Recensement de l'agriculture

Information détaillée pour 2016

Statut :

Active

Fréquence :

Aux 5 ans

Numéro d'enregistrement :

3438

Le Recensement de l'agriculture est mené afin de dresser le portrait statistique des exploitations et exploitants agricoles du Canada.

Date de la parution - prévue pour le 10 mai 2017 (premier d'une série de communiqués)

Aperçu

Statistique Canada mène le Recensement de l'agriculture pour dresser le portrait statistique des exploitations et exploitants agricoles du Canada. Le recensement brosse aux utilisateurs un tableau complet des principales caractéristiques du secteur agricole et les renseignent sur la production des cultures nouvelles ou moins courantes, de bétail, des finances et de l'utilisation de la technologie.

Ces données fournissent des données-repères pour le calcul des estimations et la détermination de la base de sondage pour les enquêtes sur l'agriculture. Cette information est également utilisée par Agriculture et Agro-alimentaire Canada, ainsi que par les gouvernements provinciaux pour l'élaboration, l'administration et l'évaluation des politiques agricoles, de même que par les universités et les industries agro-alimentaires à des fins de recherche et de planification.

La Loi sur la statistique stipule qu'un recensement agricole a lieu à tous les cinq ans. Il fournit une perspective historique sur l'évolution de l'agriculture canadienne et des tendances du secteur au fil des ans.

Clients : gouvernement fédéral, gouvernements provinciaux et territoriaux, administrations municipales; bibliothèques; établissements d'enseignement; chercheurs et universitaires; industries du secteur privé; associations de gens d'affaires et organisations syndicales; particuliers; groupes de pression.

Sujets

  • Agriculture

Sources de données et méthodologie

Population cible

Toutes les exploitations agricoles au Canada qui produisent des produits agricoles dans l'intention des vendre.

Élaboration de l'instrument

Consultations auprès des utilisateurs

Une série d'ateliers ont été tenues partout au Canada en 2012 afin de consulter les utilisateurs, notamment des représentants des ministères fédéraux et provinciaux, des associations agricoles, des universitaires et des fournisseurs de services agricoles. Les utilisateurs ont proposé des recommandations relativement aux types de questions que devrait contenir le questionnaire du Recensement de l'agriculture de 2016 afin d'élaborer le contenu ainsi que la forme du questionnaire du recensement.

Évaluation des suggestions

Les recommandations formulées devaient satisfaire à certains critères avant d'être considérées pour une éventuelle intégration au Recensement de l'agriculture :

-­ Le sujet est-il d'intérêt national?
­- Vaut-il la peine de produire des données à un niveau géographique plus détaillé que le niveau provincial ou national?
­- Les agriculteurs comprendront-ils facilement la question?
­- Est-il possible de répondre à la question - autrement dit, les exploitants agricoles ont-ils les renseignements nécessaires pour répondre à la question?
­- Les exploitants agricoles accepteront-ils d'y répondre?
­- La demande pour les données qui découleront de la question sera-t-elle importante?
­- Peut-on répondre à la question par « oui » ou par « non » ou par un chiffre?

Élaboration du contenu du questionnaire

Bien que le questionnaire soit mis à jour selon les besoins changeants des utilisateurs de données, que font ressortir les processus de consultation, certaines questions reviennent à chaque recensement. Ces questions - comme celles sur les exploitants agricoles, la superficie des terres, le nombre d'animaux d'élevage et les superficies en culture - sont jugées essentielles par Statistique Canada et les autres grands utilisateurs des données du Recensement de l'agriculture. La reprise des questions de base permet de mesurer le changement dans le temps, alors que l'ajout ou le retrait de questions permet de recueillir des données qui témoignent des nouvelles technologies et des changements structurels dans le secteur agricole. Quatre nouveaux sujets ont été ajoutés au questionnaire de 2016, soit l'utilisation de la technologie, les produits vendus directement aux consommateurs, le plan de relève écrit et les systèmes de production d'énergie renouvelable. Ces sujets reflètent les changements dans l'industrie ainsi qu'une forte demande de la part des utilisateurs relativement à ces nouveaux renseignements. Pour réduire le fardeau du répondant, les questions détaillées relatives aux dépenses d'exploitation agricoles ont été remplacées par une seule question sur les dépenses d'exploitation agricoles totales.

Des questions ont été conçues ou modifiées au bureau central, en collaboration avec des experts de l'industrie. Elles ont été mises à l'essai un certain nombre de fois auprès d'exploitants agricoles de partout au Canada dans le cadre d'interviews en personne dans les fermes et dans des groupes de discussion. Les exploitants choisis pour participer à ces interviews et groupes étaient représentatifs de la diversité régionale - c'est-à-dire en tenant compte des types d'agriculture, des techniques de production, de la taille des exploitations, de la langue parlée et de l'âge. Ces essais ont démontré que certaines questions se prêtaient mal au recensement, et qu'il fallait reformuler d'autres questions. Le fardeau pour les répondants, les résultats des essais de contenu, les priorités des utilisateurs et les budgets sont autant de considérations qui ont influencé le choix du contenu final du questionnaire du Recensement de l'agriculture de 2016. Le Cabinet a approuvé le questionnaire au printemps 2015.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez consulter la publication « Recensement de l'agriculture : Consultations sur le contenu » (http://www.statcan.gc.ca/pub/95-635-x/95-635-x2014001-fra.htm), accessible à partir du module « Publications » de notre site Web, sous l'onglet « Parcourir par ressource clé ».

Échantillonnage

Il s'agit d'un recensement avec plan transversal.

Le Recensement de l'agriculture est conçu de façon à recueillir des données complètes et exactes auprès de l'ensemble des fermes du Canada. Aucun échantillonnage n'est fait, les données étant recueillies pour toutes les unités de la population cible.

Sources des données

Collecte des données pour cette période de référence : 2016-04 à 2016-07 (le jour du recensement : 10 mai 2016)

Il s'agit d'une enquête à participation obligatoire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants.

Les données du recensement de l'agriculture ont été recueillies conjointement à celles du Recensement de la population (numéro d'enregistrement 3901). En 2016, toutes les exploitations agricoles recevront une lettre d'invitation à remplir leur questionnaire du Recensement de l'agriculture de 2016 sur Internet en utilisant le code d'accès sécurisé fourni dans cette lettre. Si le répondant préfère remplir un questionnaire papier, il devra appeler le service d'assistance téléphonique du Recensement de l'agriculture pour obtenir le questionnaire papier par la poste. Les exploitants agricoles rempliront le questionnaire par voie électronique ou sur papier. Dans ce dernier cas, le questionnaire devra être retournée par la poste directement à Statistique Canada, dans la région de la Capitale nationale.

Les données ont ensuite été codées de façon à être traitées par ordinateur et leur cohérence a été vérifiée. On fait une analyse des données finales pour déterminer l'exactitude et on en fait un résumé pour la publication. La période de référence des données du Recensement de l'agriculture varie selon la variable à l'étude. Les périodes de référence les plus courantes sont l'année civile précédente (par exemple dans le cas de la valeur des produits agricoles vendus) et le jour du recensement (par exemple dans le cas des stocks de bétail).

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration .

Détection des erreurs

Les données font d'abord l'objet de divers contrôles rigoureux de la qualité et de vérifications de traitement afin de déceler et de résoudre les problèmes liés à des données inexactes, manquantes ou incohérentes.

Les questionnaires incomplets ou contenant des données non convergentes pourraient faire l'objet d'un suivi téléphonique de la part d'un employé du recensement travaillant à Statistique Canada, qui posera quelques questions pour obtenir les réponses manquantes ou corriger les réponses incomplètes.

Imputation

Certains enregistrements d'un recensement seront incomplets ou incohérents et l'imputation sera requise. Lorsqu'un suivi téléphonique ne suffit pas pour obtenir les renseignements manquants ou résoudre les manques de convergence des données, on applique une procédure d'imputation automatique. Dans la mesure du possible, les enregistrements incomplets ou incohérents se voient imputer des valeurs substitues fondées sur d'autres sources de données sur les mêmes enregistrements. En cas de non-réponse totale ou d'absence de données utilisables dans l'enregistrement visé, on applique la méthode dite du « plus proche voisin » qui consiste à emprunter des valeurs appropriées des enregistrements les plus semblables à ceux qui font l'objet de l'imputation. Le système cherchait une autre exploitation agricole qui présentait des caractéristiques semblables à celles de l'exploitation concernée par le questionnaire qui posait un problème et qui était située dans la même région géographique. Lorsqu'un appariement approprié est fait, le système copie les réponses du donneur sur le questionnaire receveur.

Évaluation de la qualité

Le processus de validation des données fait ressortir les cas où les données ne sont pas directement comparables avec celles des recensements précédents, ou que celles-ci étaient de qualité moindre, essentiellement à cause d'erreurs de couverture ou de réponse. L'analyse approfondie de chaque cas mène à la rédaction de notes précisant les variables touchées et expliquant la situation liée à chacune. L'objet de l'Enquête d'évaluation de la couverture (EEC) est d'estimer la couverture du Recensement de l'agriculture.

La couverture est un problème qui touche la qualité des estimations de tous les recensements. Pour le Recensement de l'agriculture, les erreurs de couverture surviennent lorsque des fermes sont oubliées, recensées par erreur ou comptées en double. L'EEC vise à mesurer le niveau de couverture et les méthodes d'évaluation de la qualité au chapitre des estimations du Recensement de l'agriculture.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la loi. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Révisions et désaisonnalisation

Cette méthodologie ne s'applique pas à cette enquête.

Exactitude des données

Une partie intégrante de chaque Recensement de l'agriculture est la mise en oeuvre de méthodes, de procédures et de technologies, nouvelles ou améliorées, qui facilitent non seulement la collecte, mais aussi le traitement, la validation et la diffusion des données. Des méthodes améliorées, procédures et technologies adoptées pour le Recensement de l'agriculture de 2016 comprenaient d'importantes mises à jour au Registre des entreprises Statistique Canada pour la préparation du Recensement ; l'envoi par la poste de questionnaires à l'ensemble de la population agricole ayant une adresse postale valide ; et un meilleur suivi centralisé par téléphone, afin de résoudre les problèmes que posent les cas de non-réponse et de contradiction dans les questionnaires retournés par les répondants. En outre, pour veiller à ce que les données du Recensement de l'agriculture de 2016 soient toujours de grande qualité, on a intégré des procédures améliorées d'assurance et de contrôle de la qualité à chacune des étapes de la collecte et du traitement des données.


Les estimations qui découlent de projets aussi vastes et complexes que les recensements de l'agriculture et de la population sont inévitablement sujettes à un certain degré d'erreur. En déterminant les types d'erreurs susceptibles de se poser et la façon dont elles se répercutent sur certaines variables, les utilisateurs peuvent plus facilement évaluer la pertinence des données pour leurs applications particulières ainsi que les risques qu'ils prennent en appuyant leurs conclusions ou leurs décisions sur ces données.

Des erreurs peuvent survenir pour ainsi dire à chaque stade du processus de recensement, depuis la préparation de documents en passant par la collecte des données jusqu'au traitement. En outre, les erreurs peuvent être plus fréquentes dans certaines régions du pays ou peuvent varier selon la caractéristique mesurée. Certaines erreurs sont aléatoires, et, lorsque les réponses individuelles sont agrégées pour un nombre suffisamment considérable, elles ont tendance à s'annuler. En ce qui touche les erreurs de cette nature, plus le groupe est grand, plus l'estimation correspondante est exacte. Pour cette raison, on conseille aux utilisateurs des données d'être prudents lorsqu'ils se servent des estimations fondées sur un petit nombre de réponses. Par contre, certaines erreurs pourraient être plus systématiques et donner lieu à des estimations « faussées ». Parce que le biais découlant de ces erreurs est constant, quelle que soit l'ampleur du groupe dont les réponses sont agrégées, et parce qu'il est particulièrement difficile à mesurer, les erreurs systématiques posent un problème plus grave que les erreurs aléatoires pour la plupart des utilisateurs de données.

Documentation

Date de modification :