Rapport annuel des minotiers

Information détaillée pour 2015-2016

Statut :

Active

Fréquence :

Annuelle

Numéro d'enregistrement :

3443

Cette enquête recueille de l'information sur les céréales moulues, la production de farine et de déchets, et les stocks.

Date de la parution - 23 février 2017

Aperçu

Cette enquête vise à recueillir des données annuelles auprès des petites minoteries au Canada. Ces données sont utilisées pour déterminer les facteurs d'extension afin d'établir des statistiques mensuelles, et pour évaluer la production totale de la campagne agricole de l'année précédente. Présentées sous forme de tableaux de l'offre et de l'écoulement des produits, elles sont aussi utilisées par Agriculture et Agroalimentaire Canada, par les gouvernements fédéral et provinciaux et par diverses associations dans ce secteur.

Période de référence : Année agricole (1er août au 31 juillet)

Période de collecte : Juillet à novembre

Sujets

  • Agriculture
  • Cultures et horticulture

Sources de données et méthodologie

Population cible

Toutes minoteries de farine (approximativement 20) qui transforment moins de 500 tonnes métriques des céréales par mois.

Élaboration de l'instrument

Le questionnaire a été conçu par des spécialistes du domaine en consultation avec les provinces et les experts du secteur. Les nouvelles questions ne font pas l'objet d'essais préliminaires sur le terrain. Toutefois, on effectue des essais à l'interne pour vérifier la cohérence et l'uniformité. Au besoin, on modifie, ajoute ou supprime les questions. On détermine habituellement les changements à apporter en s'appuyant sur la recherche des spécialistes du domaine ou les changements des tendances du marché.

Échantillonnage

Il s'agit d'un recensement avec plan transversal.

Sources des données

Il s'agit d'une enquête à participation obligatoire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants.

Les données sont recueillies au moyen d'un questionnaire par courrier tout en offrant aux répondants l'option de répondre par téléphone ou par méthodes électroniques. Des procédures de suivi sont entamées quand un questionnaire n'a pas été retourné après une période de temps spécifique; on téléphone alors aux répondants ou on leur envoie une télécopie leur rappelant de nous retourner leur questionnaire, de façon que l'on puisse atteindre notre cible de taux de réponse.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration .

Détection des erreurs

La production des produits de l'usine est comparée aux grains utilisés et aux taux moyens d'extraction. Les données sont aussi comparées aux autres données annuelles et aux estimations des autres usines qui produisent des produits similaires. Étant donné que les données sont relativement stables, les changements importants sont examinés et vérifiés.

Imputation

Les quantités sont imputées pour les non-réponses, pour les minoteries de farine qui retardent à répondre, ou qui répondent partiellement. Les données sont habituellement imputées en utilisant les données précédentes ou les renseignements de l'industrie.
À l'occasion, on utilise des données d'autres usines similaires. Les données sont révisées quand les données réelles ont été reçues.

Estimation

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Évaluation de la qualité

La qualité des données est assurée grâce à l'application de techniques de vérification uniformisées très strictes. Les taux moyens d'extraction et l'analyse des bilans aident aussi à la validation des données.
Les données aberrantes sont soumises à l'attention de spécialistes ou on communique avec l'entreprise visée.

Les estimations produites sont analysées en conjonction avec les résultats Rapport mensuel des minotiers (BMDI 3403) dans les tableaux de l'offre et de la demande à l'échelon national. Les données sommaires sont comparées avec des renseignements de la Commission canadienne des grains et de la Commission canadienne du blé, ainsi que d'autres sources de l'industrie.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la Loi sur la statistique. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Révisions et désaisonnalisation

Les données sont examinées pour déterminer les non-déclarations ou les déclarations inexactes lorsque les révisions sont reçues. Les données d'enquête ne sont pas étalonnées.

Exactitude des données

Bien que des efforts considérables soient déployés pour maintenir des normes de qualité élevées à toutes les étapes de la collecte et du traitement, les estimations qui en résultent sont inévitablement susceptibles de comporter un certain nombre d'erreurs non dues à l'échantillonnage (par exemple, des erreurs de couverture, des erreurs de réponse, des erreurs de non-réponse et des erreurs de traitement).

Les erreurs de couverture peuvent découler d'une liste incomplète et d'un sous-dénombrement des minoteries. Toutefois, compte tenu de l'infrastructure et des approvisionnements de grains nécessaires pour exploiter une minoterie, il est peu probable qu'une nouvelle usine puisse se lancer en affaires sans se faire repérer. Étant donné que les minoteries visées par la présente enquête ne constituent qu'une petite partie de l'univers des minoteries, on considère que toutes les erreurs de couverture seraient temporaires et que leur influence sur les estimations produites serait minime. Les estimations comprennent aussi les données des grandes minoteries qui produisent une déclaration pour le Rapport mensuel des minotiers.

Les erreurs de réponse peuvent être causées par la conception du questionnaire, par les caractéristiques d'une question, par l'incapacité ou la réticence du répondant à fournir la bonne information, par la mauvaise interprétation des questions ou par des problèmes de définition. Ces erreurs sont contrôlées grâce au soin apporté à la conception du questionnaire, à l'utilisation de concepts simples et aux vérifications de la cohérence. La présente enquête est en place depuis de nombreuses années et la plupart des répondants sont bien familiers avec les concepts de l'enquête.

Les erreurs de non-réponse sont causées par les répondants qui refusent de répondre, qui sont incapables de répondre ou qui produisent leur déclaration trop tardivement. Les données sont alors imputées. L'importance d'une erreur d'imputation diminue à mesure que le taux de réponse augmente. On essaie donc d'obtenir le plus haut taux de réponse possible. Le taux de réponse définitif pour la présente enquête est très élevé, presque 100 %. Toutefois, les déclarations tardives posent souvent des problèmes. Les analystes restent en contact avec les minoteries et les associations connexes afin de maintenir le taux de réponse élevé.

Les erreurs de traitement peuvent se produire à différentes étapes du traitement comme au cours de l'entrée, de la vérification et de la totalisation des données. Des mesures ont été prises afin de réduire au minimum ces erreurs. Quelques employés formés s'occupent de cette enquête. L'entrée et la vérification des données sont faites en même temps en raison de la conception du chiffrier qui permet de déceler rapidement les erreurs. Les ratios historiques contribuent aussi à éliminer les valeurs aberrantes créées par l'entrée de données. La totalisation est automatisée afin d'éliminer l'erreur humaine.

Date de modification :