité ethnique, on mesure cette erreur au moyen du coefficient de variation (c.v.). Ce nombre, exprimé en pourcentage, correspond à l'erreur type (ou racine carrée de la variance de l'estimateur) divisé par l'estimateur lui-même. Plus le c.v. est petit, plus variabilité d'échantillonnage est petite et plus les estimateurs sont précis. L'EDE utilise les mesures suivantes :
(i) lorsque le c.v. est supérieur ou égal à 33,4 %, l'estimateur est considéré « inacceptable » et le symbole « F » figure à côté de l'estimateur correspondant;
(ii) lorsque le c.v. se situe entre 16,6 % et 33,3 %, l'estimateur est considéré « médiocre », il doit être utilisé avec prudence et le symbole « E » de mise en garde figure à côté de l'estimateur correspondant;
(iii) lorsque le c.v. est de 16,5 % ou moins, l'estimateur est considéré « acceptable », il peut être utilisée sans restriction et aucune mention n'apparaît à côté de l'estimateur correspondant.

Tous les autres types d'erreurs sont des erreurs non dues à l'échantillonnage et peuvent survenir à toutes les étapes d'une enquête. Ce type d'erreur comprend principalement les erreurs de couverture, de non-réponse, de réponse et de traitement. En général, l'effet de certaines de ces erreurs (réponse ou traitement) est plus difficile à identifier et à quantifier. Des mesures de contrôle et de vérification ont été prises à chaque étape de l'enquête, de la planification au traitement des données pour minimiser ces deux types d'erreur.

Tel que mentionné plus tôt, le taux de réponse global à l'enquête est de 75,6 %. Les taux de réponse par strate varient de 72 % à 80 %. Comme on pouvait s'y attendre, les premières générations ont obtenu un taux de réponse plus bas, soit 73 % comparativement à 77 % pour les 2ième et 3ième générations ou plus. La non-réponse partielle ne représente que 3,2 % des réponses ce qui signifie qu'en général, lorsqu'une personne commençait l'entrevue, elle terminait de répondre à toutes les questions de l'enquête.

Une erreur de couverture se produit lorsqu'un écart existe entre la population cible et la population échantillonnée. Par exemple, lorsque l'on oublie d'inclure des personnes dans la base de sondage, qu'on les inclut à tort ou qu'on les comptes deux fois. L'utilisation du recensement comme base de sondage a contribué à réduire ce type d'erreur. L'erreur de sous-couverture nette lors du recensement se situe habituellement autour de 3 %. De plus, il est à noter que lors de la sélection de l'échantillon de l'EDE, une erreur de codage s'est glissée dans la base de sondage au niveau de certaines subdivisions de recensement (SDR). Ce problème affecte principalement deux provinces de l'atlantique, soient le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle Écosse. Une étude détaillée des caractéristiques des personnes non couvertes, à l'aide des données du recensement, a montré que l'échantillon demeurait représentatif de la population cible pour l'essentiel des variables d'intérêts de l'enquête. Des ajustements similaires à celles utilisés pour la correction de la non réponse ont été apportés aux poids afin de diminuer le biais potentiel dû à cette erreur de couverture. Bien que le biais engendré par cette sous-couverture ne puisse être éliminé complètement, la qualité des données au niveau national n'est pas affectée. Par contre, toutes identifications au niveau provincial dans la région de l'atlantique ont été supprimées de la base finale. Le plus bas niveau géographique pour cette région est l'indicateur de région métropolitaine de recensement (RMR) et les non RMR.

Documentation

Fichier des données