Profils des petites entreprises

Information détaillée pour 2008

Statut :

Active

Fréquence :

Aux 2 ans

Numéro d'enregistrement :

5028

Les profils des petites entreprises présentent les recettes, les dépenses, les profits et le bilan ainsi que des indicateurs financiers des petites et moyennes entreprises au Canada.

Date de la parution - 7 décembre 2010

Aperçu

Les profils des petites entreprises présentent les recettes, les dépenses, les profits et le bilan ainsi que des indicateurs financiers des petites entreprises au Canada. Ces profils alimentent l'outil d'analyse comparative pour PME d'Industrie Canada, disponible sur le site web au http://www.ic.gc.ca/eic/site/pp-pp.nsf/fra/accueil.

Période de référence : Année civile

Période de collecte : janvier à décembre de l'année qui suit

Sujets

  • États financiers et rendement
  • Petites et moyennes entreprises
  • Rendement des entreprises et appartenance

Sources de données et méthodologie

Population cible

La population cible est constituée de toutes les petites entreprises dont les recettes annuelles se situent entre 30 000 dollars et 5 millions de dollars. L'information est présentée selon l'industrie à l'aide du Système de la classification des industries de l'Amérique du Nord (SCIAN), jusqu'au niveau à six chiffres.

Élaboration de l'instrument

Cette méthodologie ne s'applique pas.

Échantillonnage

Il s'agit d'un recensement avec plan transversal.

Univers des T1

Cette composante de la population comprend l'ensemble des entreprises non constituées selon le fichier des déclarations de revenus T1 de l'année de référence 2008, dont les revenus annuels se situaient entre 30 000 $ et 5 millions de dollars inclusivement, et pour lesquelles des classifications géographiques et industrielles complètes sont disponibles. Pour l'année de référence 2008, 898 110 unités font partie de cette composante.

Univers des T2

Cette composante de la population comprend l'ensemble des entreprises incorporées selon les tables du bilan et de l'état des résultats T2 que maintient la Division des données fiscales de Statistique Canada. Par conséquent, on a accès à un recensement complet des annexes de l'IGRF pour les petites entreprises contenues dans le fichier de l'univers statistique des T2 (971 751 entreprises), avec les classifications géographiques et industrielles complètes de chacune.

Les données pour les deux composantes de la population sont obtenues par recensement.

Sources des données

Les données sont tirées de fichiers administratifs.

Les profils de 2008 ont été dressés à l'aide de données extraites des déclarations de revenus reçues par l'Agence des douanes et du revenu du Canada (ARC) pour cette année d'imposition. La division des données fiscales de Statistique Canada maintient les fichiers qui offrent les recettes et les dépenses pour les travailleurs autonomes des entreprises non constituées de même que pour les IGRF (bilan et comptes des revenus) pour les entreprises constituées.

Détection des erreurs

Une fois que les données sont recueillies et saisies par l'ARC, elles sont transférées à Statistique Canada où une équipe de spécialistes du traitement des données fiscales exécute des programmes de vérification qui relèvent les erreurs, les incohérences et les valeurs extrêmes. Les données qui ne satisfont pas aux critères établis sont transmises à des analystes pour qu'ils les examinent. À ce stade du traitement intégré, toutes les industries sont traitées de la même façon. On soumet alors les données à d'autres vérifications après la saisie en vue de l'élimination des cas d'incohérence de base, comme la somme des sous-totaux n'égalant pas les totaux.

Imputation

L'imputation est le procédé par lequel on attribue des valeurs aux données manquantes (enregistrements « récepteurs ») à l'aide des données d'enregistrements plus complets (enregistrements « donneurs »).

Imputation des données sur les entreprises non constituées en sociétés (T1)

L'imputation se fait par la méthode du « plus proche voisin ». Dans ce cas, on identifie par des variables d'appariement l'enregistrement « donneur » qui, d'après les méthodes statistiques appropriées, ressemble le plus à l'enregistrement « récepteur » et l'information se rapportant à ce donneur est adaptée en fonction du niveau de l'année en cours, puis utilisée. Les variables en question sont notamment l'industrie et les recettes et les dépenses totales. Il y a imputation dans le double cas où une valeur déclarée par une entreprise est jugée comme étant en dehors des limites des valeurs statistiquement cohérentes et où une entreprise ne fournit pas toute l'information détaillée qui est demandée.

Imputation des données sur les entreprises constituées en sociétés (T2)

La méthode d'imputation la plus fréquemment utilisée pour imputer les données manquantes des sociétés est l'imputation historique. Lorsque c'est possible, les données de la Taxe sur les produits et services (TPS) sont utilisées. Si une société doit être imputée historiquement et que son revenu pour l'année de référence et l'année précédente est disponible sur le fichier de la TPS, une tendance est calculée pour chaque enregistrement et est appliquée aux données de revenu pour l'année précédente. En ce qui concerne les dépenses, la méthode utilisée pour imputer ces cas, utilise un ratio dépenses/revenus.

Estimation

Une fois la vérification et l'imputation terminées, puisque les données T1 et T2 sont accessibles par recensement, aucune pondération n'est nécessaire. Des méthodes d'estimation sont utilisées pour calculer les valeurs de chaque variable financière pour chaque combinaison d'industrie, de région et de tranche de recettes. On élimine les estimations qu'on considère comme étant d'une qualité inacceptable ou qui ne respectent pas les règles de confidentialité.

On calcule des valeurs de médiane et de quartiles pour chaque type d'entreprises par industrie et région. On ordonne les entreprises de la plus basse à la plus haute valeur de recettes d'exploitation. La médiane sera la valeur des recettes totales des enregistrements qui se trouve exactement au milieu (0,50). Les quartiles seront les valeurs des recettes totales des enregistrements qui se situent aux points 0,25, 0,50 et 0,75. On calcule enfin des moyennes pour les variables de l'état des résultats, de bilan et autres en se reportant uniquement aux entreprises de chaque quartile ou moitié.

Évaluation de la qualité

Une analyse des tendances historiques a été menée à des niveaux agrégés d'industrie et de géographie afin de repérer d'éventuels problèmes liés aux données. En raison de changements apportés aux définitions et aux méthodes au fil des ans, seules les valeurs ou les tendances extrêmes ont fait l'objet d'une vérification détaillée. Les totaux et les ratios connexes ont été vérifiés pour en assurer la cohérence interne.

Contrôle de la divulgation

La Loi interdit à Statistique Canada de rendre publique toute donnée susceptible de révéler de l'information obtenue en vertu de la Loi sur la statistique et se rapportant à toute personne, entreprise ou organisation reconnaissable sans que cette personne, entreprise ou organisation le sache ou y consente par écrit. Diverses règles de confidentialité s'appliquent à toutes les données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Les données supprimées par souci de confidentialité seront représentées par un x minuscule dans la cellule d'un profil, tout comme les valeurs de tranche de recettes.

Révisions et désaisonnalisation

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Exactitude des données

Les mesures prises pour assurer l'exactitude des données relèvent de la Division des données fiscales. Cette division utilise des procédures corporatives normalisées afin de bâtir la base de données utilisée par la Division des Enquêtes-entreprises spéciales et de la statistique de la technologie (DEESST) pour créer la base de données des profils des petites entreprises.

Date de modification :