Scieries

Information détaillée pour septembre 2017

Statut :

Active

Fréquence :

Mensuelle

Numéro d'enregistrement :

2134

L'enquête mensuelle, Scieries, mesure les quantités de bois d'oeuvre que produisent et expédient les fabricants canadiens.

Date de la parution - 8 décembre 2017

Aperçu

Cette enquête mesure mensuellement les quantités de bois d'oeuvre que produisent et expédient les fabricants canadiens.

On utilise les quantités de bois d'oeuvre qui sont produites et expédiées comme indicateur de la situation économique de l'industrie du bois et les tendances du marché de la construction, comme donnée d'entrée pour le calcul du produit intérieur brut canadien et pour les études micro et macroéconomiques visant à déterminer les parts de marché et les tendances de l'industrie. Les données sont utilisées également par le monde des affaires, les associations commerciales (incluant le Council of Forest Industries et l'Association des manufacturiers de bois de sciage du Québec), les ministères fédéraux et provinciaux et les associations internationales.

Période de référence : Mois

Période de collecte : Au cours du mois qui suit le mois de référence

Sujets

  • Bois, papier et impression
  • Fabrication

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population cible de cette enquête comprend toutes les scieries au Canada (qui correspondent au code 321111 du Système de classification des industries de l'Amérique du Nord (SCIAN)).

Élaboration de l'instrument

Le questionnaire utilisé pour cette enquête a très peu changé au cours des années. En réaction aux commentaires, à la fois des répondants et des utilisateurs, certains changements au format et à la terminologie ont été apportés afin de maintenir la pertinence de son contenu.

Échantillonnage

Il s'agit d'une enquête transversale par échantillon.

Un échantillon d'établissements est sélectionné à partir des unités de la population observée, et ce, en fonction d'un plan d'échantillonnage probabiliste à une phase.

Sources des données

Il s'agit d'une enquête à participation obligatoire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants et sont tirées de fichiers administratifs.

On recueille les données chaque mois auprès des répondants suivant un processus envoi / retour par la poste et aussi par questionnaire électronique. La saisie et le traitement préliminaire sont faits simultanément afin d'assurer la validité des données. Les entreprises dont on n'a reçu aucune réponse ou dont les données contiennent des erreurs font l'objet d'un suivi immédiat par téléphone, par courriel ou par télécopieur.

Dans des circonstances normales, on recueille les données, on les saisit, on les vérifie, on les met en tableau et on les publie dans les 6-8 semaines suivant le mois de référence.

Pour estimer les contributions des unités inférieures aux seuils d'échantillonnages, le système produit des ratios en utilisant les dossiers de la taxe sur les produits et services (TPS) au moyen d'un modèle statistique. Le modèle rend compte de la différence entre les unités supérieures aux seuils avec les unités inférieures aux seuils, en plus du délai entre la période de référence de l'enquête et la période de référence du dossier de TPS.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration .

Détection des erreurs

Pour repérer les erreurs et les incohérences internes, on soumet les données saisies à des vérifications automatisées servant à vérifier si les totaux correspondent à la somme des éléments et si les données du mois courant concordent avec celles du mois précédent. Les données jugées suspectes à l'issue des vérifications font l'objet d'une inspection manuelle, qui peut déboucher sur des corrections.

En outre, des spécialistes en la matière analysent les données à un niveau plus agrégé en vue de détecter et vérifier toute fluctuation importante d'un mois à l'autre ou d'une année à l'autre dans l'industrie.

Imputation

Les données manquantes du mois courant sont imputées automatiquement. Plusieurs techniques statistiques servent dans ce but en utilisant des données recueillies au cours du cycle actuel, ainsi que des sources d'information auxiliaires. Ces sources auxiliaires incluent des données d'enquête d'un cycle précédent (données historiques), les questionnaires donneurs et des données administratives. Les stocks du début sont établis comme étant égaux à la valeur des stocks à la fin du mois précédent. Les stocks à la fin sont calculés en ajoutant la production aux stocks du début et en soustrayant les livraisons et les valeurs des pertes. L'analyste a la possibilité de changer manuellement cette imputation et de fournir une meilleure estimation en se basant sur sa connaissance de l'industrie ou de l'entreprise.

Estimation

Dans le cadre du processus de l'estimation, les données de l'enquête sont pondérées et combinées avec les données administratives pour produire les estimations finales de l'industrie.

Évaluation de la qualité

On analyse les résultats de l'enquête de manière à assurer la comparabilité avec les séries de données historiques et la concordance avec la situation économique de l'industrie. Les informations disponibles auprès d'autres sources telles que l'Enquête mensuelle sur les industries manufacturières ou EMIM (numéro d'enregistrement 2101), l'Enquête des permis de bâtir (numéro d'enregistrement 2802), des médias, d'autres organisations gouvernementales et des associations de l'industrie sont aussi utilisées dans le processus de validation.

Contrôle de la divulgation

La Loi interdit à Statistique Canada de rendre publique toute donnée susceptible de révéler de l'information obtenue en vertu de la Loi sur la statistique et se rapportant à toute personne, entreprise ou organisation reconnaissable sans que cette personne, entreprise ou organisation le sache ou y consente par écrit. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

La divulgation directe peut se produire lorsque la valeur dans une cellule de totalisation se compose de peu de réponses ou lorsque la cellule est dominée par quelques entreprises. La divulgation par recoupement peut se produire lorsque des renseignements confidentiels peuvent être dérivés indirectement en compilant des renseignements provenant de différentes sources ou séries de données.

Révisions et désaisonnalisation

Les estimations provisoires mensuelles sont fournies pour le mois de référence et les estimations révisées basées sur les réponses tardives pour le mois précédent.

Une fois par année (normalement en juillet), les séries de l'Enquête mensuelle sur les scieries sont révisées. Ces révisions intègrent toute donnée ayant pu être reçue après la fin du cycle de collecte de l'année de référence précédente.

Les estimations révisées sont diffusées dans CANSIM.

Exactitude des données

La méthodologie de l'Enquête mensuelle sur les scieries est conçue pour contrôler les erreurs et réduire leurs effets potentiels sur les estimations. L'erreur totale est composée d'erreurs d'échantillonnage et d'erreurs non dues à l'échantillonnage. L'erreur d'échantillonnage se produit lorsque les observations sont faites uniquement sur un échantillon et non sur l'ensemble de la population. Les erreurs non liées à l'échantillonnage résultent de diverses autres causes. Par exemple, lorsqu'une scierie fournit des informations inexactes ou ne répond pas à certaines questions, lorsqu'une scierie est omise ou comptée plus d'une fois et lorsque des erreurs de codage ou de capture se produisent dans le traitement des données.

Avant la publication, les estimations de l'enquête sont comparées pour des raisons de cohérence. Il ya aussi un examen détaillé des réponses individuelles (en particulier pour les grandes scieries), de la conjoncture économique générale et des tendances historiques.

Une mesure commune de l'erreur d'échantillonnage dans une estimation d'enquête est le coefficient de variation (CV). Le CV d'une estimation est défini comme son erreur-type divisée par l'estimation elle-même, et exprimée en pourcentage. Étant donné que le CV est calculé à partir de données d'enquête, le CV n'est lui-même qu'une estimation, sous réserve d'erreurs d'échantillonnage et d'erreurs non dues à l'échantillonnage.

La formule utilisée pour calculer les coefficients de variation (CV) en pourcentages est:

CV (X) = S (X) * 100% / X

où X désigne l'estimation et S (X) désigne l'erreur-type de X.

Le CV peut être utilisé pour calculer une plage dans laquelle la quantité estimée devrait se situer. Cette élément s'appelle un intervalle de confiance. Si l'erreur de non-échantillonnage est négligeable, il y a 68% de chances que la vraie quantité se situe dans 1 CV (en pourcentage) de l'estimation et une probabilité de 95% que la vraie quantité se situe à 2 CV (en pourcentage) de l'estimation.

Par exemple, si une estimation de 12 000 000 a un CV de 2%, l'erreur-type est de 240 000 (car il s'agit de l'estimation multipliée par le CV). Il y a 68% de chances que la vraie quantité se situe entre (12 000 000 - 240 000 ) = 11 760 000 et (12 000 000 + 240 000 ) = 12 240 000. En outre, il existe 95% de probabilité que la vraie quantité soit entre (12 000 000 - 480 000 ) = 11 520 000 et (12 000 000 + 480 000 ) = 12 480 000.

L'industrie comprend de plus petites scieries qui ne sont pas incluses dans l'enquête. Une estimation de la production de ces petites scieries est calculée en utilisant leurs données fiscales de TPS, et cette estimation est incluse dans les estimations globales de l'industrie. La contribution de ces petites scieries est relativement très faible et on suppose qu'elles ont un impact négligeable sur le CV de l'estimation globale de l'enquête pour chaque quantité.

Date de modification :