Enquête annuelle sur le transport de passagers par autobus et le transport urbain (TPATU)

Information détaillée pour 2015

Statut :

Active

Fréquence :

Annuelle

Numéro d'enregistrement :

2798

Le but de l'enquête sur le transport de passagers par autobus et le transport urban est de recueillir, sur une base annuelle, des données sur l'emploi, les finances et les opérations des compagnies opérant un service de transport par autobus au Canada. L'enquête se déroule également auprès des municipalités et des agences gouvernementales qui opèrent un service de transport en commun ou de transport interurbain.

Date de la parution - 18 août 2017

Aperçu

L'objectif de l'enquête est de produire des estimations financière, opérationnelles et sur l'emploi liées aux compagnies opérant un service de transport de passagers par autobus ou de transport urbain au Canada. Les estimations produites sont utilisées par le système canadien des comptes nationaux, Transport Canada, d'autres ministères fédéraux et provinciaux, ainsi que par les compagnies de transports, par des firmes de consultants, des universités et des gouvernements étrangers. Les données sont utilisées à des fins d'analyses des activités de transport, à des fins d'études économiques et de marketing ainsi que pour mesurer la performance de l'industrie.

Activité statistique

L'enquête est menée dans le cadre du Programme intégré de la statistique des entreprises (PISE). Le PISE a été conçu pour intégrer les quelques 200 enquêtes auprès des entreprises dans un même programme d'enquête principal. Le PISE vise à recueillir des données sur les industries et les produits à l'échelle provinciale, tout en évitant les chevauchements entre les différents questionnaires d'enquête. Les questionnaires d'enquête sur les entreprises ainsi restructurés ont une présentation, une structure et un contenu harmonisé.

L'approche intégrée rend la déclaration plus facile pour les entreprises ayant des activités dans différentes industries, puisqu'elles peuvent ainsi fournir des renseignements similaires pour chaque succursale. Elles n'ont ainsi pas à remplir des questionnaires dont la présentation, la formulation et même les concepts changent d'une industrie à l'autre. Les résultats combinés donnent des statistiques économiques plus cohérentes et précises.

Cette activité statistique fait partie d'un ensemble d'enquêtes qui mesurent divers aspects des activités liées au mouvement des gens et des marchandises. L'ensemble se compose des groupes suivants :

Transport aérien inclut les enregistrements portant sur le mouvement des aéronefs, pour les passagers et des marchandises par voie aérienne, les activités des transporteurs aériens canadiens et étrangers, ainsi que les caractéristiques opérationnelles et financières des transporteurs aériens canadiens. Ces données proviennent du Centre des statistiques de l'aviation.

Transport ferroviaire inclut les enregistrements portant sur le transport ferroviaire au Canada et entre les États-Unis et le Canada.

Transport routier comprend les enregistrements concernant tout le transport routier au Canada. Outre les programmes d'enquête auprès des transporteurs et les propriétaires de véhicules immatriculés, certains programmes ont besoin de données administratives provinciales et territoriales regroupées.

Période de référence : année civile

Sujets

  • Transport
  • Transport routier

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population cible est constituée de tous les établissements statistiques considérés comme ayant des activités d'exploitation dans l'industrie du transport par autobus (SCIAN 485110, 485210, 485410, 485510, 485990, 487110) selon le Système de classification des industries de l'Amérique du Nord (SCIAN 2012) au cours de l'année de référence.

La population observée est la liste des entreprises et établissements qui ont été sélectionnés à partir du Registre des entreprises de Statistique Canada. La base fournit des renseignements fondamentaux sur chaque entreprise, incluant l'adresse, la classification industrielle et des renseignements provenant des sources de données administratives. Cette information est mise à jour et complétée à l'aide d'informations spécifiques à l'enquête maintenues par les analystes de l'enquête.

Élaboration de l'instrument

Le questionnaire a été initialement conçu avec la collaboration de spécialistes en conception de questionnaires, ainsi que de groupes témoins tirés de ce secteur économique. Le questionnaire a été restructuré en 2015, afin de refléter les besoins croissants des partenaires intéressés. Les changements apportés à l'enquête ont été faits en consultation avec les spécialistes en conception de questionnaires, et ont été révisés par des comités internes ainsi que par plusieurs répondants de ce secteur économique.

Échantillonnage

Il s'agit d'une enquête transversale par échantillon.

Un échantillon aléatoire stratifié d'entreprises groupées par Province et classées selon le Système de classification des industries de l'Amérique du Nord (SCIAN) Canada 2012.

Avant la sélection d'un échantillon aléatoire, les entreprises sont classées dans des groupes homogènes (c.-à-d. des groupes ayant le même code SCIAN, la même zone géographique [province/territoire]) formés selon les caractéristiques de leurs établissements. Ensuite, chaque groupe est divisé en sous-groupes (petit, moyen, grand) qu'on appelle les strates, en fonction de leur revenu d'entreprise annuel.

Suivant cette stratification, un échantillon d'une taille prédéterminée est réparti dans chaque strate. L'objectif est d'optimiser la qualité générale de l'enquête tout en respectant les ressources disponibles. La répartition de l'échantillon peut donner lieu à deux types de strates : des strates à tirage complet, où l'échantillonnage de toutes les unités est certain, et des strates à tirage partiel, où la sélection des unités échantillonnées se fait de manière aléatoire.

La taille totale de l'échantillon pour l'enquête est d'environ 800 entreprises.

Sources des données

Collecte des données pour cette période de référence : 2017-05-09 à 2017-10-14

Il s'agit d'une enquête à participation obligatoire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants et sont tirées de fichiers administratifs.

Questionnaires électroniques, envoi de questionnaires papiers, interviews téléphoniques et données extraites de fichiers administratifs.
Les données sont obtenues directement auprès des répondants, par l'entremise d'un questionnaire électronique ou papier.

Des centres de coordination de la collecte au sein de Statistique Canada supervisent la réponse aux questionnaires par les répondants. Ceci comprend l'envoi postal des questionnaires d'enquête, ainsi que fournir de l'aide auprès des répondants, si telle aide est requise pour compléter le questionnaire. Également, faire des suivis par téléphone, courriel ou télécopieur pour résoudre les problèmes reliés aux règles de vérifications pour les questionnaires retournés ou pour obtenir les données pour les questionnaires qui n'ont pas été retournés par les répondants.

Les données d'enquêtes et celles du fichier administratif provenant de l'association canadienne du transport urbain sont d'abord combinées selon la disponibilité, et les données fiscales peuvent ensuite être utilisées à l'imputation pour compenser pour la non-réponse. Tous les appariements sont directs.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration .

Détection des erreurs

De nombreux test de validité et d'intégrité des données ont été effectués durant la saisie ainsi que pendant l'analyse des données recueillies. Diverses méthodes telles que l'analyse de quotients, analyses comparatives et la détection de valeurs aberrantes sont appliquées.

Plusieurs vérifications sont effectuées sur les micro-données, en vue de vérifier leur uniformité et de déterminer les valeurs extrêmes. Au niveau macro, les données font l'objet d'un processus détaillé d'examen de la qualité, y compris une analyse comparative en fonction de l'année précédente. Les erreurs importantes sont par conséquent décelées et corrigées.

Imputation

On utilise différentes méthodes d'imputation manuelle telles l'imputation par donneur, l'analyse de quotient et l'analyse de tendances. Les données fiscales sont également utilisées lorsque cela est pertinent.

Estimation

Le Système généralisé d'estimation (SGE) conçu à Statistique Canada, est utilisé pour le calcul des estimations et des indicateurs de qualité. Ce système est une application développée à partir du logiciel SAS afin de produire des estimés de population à partir d'un échantillon et de données auxiliaires. Les estimations sont calculées à plusieurs niveaux d'intérêt, tels que le SCIAN et la province, en se fondant sur les renseignements de classification les plus récents pour l'entité statistique et la période de référence de l'enquête.

Évaluation de la qualité

Les résultats de l'enquête sont analysés aux niveaux micro et macro. Au niveau micro, des vérifications sont faites afin de confirmer la cohérence interne, et d'identifier les valeurs qui sortent de l'ordinaire. Au niveau macro, les données sont soumises à un processus de vérification de la qualité approfondi, incluant l'analyse comparative des données de l'année précédente. Les erreurs matérielles sont ainsi identifiées et corrigées.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la Loi sur la statistique. Diverses règles de confidentialité s'appliquent aux données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Révisions et désaisonnalisation

Les estimations annuelles sont fournies pour l'année de référence. Les données de l'année de référence précédente sont révisées si nécessaire. Comme il s'agit d'une enquête annuelle, les ajustements saisonniers ne sont pas pertinents.

Exactitude des données

Malgré les efforts déployés pour que les opérations de collecte et le dépouillement se déroulent en fonction de normes rigoureuses, les estimations qui en résultent comportent inévitablement des erreurs. Celles-ci sont classées en deux grandes catégories: les erreurs d'échantillonnage et les erreurs non dues à l'échantillonnage.

Les erreurs non dues à l'échantillonnage ne sont pas liées à l'échantillonnage et peuvent survenir pour de nombreuses raisons. Par exemple, la non-réponse est une source importante d'erreurs non due à l'échantillonnage. La couverture de la population, les écarts dans l'interprétation des questions, les mauvaises réponses des répondants et les erreurs de consignation, de codage et de traitement des données représentent d'autres exemples d'erreurs non liées à l'échantillonnage.

Les erreurs non liées à l'échantillonnage sont contrôlées par la conception minutieuse du questionnaire, par l'utilisation d'un nombre minime de concepts simples et par des vérifications de la cohérence. Les erreurs de couverture ont été réduites au minimum par la mise à jour de la base de sondage à partir de sources multiples. Des mesures telles que les taux de réponse sont utilisées comme indicateurs de l'étendue potentielle des erreurs non dues à l'échantillonnage.

Le taux de réponse pondéré est la proportion du revenu total représenté par les firmes qui ont répondu à l'enquête. Le taux de réponse pondéré est calculé à partir des unités échantillonées contribuant à l'estimé, après avoir tenu compte des firmes qui ont fait faillite, qui ont changé la nature de leurs activités, qui sont inactives ou encore qui ont été rentrées deux fois dans le fichier informatique.

Les erreurs d'échantillonnage se produisent parce que les estimations proviennent d'un échantillon de la population plutôt que de la population entière. Ces erreurs dépendent de divers facteurs, notamment la taille de l'échantillon, le plan d'échantillonnage et la méthode d'estimation. Une des propriétés importantes de l'échantillonnage probabiliste tient au fait que les erreurs d'échantillonnage peuvent être calculées à partir de l'échantillon à l'aide d'une mesure statistique appelée coefficient de variation (CV). Pour des enquêtes menées à plusieurs reprises, l'écart relatif entre l'estimation d'un échantillon et l'estimation qu'on aurait obtenue d'un dénombrement de toutes les unités serait inférieur à deux fois le CV, 95 fois sur 100. L'éventail des données acceptables d'un échantillon s'appelle l'intervalle de confiance. Les intervalles de confiance peuvent êtres calculés autour des estimations en utilisant les CV. Premièrement, nous calculons l'erreur type en multipliant l'estimation d'un échantillon par le CV. L'estimation d'un échantillon plus ou moins deux fois l'erreur type est ce qu'on appelle l'intervalle de confiance de 95 %.

Les CV ont été calculés pour chaque estimation produite. Les estimations du total des revenus pour l'ensemble de l'industrie furent jugées excellentes au niveau national (moins de 5 %) et de bonnes à excellentes au niveau provincial et territorial (moins de 15 %). On peut obtenir ces CV sur demande.

La qualité des CV est classifiée ainsi :
. Excellente 0,01 % à 4,99 %
. Très bonne 5,00 % à 9,99 %
. Bonne 10,00 % à 14,99 %
. Acceptable 15,00 % à 24,99 %
. À utiliser avec circonspection 25,00 % à 34,99 %
. Non fiable 35,00 % et plus

Outre qu'elle augmente la variance, la non-réponse peut donner lieu à des estimations biaisées si les non-répondants comportent des caractéristiques différentes des répondants. La non-réponse est traitée par un suivi auprès des répondants, par l'imputation, et par la validation des microdonnées.

Les erreurs de couverture ont été réduites au minimum par la mise à jour de la base de sondage à l'aide de sources d'enquête et administratives. Les taux de couverture sont examinés pendant le processus d'échantillonnage.

Date de modification :