Étude sur la santé des jeunes ontariens (ESJO)

Statut :
Inactive
Fréquence :
Occasionnelle
Numéro d'enregistrement :
3824

L'enquête a été menée par Statistique Canada pour le compte de le « Canadian Centre for Studies of Children at Risk » de l'Université McMaster à Hamilton, en Ontario. L'Étude sur la santé des jeunes ontariens (ESJO) est une enquête à long terme conçue pour évaluer l'incidence des expériences vécues durant la petite enfance sur la santé, la qualité de vie et le fonctionnement ultérieurs des personnes.

Veuillez prendre note, qu'aucun fichier de microdonnées à grande diffusion n'a été produit par Statistique Canada pour cette enquête. Les données ne seront pas disponibles via l'Initiative de démocratisation des données (IDD). Pour obtenir des renseignements sur l'analyse des données de cette étude, communiquez avec Yvonne Racine de l'Université McMaster au (905) 521-2100, poste 74345 (raciney@mcmaster.ca). Télécopieur : (905) 521-4970.

Information détaillée pour 2000-2001 (deuxième suivi)

Date de la parution - 9 janvier 2004

Aperçu

Statistique Canada, en collaboration avec l'Université McMaster, a tout d'abord recueilli des données auprès d'un groupe représentatif de 3 294 enfants de l'Ontario vivant dans 1 869 familles. Financée par le gouvernement de l'Ontario, cette étude était l'une des premières évaluations à grande échelle de la santé physique et émotionnelle des enfants de l'Ontario. La première enquête a été réalisée en 1983, et l'âge des enfants sélectionnés se situait entre 4 et 16 ans. Le principal objectif de l'étude était d'examiner la santé globale des enfants de l'Ontario, d'établir la mesure dans laquelle leurs besoins en matière de santé étaient satisfaits ainsi que de cerner les facteurs qui ont favorisé ou gêné leur développement.

Un suivi de l'étude initiale a eu lieu en 1987, alors que les mêmes répondants avaient entre 8 et 20 ans. L'étude a permis de réunir d'importants renseignements sur les questions relatives à la santé de ces enfants qui avaient changé ou qui étaient demeurées les mêmes au cours des quatre années précédentes.

À compter de novembre 2000, Statistique Canada a réalisé une deuxième enquête de suivi auprès des enfants qui avaient participé à la première étude. Les responsables de l'enquête se sont penchés sur les influences possibles des premières expériences sur d'importantes étapes de la vie, comme l'arrivée sur le marché du travail, l'établissement d'une relation avec une autre personne ou le fait de devenir parent. Tous les répondants initiaux, maintenant âgés de 21 à 33 ans, pouvaient participer à cette enquête.

Veuillez prendre note, qu'aucun fichier de microdonnées à grande diffusion n'a été produit par Statistique Canada pour cette enquête. Les données ne seront pas disponibles via l'Initiative de démocratisation des données (IDD).

Sujets

  • Enfants et jeunes
  • Santé et bien-être (jeunes)

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population cible de l'ESJO initiale de 1983 comprenait tous les enfants nés entre le 1er janvier 1966 et le 1er janvier 1979, dont le lieu habituel de résidence était un logement en Ontario. Étaient exclus les enfants vivant dans des réserves indiennes, des logements collectifs, telles que des institutions, et des logements construits après le 1er juin 1981 (jour du recensement). La population exclue représentait 3,3 % de la population cible. Pour ce qui est des études de suivi de 1987 et de 2000, les répondants longitudinaux initiaux ont été localisés et interviewés.

Élaboration de l'instrument

Pour le deuxième suivi en 2000, trois essais sur le terrain distincts ont été effectués en août et en septembre 1999, provenant d'un échantillon de commodité en faisant du porte-à-porte à Burlington et à Brampton en Ontario. Ces essais sur le terrain ont été utilisés afin de vérifier le contenu de l'enquête. Un essai pilote a été effectué en septembre 2000 afin de vérifier les procédures d'enquête.

Échantillonnage

Il s'agit d'une enquête longitudinale par échantillon.

L'échantillon de l'ESJO de 1983 a été prélevé à partir d'une base de sondage regroupant tous les logements du Recensement de la population de 1981. Un échantillon aléatoire de logements stratifié et divisé en grappes a été tiré à même cette base de sondage. L'échantillon était stratifié en quatre régions socio sanitaires, et chaque région était ensuite divisée en trois strates en fonction de la densité de la population (grands centres urbains, petits centres urbains et régions rurales).

Au total, 2 623 ménages ont été sélectionnés pour l'ESJO de 1983. De ce nombre, 78,2 % étaient admissibles à l'enquête (c'est à dire qu'un enfant faisant partie de la population cible vivait dans le ménage) et 91,1 % d'entre eux ont accepté d'y participer. Tous les enfants admissibles vivant dans un ménage répondant ont été sélectionnés comme répondants longitudinaux pour l'étude. Il s'en est suivi des réponses de 3 294 enfants ontariens vivant dans 1 869 ménages.

Tous les enfants et les familles qui avaient participé à l'ESJO initiale, étaient admissibles pour le suivi de 1987. Parmi les 1 869 ménages, 1 660 (88,8 %) ont été retrouvés et 1 546 (82,7 %) ont convenus à y participer.

Pour réaliser l'étude de suivi de 2000, Statistique Canada a essayé de retrouver les répondants longitudinaux initiaux à partir de l'échantillon de 1983. Le dépistage a été effectué à l'aide des adresses recueillies en 1983 et 1987. Les parents ou d'autres personnes apparentées (d'après les données compilées précédemment) ont été contactés, et d'autres méthodes ont été utilisées (fichiers à grande diffusion, etc.). En tout, 2 896 des 3 294 répondants longitudinaux ont été retrouvés.

Sources des données

Il s'agit d'une enquête à participation volontaire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants.

La collecte des données dans le cadre de l'Étude sur la santé des jeunes ontariens (ESJO) a été effectuée entre novembre 2000 et novembre 2001 par des intervieweurs qualifiés de Statistique Canada.

La collecte des données a été effectuée au moyen d'interviews téléphoniques et d'interviews sur place. L'interview comprenait deux phases. La première phase consistait en une brève interview téléphonique pour confirmer que le bon répondant avait été retrouvé, pour exposer les objectifs de l'étude et pour poser les questions du Questionnaire démographique (ESJO 1) ainsi que pour produire la grille des liens de parenté. La deuxième phase consistait en une interview sur place afin de recueillir les réponses aux questions posées dans les questionnaires ESJO 2 (Questionnaire du répondant), ESJO 3 (Questionnaire du répondant à remplir soi-même), ESJO 4 (Questionnaire du partenaire à remplir soi-même), si le répondant avait un conjoint/partenaire, et ESJO 5 (Questionnaire sur les étapes du développement), pour un enfant choisi âgé entre 3 et 71 mois, le cas échéant. Les répondants longitudinaux vivant à l'étranger ont dû répondre, par téléphone, aux questions du formulaire ESJO 6 (Questionnaire des émigrants internes), version abrégée du questionnaire ESJO 2.

L'interview durait environ une heure et demie, selon que le répondant avait ou non un partenaire et que l'enfant choisi était ou non admissible au questionnaire ESJO 5.

Afin de réduire au minimum la non réponse, il a été décidé que, si un répondant longitudinal refusait de répondre à toutes les questions de l'enquête mais acceptait de se prêter à une interview abrégée, les questions du formulaire ESJO 6 lui étaient alors posées.

La saisie des données de l'enquête a été effectuée à l'aide des installations conçues à cette fin et situées au bureau central de Statistique Canada. Lors de ce processus, les données de tous les documents contenant au moins un poste rempli par un intervieweur ont été saisies.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration .

Détection des erreurs

La première étape du traitement d'enquête entrepris au bureau central a été de remplacer les valeurs « hors limites » incluses dans le fichier de données par des blancs. Ce processus visait à faciliter les vérifications ultérieures.

Les erreurs dans le déroulement du questionnaire, où l'on a relevé des questions qui ne s'appliquaient pas au répondant (et auxquelles on n'aurait donc pas dû répondre) renfermaient des réponses, constituaient le premier type d'erreurs traitées. Dans ce cas, une vérification par ordinateur a éliminé automatiquement les données superflues en suivant l'ordre du questionnaire dicté par les réponses à des questions antérieures et subséquentes parfois.

Le second type d'erreurs traitées avait trait à un manque d'information dans les questions pour lesquelles le répondant aurait dû répondre. Pour ce type d'erreur, un code « non-réponse » ou « non déclaré » était attribué au poste.

Estimation

Pour l'ESJO, chaque répondant représente une personne qui faisait partie de la population cible de l'enquête originelle de 1983, soit les enfants âgés de 4 à 16 ans qui vivaient en Ontario à ce moment-là. Un nombre de base a été calculé pour ces répondants pour le fichier de données de 1983. Pour celui de 2000, le nombre de base de 1983 a été utilisé comme donnée initiale. Les ajustements ont ensuite été faits pour les cas de non-réponses (retrouvés, mais n'ont pas voulu répondre) et les cas non dépistés (incapable de trouver la personne) selon les caractéristiques disponibles des données de l'enquête de 1983. Enfin, les poids ont été étalonnés à six groupes d'âge et de sexe parmi chacune des quatre régions infraprovinciales en utilisant les renseignements recueillis en 1983 sur l'âge, le sexe et la région.

Évaluation de la qualité

Beaucoup de temps et d'efforts ont été consacrés à réduire les erreurs non dues à l'échantillonnage dans l'enquête. Des mesures d'assurance de la qualité ont été prises à chaque étape du cycle de collecte et de traitement des données afin de suivre de près la qualité de celles ci. Ces mesures comprenaient le recours à des intervieweurs hautement qualifés, une formation poussée des intervieweurs pour ce qui est des procédures d'enquête et du questionnaire, l'observation des intervieweurs afin de cerner les problèmes liés à la conception du questionnaire ou à la mauvaise interprétation des instructions, des procédures visant à s'assurer que les erreurs de saisie des données étaient réduites au minimum ainsi que des vérifications de la qualité du codage et de contrôle afin d'attester la logique du traitement.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la loi. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Aucun fichier de micro-données à grande diffusion ne sera publié par Statistique Canada et aucune donnée ne sera fournie via l'initiative de démocratisation des données (IDD).

Exactitude des données

Le taux de réponse global pour la collecte de l'ESJO de 2000 se situait à 71,5 % des 3 294 répondants longitudinaux initiaux.

Documentation