Consommation de carburant

Information détaillée pour décembre 1988

Statut :

Inactive

Fréquence :

Mensuelle

Numéro d'enregistrement :

3802

L'Enquête sur la consommation de carburant a été conçue pour fournir une base de données qui permettrait le contrôle de la consommation moyenne de carburant des voitures utilisées à des fins personnelles, des camionnettes et des fourgonnettes.

Date de la parution - -

Aperçu

L'Enquête sur la consommation de carburant a pris naissance à la suite de préoccupations soulevées en regard de la consommation d'énergie à la fin des années 1970. L'administration publique fédérale cherchait à favoriser une diminution de la consommation de carburants de pétrole et en particulier la consommation de carburants des véhicules. En 1977, Transport Canada a proposé à Statistique Canada de faire une enquête sur la consommation de carburant. L'enquête visait à établir une base de données sur l'utilisation de voitures, camionnettes et fourgonnettes utilisés à des fins personnelles au Canada. Cette base devrait comporter des renseignements relatifs aux éléments suivants :
- le nombre de véhicules utilisés à des fins personnelles,
- la distance totale parcourue,
- la consommation moyenne de carburant par unité de distance parcourue, et
- les fluctuations saisonnières de la consommation de carburant et des distances parcourues.

Les données montrant les modèles de consommation de carburant ont été recueillies des ménages en demandant aux répondants de tenir un journal de leur kilométrage et de leurs achats de carburant sur une période d'un mois. Ces données étaient recueillies pour tous les 12 mois de l'année d'enquête. La collecte des données de l'Enquête sur la consommation de carburant a débuté en actobre 1979 et a cessé en décembre 1988.

Sujets

  • Consommation et écoulement d'énergie
  • Énergie

Sources de données et méthodologie

Population cible

Lorsque l'Enquête sur la consommation de carburant a débuté en 1979, la population cible de l'Enquête ne se composait que des voitures particulières d'usage personnel au Canada. Entre octobre 1981 et décembre 1987, la population cible s'étendait aux camionnettes et fourgonnettes d'usage personnel au Canada. En 1988, la population cible a été réduite pour n'inclure seulement que les automobiles utilisées à des fins personnelles. Les véhicules de location, les taxis, les véhicules faisant partie d'un parc de véhicules, les véhicules-écoles et les véhicules antiques étaient tous exclus de la population cible.

Échantillonnage

Il s'agit d'une enquête transversale par échantillon.

Les échantillons de l'enquête étaient sélectionnés à partir de bases de sondage tirées de fichiers d'immatriculation des provinces, lesquels étaient transmis à Statistique Canada tous les trois mois. Ces fichiers contiennent divers renseignements, dont une description de chaque véhicule (la marque, le modèle, l'année de fabrication), le nom et l'adresse du propriétaire, le poids du véhicule, le genre de carrosserie, l'usage du véhicule, le numéro de série du véhicule et le numéro de la plaque minéralogique. Cette information servait à exclure les véhicules qui ne faisaient pas partie de la population cible , par exemple, les autobus, les roulottes, les motocyclettes, les véhicules de location, les véhicules de l'État et les véhicules non immatriculés pour l'année en cours.

Étant donné que les modalités d'immatriculation varient beaucoup d'une province à l'autre et pour permettre le calcul d'estimations nationales, on exige que les populations échantillonnées soient uniformes dans toutes les provinces. Par conséquent, une étape de sélection préliminaire avait aussi été incluse dans la collecte des données afin de s'assurer que les renseignements recueillis dans chaque province portaient sur le même genre de véhicules.

Pour les besoins de sélection de l'échantillon, les véhicules des fichiers d'immatriculation servaient d'unités d'échantillonnage. Le conducteur principal de chaque véhicule est l'unité répondante alors que le véhicule utilisé à des fins personnelles constitue l'unité de référence ainsi que l'unité d'analyse.

Le plan d'échantillonnage de l'Enquête sur la consommation de carburant est fondé sur un échantillon systématique stratifié. Afin de s'assurer de l'efficacité du plan de sondage, les bases sont stratifiées selon l'année du véhicule et le poids du véhicule (ou encore l'empattement ou le nombre de cylindres si le poids n'était pas connu) pour les voitures particulières et selon l'année du véhicule pour les camionnettes et les fourgonnettes. Il faut noter que le nombre de strate variait avec les années.

Un échantillon systématique stratifié était sélectionné dans toutes les provinces à chaque trimestre, puis les véhicules hors du champ de l'enquête en étaient éliminés. Des échantillons systématiques étaient ensuite sélectionnés tous les mois à partir de ces échantillons plus grands. Pour chaque strate, des efforts étaient faits pour prélever un échantillon d'un nombre minimum d'automobiles. La strate « poids de l'automobile » avait de nouvelles limites établies à chaque année pour représenter la nouvelle population.

Sources des données

Il s'agit d'une enquête à participation volontaire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants.

La méthode de collecte des données était fondée sur une combinaison d'interviews téléphoniques et de carnets, envoyés et retournés par la poste, où sont consignés les achats de carburant. On effectuait d'abord des interviews par téléphone auprès des répondants au sujet du genre de véhicule qu'ils conduisaient et de l'utilisation qu'ils en faisaient. Les véhicules inadmissibles (comme les véhicules non utilisés pendant le mois d'enquête, les véhicules non utilisés à des fins personnelles, les véhicules mis à la ferraille) étaient supprimés de l'échantillon à ce moment-là. On envoyait ensuite au propriétaire de chaque véhicule sélectionné un carnet où il enregistrait ses achats de carburant pendant le mois d'enquête. La date de l'achat, la lecture de l'odomètre au moment de chaque achat, la quantité de carburant achetée, le prix total, le prix par unité de carburant et le genre de carburant devaient tous y être inscrits.

Jusqu'à décembre 1985, le nombre de carnets à poster chaque mois à travers tout le Canada était d'environ 1 000 pour les voitures particulières et 800 pour les camionnettes et les fourgonnettes. Entre janvier 1986 et décembre 1987, ces nombres ont été réduits, à environ 333 pour les voitures particulières et à 260 pour les camionnettes et les fourgonnettes. Entre janvier 1988 et décembre 1988, seulement 333 automobiles étaient échantillonnées mensuellement.

Ces échantillons étaient répartis proportionnellement à la taille de la population dans chacune des provinces et soumis à des exigences d'échantillon minimum pour chaque strate. Comme le nombre d'interviews téléphoniques variait d'un mois à l'autre selon le nombre de non-interviews et le nombre de véhicules rejetés, la taille de l'échantillon mensuel doit être assez grande pour qu'on puisse envoyer le nombre requis de carnets.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration.

Détection des erreurs

Pour assurer la plus grande précision possible lors de la collecte et du traitement des données des carnets, on a suivi de rigoureuses procédures de contrôle qualitatif. Au début de chaque mois d'enquête, on téléphone aux principaux conducteurs pour s'assurer qu'ils ont reçu le carnet et pour répondre à leurs questions. À la fin du mois, les carnets étaient renvoyés à Statistique Canada. Afin d'améliorer le taux de réponse, on appellait à nouveau les enquêtés qui ne l'avaient pas renvoyé. Tous les carnets renvoyés étaient vérifiés manuellement avant le traitement par ordinateur. À cette étape, on rejetait les carnets où étaient inscrits moins de deux achats, de même que les carnets où un autre véhicule avait été substitué à un véhicule sélectionné. Les carnets retenus passaient ensuite les étapes de la saisie et de la vérification. La vérification des carnets s'est déroulées en cinq étapes.

Imputation

Des imputations étaient effectuées pour les carnets incomplets. Par exemple, pour obtenir des estimations de la quantité de carburant consommée et de la distance parcourue, les carnets dont les données couvraient seulement une partie du mois d'enquête (s'il était évident que le véhicule a été utilisé durant tout le mois) étaient ajustés proportionnellement au nombre de jours dans le mois afin qu'ils reflètent des données mensuelles.

Estimation

Pour faire une estimation des caractéristiques de la population à partir d'une enquête-échantillon, on part du principe que chaque unité échantillonnée représente un certain nombre d'unités non échantillonnées de la population. Il faut donc attribuer un poids à chaque unité. Aux fins de l'Enquête sur la consommation de carburant, une unité est une automobile utilisée à des fins personnelles. Les poids de l'échantillon étaient tirés de fichiers d'immatriculation des provinces afin de déterminer les totaux de contrôle. Les totaux de contrôle étaient ajustée afin de refléter seulement la population qui était éligible à l'enquête.

La technique de pondération commence une fois qu'un fichier de données d'enquête sans erreur a été constitué. Les dossiers des répondants admissibles étaient pondérés de manière à produire des estimations pour la population-cible. La technique de pondération tient compte des cas de non-réponse aux questionnaires de sélection et aux carnets. Une correction est aussi apportée pour les véhicules rejetés de l'échantillon original parce qu'ils ne font pas partie de la population-cible.

Le calcul des estimations reposait sur l'hypothèse selon laquelle les caractéristiques des non-répondants ne sont pas différentes de celles des répondants. Cependant, si les caractéristiques des non-répondants diffèrent de celles des répondants quant à l'utilisation de leur véhicule, les estimations auront été biaisées. Pour réduire l'effet d'un éventuel biais de non-réponse, on corrigait la pondération de l'échantillon au niveau de la strate car on juge que les caractéristiques des unités d'une même strate sont semblables.

Nous pouvons obtenir des non-réponses lors de deux phases de l'enquête : celle de l'interview téléphonique et celle des carnets. Dans le cas des interviews, les non-réponses étaient surtout attribuables au fait que nous n'avions pu retracer les numéros de téléphone de tous les propriétaires inscrits. Elles sont également attribuables aux absences de réponse après plusieurs appels, aux refus, aux absences temporaires du domicile et aux déménagements hors de la province. Les non-réponses à la phase des carnets sont attribuables au fait que l'enquête a oublié de remplir le carnet, qu'il a omis de le retourner ou que les renseignements étaient inutilisables. Pour compenser les absences de réponse, les automobiles pour lesquelles une réponse avait été obtenue devaient représenter un nombre plus élevé d'automobiles que le nombre prévu dans le plan de sondage; la pondération de l'échantillon s'en trouvait donc accrue.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la Loi sur la statistique. Diverses règles de confidentialité s'appliquent aux données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Révisions et désaisonnalisation

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Exactitude des données

Octobre à décembre 1979 :
Pour le trimestre de référence (octobre à décembre 1979), on a interviewé quelque 3 465 propriétaires de véhicules et 2 815 carnets ont été postés. Le taux de renvoi des carnets pour le trimestre visé s'élevait à 64,6 %. Le taux de renvoi des carnets exploitables s'établit à 59,5 %.

Octobre à décembre 1988 :
Nous avons tenté d'interviewer 1 751 propriétaires d'automobiles durant la période de dépistage au téléphone. Nous avons pu en interviewer 1 170, soit un taux de réponse de 66,8 %. Parmi les personnes interviewées au téléphone 1 007 étaient admissibles à l'enquête, soit un taux de 86,1 %. Les personnes admissibles nous ont retourné 562 carnets utilisables, soit un taux de réponse de 55,8 % pour cette phase de l'enquête.

Date de modification :