Enquête sur l'utilisation de l'énergie par les ménages (EUÉM)

Information détaillée pour 2003

Statut :

Inactive

Fréquence :

Occasionnelle

Numéro d'enregistrement :

4403

Le but de cette enquête était de fournir à Ressources naturelles Canada des données sur les caractéristiques énergétiques des logements privés au Canada et sur l'utilisation par les ménages de ressources énergétiques. Les données recueillies peuvent permettre à Ressources naturelles Canada d'évaluer les effets de programmes d'efficacité énergétique existants et d'en développer de nouveaux.

Date de la parution - 4 avril 2006 (Aucun fichier de microdonnées à grande diffusion n'a été produit par Statistique Canada pour cette enquête. Les données ne seront pas disponibles via l'Initiative de démocratisation des données (IDD).)

Aperçu

Cette enquête vise à fournir à Ressources naturelles Canada (RNCan) des renseignements sur l'utilisation énergétique des ménages canadiens habitant des logements unifamiliaux ou des immeubles résidentiels comptant moins de cinq étages. L'enquête trace le profil de l'utilisation de certains équipements et appareils consommateurs d'énergie, en plus de décrire les caractéristiques des logements liées à l'énergie, les caractéristiques démographiques des ménages, les habitudes de consommation définies et la quantité d'énergie utilisée au cours de la période de référence. Dans le cadre de cette enquête, on a recueilli des données sur l'âge et la taille du logement, l'état du logement, les améliorations domiciliaires, les types d'équipement de chauffage et de climatisation ainsi que des renseignements démographiques tels que les données sur la composition familiale et le revenu du ménage.

Les données d'enquête permettront à l'Office de l'efficacité énergétique (OEE), une entité de Ressources naturelles Canada (RNCan), de déterminer les niveaux moyens d'intensité énergétique des ménages (utilisation énergétique par rapport à la surface ) et de comparer les niveaux d'intensité des maisons selon leur type, la région où elles se trouvent, leur âge, le nombre d'étages qu'elles comptent, ainsi que selon les centres de populations, entre autres. Il est également possible de répartir ces données selon la source d'énergie, afin de comparer le rendement énergétique. Grâce aux données, RNCan pourra mieux comprendre les habitudes (tendances) de consommation énergétique des ménages, évaluer le potentiel d'efficacité énergétique dans le secteur résidentiel ainsi qu'analyser et mieux comprendre les effets des mesures envisagées en matière d'efficacité énergétique pour l'avenir. Les données lui permettront donc d'évaluer les programmes d'efficacité énergétique en place et faciliteront la mise en oeuvre de règlements relatifs à la consommation énergétique par les appareils ménagers. Les règlements définissent des normes de rendement minimales afin d'éliminer les appareils ménagers moins éconergétiques. De même, les données de l'EUÉM serviront à décider comment orienter les politiques futures afin d'améliorer le rendement énergétique du Canada, et ce, dans le but de réduire les émissions de gaz à effet de serre et, ainsi, d'atteindre nos objectifs concernant le Protocole de Kyoto.

Mis à part RNCan à proprement parler, un réseau de centres d'utilisation finale de l'énergie créé par RNCan, en plus des gouvernements provinciaux et des sociétés de services publics, examineront également les habitudes de consommation énergétique au moyen des rapports de l'EUÉM.

Il est possible d'obtenir gratuitement le Rapport sommaire et le Rapport statistique détaillé de l'Enquête 2003 sur l'utilisation de l'énergie par les ménages (EUÉM) en communiquant avec Ressources naturelles Canada (télécopieur : [613] 947-4120, euc.cec@rncan.gc.ca) ou en cliquant sur « Statistiques sur la consommation d'énergie » sur le site Web de RNCan correspondant à l'adresse http://oee.rncan.gc.ca/publications.

Sujets

  • Consommation et écoulement d'énergie
  • Énergie
  • Familles, ménages et logement
  • Logement et caractéristiques du logement

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population cible se compose des logements occupés comme résidence principale dans les dix provinces canadiennes qui sont de type maison individuelle non attenante, maison double, maison en rangée, maison mobile, duplex ou logement en immeuble de quatre étages ou moins; ces deux dernières catégories de logements constituent une nouveauté comparativement à l'enquête de 1998. Sont spécifiquement exclus du champ de l'enquête les logements d'un type autre que ceux mentionnés ci dessus, les logements situés sur une réserve indienne ou sur une base militaire, les entreprises, les établissements, les logements démolis ou en construction, les logements saisonniers ou secondaires, et les logements dont les membres sont à temps plein au sein des Forces armées canadiennes.

Élaboration de l'instrument

Le questionnaire comprenait deux parties distinctes. La première partie, la plus détaillée des deux, s'adressait à l'occupant du logement sélectionné dans l'échantillon. La seconde partie, plus courte, était nécessaire pour les logements loués et les condominiums : elle s'adressait au propriétaire non occupant ou au responsable de la gestion du condominium. Elle visait à recueillir des informations que les locataires et occupants de condominiums ne connaissaient pas ou étaient peu susceptibles de connaître.

Les questions du questionnaire provenaient principalement des questionnaires utilisés dans le cadre des enquêtes précédentes. Des révisions supplémentaires du contenu du questionnaire ont été apportées afin de satisfaire les besoins des différents secteurs spécialisés de l'Office de l'efficacité énergétique (OEE) de Ressources naturelles Canada.

Après avoir fait l'objet d'essais auprès de groupes de discussion dans six villes situées dans quatre régions du Canada, le questionnaire final a été envoyé à la Division de la recherche et du développement des opérations (DRDO) afin d'être transformé en application d'interview sur place assistée par ordinateur (IPAO). Les essais auprès des groupes de discussion étaient coordonnés par le Centre d'information sur la conception des questionnaires de Statistique Canada (CICQ).

Avant d'être envoyée aux intervieweurs régionaux, l'application IPAO a fait l'objet d'une série d'essais qualitatifs par les équipes de conception et de développement qui se sont assurées du bon fonctionnement de l'enchaînement des questions et des vérifications de contrôle. Les délégués régionaux ont mené des essais supplémentaires afin de s'assurer de la transférabilité des questionnaires électroniques d'un ordinateur portable à l'autre et au bureau central par l'entremise des lignes de transmission sécurisées.

Afin d'obtenir la permission de recueillir des données sur la consommation d'énergie auprès de fournisseurs (électricité, gaz, mazout) et afin que les fournisseurs divulguent ces données à Statistique Canada et à Ressources naturelles Canada (en vertu d'une entente de partage des données), il a fallu créer un formulaire particulier tenant compte des questions d'ordre juridique et des questions touchant le respect de la vie privée qui sont liées à la protection des parties concernées. Le « Formulaire d'autorisation pour le fournisseur d'énergie » a été conçu expressément à cet effet et n'a été utilisé que lorsqu'il était dûment signé par le titulaire du compte.

Échantillonnage

Il s'agit d'une enquête transversale par échantillon.

L'échantillon de l'EUÉM est composé de répondants de la base aréolaire de l'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC) qui ont été interviewés dans le cadre de l'ESCC entre janvier et octobre 2003. L'information auxiliaire disponible pour l'EUÉM, notamment le type de logement, le numéro de téléphone et la situation de l'occupant, à savoir locataire ou propriétaire, était par conséquent relativement récente lors de l'établissement de l'échantillon en janvier 2004; l'information avait été recueillie au cours des trois à douze mois précédents, et était en moyenne vieille de six mois.

L'échantillon de l'EUÉM est un sous-échantillon aléatoire simple stratifié des répondants de l'ESCC. Les strates de l'EUÉM sont définies selon les régions sanitaires provinciales, avec de légères modifications afin d'éviter le chevauchement entre les strates de l'Enquête sur la population active (EPA) et les régions sanitaires (c'est-à-dire que les strates de l'EPA ont été assignées à une seule région sanitaire lorsque cela n'était pas le cas). La répartition de l'échantillon aux strates de l'EUÉM a été faite de façon proportionnelle aux estimations de la population. Cette approche d'échantillonnage pseudo-proportionnelle au poids présente l'avantage de procurer des effets du plan d'échantillonnage moins élevés, entraînant des estimations de meilleure qualité pour des tailles d'échantillon données.

L'échantillon de logements enquêtés devait permettre d'obtenir des résultats fiables dans chacune des cinq grandes régions canadiennes (Provinces de l'Atlantique, Québec, Ontario, Provinces des Prairies, Colombie-Britannique) ainsi que des estimations de niveau national pour certaines variables agrégées comme des regroupements de types de logements ou d'années de construction, par secteur rural ou urbain.

La taille d'échantillon nécessaire pour subvenir aux besoins analytiques, compte tenu du plan d'enquête proposé et du taux de réponse attendu, était de 6 433 logements.

Veuillez consultez la section 2.3 (Échantillonnage) de l'ANNEXE A. MÉTHODOLOGIE au lien « Documentation complémentaire » qui suit pour plus de détail sur la répartition de ces logements.

Sources des données

Collecte des données pour cette période de référence : 2004-03-15 à 2004-09-30

Il s'agit d'une enquête à participation volontaire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants et sont tirées de fichiers administratifs.

La première phase de la collecte des données pour l'EUÉM comprenait l'obtention de renseignements auprès des personnes occupant les logements échantillonnés et des tierces parties telles que les propriétaires non occupants, les gestionnaires immobiliers et les responsables de la gestion des condominiums. La deuxième phase consistait en la collecte de données sur la consommation auprès des fournisseurs d'énergie des logements en question.

Peu de temps avant la collecte des données, une lettre d'introduction résumant le but de l'enquête a été envoyée par les bureaux régionaux de Statistique Canada aux occupants des logements sélectionnés.

Au cours de la première phase de la collecte, menée du 15 mars au 11 juin 2004, les intervieweurs ont dû se rendre aux logements pour interroger les répondants, notamment afin de les aider à répondre aux questions concernant les caractéristiques du logement et de leur faire signer le formulaire de consentement à la communication avec leur fournisseur d'énergie. On a demandé aux intervieweurs de communiquer avec les occupants des logements par téléphone afin de fixer un rendez-vous pour une interview sur place assistée par ordinateur (IPAO), de préférence avec le titulaire du compte auprès du fournisseur d'énergie ou avec la personne du ménage la mieux renseignée sur le chauffage du logement, les gros appareils électroménagers et les caractéristiques physiques du logement.

Si le logement choisi était loué ou faisait partie d'un condominium, on a communiqué avec le propriétaire non occupant, le gestionnaire immobilier ou le responsable de la gestion du condominium afin d'obtenir des renseignements supplémentaires sur les traits physiques du logement et sur les appareils de chauffage/climatisation dont l'occupant ignorait possiblement l'existence. Des interviews sur place ont été menées lorsque les propriétaires non occupants, les gestionnaires immobiliers et les responsables de la gestion des condominiums payaient les factures de services publics et qu'il fallait leur faire signer un formulaire d'autorisation afin de communiquer avec leur fournisseur d'énergie. Autrement, la plupart des interviews ont été effectuées par téléphone.

Un taux de réponse de 70,7 %, ce qui représente 4 551 cas sur les 6 433 logements échantillonnés, a été enregistré au cours de la première phase de la collecte. On a jugé que ces cas comportaient suffisamment de données et satisfaisaient aux exigences en matière de partage de données entre Statistique Canada et Ressources naturelles Canada. Lorsqu'on tient compte du fait que 309 logements ont été classés comme « hors du champ de l'enquête » et qu'on ajuste le nombre admissible de logements échantillonnés à 6 124, le taux de réponse passe à 74,3 %.

La deuxième phase de la collecte de données a été coordonnée par le bureau central de Statistique Canada. Elle comprend la collecte des renseignements sur la consommation d'électricité, de gaz et de mazout pendant l'année de référence 2003 auprès des fournisseurs des titulaires de compte qui y ont consenti en signant le formulaire requis.

Il a fallu communiquer avec 338 fournisseurs d'énergie en tout afin d'obtenir les données concernant environ 4 000 consommateurs d'électricité, 1 930 consommateurs de gaz naturel, 540 consommateurs de mazout et 80 consommateurs de propane. Les taux de réponse selon le type d'énergie fournie étaient de 76 % pour l'électricité, de 64 % pour le gaz naturel, de 48 % pour le mazout et de 41 % pour le propane. Cette phase de la collecte a eu lieu de juillet à septembre 2004.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration .

Détection des erreurs

Au cours de la phase de post collecte, les données ont été soumises à d'autres processus de validation au moyen d'un « système de traitement généralisé » (STG). ( Le STG a été créé afin de convertir des spécifications de vérifications, préparées au moyen de feuilles de calcul Excel et de LogiPlus (tables de décisions), en programmes SAS. Des programmes SAS personnalisés supplémentaires ont été créés par les spécialistes de la méthodologie d'enquête aux fins de validation, de pondération et d'imputation.). Par exemple, à l'étape du « nettoyage », des mesures de la non-réponse aux éléments de données clés essentiels au calcul de la consommation d'énergie ont été utilisées afin de déterminer s'il fallait conserver ou rejeter un dossier. Des ensembles de règles supplémentaires (tables de décisions) ont été créés au cours des étapes de « vérification » et de « dérivation » afin de garantir la cohérence et la plausibilité des valeurs dérivées de différentes composantes de données. Par exemple, ces règles font en sorte que les types de combustibles utilisés correspondent aux appareils utilisés dans le logement.

Les enregistrements rejetés étaient considérés comme non répondants. Environ 200 enregistrements ont ainsi été rejetés à cause de leur qualité insuffisante ou d'un manque de données.

Les valeurs dérivées pour les zones chauffées (surface habitable, sous-sol et garage) ont été vérifiées au moyen de la méthode du sigma gap (cette méthode ordonne les données et sélectionne tous les enregistrements à partir de l'enregistrement où la distance avec l'enregistrement précédent est plus grande qu'une fois l'écart-type), tandis que les valeurs de la consommation énergétique ont été validées au moyen d'une méthode fondée sur les intervalles. Lorsque l'intensité énergétique calculée ( (surface chauffée du logement) / (consommation totale en GJ) ) était hors de l'intervalle défini, les données étaient corrigées manuellement ou rejetées et étiquetées aux fins d'imputation. Les valeurs manquantes pour les surfaces chauffées et la quantité d'énergie consommée ont été imputées.

Imputation

Les questions qui s'appliquaient à un répondant et qui étaient manquantes ou erronées ont été imputées ou bien se sont vues assigner le code « non déclaré ». Les questions dont l'application au répondant était incertaine se sont aussi vues assigner le code « non déclaré ».

Les variables de nature quantitative recueillies ou dérivées ont été soumises à la détection de valeurs extrêmes et à l'imputation. La détection de valeurs extrêmes a été effectuée le plus souvent à l'aide de la méthode sigma-gap, et l'imputation par la méthode hot deck.

Les taux d'imputation varient de 1 % à 77 %, la médiane des taux parmi les 20 variables imputées étant de 25 %. Des recommandations pour évaluer la qualité d'estimations basées sur des variables imputées ont été produites.

Veuillez consultez la section 4.1 (Traitement des donnés) de l'ANNEXE A. MÉTHODOLOGIE pour un résumé des taux d'imputation pour les variables de l'EUÉM sujettes à l'imputation.

Estimation

La pondération de l'échantillon de l'EUÉM comprenait onze étapes :

1. Ajustement du sous-poids de l'ESCC pour tenir compte de la sous-couverture au niveau des logements dans le fichier servant à tirer l'échantillon de l'EUÉM (les unités répondantes au niveau du ménage mais non répondantes au niveau de la personne sélectionnée étaient absentes du fichier de l'ESCC);

2. Sélection de l'échantillon de l'EUÉM;

3. Ajustement pour tenir compte des logements multiples;

4. Ajustement pour tenir compte de la non-réponse complète de type 0.1 (logements dont l'adresse n'a pas été confirmée);

5. Ajustement pour tenir compte de la non-réponse complète de type 0.2 (logements dont l'occupation n'a pas été confirmée);

6. Ajustement pour tenir compte de la non-réponse complète de type 1 (aucune donnée recueillie);

7. Ajustement pour tenir compte de la non-réponse complète de type 2 (ménages ayant emménagé dans les logements sélectionnés en 2004);

8. Ajustement pour tenir compte de la non-réponse partielle de type 1 (données sur le système de chauffage et sur le réservoir d'eau chaude manquantes et déterminantes pour l'identification des sources d'énergie utilisées par le logement);

9. Ajustement pour tenir compte de la non-réponse partielle de type 2 (autres cas de non-réponse partielle);

10. Premier calibrage des poids pour produire des estimations cohérentes à celles de l'ESCC par rapport à deux marges : d'une part le nombre de logements dans le champ de l'enquête, par province, et d'autre part le nombre de logements selon certains regroupements de types de logement et selon un niveau géographique donné (national ou régional);

11. Deuxième calibrage des poids pour produire des estimations cohérentes à celles de l'EPA par rapport à dix domaines : type de logement regroupé (maison unifamiliale vs autres) selon chacune des cinq régions infranationales habituelles (Provinces de l'Atlantique, Québec, Ontario, Provinces des Prairies, Colombie-Britannique).

L'estimation de la variance pour l'EUÉM est faite à l'aide de la méthode du Bootstrap. Les 500 poids Bootstrap de l'ESCC ont été soumis aux onze étapes de pondération de l'EUÉM.

Évaluation de la qualité

Dans l'ensemble, les données recueillies par l'EUÉM sont de bonne qualité. Les rapports des intervieweurs et la cohérence des données entre elles en attestent. Cependant, tel que décrit à la section 4.1 (Traitements des données) de l'ANNEXE A. MÉTHODOLOGIE, certains aspects de la qualité des données et certaines réserves rencontrées en cours de collecte et de traitement méritent d'être soulignés.

Les lignes directrices décrites dans le Tableau 14 à la section 4.3 (Estimation de la variance) de l'ANNEXE A. MÉTHODOLOGIE déterminent la qualité des estimations produites à partir de variables qui n'ont pas fait l'objet d'imputation. Dans le cas de variables qui ont fait l'objet d'imputation, le même tableau s'applique sauf que le concept de coefficient de variation est remplacé par celui du coefficient de variation ajusté pour tenir compte du taux d'imputation. Le coefficient de variation d'une estimation s'obtient en utilisant le logiciel Bootvar.

Contrôle de la divulgation

La Loi interdit à Statistique Canada de rendre publique toute donnée susceptible de révéler de l'information obtenue en vertu de la Loi sur la statistique et se rapportant à toute personne, entreprise ou organisation reconnaissable sans que cette personne, entreprise ou organisation le sache ou y consente par écrit. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Un accord de partage des données, sous lequel Ressource naturelles Canada aurait un droit d'accès au fichier de microdonnées complet, a été soumis aux répondants, incluant les propriétaires non occupants le cas échéant. La question suivante a été posée aux répondants pour leur demander l'autorisation de partager les données recueillies :

Statistique Canada a conclu une entente avec l'Office de l'efficacité énergétique de Ressources naturelles Canada (RNCan) pour partager l'information recueillie dans le cadre de l'enquête.

Votre nom ou autres identificateurs ne seront pas fournis à RNCan. L'information partagée avec le ministère renferme un nombre suffisant de renseignements géographiques pour permettre l'analyse des données dans les petites régions. RNCan a accepté de garder confidentielle toute l'information fournie et de l'utiliser uniquement à des fins statistiques.

Autorisez-vous Statistique Canada à partager les renseignements vous concernant avec RNCan?

Une réponse affirmative à la question précédente autorisait Statistique Canada à partager les données recueillies avec Ressources naturelles Canada.

Révisions et désaisonnalisation

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Exactitude des données

La couverture de la population cible de l'EUÉM était excellente compte tenu que l'échantillon était formé de ménages répondants à l'ESCC provenant de la base aréolaire (taux de réponse à l'ESCC au niveau ménage de 89 % dans l'ensemble des dix provinces) et que les ménages ne disposant pas de téléphone pouvaient être interviewés.

Les résidents ayant emménagé dans leur logement au cours de l'année 2004 étaient exclus de l'EUÉM et traités comme des non répondants au moment de la pondération. La justification principale tenait au fait que les données de consommation énergétique pour l'année de référence 2003 seraient inexistantes. Les résidents ayant emménagé dans leur logement en 2003 étaient interviewés, mais ils présentent, tel qu'attendu, des taux d'imputation aux variables de consommation énergétique supérieurs à ceux du reste de l'échantillon.

Comme douze mois séparaient, en moyenne, les collectes de l'ESCC et de l'EUÉM, le type de logement au moment de l'EUÉM pouvait différer du type de logement au moment de l'ESCC pour un logement donné. Ceci pouvait résulter de modifications réelles apportées au logement entre les deux enquêtes ou être dû à une erreur de classification par l'une ou l'autre enquête. La proportion de logements dont le type a changé entre les deux enquêtes, parmi les répondants à l'EUÉM, est de 8 % (pondéré et non pondéré). Ce taux est nettement plus élevé dans le cas des maisons doubles et des duplex, ce qui laisse croire que ces deux types de logement ont pu être intervertis par erreur au moment de la collecte de l'information.

Le taux de réponse brut de l'EUÉM a été de 70,7 % (nombre de répondants divisé par la taille d'échantillon initiale), le taux opérationnel de 75,5 % (somme du nombre de répondants et du nombre d'unités hors du champ de l'enquête divisée par la taille d'échantillon initiale).

Pour une proportion estimée à 10 %, l'EUÉM visait un coefficient de variation de 6,6 % au niveau national et de 14,5 % dans chacune des cinq régions infranationales. Ces cibles ont été surpassées, avec un cv de 5,5 % au niveau national et des cv variant entre 10,8 % et 13,9 % au niveau régional.

Documentation

Date de modification :