Enquête annuelle sur les centrales d'énergie électrique (EPGS)

Information détaillée pour 2016

Statut :

Active

Fréquence :

Annuelle

Numéro d'enregistrement :

2193

Cette enquête a pour but de recueillir de l'information sur la disponibilité et/ou l'écoulement d'énergie au Canada.

Date de la parution - prévue pour le 12 janvier 2018

Aperçu

Cette enquête a pour but de recueillir de l'information sur la disponibilité et/ou l'écoulement d'énergie au Canada. Cette information est un indicateur important de la performance économique canadienne et tous les échelons de gouvernement s'en servent pour établir des politiques énergétiques éclairées. Le secteur privé utilise aussi cette information dans le cadre de son processus décisionnel.

Activité statistique

L'enquête est menée dans le cadre du Programme intégré de la statistique des entreprises (PISE). Le PISE a été conçu pour intégrer les quelques 200 enquêtes auprès des entreprises dans un même programme d'enquête principal. Le PISE vise à recueillir des données sur les industries et les produits à l'échelle provinciale, tout en évitant les chevauchements entre les différents questionnaires d'enquête. Les questionnaires d'enquête sur les entreprises ainsi restructurés ont une présentation, une structure et un contenu harmonisé.

L'approche intégrée rend la déclaration plus facile pour les entreprises ayant des activités dans différentes industries, puisqu'elles peuvent ainsi fournir des renseignements similaires pour chaque succursale. Elles n'ont ainsi pas à remplir des questionnaires dont la présentation, la formulation et même les concepts changent d'une industrie à l'autre. Les résultats combinés donnent des statistiques économiques plus cohérentes et précises.

Période de référence : Année civile

Sujets

  • Énergie
  • Énergie nucléaire et éléctrique

Sources de données et méthodologie

Population cible

L'univers comprend les services d'électricité et les entreprises ayant au moins une installation centrale dont la puissance génératrice totale dépasse 500 KW ou une centrale solaire photovoltaïque dont la puissance génératrice totale dépasse 100 KW, à l'exclusion des unités auxiliaires.

La base de sondage est créée à l'aide de renseignements provenant de différentes sources. Les renseignements des offices provinciaux de l'énergie, qui octroient les licences aux centrales, constituent une des sources principales à utiliser pour identifier les entreprises à inclure dans la population cible de l'enquête. Les autres enquêtes sur l'énergie comme l'Enquête annuelle sur la disponibilité et écoulement de l'électricité - (numéro d'enregistrement 2194) et l'Enquête électricité mensuelle (numéro d'enregistrement 2151) peuvent permettre d'identifier de nouvelles entreprises et/ou de nouvelles centrales. L'Enquête annuelle sur la consommation industrielle d'énergie (numéro d'enregistrement 5047) peut aider à déterminer les établissements industriels qui produisent de l'électricité dans le cadre de leurs activités courantes.

Élaboration de l'instrument

Le questionnaire de l'enquête comprend la capacité totale par type. Pour chacune des centrales d'énergie électrique, le questionnaire comprend le nom, l'emplacement, le titre de propriété, l'année d'installation, la capacité de l'usine, la capacité totale par type, type de combustible ou d'approvisionnement en eau, par type, par centrale et par province/territoire.

Le bureau central envoie à chaque répondant un questionnaire qui contient une copie de son rapport de l'année précédente en lui demandant d'y indiquer tout changement survenu depuis.

Échantillonnage

Il s'agit d'un recensement avec plan transversal.

L'unité d'échantillonnage est l'entreprise telle que définie dans le Registre des entreprises de Statistique Canada.

La taille de l'échantillon pour l'année de référence 2016 est 1200 établissements.

Sources des données

Collecte des données pour cette période de référence : 2017-03-23 à 2017-07-07

Il s'agit d'une enquête à participation obligatoire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants.

Les données sont recueillies via un questionnaire retour postal. Les suivis sont faits, au besoin, par téléphone, télécopieur ou courriel.

Les répondants qui complètent les questionaire pour la première fois reçoivent une lettre contenant de l'information sur l'enquête.

Détection des erreurs

La détection des erreurs fait partie intégrante des activités de collecte et de traitement des données. Des règles de validation sont appliquées aux enregistrements de données durant la collecte afin de repérer les erreurs de déclaration et de saisie. Ces règles permettent de repérer les erreurs potentielles d'après les variations d'une année à l'autre des variables clés, des totaux et des ratios qui dépassent les seuils de tolérance, ainsi que les problèmes de cohérence des données recueillies (p. ex., le total d'une variable n'est pas égal à la somme de ses parties). D'autres règles de validation sont utilisées durant le traitement des données afin de détecter automatiquement les erreurs ou les incohérences qui subsistent après la collecte. Ces règles comprennent les contrôles de valeurs (p. ex. Valeur > 0, Valeur > -500, Valeur = 0), les contrôles d'égalité linéaire (p. ex. Valeur1 + Valeur2 = Valeur Totale), les contrôles d'inégalité linéaire (p. ex. Valeur1 >= Valeur2) et les contrôles d'équivalence (p. ex. Valeur1 = Valeur2). Les erreurs repérées peuvent être corrigées en suivant le processus de suivi des questionnaires rejetés au contrôle durant la collecte ou par imputation. Les valeurs extrêmes sont aussi signalées comme étant des valeurs aberrantes, à l'aide de méthodes automatisées fondées sur la distribution des renseignements recueillis. Les valeurs détectées font ensuite l'objet d'un examen visant à en évaluer la fiabilité. L'examen manuel d'autres unités peut entraîner la détection d'autres valeurs aberrantes. Ces valeurs sont exclues du calcul des ratios et des tendances utilisés pour l'imputation et durant l'imputation par donneur. En général, tous les efforts ont été déployés pour réduire les erreurs non dues à l'échantillonnage, à savoir les erreurs d'omission, de dédoublement, de classification erronée, de déclaration et de traitement.

Imputation

En cas de non-réponse ou de réponses incomplètes au questionnaire ou lorsque les données déclarées sont considérées comme incorrectes aux étapes de la détection des erreurs, on utilise l'imputation pour compléter ou corriger les renseignements. De nombreuses méthodes d'imputation peuvent être utilisées pour compléter un questionnaire, y compris les modifications manuelles apportées par un analyste. Les techniques statistiques automatisées employées pour imputer les données manquantes comprennent : l'imputation déterministe, le remplacement par des données historiques (avec calcul de tendance, s'il y a lieu), le remplacement par des renseignements auxiliaires obtenues auprès d'autres sources, le remplacement fondé sur les relations connues entre les données pour l'unité échantillonnée et le remplacement par des données tirées d'une unité semblable de l'échantillon (appelé imputation par donneur). En général, on commence par imputer les variables clés, qu'on utilise ensuite aux étapes subséquentes pour imputer d'autres variables connexes.

Estimation

On interroge toutes les unités de la population observée dont la dont la puissance installée est supérieure à la valeur minimale (ou « seuil ») pour une source d'énergie en particulier. On choisit le seuil d'inclusion afin de réduire le fardeau de réponse des unités de la population dont on estime que la contribution aux totaux du domaine sera trop faible pour être significative. L'estimation des totaux s'effectue par simple agrégation des valeurs de toutes les unités d'estimation dépassant le seuil qui appartiennent au domaine d'estimation. Les estimations sont calculées pour plusieurs domaines d'intérêt tels que les groupes industriels et les provinces et territoires, en s'appuyant sur les renseignements de classification les plus récents disponibles pour l'unité d'estimation et la période de référence de l'enquête. Il convient de noter que ces renseignements de classification peuvent différer de la classification originale utilisée lors de l'échantillonnage, étant donné que la taille, l'industrie ou l'emplacement correspondant à un enregistrement peuvent avoir changé. Les changements dans la classification se reflètent immédiatement dans les estimations.

Évaluation de la qualité

Avant la publication, on analyse les résultats de l'enquête afin d'en évaluer la comparabilité. Il s'agit généralement d'un examen détaillé des réponses individuelles (particulièrement pour les grandes entreprises), de la conjoncture économique générale, de la cohérence avec les résultats des indicateurs économiques connexes, des tendances historiques et des renseignements d'autres sources externes (p. ex. associations, publications spécialisées, articles de journaux).

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la Loi sur la statistique. Diverses règles de confidentialité s'appliquent aux données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Les microdonnées sont partagées et divulguées seulement lorsque Statistique Canada a une entente de partage de données officielle en place avec l'organisation. Tous les enregistrements de compagnies sont retirés pour les répondants qui ont écrit au statisticien en chef pour s'opposer au partage de leurs données.

Révisions et désaisonnalisation

Il n'y a pas de désaisonnalisation. Les données historiques pourraient être révisées sur la base d'information plus à jour.

Exactitude des données

Dans un recensement avec seuil, c'est la non-réponse qui constitue la principale source d'erreur des estimations statistiques. Le biais de non-réponse est réduit le plus possible en faisant un effort particulier lors de la collecte des données pour encourager les non-répondants à répondre au questionnaire. Dans les cas où une imputation est nécessaire, les données imputées sont soigneusement examinées afin de veiller à leur validité et à leur cohérence avec les données actuelles et toutes les données déclarées précédemment qui sont disponibles.

Date de modification :