Produit intérieur brut par industrie - annuelle

Information détaillée pour 1997

Statut :

Inactive

Fréquence :

Annuelle

Numéro d'enregistrement :

1302

Cette enquête recueillait des estimations pour les années civiles des valeurs de la production brute, des entrées intermédiaires et du produit intérieur brut (PIB) au coût des facteurs en prix courants et constants pour plus de 400 industries et agrégats, à l'échelle du Canada.

Date de la parution - 30 septembre 1998

Aperçu

Estimations pour les années civiles des valeurs de la production brute, des entrées intermédiaires et du produit intérieur brut (PIB) au coût des facteurs en prix courants et constants pour plus de 400 industries et agrégats, à l'échelle du Canada. Les estimations du PIB sont également présentées par catégorie de demande.

Sujets

  • Comptes économiques
  • Produit intérieur brut

Sources de données et méthodologie

Échantillonnage

Il s'agit d'une enquête par échantillon.

Estimation

Pour l'estimation de la production d'une branche d'activité, on prend en considération toutes les activités des établissements qui ont été classées à cette branche d'activité, c'est-à-dire qu'on se base sur le concept d'"ensemble des activités". En plus des estimations du PIB, on a préparé des estimations de la production brute et des entrées intermédiaires par branche d'activité. On n'a pas éliminé les transactions entre les établissements au sein d'une même branche d'activité, en d'autres termes, on n'a pas essayé d'obtenir d'estimations nettes pour le secteur. On peut estimer le PIB en prix courants, au coût des facteurs (ou valeur ajoutée) par branche d'activité de façon directe en additionnant les revenus des facteurs et l'amortissement ou, de façon indirecte, en déduisant de la valeur de la production brute le coût des biens et services intermédiaires qui ont été utilisés au cours de la production. Le choix de la méthode pour une branche déterminée dépend de l'existence des données. Dans la mesure du possible, on a effectué des estimations selon les deux méthodes. On estime souvent la production brute à l'aide de la somme des ventes et des variations des stocks pour les produits finis et les produits en cours. Comme le système de comptabilité nationale se base sur une méthode de comptabilité d'exercise, il arrive souvent que la valeur déclarée de la variation des stocks doit être ajustée par la partie de la variation imputable à la variation des prix. C'est ce qu'on appelle "l'ajustement de la valeur des stocks". La variation réévaluée correspond à la "valeur de la variation matérielle" des stocks. De même, les entrées intermédiaires doivent être ajustées afin de tenir compte des matières premières qui ont été utilisées dans la production au cours de la période courante mais qui ont été achetées durant une autre période. On peut représenter la production brute de toute branche d'activité comme le total de ses coûts, qu'il s'agisse d'entrées intermédiaires ou de facteurs de production. Dans certains cas, particulièrement pour les branches d'activité non commerciales, il n'existe pas de données sur la production brute et il faut estimer celle-ci indirectement à partir de la somme des coûts totaux. Dans un grand nombre de ces branches d'activité, nous ne disposons pas de données sur les entrées intermédiaires pour l'établissement et il faut se servir du PIB à la place de la production brute. à noter que, dans le commerce, la production brute correspond à la valeur totale des ventes plutôt qu'à la marge brute. C'est également le cas des activitiés commerciales secondaires dans les autres branches d'activité. Les séries en prix constants résultent d'une réévaluation des quantités produites à l'aide des prix d'une période de base. Pour calculer ces séries, on doit en principe procéder à la déflation des données en prix courants à l'aide d'un indice des prix à pondération courante (indice de Paasche) afin d'obtenir une série de quantité pondérée en fonction de l'année de base (indice de Laspeyres). On peut également obtenir des données en dollars constants pour des marchandises déterminées en multipliant les quantités produites durant la période courante par leur prix durant l'année de base. Pour obtenir la production brute ou les entrées intermédiaires en dollars constants, on calcule la somme des valeurs pour les différentes marchandises. On obtient les séries en prix constants du PIB en calculant la différence entre la production brute et les entrées intermédiaires en prix constants. C'est qu'on appelle la "double déflation". Dans certaines branches d'activité, les limites des données ne permettent pas d'utiliser la technique de la double déflation. Dans ce cas, on peut faire reposer les estimations du PIB en prix constants sur les variations de la production brute ou des entrées intermédiaires si l'on suppose une relation fixe entre la première et les dernières.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la Loi sur la statistique. Diverses règles de confidentialité s'appliquent aux données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Documentation

Date de modification :