Produit intérieur brut par industrie - National (mensuel) (PIB)

Information détaillée pour mai 2016

Statut :

Active

Fréquence :

Mensuelle

Numéro d'enregistrement :

1301

Cette activité vise à fournir des données pour l'analyse de la conjoncture économique selon une perspective industrielle.

Date de la parution - 29 juillet 2016

Aperçu

Cette activité vise à fournir des données pour l'analyse de la conjoncture économique selon une perspective industrielle. Le produit intérieur brut (PIB) par industrie aux prix de base est une mesure de la production économique qui s'effectue en territoire canadien. Le terme « brut » dans PIB signifie que cette mesure inclut la dépréciation du capital (les édifices, les machines et le matériel). Les estimations de la production sont établies pour 214 industries distinctes, basées sur le Système de classification des industries de l'Amérique du Nord (SCIAN 2007).

Les mesures du PIB par industrie fournissent une mesure alternative de l'activité économique globale qui complètent les estimations établies selon les revenus et les dépenses préparées par la Division des comptes des revenus et des dépenses, et qui prolongent (sur une base mensuelle) les tableaux d'entrées-sorties du Système de comptabilité nationale.

Activité statistique

Le Système de comptabilité nationale du Canada (SCNC) fournit un cadre conceptuel intégré de statistiques pour l'étude de l'état et du comportement de l'économie canadienne. Les comptes sont axés sur la mesure des activités liées à la production de biens et de services, à la vente de biens et de services sur les marchés financiers, aux transactions financières qui les sous tendent et aux situations financières qui en découlent.

Pour produire des statistiques financières, le SCNC mesure les aspects économiques du secteur public au Canada, y compris les relations financières entre les milliers d'entités qui constituent les trois niveaux de l'administration publique au Canada (fédéral, provincial et territorial, local). Pour mener à bien ce programme, le SCNC se sert d'un univers de toutes les entités du secteur public, y compris leurs interrelations complexes.

Les tableaux d'entrées-sorties sont établis aux niveaux national, provincial et territorial, mais sur une base annuelle seulement. Ils sont généralement disponibles environ deux ans et demi après la fin de la période de référence à cause du temps nécessaire pour obtenir les données de sources requises ainsi qu'à cause de la nature complexe de la réalisation de comptes aussi détaillés. Afin de fournir aux utilisateurs des données actuelles pour l'analyse conjoncturelle, deux programmes axés sur l'industrie - un produisant les chiffres courants du PIB mensuel pour le pays (enregistrement no. 1301), et l'autre, les estimations provinciales et territoriales annuelles (enregistrement no. 1303) ont été créés. Ces deux programmes, qui peuvent être perçus comme des prolongements des tableaux d'entrées-sorties, utilisent un ensemble d'indicateurs qui servent à projeter les valeurs repères du PIB par industrie établies à partir de ces tableaux.

Sujets

  • Comptes d'entrées-sorties
  • Comptes économiques
  • Produit intérieur brut

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population cible est formée de tous les établissements au Canada. Le niveau de l'établissement est celui pour lequel on dispose des données comptables requises pour mesurer la production. L'établissement, en tant qu'unité statistique, s'entend de l'unité de production la plus homogène pour laquelle l'entreprise tient des registres comptables permettant de réunir tous les éléments de données nécessaires pour présenter la structure complète de la valeur brute de la production (ventes ou livraisons totales, et stocks), du coût des matières et des services, ainsi que de la main-d'oeuvre et du capital utilisés dans la production.

Sources des données

Les données proviennent de diverses enquêtes de Statistique Canada et/ou d'autres sources.

Les mesures du PIB dépendent largement d'une foule de renseignements fournis par divers secteurs de Statistique Canada, par d'autres ministères et organismes fédéraux, par des ministères provinciaux et par des organismes du secteur privé. Le dépouillement, l'intégration et l'analyse de cette masse considérable de renseignements s'inscrivent dans le processus complexe de calcul du PIB par industrie.

Par exemple, les données de l'Enquête mensuelle sur les industries manufacturières servent dans le cas de la plupart des industries du secteur de la fabrication (mais pas toutes). Les données de l'Enquête sur l'emploi, la rémunération et les heures de travail (EERH) sont utilisées pour de nombreuses industries de service.

Détection des erreurs

Les données de base au niveau de travail, soit le niveau d'agrégation le plus détaillé des industries pour lequel les estimations du PIB sont produites directement, sont soumises à des vérifications permettant de détecter les variations importantes en pourcentage d'un mois à l'autre, de cerner les problèmes découlant des données de base ainsi qu'à des analyses permettant de vérifier l'intégrité des séries chronologiques, d'établir des liens avec les événements économiques courants, et d'assurer la cohérence avec des indicateurs économiques connexes qui ne sont pas utilisés dans le calcul des estimations du PIB.

Estimation

On peut mesurer le produit intérieur brut (PIB) en prix courants aux prix de base (ou valeur ajoutée) par industrie de façon directe en additionnant les revenus des facteurs de production et l'amortissement ou, de façon indirecte, en déduisant de la valeur de la production brute le coût des biens et services intermédiaires qui ont été utilisés en cours de production; voir La structure entrées-sorties de l'économie canadienne, no 15-201-X au catalogue.

Les estimations du PIB par industrie en prix constants mesurent la croissance économique des industries une fois que l'effet de la variation des prix a été éliminé. Les estimations du PIB en prix constants sont obtenues par la méthode de la double déflation, décrite dans la publication Guide pour exprimer les comptes d'entrées-sorties en prix constants : sources et méthodes, no 15F0077G au catalogue.

Les estimations du PIB par industrie tant en prix courants qu'en prix constants ne peuvent cependant être établies qu'annuellement à partir des tableaux d'entrées-sorties et ce, pour toutes les années sauf pour les deux ou trois les plus récentes. Pour les années suivant les tableaux d'entrées-sorties les plus récents et pour les estimations mensuelles, les estimations du PIB réel par industrie ne peuvent être obtenues que par la projection de la relation entre la production brute réelle et la valeur ajoutée réelle, relation qui tient sur de courtes périodes de temps. C'est-à-dire que le volume de valeur ajoutée à partir d'un volume de production donné dans une industrie particulière reste généralement constant sur de courtes périodes de temps, puisqu'il faudrait des changements technologiques importants pour modifier cette relation de façon significative.

Pour estimer mensuellement la valeur ajoutée réelle dans une industrie, on utilise des indicateurs de la production réelle, de l'emploi ou des intrants réels afin de projeter la relation entre ces caractéristiques et la valeur ajoutée, à partir des données en dollars constants des tableaux d'entrées-sorties. Voir la publication Produit intérieur brut par industrie : sources et méthodes, no 15-547-X au catalogue, pour un aperçu de la méthode générale et des diverses techniques statistiques employées dans le calcul du PIB mensuel. La publication Produit intérieur brut par industrie : sources et méthodes détaillées par industrie, no 15-548-X au catalogue, présente une description détaillée des sources de données utilisées pour chaque industrie. Un document présentant une vue sommaire très à jour des sources de données et des méthodes utilisées pour la compilation des estimations nationales mensuelles du PIB par industrie est disponible ci-dessous dans la section intitulée documentation.

Les mesures réelles du PIB par industrie sont calculées pour chaque industrie et sont ensuite regroupées pour donner la croissance économique totale. Les données mensuelles sur le produit intérieur brut (PIB) par industrie sont des estimations selon des indices de volume en chaîne fondés sur l'année de référence 2007. Cela signifie que les estimations pour chaque industrie et agrégat sont obtenues à partir d'un indice enchaîné de volume multiplié par la valeur ajoutée de l'industrie en 2007. Pour la période allant de 2007 à 2012, les estimations mensuelles sont ajustées en fonction des indices de volume Fisher enchaînés annuellement pour le PIB, obtenus à partir des tableaux d'entrées-sorties en prix constants. Pour la période commençant en janvier 2013, on établit les estimations en enchaînant un indice de volume Laspeyres aux prix de 2012 à la période précédente. Cette opération rend les estimations mensuelles du PIB par industrie plus comparables aux données du PIB selon les dépenses, enchaînées trimestriellement.

Évaluation de la qualité

On analyse les données des industries au niveau de travail afin de vérifier l'intégrité des séries chronologiques, d'établir des liens avec les événements économiques courants, de cerner les problèmes découlant des données de base et d'assurer la cohérence. En outre, on compare les taux de croissance du PIB total par industrie aux taux de croissance du PIB en termes de dépenses (enregistrement no. 1901) sur une base trimestrielle, et on réconcilie et réduit les divergences au minimum.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la Loi sur la statistique. Diverses règles de confidentialité s'appliquent aux données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Révisions et désaisonnalisation

Les révisions sont effectuées à la suite de mises à jour des données repères, des divers projecteurs, des méthodologies et de la désaisonnalisation. La politique établie prévoit, pour les mois de référence de janvier à juin, une révision remontant à l'année précédente, pour le mois de référence de juillet, une révision remontant à janvier de la quatrième année précédente, et pour les mois de référence d'août à décembre, une révision remontant à janvier de l'année courante. Les révisions historiques sont généralement effectuées tous les dix ans.

Des révisions statistiques sont faites afin d'intégrer l'information la plus récente tirée des enquêtes, des statistiques sur l'impôt, des comptes publics, des recensements, etc., et aussi afin de tenir compte des nouveaux concepts ou définitions, des nouvelles méthodologies et sources de données ainsi que du processus annuel d'étalonnage d'après les comptes d'entrées-sorties.

Les données mensuelles sont ajustées selon un facteur qui tient compte des variations du nombre de jours ouvrables de chaque mois pour le calcul des données non désaisonnalisés, et selon un facteur d'ajustement saisonnier pour le calcul des données désaisonnalisées. Les facteurs de désaisonnalisation sont obtenus par la méthode X-12-ARIMA. Tout ajustement relatif aux jours ouvrables produit par ce programme est basé non seulement sur le nombre de jours du mois, mais aussi sur l'importance relative de chaque jour de la semaine.

Exactitude des données

Les mesures mensuelles sont des projections des estimations annuelles du produit intérieur brut en prix constants aux prix de base par industrie. En règle générale, on dispose de moins de données pour établir les estimations mensuelles que pour établir les estimations annuelles, et ces données mensuelles ne sont pas habituellement aussi fiables que les données annuelles. La relation entre les mesures annuelles et les mesures mensuelles au cours de la période pour laquelle ces deux ensembles sont disponibles sert à estimer les ajustements qu'il convient d'apporter aux données mensuelles de la période courante.

La mesure du PIB par industrie est tributaire des tableaux d'entrées-sorties (enregistrement no. 1401) sur lesquels elle repose. La qualité des mesures s'apparente à celle des tableaux d'entrées-sorties lorsqu'on dispose de projecteurs de grande qualité pour la production industrielle. Au besoin, le programme du PIB par industrie s'appuie sur des projecteurs de la production industrielle dont la qualité est inférieure à celle du PIB fondé sur les tableaux d'entrées-sorties. La qualité de la mesure s'en trouve alors réduite, mais reste acceptable. En outre, la disponibilité des prix appropriés a une incidence sur la fiabilité de la mesure du PIB réel. En général, plus le niveau d'agrégation est élevé, plus les estimations sont fiables. Il existe un compromis entre l'actualité et l'exactitude des données. À mesure que des données plus robustes sont disponibles, les estimations sont révisées, ce qui accroît leur exactitude jusqu'à la publication des données repères des tableaux d'entrées-sorties, environ deux ans et demi après la publication initiale des estimations mensuelles du PIB par industrie.

Dans l'ensemble, les faiblesses des données de base sont attribuables a) au sous-dénombrement et b) à des concepts et définitions peu adaptés. Ces problèmes sont brièvement abordés ci-dessous.

a) Sous-dénombrement -- On corrige normalement le sous-dénombrement en gonflant les données déclarées en fonction d'un facteur qui permet à celles-ci de représenter l'univers visé.

b) Concepts et définitions mal adaptés au Système de comptabilité nationale -- Les données servant au calcul du PIB mensuel varient considérablement pour ce qui est de la couverture, du niveau de détail, des définitions et des concepts, et souvent ces paramètres ne correspondent pas à ceux dont on a besoin. On doit donc soumettre les données à un examen rigoureux et les ajuster pour en assurer la cohérence et une couverture adéquate au moyen de procédures d'estimation soigneusement mises au point.

Aucune mesure directe de la marge d'erreur des estimations ne peut être calculée. Les cotes de fiabilité découlent de l'intégration et de l'analyse des données, inhérentes au calcul du PIB par industrie. Elles dépendent des attributs quantitatifs des sources de données utilisées (la taille de l'échantillon, le taux de réponse et le coefficient de variation, par exemple), ainsi que du jugement des analystes qui effectuent l'intégration des données provenant de ces diverses sources.

De plus, puisque le programme du PIB mensuel par industrie dépend des estimations annuelles du PIB réel obtenues à partir des tableaux d'entrées-sorties, la qualité de ces estimations a une incidence directe sur la qualité des mesures mensuelles du PIB. Les cotes de qualité des estimations du PIB en dollars courants obtenues à partir des tableaux d'entrées-sorties pour la dernière année de référence figurent au tableau explicatif 2 de la publication La structure entrées-sorties de l'économie canadienne, no 15-201 au catalogue.

Pour le moment, il n'existe pas de cote de fiabilité des données s'appliquant aux estimations du PIB par industrie en prix constants.

Documentation

Date de modification :