Indice des prix de la construction de bâtiments (IPCB)

Information détaillée pour premier trimestre de 2018

Statut :

Active

Fréquence :

Trimestrielle

Numéro d'enregistrement :

2317

Les indices des prix de la construction de bâtiments (IPCB) constituent des séries trimestrielles servant à mesurer l'évolution, au fil du temps, des prix demandés par les entrepreneurs pour construire l'ensemble des nouveaux bâtiments à caractère commercial, institutionnel, industriel et résidentiel.

Date de la parution - 23 mai 2018

Aperçu

L'IPCB mesure l'évolution, au fil du temps, des prix demandés par les entrepreneurs pour construire l'ensemble des nouveaux bâtiments à caractère commercial, institutionnel, industriel et résidentiel. Ces bâtiments comportent six structures non résidentielles : un immeuble de bureaux, un entrepôt, un centre commercial, une usine, une école, et une gare d'autobus dotée d'installation d'entretien et de réparation. En outre, des indices sont produits pour cinq structures résidentielles, y compris une maison de plain-pied, une maison à deux étages, une maison en rangée, une tour d'habitation (comportant cinq étages ou plus) et un immeuble à hauteur restreinte (de moins de cinq étages).

Le prix demandé par l'entrepreneur tient compte de la valeur de l'ensemble des matériaux, de la main d'oeuvre, de l'équipement, des frais généraux et des bénéfices qui entrent en considération pour construire un nouvel immeuble. Le coût du terrain, du regroupement des terrains, de la conception et de l'aménagement, ainsi que les taxes sur la valeur ajoutée et les commissions immobilières, sont exclus.

L'IPCB est utile aux organismes gouvernementaux qui effectuent des analyses économiques ainsi qu'à d'autres utilisateurs intéressés à évaluer l'impact des variations de prix sur les dépenses en immobilisations. Par exemple, Statistique Canada utilise l'IPCB pour produire des estimations de la contribution de l'industrie de la construction aux dépenses nationales, de la production réelle et du stock de capital. On utilise également cet indice pour réévaluer les dépenses, la production et les nouvelles commandes de travaux de construction ; ajuster les coûts de projets aux fins d'indexation ; prévoir les besoins financiers nécessaires aux projets de construction proposés, ainsi que les taux de rendement réels des investissements.

Période de référence : Il s'agit de la période pour laquelle la valeur de l'IPCB est de 100; en ce moment, celle-ci est l'année 2017.

Période de collecte : La collecte a lieu durant le deuxième et le troisième mois de chaque trimestre, c'est-à-dire février et mars, mai et juin, août et septembre ainsi que novembre et décembre.

Sujets

  • Construction
  • Construction non résidentielle
  • Construction résidentielle
  • Indices des prix à la construction
  • Prix et indices des prix

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population cible de l'IPCB comprend tous les éléments de coût des travaux mis en place inclus dans les prix de vente des entrepreneurs pour la construction de nouveaux bâtiments résidentiels et non résidentiels au Canada. Ces éléments de coût couvrent les travaux de construction associés aux groupes spécialisés en architecture, en structure, en mécanique et en électricité, ainsi que les coûts indirects et les bénéfices des entrepreneurs généraux.

Chaque indice de prix de la construction de bâtiments est fondé sur un projet de construction représentatif. Par conséquent, la population observée des coûts des travaux mis en place sont limités à ceux que comprennent les projets de construction de bâtiments résidentiels ou non résidentiels qui ont été sélectionnés. Dans la mesure du possible, le projet est choisi à partir de projets réels de bâtiments résidentiels ou non résidentiels achevés dont les coûts de construction et le prix de vente sont connus. Sinon, on identifie un projet de construction résidentiel ou non résidentiel représentatif, et son prix de vente est estimé par des consultants en matière de coûts. Le projet choisi doit représenter la médiane de sa catégorie pour ce qui est du prix, de la grandeur, de la conception et des techniques de construction employées. Le projet doit également viser un bâtiment résidentiel ou non résidentiel qui pourrait être construit dans l'une ou l'autre des régions métropolitaines de recensement (RMR) couvertes par l'IPCB. Les bâtiments de conception contemporaine sont privilégiés. Étant donné que le bâtiment doit représenter les caractéristiques des projets de construction entrepris à l'échelle du pays, on évitera de choisir ceux qui présentent une forme, des dimensions ou des matériaux inhabituels. Des nouveaux projets de construction de bâtiments résidentiels et non résidentiels représentatifs sont sélectionnés tous les 10 à 15 ans avec l'aide de consultants en matière de coûts de construction.

De plus, la population observée se limite à la construction de bâtiments résidentiels et non résidentiels dans 11 RMR, y compris St. John's, Moncton, Halifax, Montréal, Ottawa-Gatineau (partie ontarienne), Toronto, Winnipeg, Saskatoon, Calgary, Edmonton et Vancouver. Selon la valeur des permis de bâtir délivrés, on a déterminé que ces RMR comportaient suffisamment de travaux de construction de bâtiments résidentiels et non résidentiels neufs en cours pour appuyer la collecte de données trimestrielles pour l'établissement des prix au fil du temps. Celles-ci couvrent aussi la plupart des provinces.

Élaboration de l'instrument

Dans le cadre de cette enquête, les données sur les prix sont recueillies au moyen d'un questionnaire électronique (Enquête auprès des entrepreneurs en construction). Le questionnaire électronique a été conçu, mis à l'essai et amélioré en consultation avec le Centre de ressources en conception de questionnaires et avec des entrepreneurs généraux en construction résidentielle et non résidentielle actifs dans les RMR de Vancouver, de Toronto, d'Ottawa-Gatineau et de Montréal.

Ce questionnaire électronique recueille des renseignements sur les variations dans le coût des éléments de travaux mis en place dans les projets de construction résidentiel et non résidentiel, sur les raisons expliquant ces variations et sur les conditions du marché de la construction. En se reportant à un projet construit ou soumissionné au cours du trimestre précédent, les répondants doivent déclarer dans quelle mesure les coûts estimés pour chaque élément auraient changé s'ils répétaient la construction ou la soumission durant le trimestre en cours. Les détails du projet ne sont pas indiqués et les répondants peuvent choisir différents projets d'un trimestre à l'autre, pourvu qu'ils soient représentatifs du travail qu'ils accomplissent habituellement.

Échantillonnage

Il s'agit d'une enquête longitudinale par échantillon.

L'IPCB comprend un plan d'échantillonnage à plusieurs degrés. Une combinaison d'échantillonnage avec seuil d'exclusion et d'échantillonnage au jugé est utilisée pour sélectionner des éléments de coût des travaux mis en place représentatifs à partir des projets de bâtiments résidentiels et non résidentiels, ainsi que les entrepreneurs généraux qui seront sollicités afin de fournir des renseignements sur les prix.

Base de sondage
Deux bases de sondage uniques sont utilisées pour sélectionner l'échantillon de l'IPCB. La première est une liste des éléments de coût des travaux mis en place inclus dans le prix de vente total pour un projet de bâtiment résidentiel ou non résidentiel réel ou représentatif. Cette base de sondage est fixée pour toute la durée de vie du projet représentatif, qui est remplacé seulement tous les 10 à 15 ans, selon la vitesse à laquelle la conception, les matériaux et les méthodes de construction évoluent. Elle fournit une description (y compris les spécifications techniques) de chaque élément de coût des travaux mis en place, le nombre d'unités de matériaux installés ou de main-d'oeuvre dans l'élément et son coût total une fois installé. Par exemple, les spécifications techniques pourraient être : Fourniture et pose de tuiles en céramique émaillée de 150 mm x 150 mm et d'une épaisseur de 3 mm ou application d'adhésif aux murs de gypse imperméables dans l'espace de douche du penthouse et ceinturant le bain et la douche dans les suites.

La seconde base de sondage est une liste d'entrepreneurs généraux qui doivent répondre à deux critères : ils ont obtenu des permis de bâtir pour construire des bâtiments résidentiels et/ou non résidentiels déclarés dans le cadre de l'Enquête sur les permis de bâtir de Statistique Canada pour une année de référence donnée, et ils peuvent être appariés à des unités actives dans le Registre des entreprises de Statistique Canada. Cette base de sondage est stratifiée selon la RMR et comprend des détails tels que le nom et l'adresse du constructeur ainsi que le nombre et la valeur des permis de bâtir pour les bâtiments résidentiels et non résidentiels que les entrepreneurs ont déclarés pour une année de référence donnée.

Unité d'échantillonnage
Des unités d'échantillonnage uniques sont associées à chaque étape de sélection de l'échantillon de l'IPCB. Celles-ci comprennent les éléments de coût des travaux mis en place et les entrepreneurs.

Méthode de stratification
Avant la sélection de l'échantillon, la base de sondage des entrepreneurs est stratifiée selon la RMR. Les éléments de coût des travaux mis en place pour le projet de bâtiment non résidentiel représentatif sont regroupés en cinq catégories de métiers, dont ceux spécialisés en architecture, en structure, en mécanique et en électricité, ainsi qu'une catégorie pour les coûts indirects et les bénéfices des entrepreneurs généraux.

Échantillonnage et sous-échantillonnage
Pour des raisons pratiques, comme il peut y avoir un grand nombre d'éléments de coût des travaux mis en place dans un projet de construction, un échantillon est sélectionné à partir de chaque groupe spécialisé, de même que pour la catégorie des coûts indirects et des bénéfices des entrepreneurs généraux. L'échantillon est sélectionné au jugé et vise à couvrir des éléments qui, ensemble, représentent environ 80 % du coût total du projet. En plus de leur importance dans le coût total du projet, les éléments qui sont communs à tous les bâtiments résidentiels et non résidentiels d'une région géographique à l'autre et au fil du temps ; qui sont inclus dans les projets de construction d'autres bâtiments ; ou qui représentent les plus grands volumes d'intrants de matériaux, sont les plus susceptibles d'être sélectionnés pour l'échantillon.

Pour recueillir des renseignements sur les variations relatives aux éléments de coût, un échantillon au jugé des entrepreneurs généraux bien établis est sélectionné pour chaque RMR. En général, ces entrepreneurs sont sélectionnés parmi ceux qui ont déclaré des permis de bâtir pour des projets de construction de bâtiments résidentiels et/ou non résidentiels dans le cadre de l'Enquête sur les permis de bâtir de Statistique Canada. Ils sont habituellement des membres d'associations locales de construction qui possèdent des connaissances et des compétences en matière d'établissement des prix. Les entrepreneurs doivent soumissionner activement et obtenir une part des emplois de construction de bâtiments résidentiels et/ou non résidentiels. Les fluctuations de prix qu'ils déclarent sont jugées représentatives des conditions du marché dans leur RMR.

Au fil du temps, les constructeurs entrent et sortent du marché de la construction. Pour veiller à ce que l'IPCB continue de mesurer la variation des prix de vente des entrepreneurs pour des bâtiments résidentiels et non résidentiels, l'échantillon d'entrepreneurs doit être suivi et mis à jour. C'est pourquoi les employés des secteurs spécialisés de Statistique Canada révisent continuellement l'échantillon d'entrepreneurs de l'IPCB afin de déterminer quand des unités échantillonnées doivent être ajoutées ou retirées.

Sources des données

Collecte des données pour cette période de référence : 2018-02-15 à 2018-03-21

Il s'agit d'une enquête à participation obligatoire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants et sont dérivées d'autres enquêtes de Statistique Canada.

Les variations dans le prix des éléments de coût des travaux mis en place échantillonnés et des renseignements sur le marché sont recueillis chaque trimestre auprès des répondants à l'enquête au moyen d'un questionnaire électronique (Enquête auprès des entrepreneurs en construction). Des sources de données administratives sont utilisées pour la collecte des prix des produits compris dans les groupes spécialisés en mécanique et en électricité. Les prix de certains matériaux, les frais de main-d'oeuvre, les frais de location de matériel et les frais municipaux sont obtenus auprès de diverses sources secondaires. Celles-ci comprennent des publications de l'industrie de la construction et des bases de données internes. Les renseignements sur les prix sont recueillis pour le 15e jour du mois du mi-trimestre ou pour le jour ouvrable le plus près qui précède le 15.

La collecte initiale des données auprès des nouveaux répondants est effectuée par les employés de la Division des prix à la production. Cette collecte se fait sous forme d'interview téléphonique, et les données sont saisies au moyen du questionnaire électronique. Dans le cadre de cette collecte, les intervieweurs confirment que les répondants sont dans le champ de l'enquête, vérifient leurs coordonnées et confirment le type de construction (résidentielle ou non résidentielle) de même que la RMR pour laquelle des données seront déclarées.

La collecte de données électronique pour les trimestres de référence subséquents est assurée par le bureau régional de Halifax de Statistique Canada. Les répondants reçoivent un code d'accès sécurisé par courriel et on leur demande de remplir le questionnaire électronique. Le suivi des cas de non-réponse est effectué par courriel et par téléphone. Le suivi des questionnaires rejetés au contrôle se fait par téléphone.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration .

Détection des erreurs

La détection des erreurs fait partie intégrante tant des activités de collecte que des activités de traitement des données. Pendant la collecte, on soumet les fichiers de données à des vérifications pour déceler les données manquantes ainsi que pour détecter et soulever les erreurs. Lorsque ces vérifications échouent, on demande aux répondants de valider leurs données.

Pendant le traitement des données, les spécialistes du domaine examinent les données recueillies afin de détecter et de résoudre les erreurs, les incohérences et les valeurs aberrantes. De plus, ils confrontent les renseignements sur les prix à d'autres sources de données disponibles pour détecter et régler les données invalides et incohérentes.

Estimation

L'IPCB est calculé selon les prix de soumission, dans le marché réel, des éléments de coût des travaux mis en place échantillonnés avec un devis et des quantités fixes. Les prix constituent un prix « compétitif » qui aurait une bonne chance d'être le prix le plus bas d'une véritable soumission, et ne sont donc pas des prix « annoncés » typiques. Ceux-ci comprennent les coûts des matériaux, de la main-d'oeuvre, du matériel et de l'équipement, ainsi que les frais généraux et les bénéfices des entrepreneurs. Ils excluent les taxes sur la valeur ajoutée et tous les coûts du terrain, du regroupement de terrains, de la conception du bâtiment, de l'aménagement du terrain et des commissions immobilières.

Le prix courant de chaque élément de coût échantillonné est estimé en ajustant le prix du trimestre précédent en fonction des variations trimestrielles de la valeur par unité de ses matériaux, de ses frais de main-d'oeuvre et, moins fréquemment, de ses frais généraux et de ses bénéfices. Pour ce faire, les données sur les variations de prix sont recueillies auprès de répondants ou dérivées à partir de données administratives ou d'autres sources d'enquête de Statistique Canada.

L'IPCB comprend à la fois des indices élémentaires et agrégés. Les indices élémentaires sont calculés à l'aide de la formule à pondération fixe de Laspeyres afin de combiner à la RMR les prix des éléments de coût des travaux mis en place à l'intérieur des groupes spécialisés et d'un groupe spécialisé à un autre.

Les indices agrégés sont calculés à l'aide de l'indice-chaîne de Laspeyres afin de combiner les indices pondérés de la RMR à l'agrégat des onze villes.

Poids
Des poids sont attribués à chaque élément de coût des travaux mis en place échantillonné qui sont tirés des coûts détaillés fournis initialement par les consultants en matière de coûts lorsque les projets de bâtiments non résidentiels ont été sélectionnés. Des poids distincts sont compilés pour chaque RMR selon les coûts détaillés de chaque élément du projet de construction d'un bâtiment représentatif. Le poids attribué à chaque élément de coût échantillonné tient compte de la part du coût total du projet qui était attribuable à l'élément échantillonné et d'autres éléments qu'il représente.

Les poids à l'échelle des RMR qui sont utilisés pour calculer l'IPCB de 2017 se fondent sur une moyenne mobile sur trois ans rajustée en fonction du prix, des valeurs des permis de bâtir délivrés pour la construction de bâtiments résidentiels et non résidentiels pour les années de référence 2014, 2015 et 2016. Les estimations annuelles de la valeur des permis de bâtir sont calculées par la Division de l'investissement, des sciences et de la technologie de Statistique Canada.

Les poids de l'IPCB sont mis à jour annuellement et sont introduits le premier trimestre de chaque année de référence lorsque les indices du deuxième trimestre sont diffusés.


Enchaînement d'indices
Avec l'introduction d'un nouveau panier, les estimations historiques sont enchaînées à celui-ci en conservant les mêmes variations historiques d'une période à l'autre. Cela est réalisé en calculant un coefficient d'enchaînement pour chacune des séries d'indices; ce coefficient représente le ratio entre la nouvelle série d'indices (2017=100) durant la période de chevauchement et l'ancienne série d'indices (2002=100). Ce coefficient d'enchaînement est ensuite appliqué à l'ancienne série d'indices afin de la faire monter ou baisser au niveau de la nouvelle série d'indices.

Évaluation de la qualité

Avant la publication, l'IPCB est analysé aux fins de comparabilité avec les tendances historiques, ainsi qu'aux fins de cohérence avec les résultats d'indicateurs économiques connexes, des événements actuels connus et des renseignements provenant d'autres sources externes d'indice des prix.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'une organisation sans leur permission ou sans en être autorisé par la Loi sur la statistique. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, les données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Les données recueillies sont converties en indices de prix et sont publiées sous cette forme. Il n'est donc pas possible de reconnaître les entreprises ayant fourni les renseignements d'origine sur les prix.

Révisions et désaisonnalisation

Les séries de l'IPCB sont sujettes à une période de révision d'un trimestre à la suite de la publication des données pour un trimestre donné. Les indices ne sont pas désaisonnalisés.

Exactitude des données

L'exactitude statistique de ces indices dépend de la qualité des données sur les prix et les poids utilisés dans leur compilation. Toutes ces sources de données sont sujettes à des erreurs qui leur sont propres. Les données sur les prix et les variations dans les prix sont tirées d'une enquête-échantillon, d'autres séries de Statistique Canada et de sources administratives. Les poids utilisés pour compiler les indices pour chaque RMR proviennent d'une ventilation détaillée des éléments de coût des travaux mis en place d'un projet de construction représentatif d'un bâtiment résidentiel ou non résidentiel représentatif à un moment précis dans le temps. La qualité de ces données sur les poids dépend de leur actualité; en général, plus un projet de construction est conservé longtemps, moins il est représentatif de la combinaison de facteurs de production et des technologies de construction actuelles. Les poids attribués aux RMR se fondent sur les données des permis de bâtir recueillies par la Division de l'investissement, des sciences et de la technologie de Statistique Canada.

Les indices sont jugés fiables d'un point de vue statistique à tous les niveaux d'agrégation.

Date de modification :