Revenu agricole net

Information détaillée pour 2016

Statut :

Active

Fréquence :

Annuelle

Numéro d'enregistrement :

3473

Les comptes du revenu agricole net sont conçus pour fournir une mesure annuelle du revenu que les exploitants agricoles retirent de la production de produits agricoles. Les statistiques servent à évaluer la situation de l'industrie agricole et à établir les options en matière de politiques.

Date de la parution - 24 mai 2017

Aperçu

Les comptes du revenu agricole net sont conçus pour fournir une mesure annuelle du revenu que les exploitants agricoles retirent de la production de produits agricoles. Les séries portant sur les recettes monétaires agricoles (numéro d'enregistrement 3437), élément important de ces comptes, représentent le revenu comptant découlant de la vente de produits agricoles et les paiements directs effectués en vertu de programmes au titre du soutien ou du financement du secteur agricole.

Seul le revenu de l'entreprise agricole est visé par les comptes du revenu agricole net. Ceux-ci ne comprennent pas le revenu que les exploitants agricoles ou leurs familles peuvent tirer d'autres sources (salaires et traitements, revenu de placement, etc.). Les comptes ont trait uniquement au revenu tiré de la production et de la commercialisation de produits agricoles. Le revenu ou les dépenses découlant de la vente ou de l'achat d'immobilisations agricoles (biens immobiliers, machines et matériel) sont exclus. Le revenu tiré de l'exploitation de boisés de ferme est inclus dans les comptes, mais pas dans le revenu provenant d'activités comme la pisciculture ou l'utilisation non agricole de la ferme.

Aux niveaux provincial et national, trois mesures du revenu agricole net ont été estimées pour la période allant de 1971 à aujourd'hui, soit le revenu net comptant, le revenu net réalisé et le revenu net total. Les estimations du revenu brut réalisé, du revenu net réalisé, du revenu brut total et du revenu net total ont été publiées pour la période allant de 1926 à 1970.

Le revenu net comptant des entreprises agricoles est calculé en retranchant les dépenses d'exploitation des recettes monétaires agricoles. Le revenu net comptant représente le montant disponible pour le remboursement des dettes, l'investissement ou les retraits par l'exploitant.

Le revenu net réalisé des entreprises agricoles est calculé en soustrayant les frais d'amortissement du revenu net comptant et en y additionnant le revenu en nature. Il mesure les flux financiers, à la fois monétaires et non monétaires des entreprises agricoles, tout comme un état du revenu. Le revenu net réalisé représente le revenu net tiré des opérations au cours d'une année donnée, peu importe l'année où les produits agricoles ont été produits.

Le revenu net total mesure les flux financiers et la variation des stocks des entreprises agricoles (le revenu net comptant moins l'amortissement plus le revenu en nature et la valeur de la variation des stocks). Il représente le rendement des capitaux propres, la main-d'oeuvre non rémunérée, la gestion et le risque. Le revenu net total attribue une valeur à la production économique agricole au cours de l'année où les produits agricoles ont été produits.

Le revenu agricole net intéresse les agriculteurs et les organismes qui les représentent, les gouvernements, les établissements financiers, l'industrie agroalimentaire et le public. Les statistiques servent à évaluer la situation de l'industrie agricole et à établir les options en matière de politiques. La principale raison pour laquelle des données sur le revenu agricole net sont recueillies est que celles ci permettent d'estimer, à l'échelon provincial, la contribution du secteur agricole au produit intérieur brut. Les estimations du revenu agricole sont publiées dans le Système de comptabilité nationale canadien, puisque le revenu agricole contribue à la production économique et à la richesse du Canada.

Période de référence : Année civile

Période de collecte : Pendant les six semaines avant la diffusion

Sujets

  • Agriculture
  • Statistiques financières des exploitations agricoles

Sources de données et méthodologie

Population cible

Toutes les exploitations agricoles canadiennes telles que définies par le Recensement de l'agriculture.

Élaboration de l'instrument

Cette méthodologie ne s'applique pas.

Échantillonnage

Aucun échantillonnage n'est fait pour ce programme statistique.

Sources des données

Les données sont tirées de fichiers administratifs et sont dérivées de diverses enquêtes de Statistique Canada et/ou d'autres sources.

En général, les recettes monétaires agricoles sont fondées sur les mises en marché et les prix mensuels des divers produits. De nombreuses sources de données, qui varient selon la province et le produit, sont mises à profit dans le calcul des recettes monétaires découlant d'un produit. Les données sur les mises en marché mensuelles proviennent surtout des enregistrements administratifs des offices de commercialisation, des organismes gouvernementaux et des entreprises privées. Pour ce qui est des mises en marché mensuelles, la plupart des prix sont recueillis auprès de sources administratives, notamment les offices de commercialisation, les organismes de réglementation et de renseignement sur les marchés. Certains prix sont également tirés d'une enquête mensuelle sur les prix agricoles menée par Statistique Canada.

Les paiements directs en vertu de programmes sont établis en fonction des données tirées de plusieurs sources. Les organismes responsables du versement de ces paiements au titre des divers programmes fournissent les données sur une base mensuelle, trimestrielle et, dans certains cas, annuelle. Les seuls paiements qui figurent dans les séries sont ceux qui sont versés directement aux producteurs.

Les estimations provisoires des dépenses d'exploitation agricoles sont publiées au mois de mai pour l'année civile antérieure. Les estimations de la plupart des postes de dépenses sont basées sur les indicateurs de la variation des prix et de la quantité qui sont établis à partir de données administratives et d'enquêtes tirées de nombreuses sources. Les révisions sont effectuées au mois de novembre suivant en incorporant les estimations provisoires du Programme des données fiscales. Les estimations définitives sont intégrées dans les séries des dépenses d'exploitation agricoles au mois de mai suivant (soit près de 18 mois après la fin de l'année de référence). Des révisions sont également intégrées dans cette série une fois que les résultats du Recensement de l'agriculture, tenu tous les cinq ans, ont été examinés.

Dans le cas des autres postes de dépenses (intérêt, irrigation, achats de bétail et de volaille, assurance-récolte, assurance contre la grêle et primes de stabilisation), les estimations sont évaluées à partir de données administratives fournies par les banques, les caisses d'épargne et de crédit, les associations de l'industrie, Financement agricole Canada, les gouvernements fédéral et provinciaux et par Agriculture et Agroalimentaire Canada.

Les estimations du revenu en nature sont calculées en multipliant la quantité de produits agricoles consommés par son prix. En général, les quantités consommées sont fondées sur le nombre d'exploitations agricoles produisant le produit au moment du Recensement de l'agriculture, sur la taille moyenne de la famille et sur la consommation canadienne annuelle moyenne du produit. Ces quantités sont évaluées selon la moyenne pondérée des prix du marché obtenus au cours de l'année pour les produits compris dans la série des recettes monétaires agricoles.

La série sur la valeur de la variation des stocks est une estimation de la valeur de la variation des produits agricoles détenus par les producteurs au cours d'une année civile. La variation matérielle des stocks est évaluée aux prix pondérés annuels moyens du marché dans le cas des cultures et aux prix annuels moyens dans le cas des produits relatifs au bétail. Cette moyenne est fondée sur la valeur par tête de bétail au 1er janvier, au 1er juillet et au 31 décembre de chaque année.

Dans le cas des cultures, les bilans des approvisionnements et des produits écoulés sont utilisés pour déterminer les stocks détenus au début et à la fin d'une année civile. Les stocks à la fin de chaque campagne agricole et le niveau de production de chaque culture sont établis selon des enquêtes menées auprès des producteurs. Les éléments qui servent à mesurer l'écoulement des stocks chaque mois, notamment les mises en marché, l'autoconsommation, la provende, les déchets, les pertes et l'utilisation comme semences sont obtenus de différentes sources administratives.

Pour déterminer le niveau des stocks de chaque produit à la fin de l'année civile, il suffit d'additionner les estimations des stocks du début de la campagne agricole aux estimations du niveau de production, puis de soustraire les estimations de l'écoulement mensuel.

L'inventaire matériel relatif au bétail est établi grâce au Recensement de l'agriculture qui a lieu tous les cinq ans. Entre les recensements, des enquêtes semestrielles sont effectuées auprès des producteurs pour déterminer le niveau des stocks.

Détection des erreurs

Les composantes du revenu agricole net sont vérifiées afin de repérer les variations importantes d'une année à l'autre, et celles-ci sont analysées en fonction de l'uniformité des séries chronologiques, des liens avec la conjoncture économique actuelle, des problèmes liés aux données sources et de la cohérence avec d'autres sources.

En outre, les données sources sont assujetties à leurs propres procédures de contrôle de la qualité durant les étapes de la collecte et du traitement. Par exemple, des contrôles informatisés permettent de repérer les erreurs de traitement à l'étape de la saisie des données, puis la vérification subséquente des données permet de déceler, entre autres, les erreurs, les incohérences et les valeurs extrêmes qui se trouvent dans les données saisies. À l'échelle provinciale, les principaux contributeurs font souvent l'objet d'une analyse plus poussée.

Les données administratives utilisées dans la série sont évaluées à la lumière des tendances historiques et actuelles, des connaissances spécialisées et des renseignements recueillis au cours d'entretiens avec les autorités du secteur d'activité. Une grande partie des données administratives ont déjà été vérifiées par l'organisme source. Toutes les anomalies ou les incohérences décelées sont vérifiées auprès de la source et, le cas échéant, des ajustements sont apportés pour rapprocher les données et le cadre conceptuel de la série sur le revenu agricole.

Imputation

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Estimation

Les mesures du revenu agricole net sont calculées de façon résiduelle.

Le revenu net comptant est calculé en soustrayant les dépenses d'exploitation des recettes monétaires agricoles.

Les recettes monétaires agricoles comprennent les revenus tirés de la vente de produits agricoles, les paiements versés par des organismes gouvernementaux en vertu des programmes ainsi que les paiements provenant des programmes privés d'assurance- récolte et d'assurance du bétail. Les recettes sont comptabilisées dans l'année civile où l'argent est versé aux agriculteurs. Les recettes en provenance du marché sont les recettes monétaires agricoles moins les paiements des programmes. Elles comprennent les ventes de grandes cultures, de fruits, de légumes, de produits de floriculture et de pépinière, de produits de l'érable et de produits forestiers, de bétail, de lait, de volaille, d'oeufs, de laine, de fourrure et de miel. Les données sur les recettes sont tirées des nombreuses enquêtes et sources administratives faisant état de la quantité et du prix agricole moyen de chaque produit mis en marché dans une province. Les paiements des programmes sont liés à la production agricole et ils sont versés directement par les gouvernements aux agriculteurs. Mentionnons à titre d'exemple le programme Agri investissement, les paiements d'assurance récolte autres que ceux du secteur privé et les programmes provinciaux de stabilisation. Les paiements provenant du programme Agri investissement comprennent uniquement les montants tirés du volet gouvernemental du compte Agri investissement, parce que le compte des producteurs ne comprend que les sommes antérieurement comptabilisées comme revenu des agriculteurs.

Les dépenses d'exploitation agricoles représentent les coûts d'exploitation des entreprises agricoles pour les biens et services servant à la production de produits agricoles. Les dépenses, qui sont comptabilisées au moment où l'agriculteur fait les décaissements, comprennent les impôts fonciers, les travaux à forfait, la location, les engrais et la chaux, les pesticides, les machines et les réparations des bâtiments, le combustible pour le chauffage et les machines, les salaires, les intérêts et la part de l'entreprise quant aux primes d'assurance. Les estimations initiales des dépenses (publiées en mai après l'année de référence) sont fondées principalement sur les estimations des analystes en fonction de la variation des prix selon l'Indice des prix des entrées dans l'agriculture (IPEA) et de la variation des quantités selon les entretiens avec des personnes-ressources de l'industrie et d'autres données disponibles. En novembre, les premières révisions sont fondées sur les données fiscales provisoires. Puis en mai, les données fiscales définitives sont utilisées. En plus des données fiscales, d'autres données administratives sont disponibles pour des postes de dépenses spécifiques (p. ex., les intérêts, l'assurance-récolte et l'assurance contre la grêle ainsi que l'assurance de l'entreprise). Tous les cinq ans, le Recensement de l'agriculture fournit des données qui sont utilisées comme points de référence pour plusieurs des variables sur les dépenses.

Le revenu net réalisé est calculé en soustrayant les frais d'amortissement du revenu net comptant et en y additionnant le revenu en nature.

Les frais d'amortissement représentent l'amortissement économique ou la perte de la juste valeur marchande des biens en capital de l'exploitation agricole. Il n'y a pas de décaissements associés à l'amortissement. Calculé pour les bâtiments agricoles, les machines agricoles et la part de l'exploitation agricole ayant trait à l'utilisation d'automobiles et de camions ainsi que pour la maison de ferme, l'amortissement est généralement considéré comme le résultat du vieillissement, de l'usure et de la désuétude. Il représente la diminution des avantages économiques éventuels pouvant être tirés des biens en capital.

Le revenu en nature mesure la valeur des produits agricoles produits par les agriculteurs pour leur consommation familiale. Il est inclus pour que soit mesurée la production agricole totale. Il n'y a pas de décaissements associés au revenu en nature. On le calcule selon les estimations de la consommation alimentaire par habitant que fait Statistique Canada, conjuguées avec les mesures liées au recensement de la population agricole et aux prix moyens que les producteurs auraient touchés sur le marché.

Le revenu net total est calculé en soustrayant les frais d'amortissement du revenu net comptant et en y additionnant le revenu en nature et la valeur de la variation des stocks.

La valeur de la variation des stocks mesure la valeur monétaire de la variation matérielle des stocks appartenant aux producteurs. Ce concept sert à l'évaluation de la production économique agricole totale. Pour calculer cette variation, il faut en premier lieu établir la variation des stocks appartenant aux producteurs (entre la fin et le début de l'année civile) et multiplier le résultat par les prix annuels moyens des cultures ou la valeur par animal. Ce calcul est différent de celui de la méthode financière ou selon la valeur comptable, qui établit la valeur des stocks au début et à la fin de l'année pour ensuite calculer la variation.

La valeur de la variation des stocks pour l'ensemble des principaux produits peut fluctuer beaucoup (selon l'ampleur de la variation des stocks et des prix). La variation peut être soit positive (lorsque les stocks sont plus élevés à la fin de l'année qu'au début), soit négative (lorsque les stocks en fin d'année sont moins élevés qu'au début). Si les stocks sont les mêmes au début et à la fin de l'année, la variation est nulle malgré la variation des prix.

Évaluation de la qualité

La qualité des estimations du revenu agricole net et de ses composantes (recettes monétaires agricoles, dépenses d'exploitation agricoles, revenu en nature, amortissement et valeur de la variation des stocks) est évaluée en vérifiant la cohérence de ces données par rapport à d'autres sources ou à des cycles antérieurs. Une analyse interprétative est aussi effectuée. Les données utilisées pour le calcul du revenu agricole net proviennent de programmes administratifs et de diverses enquêtes. Dans la majorité des cas, les données administratives sont vérifiées par les organismes sources, tandis que les enquêtes font l'objet de leurs propres méthodes d'assurance de la qualité. Veuillez consulter les Recettes monétaires agricoles (numéro d'enregistrement 3437) et les Dépenses d'exploitation agricoles et frais d'amortissement (numéro d'enregistrement 5214) pour obtenir de plus amples renseignements au sujet des sources de données.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la loi. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Révisions et désaisonnalisation

Les données sont diffusées deux fois par année, soit à la fin de mai et de novembre. Les estimations provisoires pour une année civile sont disponibles au mois de mai de l'année suivante (soit cinq mois après la fin de l'année de référence) et les données de l'année civile précédant l'année de référence sont sujettes à révision. En novembre, les données des deux années antérieures pourraient être révisées. Tous les cinq ans, on procède à une révision historique en se fondant sur les résultats du Recensement de l'agriculture (numéro d'enregistrement 3438).

Exactitude des données

La mesure de l'exactitude des données est une valeur numérique, ou un symbole correspondant à des valeurs numériques, qui quantifie ou résume l'ampleur vraisemblable de l'écart, de même que les sources importantes d'écart, entre les données publiées et les quantités que l'enquête était censée estimer.

Il est impossible de calculer une mesure directe de la marge d'erreur pour les estimations du revenu agricole. La qualité des estimations peut être jugée à partir de l'analyse des révisions apportées et au moyen d'une évaluation subjective des sources de données et de la méthodologie utilisée pour produire les estimations.

Les comptes du revenu agricole net sont calculés à partir du rassemblement de données administratives et d'enquêtes. En général, la faible qualité des données sources provient d'un sous-dénombrement ou de concepts et de définitions inappropriés. Les données utilisées pour le calcul des estimations du revenu agricole sont très variées pour ce qui est de la couverture, des détails, des définitions et des concepts, et il arrive souvent que ces facteurs ne correspondent pas à ceux dont on a besoin. Les données doivent faire l'objet d'analyses rigoureuses et être corrigées pour en assurer la cohérence et la couverture au moyen de procédures d'estimation soigneusement conçues.

Compte tenu de la méthode résiduelle utilisée pour obtenir le revenu net, une variation mineure des recettes monétaires agricoles ou des dépenses d'exploitation agricoles peut avoir une incidence marquée sur le niveau du revenu net et les variations annuelles.

Les données administratives sont habituellement compilées en fonction des besoins particuliers d'un organisme, et non pas à des fins statistiques. Une grande partie des données ont toutefois déjà été vérifiées par les organismes sources. Les organismes administratifs utilisés sont considérés comme étant les meilleures sources disponibles, et les données qu'ils fournissent sont jugées de très bonne qualité, et ce, même dans les cas où des ajustements ont été apportés pour que les données soient plus cohérentes avec le cadre conceptuel des comptes du revenu agricole.

Les procédures de traitement applicables aux enquêtes utilisées pour l'estimation du revenu agricole permettent de réduire au minimum les erreurs non dues à l'échantillonnage, comme les erreurs survenues au cours de la vérification et les erreurs de réponse. Parce qu'elles reposent sur un échantillon plutôt que sur la population totale, les données peuvent comporter des erreurs d'échantillonnage.

La mise en oeuvre de méthodes, de procédures et de technologies, nouvelles ou améliorées, qui permettent de parfaire non seulement la collecte, mais aussi le traitement, la validation et la diffusion des données, est une partie intégrante de chaque Recensement de l'agriculture. Ainsi, les données du Recensement de l'agriculture de 2011 sont considérées comme étant de très bonne qualité, et celles pour les produits principaux sont de la plus haute qualité. Un taux de réponse de 95,9 % et un taux de sous-dénombrement des fermes estimé à 1,8 % sont des indications du succès global du Recensement de l'agriculture de 2011.

Les résultats de la dernière révision intercensitaire proviennent du Recensement de l'agriculture de 2011 et montrent, à l'échelle nationale, une diminution du revenu agricole net comptant de 1,3 % en 2010, et une baisse du revenu net réalisé de 3,9 % en 2010. Le revenu agricole net total quant à lui a reculé de 4,5 %.

Documentation

Date de modification :