Base de données sur la morbidité hospitalière (BDMH)

Information détaillée pour 1996 - 1997

Statut :

Inactive

Fréquence :

Annuelle

Numéro d'enregistrement :

3203

La Base de données sur la morbidité hospitalière (BDMH) est une base de données nationale contenant des données démographiques, administratives et cliniques sur les hospitalisations au Canada.

Date de la parution - 24 février 1999 (La responsabilité de la base de données a été transférée à l'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS).)

Aperçu

Remarque :
Depuis l'année de référence 1994-1995, la responsabilité de la base de données a été transférée à l'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS). Il faut adresser les demandes de renseignements à l'ICIS directement au morbidite@icis.ca.

La Base de données sur la morbidité hospitalière (BDMH) est une base de données nationale contenant des données démographiques, administratives et cliniques sur les hospitalisations au Canada.

Au début des années 1960, la Commission royale d'enquête sur les services de la santé (la Commission Hall de 1961) a recommandé au Bureau fédéral de la statistique (Statistique Canada) de recueillir et de publier des statistiques nationales de la morbidité hospitalière. Afin de produire des statistiques comparables au niveau national, Statistique Canada a créé le programme de morbidité hospitalière (à partir de 1960). Par ce programme, Statistique Canada a obtenu des données hospitalières des ministères provinciaux de la santé et a produit une base de données nationale normalisée qui contient des données communes à toutes les provinces (Voir la section Collecte pour plus de renseignements.)

Statistique Canada a été responsable de la BDMH pour les années de référence 1960 à 1993-1994. Depuis l'année de référence 1994-1995, la responsabilité de la base de données a été transférée à l'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS). Statistique Canada demeure responsable de la diffusion de données relatives aux années de références 1993-1994 et avant, et l'ICIS est responsable de la diffusion des données de 1994-1995 et subséquentes. L'ICIS fournit à Statistique Canada une mise à jour annuelle de la base de données pour les fins d'analyse et du développement de la Base de données d'information hospitalière orientée sur la personne (IHOP).

Jusqu'au transfert de la BDMH à l'ICIS, Statistique Canada publiait régulièrement des statistiques annuelles provenant de la base de données. Les publications annuelles fournissaient des statistiques nationales et provinciales sur le nombre et les taux de départs par groupe diagnostique, par groupe d'interventions, par sexe et groupes d'âges, le nombre total de jours d'hospitalisation, la durée moyenne de séjour et le nombre de jours de soins par 100,000 habitants. La dernière publication référait aux données de 1993-1994. (Voir la section Documentation pour plus de renseignements.)

Période de référence : Années de référence 1960 à 1978 : année civile; Année de référence 1979-1980 à présent: année financière

Sujets

  • Enfants et jeunes
  • Maladies et état de santé
  • Santé
  • Santé et bien-être (jeunes)
  • Services de soins de santé

Sources de données et méthodologie

Population cible

L'univers conceptuel de la Base de données sur la morbidité hospitalière (BDMH) inclut les hospitalisations de patients dans des hôpitaux généraux, de convalescence, de réadaptation et pour affections chroniques au Canada. La base de données exclut les hospitalisations dans des hôpitaux psychiatriques, et les hospitalisations dans des établissements fédéraux (par exemple, les hôpitaux militaires, les prisons et les réserves indiennes).

L'information sur chaque hospitalisation de patient est recueillie au moment du départ du patient de l'hôpital. Un départ peut être une radiation, une sortie volontaire du patient, un transfert à un autre établissement ou un décès. La date de départ détermine à quelle année de référence appartient l'hospitalisation.

Une hospitalisation réfère à un séjour d'un patient qui a été admis officiellement à l'hôpital. (Normalement, le patient aura passé au moins une nuit à l'hôpital.) Les cas de chirurgies d'un jour, les visites aux cliniques ou aux services ambulatoires et les visites à la salle d'urgence ne sont pas inclus dans la BDMH.

Chaque enregistrement de la base de données représente une hospitalisation d'un patient. Les statistiques de la base de données sont fondées sur des séjours à l'hôpital et non sur des patients particuliers. Par exemple, une personne admise et radiée cinq fois durant l'année de référence aura cinq enregistrements dans la base de données de cette année.

À partir de l'exercice 1994-1995 :

À partir de l'exercice 1994-1995, la population de référence comprend les hospitalisations de patients dans des établissements de soins de courte durée au Canada. Même si la Base de données sur la morbidité hospitalière comprend toujours des enregistrements d'hospitalisations pour certains établissements autres que de soins de courte durée, le niveau de couverture a subi une baisse marquée depuis l'exercice 1996-1997.

Élaboration de l'instrument

Cette méthodologie ne s'applique pas.

Échantillonnage

Il s'agit d'un recensement avec plan transversal.

Sources des données

Il s'agit d'une enquête à participation obligatoire.

Les données sont tirées de fichiers administratifs.

La base de données sur la morbidité hospitalière est une compilation d'enregistrements de bases de données administratives élaborées dans les hôpitaux. Au moment du départ d'un patient de l'hôpital, un formulaire d'admission et de départ est complété. Ce formulaire documente de l'information démographique, administrative et clinique relative à ce séjour particulier à l'hôpital.

Historiquement, ces formulaires ont été élaborés et traités par les commissions provinciales d'assurance-maladie. Le résultat en était que le genre d'information recueillie et le niveau de traitement de cette information étaient spécifiques à chaque province et non normalisés au niveau national. Au début des années 1960, la Commission royale d'enquête sur les services de la santé (la Commission Hall de 1961) a recommandé au Bureau fédéral de la statistique (Statistique Canada) de recueillir et de publier des statistiques nationales sur la morbidité hospitalière. Afin de produire des statistiques comparables au niveau national, Statistique Canada a créé le Programme de morbidité hospitalière (qui a débuté avec l'année de référence 1960). Par le biais de ce programme, Statistique Canada a obtenu des données hospitalières des différents ministères provinciaux de la santé. Ces données ont ensuite été soumises à un contrôle pour en assurer la qualité et la normalisation de l'information. Un format canadien est utilisé par la BDMH, incorporant le plus d'éléments communs possibles et nécessaires pour produire des statistiques nationales. À partir de l'année de référence 1968, des données sur les interventions chirurgicales qui ont eu lieu pendant l'hospitalisation ont été recueillies et publiées.

Au cours des ans, un nombre grandissant de provinces a opté pour faire usage des services d'un système centralisé de traitement des données mis en place par le « Hospital Medical Records Institute » (HMRI). Cette centralisation a augmenté l'efficacité et la normalisation entre les provinces participantes. Au milieu des années 1990, les activités du HMRI ont été entreprises par le nouvel Institut d'information sur la santé (ICIS). La base de données à l'ICIS qui contient maintenant cette information se nomme la Base de données sur les congés des patients (DAD).

À partir de l'exercice 1994-1995, l'ICIS a pris la responsabilité de la compilation de la Base de données nationale sur la morbidité hospitalière. La principale source de données pour la BDMH est la DAD et est complétée par des données fournies par les ministères de la santé provinciaux qui n'utilisent pas la DAD. Pour l'exercice 2005-2006, toutefois, la seule province qui n'a pas déclaré de données à la DAD est le Québec. Des ententes ont été élaborées pour inclure de façon courante ces enregistrements dans la BDMH.

Veuillez consulter la section Documentation pour plus d'information portant sur:
a) les éléments de données communs recueillis avant l'année de référence 1994-1995, et
b) un historique des classifications des diagnostics et des interventions utilisées dans la BDMH.

Détection des erreurs

Avant l'exercice 1994-1995:

Les fichiers de données transmis par les provinces à Statistique Canada avaient déjà été vérifiés au moyen du système de collecte des données utilisé par les provinces. Avant d'être inclus dans la Base de données sur la morbidité hospitalière (BDMH), toutefois, tous les enregistrements faisaient l'objet d'une série de contrôles de validation et de contrôles de cohérence à Statistique Canada.

Le contrôle de validation consistait à vérifier si les éléments de données requis figuraient dans l'enregistrement, s'ils étaient cohérents et s'ils n'étaient pas produits en double. Le contrôle de cohérence (appelé également contrôle des données médicales) permettait de s'assurer que les diagnostics et les interventions chirurgicales déclarés concordaient avec l'âge et le sexe déclarés. Les éléments manquants étaient imputés conformément à un modèle fondé sur les données recueillies antérieurement. Les rejets à la vérification, dûment modifiés, étaient imprimés à titre de documents d'aller retour devant être examinés, acceptés ou modifiés, puis entrés de nouveau dans le système.

Les statistiques publiées tirées de la BDMH étaient fondées sur le diagnostic pour la totalisation et la procédure de totalisation. Les hôpitaux pouvaient déclarer plusieurs diagnostics ou interventions pour chaque hospitalisation, mais un seul diagnostic et une seule intervention par enregistrement étaient sélectionnés en vue d'une totalisation statistique. Les processus de vérification à Statistique Canada garantissaient le choix de l'intervention ou du diagnostic le plus approprié.

À partir de l'exercice 1994-1995:

L'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS) est chargé de la qualité des données de la Base de données sur la morbidité hospitalière depuis l'exercice 1994-1995.

L'ICIS crée la BDMH à partir des enregistrements de la Base de données sur les congés des patients et de ceux des ministères provinciaux de la santé qui ne participent pas à la DAD. Les enregistrements intégrés à la BDMH ont fait l'objet au préalable de contrôles de la qualité à partir de leur source originale. La DAD comporte un système exhaustif de contrôle et de correction, et les enregistrements qui proviennent de l'extérieur sont soumis à un contrôle de la qualité par les ministères de la santé qui les soumettent (par exemple, le Manitoba avant l'exercice 2004-2005 et le Québec). Avant de diffuser le fichier annuel de la BDMH, l'ICIS le soumet habituellement à Statistique Canada pour examen et approbation.

Pour obtenir plus de renseignements sur la détection des erreurs de la BDMH, s'adresser à l'ICIS.

Imputation

Avant l'exercice 1994-1995 :

Les éléments manquants (par exemple, l'âge et le sexe) étaient imputés conformément à un modèle fondé sur les données recueillies antérieurement. Les rejets à la vérification, dûment modifiés, étaient imprimés à titre de documents d'aller retour devant être examinés, acceptés ou modifiés, puis entrés de nouveau dans le système.

À partir de 1994-1995 :

L'âge et le sexe ne sont plus imputés. Les valeurs non valides ou en blanc sont repérées au moyen d'un indicateur d'erreur.

Estimation

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Évaluation de la qualité

Avant l'exercice 1994-1995 :

L'évaluation de la qualité était fondée sur l'examen des rejets à la vérification et comprenait le calcul des fréquences pour certains éléments de données ainsi qu'une analyse des tendances.

Souvent, le nombre et le taux de départs (radiations) ou le nombre de jours d'hospitalisation variaient de façon marquée d'une année à l'autre. Les variations extrêmes habituellement ne reflétaient pas des variations véritables de l'incidence ou de la prévalence d'un état mais plutôt un artefact administratif dans la collecte et le traitement des données au niveau provincial. Toutefois, il n'était pas possible de se tenir au fait de tous les changements qui se produisaient dans les provinces ni, durant la période comprise entre la réception des données traitées et vérifiées et leur soumission aux fins de publication, d'examiner toutes les anomalies apparentes.

Les différences sur les plans des taux de sortie et de la durée de l'hospitalisation entre les provinces et les territoires peuvent être attribuables au degré de disponibilité d'autres types de soins comme les chirurgies d'un jour et les services de consultation externes. Les différences entre les taux d'une année à l'autre peuvent également être attribuables à des modifications apportées aux politiques en matière de soins de santé.

À partir de l'exercice 1994-1995 :

L'ICIS applique des contrôles de la qualité à divers niveaux. Par exemple, il fournit des services de soutien et des programmes de formation au personnel chargé de la saisie des données dans les hôpitaux. De même, il collabore avec des fournisseurs de logiciels pour améliorer continuellement les applications servant à soumettre les données. Au cours de la production de la DAD et de la BDMH, l'ICIS applique des méthodes exhaustives de contrôle et de correction. Il procède en outre à des études spéciales, comme des études de seconde saisie des données.

Depuis l'exercice 2001-2002, l'ICIS produit des documents annuels sur la qualité des données pour la BDMH. Ces documents font état des limites générales des données du point de vue de l'exactitude, de la comparabilité, de l'utilité et de la pertinence.

Les membres du public doivent adresser leurs demandes de renseignements au sujet de la qualité de la Base de données sur la morbidité hospitalière à l'Institut canadien d'information sur la santé.

Contrôle de la divulgation

La Loi interdit à Statistique Canada de rendre publique toute donnée susceptible de révéler de l'information obtenue en vertu de la Loi sur la statistique et se rapportant à toute personne, entreprise ou organisation reconnaissable sans que cette personne, entreprise ou organisation le sache ou y consente par écrit. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Avant l'exercice 1994-1995 :

Statistique Canada était chargé de la diffusion publique des données tirées de la Base de données sur la morbidité hospitalière pour les années de référence allant de 1960 à 1993-1994. Seules les données tabulaires au niveau provincial et pour l'ensemble du pays étaient incluses dans les publications annuelles et les cellules pour lesquelles le nombre de cas était faible n'étaient pas supprimées. Les demandes personnalisées de données historiques faisaient l'objet d'un contrôle de la divulgation. Les cellules pour lesquelles le nombre de cas était de trois ou moins étaient supprimées et certaines autres cellules étaient écartées également afin d'éviter la divulgation par recoupement. Ou bien, on pouvait procéder à l'agrégation des données à un niveau plus élevé afin d'éviter d'avoir à supprimer des cellules.

À partir de l'exercice 1994-1995 :

L'ICIS est chargé de la diffusion publique des données tirées de la Base de données sur la morbidité hospitalière. Tout article analytique publié par Statistique Canada fondé sur des donnés tirées de la BDMH demeure assujetti au contrôle de la divulgation.

Révisions et désaisonnalisation

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Exactitude des données

Avant l'année de référence 1994-1995 :

Avant d'être inclus dans la BDMH, tous les enregistrements étaient soumis à des contrôles de validation et de cohérence à Statistique Canada. Annuellement, des erreurs étaient détectées durant les contrôles de validation et de cohérence dans 1 % en moyenne des enregistrements.

La couverture estimée était de près de 100 % pour les provinces. Avant 1993-1994, l'enquête ne comprenait pas de données recueillies auprès des territoires. Les données provenant des Territoires du Nord-Ouest ont été ajoutées pour la première fois à la BDMH en 1993-1994.

À partir de l'année de référence 1994-1995 :

À l'ICIS, l'exactitude des données est évaluée du point de vue de la non-réponse totale, de la non-réponse partielle et de l'erreur de mesure.

Non-réponse totale

À partir de l'exercice 1999-2000, les hospitalisations dans des établissements de soins de courte durée de toutes les provinces et de tous les territoires sont incluses dans la BDMH. Le Territoire du Yukon s'est ajouté pour l'exercice 1994-1995 et le Nunavut, en 1999-2000. Pour l'exercice 2002-2003, toutefois, le Nunavut n'a pas soumis de données à la DAD, ce qui fait qu'il n'est pas compris dans la BDMH pour cet exercice.

Tous les établissements connus de soins de courte durée au Canada sont régulièrement inclus dans la BDMH. Depuis 1994-1995, toutefois, l'inclusion des enregistrements pour les établissements autres que de soins de courte durée est en baisse.

Non-réponse partielle

La non-réponse partielle correspond au niveau des éléments de données obligatoires manquants dans les enregistrements d'hospitalisations. Lorsque la DAD est la source des enregistrements d'hospitalisations, les valeurs manquantes et les valeurs invalides non corrigées se voient attribuer une valeur type par défaut (par exemple, « Z »). Généralement, seulement 1,2 % de tous les enregistrements comprennent des valeurs par défaut. Dans le cas des données sur les hospitalisations provenant d'autres sources (par exemple, du Québec), le taux de non-réponse partielle varie. Par exemple, le Québec soumet l'âge du patient, mais pas de date de naissance, et uniquement les trois premiers chiffres du code postal du patient.

Erreur de mesure

L'ICIS évalue la qualité globale de la DAD en procédant à des études de seconde saisie des données d'un échantillon d'établissements et de provinces et territoires. Les données qui font l'objet d'une deuxième saisie sont par la suite comparées aux enregistrements soumis au départ, afin de déterminer l'uniformité du codage et le respect des règles et des lignes directrices. Ces études permettent en outre de vérifier l'application de la nouvelle classification des diagnostics, Classification internationale des maladies, 10e édition, adaptation canadienne (CIM-10-CA) et de la Classification canadienne des interventions en santé (CCI). La documentation de l'ICIS concernant les études de seconde saisie des données effectuées pour les exercices 2001-2002 et 2002-2003 montre que les nouvelles méthodes de codage ont été bien appliquées, qu'il existe des préoccupations concernant les normes sur le typage des diagnostics (c'est-à-dire le niveau d'importance attribué à chaque diagnostic déclaré) et que les normes de codage particulières ont été respectées. Dans l'ensemble, toutefois, les études ont confirmé que la base de données est utile et pertinente.

L'ICIS passe en revue ces études et met en oeuvre des solutions, par exemple, des ateliers sur des sujets spéciaux pour les responsables du codage dans les hôpitaux et l'amélioration de la documentation sur les lignes directrices en matière de codage.

Des documents exhaustifs sur la qualité des données de la Base de données sur les congés des patients et de la Base des données sur la morbidité hospitalière, ainsi que sur la mise en oeuvre de la CIM-10-CA et de la CCI sont disponibles dans le site Internet de l'ICIS

Documentation

Date de modification :