Enquête sur les dépenses des administrations provinciales/territoriales au titre de la culture

Information détaillée pour 2009-2010

Statut :

Inactive

Fréquence :

Annuelle

Numéro d'enregistrement :

3116

Cette enquête vise à fournir des données dans le but de mieux comprendre les dépenses des administrations provinciales et territoriales au titre de la culture au Canada.

Date de la parution - 4 avril 2012

Aperçu

La liste suivante comprend les secteurs culturels de l'enquête : 1) bibliothèques nationales; 2) bibliothèques publiques; 3) bibliothèques scolaires; 4) bibliothèques universitaires et collégiales; 5) musées; 6) archives publiques; 7) parcs et lieux historiques; 8) parcs naturels et parcs provinciaux; 9) autres ressources du patrimoine; 10) enseignement des arts; 11) littérature; 12) arts d'interprétation; 13) arts visuels et artisanat; 14) cinéma et vidéo; 15) radiodiffusion et télévision; 16) industrie du disque; 17) multiculturalisme; 18) activités multidisciplinaires; 19) autres.

Les données de l'enquête sont utilisées par tous les paliers d'administration publique pour l'évaluation et l'élaboration de leurs politiques et programmes culturels. Elles servent également à un large éventail d'organismes nationaux, provinciaux, territoriaux, municipaux et sectoriels (conseils des arts, agences, groupes de revendication, groupes de réflexion, organismes voués aux arts, établissements et chercheurs) aux fins d'évaluer et de concevoir des politiques culturelles ainsi que de justifier l'affectation de ressources.

Période de référence : L'exercice financier (entre le 1er avril de l'année de référence et le 31 mars de l'année suivante)

Sujets

  • Culture et loisirs
  • Dépenses gouvernementales au titre de la culture

Sources de données et méthodologie

Population cible

Les ministères provinciaux et territoriaux et les organismes qui ont la responsabilité d'appuyer les arts et la culture.

Élaboration de l'instrument

L'instrument de collecte a été conçu en consultation avec les utilisateurs de données et les spécialistes de la conception de questionnaires. Sa dernière révision remonte à 1984.

Échantillonnage

Il s'agit d'un recensement avec plan transversal.

Aucun échantillonnage n'est fait, les données étant recueillies pour toutes les unités de la population cible.

Sources des données

Collecte des données pour cette période de référence : 2010-12-03 à 2011-11-30

Il s'agit d'une enquête à participation obligatoire.

Les données sont obtenues directement auprès des répondants.

Il s'agit d'un questionnaire envoyé et retourné par la poste avec suivi par télécopieur et par téléphone.

Voir le(s) Questionnaire(s) et guide(s) de déclaration .

Détection des erreurs

Une série de contrôles sont conçus pour cerner les problèmes de données. Ces contrôles comprennent les contrôles d'intervalle de la cohérence et historiques qui se font après la collecte dans le cadre du traitement.

Imputation

Pour remédier aux entrées manquantes, non valables ou incohérentes, on communique avec les répondants. Cependant, dans certains cas, les répondants ne peuvent fournir de données à propos des bibliothèques d'écoles, d'universités et de collèges parce que les provinces et les territoires assurent le financement global des établissements au lieu de financer directement les bibliothèques. Bien que ces données sur les dépenses totales reliées à ces bibliothèques soient déterminées à partir des enquêtes relatives aux conseils scolaires et aux dépenses associées à l'enseignement universitaire et collégial, elles ne rendent pas compte de la contribution provinciale et territoriale à ces dépenses totales. Ainsi, le financement provincial et territorial des bibliothèques est imputé à partir de l'apport provincial et territorial aux recettes totales de ces établissements d'enseignement. Les renseignements sur les dépenses liées aux bibliothèques scolaires en Nouvelle-Écosse, en Ontario et en Saskatchewan tirées de l'enquête sur les conseils scolaires n'étaient pas disponibles à temps. Les dépenses provinciales liées aux bibliothèques scolaires de ces provinces ont donc été estimées pour 2009-2010. Pour chacune des provinces, l'estimation a été établie en calculant tout d'abord les dépenses provinciales liées aux bibliothèques scolaires en proportion des revenus qu'obtiennent les conseils scolaires des provinces pour les cinq dernières années (2004-2005 à 2008-2009). La moyenne quinquennale de ces proportions a ensuite été appliquée aux renseignements tirés des comptes publics provinciaux de 2009-2010 sur les transferts provinciaux aux conseils scolaires.

Estimation

Cette méthodologie ne s'applique pas à ce programme statistique.

Évaluation de la qualité

En plus de l'analyse de la tendance historique, des sources de données à l'intérieur et à l'extérieur de Statistique Canada sont utilisées pour comparer, réconcilier et valider la sortie de données finale.

Contrôle de la divulgation

La loi interdit à Statistique Canada de divulguer toute information recueillie qui pourrait dévoiler l'identité d'une personne, d'une entreprise ou d'un organisme sans leur permission ou sans en être autorisé par la Loi sur la statistique. Diverses règles de confidentialité s'appliquent aux données diffusées ou publiées afin d'empêcher la publication ou la divulgation de toute information jugée confidentielle. Au besoin, des données sont supprimées pour empêcher la divulgation directe ou par recoupement de données reconnaissables.

Révisions et désaisonnalisation

Des modifications aux données des années précédentes sont faites si des données révisées sont fournies par les répondants.

Exactitude des données

- Étant donné que l'enquête vise tous les ministères et organismes provinciaux et territoriaux à vocation culturelle connus, les seules erreurs possibles sont celles qui ne sont pas dues à l'échantillonnage (couverture, non réponse, mesure et traitement). Afin de réduire le plus possible l'erreur de couverture, on a eu recours à des sources multiples pour mettre à jour la base de sondage. Une conception soignée du questionnaire, des contrôles manuels et automatisés poussés, l'imputation de données en cas de non réponse et la surveillance des opérations d'enquête sont autant d'éléments qui ont contribué à réduire l'ampleur des autres erreurs non dues à l'échantillonnage. Les données imputées au sujet des bibliothèques des écoles, des universités et des collèges ont représenté 20 % environ du budget total des administrations publiques provinciales et territoriales consacré à la culture.

Date de modification :