Enquête sur la population active (EPA)

Information détaillée pour octobre 2017

Statut :

Active

Fréquence :

Mensuelle

Numéro d'enregistrement :

3701

L'Enquête sur la population active (EPA) fournit des estimations de l'emploi et du chômage. Parmi les principales séries de données économiques mensuelles, les estimations de l'EPA sont les premières à être rendues publiques, les résultats de l'enquête étant diffusés 10 jours seulement après la fin de la collecte. Les données de l'EPA sont utilisées pour produire le très connu taux de chômage ainsi que d'autre indicateurs de base du marché de travail tel que le taux d'emploi et le taux d'activité.

Date de la parution - 3 novembre 2017

Aperçu

Les données de l'EPA sont utilisées pour produire le très connu taux de chômage ainsi que d'autre indicateurs de base du marché de travail tel que le taux d'emploi et le taux d'activité. En plus, l'EPA procure également des estimations de l'emploi selon l'industrie, la profession, les secteurs publics et privés, le nombre d'heures travaillées et davantage. Il est possible de croiser ces séries selon une variété de caractéristiques démographiques. Des estimations sont diffusées pour le Canada, les provinces, les territoires et pour plusieurs régions infraprovinciales. Pour les employés, des données sur les salaires, la couverture syndicale, la permanence de l'emploi et la taille de l'établissement sont également disponibles.

Ces données sont utilisées par les différents paliers de gouvernements pour évaluer et planifier les programmes d'emploi au Canada. Les taux de chômage régionaux sont utilisés par Emploi et Développement social Canada pour déterminer l'admissibilité au régime d'assurance-emploi, de même que le niveau et la durée des prestations pour les personnes qui vivent à l'intérieur d'une région d'assurance-emploi donnée. Les données sont utilisées par les analystes du marché du travail, les économistes, les consultants, les planificateurs, les prévisionnistes ainsi que les universitaires et ce, autant du secteur public que privé.

Activité statistique

Ensemble, cinq enquêtes dressent un portrait plus complet des événements actuels liés au marché du travail. Il s'agit de l'Enquête sur la population active (EPA, numéro d'enregistrement 3701), de l'Enquête sur l'emploi, la rémunération et les heures de travail (EERH, numéro d'enregistrement 2612), des Statistiques de l'assurance-emploi (SAE, numéro d'enregistrement 2604), des Statistiques sur les postes vacants (SPV, numéro d'enregistrement 5202) et de l'Enquête sur les postes vacants et les salaires (EPVS, numéro d'enregistrement 5217). Chaque mois, l'EPA fournit des données actuelles sur le marché du travail, dont le taux de chômage, et une analyse démographique. Plus tard, le rapport de l'EERH présente des données plus détaillées sur l'emploi et la rémunération de l'industrie non agricole. Les SAE fournissent beaucoup de détails sur les prestations d'assurance-emploi selon la région géographique, les caractéristiques sociodémographiques et la profession antérieure. Les SPV (faisant partie de SEPH) fournissent des renseignements mensuels sur la demande de travail en indiquant le nombre de postes vacants selon l'industrie. L'EPVS fournit des renseignements sur les postes vacants (trimestriels) et sur les salaires (annuels) selon la profession et la région économique.

Période de référence : Habituellement la semaine où tombe le 15ième jour du mois

Période de collecte : La semaine qui suit la période de référence

Sujets

  • Emploi et chômage
  • Heures de travail et conditions de travail
  • Industries
  • Professions
  • Salaires, traitements et autres gains
  • Syndicalisation et relations industrielles
  • Travail

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population cible comprend la population canadienne civile non institutionnalisée de 15 ans et plus. L'enquête est menée dans l'ensemble du pays, tant dans les provinces que dans les territoires. Sont exclus du champ de l'enquête les personnes qui vivent dans les réserves et dans d'autres peuplements autochtones des provinces, les membres à temps plein des Forces armées canadiennes, les pensionnaires d'établissements institutionnels et les ménages situés dans des régions extrêmement éloignées où la densité de population est très faible. Réunies, les personnes exclues de l'enquête représentent environ 2 % de la population de 15 ans et plus.

L'EPA n'a pas de question qui demande aux répondants s'ils sont des travailleurs étrangers temporaires. Donc, il n'est pas possible de dénombrer les travailleurs étrangers temporaires ou de produire des chiffres sur l'emploi pour ces travailleurs à partir de l'EPA. Si des travailleurs temporaires étrangers étaient contactés pour participer à l'EPA, ils seront inclus seulement s'ils identifient le logement sélectionné comme étant leur résidence habituelle. De plus, les travailleurs étrangers temporaires ne peuvent être distingués d'un groupe plus large de répondants qui ne sont pas nés au Canada et qui ne sont pas des immigrants reçus. En 2014, ce groupe représentait 2 % de la population employée et aurait donc un impact négligeable sur les chiffres d'emploi total. Aussi inclus dans ce groupe sont : les citoyens canadiens par filiation qui sont nés ailleurs, les étudiants étrangers ayant un permis d'études, les demandeurs du statut de réfugié ou les membres de la famille d'un immigrant qui, eux, ne sont pas des immigrants reçus.

Les estimations de l'Enquête sur la population active pour l'ensemble du pays sont établies à partir des données de l'EPA recueillies dans les provinces. Les résultats territoriaux de l'EPA ne sont pas pris en compte dans les estimations nationales, mais sont publiés séparément.

Élaboration de l'instrument

Le questionnaire de l'Enquête sur la population active suit un remaniement périodiquement. Le questionnaire courant qui recueille l'information a été remanié en 1997. Les ajouts suivants ont été apportés à l'enquête:

Des mesures de salaire horaire moyen et hebdomadaire, la couverture syndicale, la permanence de l'emploi, et la taille de l'établissement.

L'Enquête sur la population active s'est servi de plusieurs moyens dans le passé pour tester le questionnaire, y compris révision par comité, groupe de discussion et testes pilotes.

Comme indiqué ci-dessus, des ajouts majeurs ont été apportés au questionnaire en 1997. Les modifications ont inclus l'addition des questions sur le salaire horaire moyen et hebdomadaire, la couverture syndicale, la permanence de l'emploi, et la taille de l'établissement.

Échantillonnage

Il s'agit d'une enquête transversale par échantillon.

L'EPA s'appuie sur un échantillon aléatoire fondé sur un plan de sondage stratifié à plusieurs degrés. Chaque province est subdivisée en grandes strates géographiques. Le premier degré d'échantillonnage consiste à sélectionner des régions géographiques plus petites, appelées grappes, dans chacune des strates. Le second degré d'échantillonnage consiste à choisir les logements à l'intérieur de chacune des grappes sélectionnées.

L'EPA utilise un plan de sondage avec renouvellement de panel, suivant lequel les logements sélectionnés restent dans l'échantillon de l'EPA pendant six mois consécutifs. Chaque mois, environ le sixième des logements sélectionnés dans le cadre de l'EPA en sont à leur premier mois d'enquête, le sixième des logements en sont à leur deuxième mois d'enquête et ainsi de suite. L'une des caractéristiques du plan de sondage de l'EPA est que chacun des six groupes de renouvellement peut être utilisé comme un échantillon représentatif indépendamment des autres.

On recueille des renseignements démographiques de base sur tous les membres du ménage des logements sélectionnés. Les renseignements sur la population active sont recueillis pour tous les membres civils du ménage âgés de 15 ans et plus.

L'échantillon est réparti entre les provinces et, à l'intérieur des provinces, entre les strates, de façon à répondre le mieux possible au besoin d'estimations fiables aux différents niveaux géographiques.

Récemment, l'échantillon mensuel de l'EPA compte environ 56 000 ménages, ce qui se traduit par la collecte de données sur le marché du travail visant environ 100 000 personnes. Il convient de noter que la taille de l'échantillon de l'EPA peut varier de temps en temps selon les exigences en matière de qualité des données ou les budgets disponibles.

Sources des données

Il s'agit d'une enquête à participation obligatoire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants.

Les intervieweurs saisissent directement les réponses aux questions de l'enquête au moment de l'interview. Ils utilisent à cette fin un ordinateur de bureau ou un ordinateur portatif qui contient une version automatisée du questionnaire. On soumet les données des réponses à un cryptage pour en préserver le caractère confidentiel, puis on les transmet électroniquement au bureau régional concerné de Statistique Canada. Les données sont par la suite transmises au bureau central à Ottawa, au moyen d'une ligne protégée, pour y être traitées.

Les interviews de l'EPA sont réalisées par téléphone en anglais ou français par des intervieweurs travaillant dans des centres ITAO (Interview téléphonique assistée par ordinateur) d'un bureau régional ou par des visites personnelles d'un intervieweur sur place.

Tous les intervieweurs de l'EPA travaillent sous la supervision d'un groupe d'intervieweurs principaux. Ceux-ci ont pour responsabilité de s'assurer que les intervieweurs connaissent bien les concepts de l'EPA, les procédures qui y sont associées et ses nombreuses enquêtes supplémentaires. Ils ont aussi pour fonction de vérifier régulièrement le déroulement des interviews.

L'intervieweur obtient habituellement les renseignements relatifs à tous les membres du ménage auprès d'un membre bien informé du ménage. Appelée réponse « par procuration », environ 65 % des renseignements recueillis le sont de cette manière.

Les répondants font partie de l'enquête pendant six mois. La première entrevue dure environ 20 minutes. Les cinq entrevues suivantes durent environ 10 à 12 minutes.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration .

Détection des erreurs

Une partie du contrôle se fait au moment de l'interview. Lorsque les renseignements introduits sont hors-limite (trop élevées ou trop faibles) des valeurs attendues, ou encore qu'ils entrent en contradiction avec des renseignements introduits auparavant, l'intervieweur voit apparaître à l'écran de l'ordinateur des messages lui demandant de modifier les renseignements. L'intervieweur a toutefois les possibilités de passer outre les contrôles ou de sauter des questions si le répondant ne connaît pas la réponse ou refuse de répondre. Pour cette raison, on soumet les données des réponses à d'autres processus de vérification et d'imputation après réception au bureau central.

Les étapes de la vérification et de l'imputation qui font partie du traitement consistent à relever les données incohérentes ou manquantes et à apporter les modifications nécessaires. Comme la valeur réelle de chaque inscription sur le questionnaire n'est pas connue, la seule façon de discerner les erreurs consiste à chercher les incohérences évidentes (par exemple, un répondant de 15 ans dont le dernier emploi remonte à 1940). Si une valeur est suspecte mais raisonnable, elle sera incluse dans les statistiques mensuelles. Il faut donc insister sur l'importance du contrôle de la qualité et former adéquatement les intervieweurs pour s'assurer que les erreurs soient le moins nombreuses possible et ne se produisent pas de façon systématique.

Imputation

Au cours de l'étape de la vérification du traitement, on peut constater que tous les éléments du questionnaire des particuliers (personnes) au sein du ménage sont manquants. C'est ce qu'on appelle la non-réponse complète (ou totale). Il y a non-réponse partielle lorsque seulement certains éléments du questionnaire sont manquants. L'imputation et l'ajustement de la pondération pour la non-réponse sont les méthodes utilisées pour régler les cas de non-réponse complète. L'imputation est la méthode utilisée pour résoudre les cas de non-réponse partielle.

Les méthodes d'imputation utilisées dans le cadre de l'EPA comprennent l'imputation par report, l'imputation déterministe et l'imputation par enregistrement donneur (hot-deck).

Lorsque l'on décèle des erreurs ou des omissions, on remplace les valeurs erronées ou manquantes par l'imputation de valeurs logiquement cohérentes. C'est ce qu'on appelle l'imputation déterministe (l'imputation par substitution). Ces changements sont effectués automatiquement au moyen du système de vérification et d'imputation ou par des experts du domaine. Ils sont fondés sur des critères préétablis et peuvent faire appel à la logique interne du questionnaire, à la consultation des données des mois précédents (si elles sont disponibles) ou à l'utilisation d'enregistrements semblables pour l'imputation d'une ou de plusieurs valeurs.

Certains cas d'éléments manquants sont résolus en reportant les données du mois précédent, si elles sont disponibles et si la situation s'y prête. D'autres cas d'éléments manquants peuvent nécessiter l'utilisation de l'imputation par enregistrement donneur (hot-deck), qui comprend la copie des données d'une autre personne (c.-à-d. un donneur) ayant des caractéristiques semblables. Dans tous les cas, les changements apportés par suite de la vérification et de l'imputation sont enregistrés et ces renseignements sont utilisés pour évaluer divers aspects des résultats de l'enquête. Les relevés d'erreurs servent aussi à mettre en garde les intervieweurs contre les erreurs commises dans le passé afin d'éviter que celles-ci ne se reproduisent.

Estimation

Pour qu'il soit possible de totaliser les estimations aux niveaux d'agrégation national, provincial et infraprovincial, on pondère les données de l'échantillon.

Le plan d'échantillonnage détermine un certain nombre de facteurs de pondération devant servir au calcul des poids individuels. La principale composante est la probabilité de sélection inverse, aussi appelée « poids de base ». Par exemple, dans un secteur où 2 % des ménages sont inclus dans l'échantillon, chaque ménage se voit attribuer un poids de base de 50 (soit 1 ÷ 0,02). Le poids de base est ensuite ajusté pour tenir compte de tout sous-échantillonnage susceptible d'être observé du fait de l'expansion que pourrait avoir connu le secteur. Il est par la suite ajusté en fonction de la non-réponse et des erreurs de couverture.

Dans le cadre de l'EPA, une partie de la non-réponse de l'enquête est compensée au moyen de l'imputation : méthodes du report, de remplacement ou d'imputation par donneur. La non-réponse résiduelle est prise en compte par correction des poids attribués aux ménages répondants du même secteur. Cette manière de procéder repose sur l'hypothèse selon laquelle les caractéristiques des ménages répondants ne diffèrent pas de façon marquée de celles des ménages non répondants.

Les poids obtenus après ajustement en fonction de la non-réponse portent le nom de sous-poids. Les poids font l'objet d'une correction finale qui sert à tenir compte des erreurs de couverture. On corrige les sous-poids afin que les estimations démographiques fondées sur les résultats de l'enquête soient conformes aux totaux de contrôle. Ces poids définitifs sont ceux qui sont employés dans les calculs liés à l'EPA.

Évaluation de la qualité

Les indicateurs recueillis chaque mois à partir de l'Enquête sur la population active sont les premiers à être diffusées.

Il faut être prudent avec la validation de l'EPA avec d'autres sources de données. Cependant, on compare périodiquement certaines données de l'EPA à des données similaires tirées de l'Enquête sur l'emploi, la rémunération et les heures (EERH), des statistiques d'assurance-emploi et du recensement. Les économistes qui utilisent les données de l'EPA comparent souvent les données du Produit intérieur brut (PIB) à celles de l'EPA pour déterminer si les tendances du marché du travail concordent avec la performance générale de l'économie. Parmi les autres comparaisons, notons les suivantes :

Données sur les livraisons manufacturières et données de l'EPA sur l'emploi dans le secteur de la fabrication;
Mises en chantier, permis de construction et emploi dans le secteur de la construction;
Ventes de détail et de gros et emploi dans le secteur du commerce.

De plus, l'EPA suit un processus rigoureux afin d'assurer la qualité acceptable des données.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de rendre publique toute donnée susceptible de révéler de l'information obtenue en vertu de la Loi sur la statistique et se rapportant à toute personne, entreprise ou organisation reconnaissable sans que cette personne, entreprise ou organisation le sache ou y consente par écrit. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

L'EPA permet de produire une vaste gamme de résultats donnant des estimations pour diverses caractéristiques de la population active. La plupart de ces résultats sont des estimations présentées sous la forme de tableaux de tri croisé. Les estimations sont arrondies à la centaine la plus proche, et un ensemble de règles de suppression est appliqué pour qu'aucune estimation inférieure à un seuil minimum ne soit diffusée.

Les estimations de l'EPA inférieures aux seuils suivants sont supprimées :

Canada : 1 500
Terre-Neuve-et-Labrador : 500
Île-du-Prince-Édouard : 200
Nouvelle-Écosse : 500
Nouveau-Brunswick : 500
Québec : 1 500
Ontario : 1 500
Manitoba : 500
Saskatchewan : 500
Alberta : 1 500
Colombie-Britannique : 1 500
Yukon : 200
Territoires du Nord-Ouest : 200
Nunavut : 200

Révisions et désaisonnalisation

La plupart des estimations associées au marché du travail connaissent des variations saisonnières, c'est-à-dire des fluctuations qui se répètent d'année en année et qui sont attribuables au climat et à des événements périodiques tels que les périodes de vacances et les jours fériés. La désaisonnalisation sert à éliminer ces variations saisonnières dans près de 3 000 séries de données de l'EPA, cela afin de faciliter l'analyse des fluctuations à court terme d'indicateurs importants, par exemple ceux ayant trait à l'emploi et au chômage selon l'âge et le sexe, à l'emploi selon l'industrie ainsi qu'à l'emploi selon la catégorie de travailleurs (employés du secteur public, ceux du secteur privé ou travailleurs autonomes). Bon nombre de ces indicateurs font l'objet d'une désaisonnalisation aux échelles nationale et provinciale. Les principales estimations relatives à la population active sont également désaisonnalisées selon les régions métropolitaines de recensement (RMR). On les publie sous forme de moyennes mobiles de trois mois afin d'atténuer les fluctuations irrégulières attribuables à la taille relativement faible des échantillons. La méthode utilisée pour la désaisonnalisation est X-12-ARIMA.

Au début de chaque année, l'Enquête sur la population active révise ses estimations des trois années précédentes, en utilisant les facteurs saisonniers les plus récents.

Les données de l'EPA sont également ajustées tous les cinq ans à la suite de la diffusion des nouvelles estimations démographiques basées sur le dernier recensement. À ce moment-là, toutes les données de l'EPA remontant au recensement précédent sont repondérées en fonction des nouvelles estimations de la population (compte tenu que ces nouvelles estimations démographiques couvrent la période intercensitaire séparant les deux derniers recensements), et toutes les estimations chronologiques correspondantes de l'EPA sont révisées. En général, l'introduction des derniers systèmes de classification pour les industries, les professions et la géographie, ainsi que d'autres changements, se produisent à ce stade-ci.

Depuis janvier 2015, les estimations de l'EPA ont été ajustées pour tenir compte des chiffres de population du recensement de 2011, et aussi pour tenir compte du sous-dénombrement net, les révisions remontant à 2001. Pour plus d'information, voir « Révisions apportées à l'Enquête sur la population active (EPA) en 2015 » (71F0031X).

Exactitude des données

Compte tenu que l'EPA est une enquête-échantillon, toutes les estimations sont sujettes à la fois aux erreurs d'échantillonnage et aux erreurs non dues à l'échantillonnage.

Les erreurs non liées à l'échantillonnage peuvent se produire à toutes les étapes de la collecte et du traitement des données d'enquête. Il peut s'agir d'erreurs de couverture, de non-réponse, de réponse, d'erreurs de l'intervieweur, d'erreurs de codage et d'autres types d'erreur de traitement.

Le taux de non-réponse à l'EPA s'établit le plus souvent à environ 10 % des ménages admissibles. Les intervieweurs ont pour consigne de faire tous les efforts raisonnables pour mener les interviews de l'EPA avec les membres des ménages admissibles. Chaque mois, après qu'on a déployé tous les efforts voulus pour réaliser les interviews, il reste un petit nombre de ménages qui n'ont pas répondu. On applique une formule de pondération pour tenir compte des ménages non-répondants.

On mesure l'erreur d'échantillonnage associée aux estimations d'enquête au moyen de coefficients de variation des estimations de l'EPA selon l'erreur-type et la taille des estimations.

Documentation

Date de modification :